Archives de l’auteur : Renaud Roubaudi

Nouveau BMW X3 : en attendant le X2 !

Cédric Fréour, Patrice Vergès et Renaud roubaudi sont à bord du nouveau BMW X3. de quoi parlent-ils ? Eh bien vous le découvrirez en dégustant cette petite observation qui, nous le rappelons, n’a pas la prétention d’être un « essai » automobile complet. Plein d’essayeurs le font mieux que nous et la vocation de POA est de parler d’automobile, de la vie, des gens et de leurs histoires de bagnoles.

Souvenirs d’Autos (151) : Un choix cornélien (2)

Par le Commandant Chatel. La fin des années 60 (pour dire la vérité j’ai un peu de mal à situer la date, mais peu importe). C’est l’époque ou je rêvais de construire une auto à partir de quelques morceaux de bois).

Nous voilà donc avec notre nouvelle Renault 4L, boîte 4 vitesses et double toit ouvrant. La classe internationale.

Un soir, en rentrant à Puteaux, ma mère emprunte l’avenue de la Grande Armée (qui descend de la place de l’étoile vers l’ouest).

Arrivé au feu de la porte Maillot, alors que nous sommes à l’arrêt :

Bing ! Bang ! Boom !

Une voiture nous rentre dedans. Il n’y a pas de ceinture dans la 4L, ma mère est projetée sur le volant et moi, je me retrouve la tête à l’envers sur la banquette arrière.

Ça fait mal.

Constat, police, arrière de la 4L enfoncée et verdict de ma mère « On nous a fait le cou du lapin ! »…

Bon, tout s’arrange… En fait, la voiture est vite réparée et nous aussi.

Quelque temps plus tard, je suis quand même curieux avec cette histoire et je pose des questions à ma mère :

  • Donc, le « coup » du lapin, c’est quand une voiture fait exprès de vous rentrer dedans à l’arrière ?

Ma mère a eu le plus grand mal à me faire comprendre que le coup du lapin n’était pas une « botte secrète » des automobilistes… mais l’effet du choc sur le « cou », ressemblait au « coup » qu’on donne aux lapins pour les tuer…

Pas toujours facile d’être un gosse.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

Habemus Lamborghinam !

 

Le souverain pontife a béni la Lamborghini Huracan et apposé sa signature sur le capot, en présence de dirigeants de Lamborghini venu livrer en personne la voiture. Pas question pour autant de remiser la célèbre papamobile au garage : l »Huracande sera confié à la maison de ventes Sotheby’s. Si une Lamborghini Huracan se vend autour de 200 000 euros sur le marché, celle du pape devrait monter plus haut.

L’Hybride rechargeable est-il une arnaque ?

Jean-Luc Moreau, Ministre de l’environnement de POA, journaliste à RMC et spécialiste des problématiques liées à l’automobile propre, répond aux questions de Renaud Roubaudi à propos du bilan écologique des motorisations hybrides rechargeables. Favorisé par les nouvelles normes de pollution, l’hybride rechargeable ne serait en fait pas si favorable vis à vis des émissions en conditions réelles d’utilisation à l’exception de la Toyota Prius rechargeable (plug in) et de la Hyundai Ioniq hybride rechargeable. Cela tombe bien, POA en a profité pour réaliser un essai express de la Hyundai Ioniq en fin d’interview. #GoPOA

 

Opel Corsa SR 1983 : c’était mieux avant ?

Par Patrice Vergès. La semaine pour aller bosser, Katy roule au volant d’une récente Opel Corsa équipée de l’ABS, ESP, airbag et autre gadgets sécuritaires. Pour son plaisir, le week-end, Katy pilote une Opel Corsa SR 1983 dépourvue de tout cet arsenal et…. ce n’est que du bonheur !

Dessiné par le talentueux Erhard Schnell, la Corsa A a connu une très longue carrière. La SR se distinguait par son spoiler très généreux.

Dans la famille Dubourg, rouler en Opel c’est une religion de père en fils qui participe à des rallyes historique au volant de Kadett Rallye et GT/E. Passion qu’il fait partager à son épouse Katy. Comment s’est-elle entichée de cette Opel Corsa SR de 1983 ?  » D’abord, j’aime les voitures qui ont du chien. Par ses accessoires, sa couleur vive surtout en rouge, cette version sportive m’a séduite et surtout certainement parce que c’était une Opel ! J’adore sa ligne épurée et simple et son toit ouvrant transparent « .

Becquet de hayon et peinture bi-ton sur la SR

SR, la version sportive de l’Opel Corsa

Petit retour pour les ignorants de la marque allemande sur la Corsa A dévoilée en septembre 1982. Une voiture qui a connu un gros succès, produite pendant 11 ans à plus trois millions d’exemplaires rien que pour l’Europe. Un an plus tard, pour répondre à la mode florissante des petites sportives style Samba Rallye, Autobianchi Abarth et autres 205 GT, Opel dévoila une version plus affutée siglée SR. Sous le capot on retrouvait le moteur de la Kadett 1300 en version 70 ch contre 55 pour la Corsa 1200 liée à une boite à 5 rapports. Esthétiquement, elle se particularisait par son spoiler plus imposant, son becquet de hayon, sa peinture biton et surtout par ses très belles jantes en alliage léger de 14 pouces chaussées en 165.

Un diamètre colossal il y a 35 ans ! L’habitacle se différenciait par ses beaux sièges Recaro et une instrumentation plus riche. La Corsa SR était affichée à 48 770 francs, somme qu’on peut comparer aux presque 20 000 euros que vaut une Corsa 1,4 l turbo 115 ch d’aujourd’hui. Elle pointait à 160 km/h et les essais presse de l’époque louait sa présentation et son équipement et critiquait sa 5eme beaucoup trop longue et son train avant perfectible. Ce sont justement ces défauts qui séduisent Katy.

L’instrumentation était plus généreuse avec 6 cadrans dont un mano d’huile. Le volant plus esthétique est emprunté à une Corsa GSI 100 ch dévoilée en 1988

 » J’aime bien me mettre dans le rouge »

 » A son volant, Je m’amuse beaucoup plus qu’avec une voiture moderne. Je tire sur les régimes et j’aime la sonorité assez forte de sa mécanique. C’est plutôt sportif comme conduite. Sur les petites routes désertes, j’aime bien la piloter à la limite et quand elle part des fesses, j’adore la rattraper. On ressent bien plus de joies de pilotage et bien plus de sensations car il faut savoir contrebraquer et anticiper les glissements de ses essieux ». Katy qui a un sacré tempérament avoue  » Qu’elle aime bien se mettre dans le rouge ! »

Pour assurer sa sécurité, David a entièrement révisé le train roulant, changé les amortisseurs et les freins et vérifié soigneusement le moteur dont il ignore le kilométrage et acheté quelques accessoires.  » Elle affiche 88 000 km au compteur mais je pense qu’elle a peut être 188 000 km ou 288 000 km, mais elle tourne comme une horloge. C’est une Opel ! Je l’ai fait repeindre d’un rouge légèrement différent et pour qu’elle soit parfaite, il me faudrait refaire le sigle SR à l’arrière et faire restaurer les sièges Recaro. Mais j’ai trouvé du tissu de Kadett GTE qui ferait l’affaire ».

Sous le capot, on retrouve le 1300 cm3 à arbre à cames en tête de la Kadett 1300 redescendu à 70 chevaux contre 75

Bien sûr, nous n’avons pas manqué d’aller dégourdir les jantes de cette petite bombinette qui semble bien chétive aujourd’hui (3,62 m). Je l’avais essayée en son temps mais c’est si vieux. Tout est dur, la direction, la suspension, les plastiques sauf les sièges assez confortables. Le 4 petit cylindre échappe un ton rageur et la petite voiture rouge avale goulûment les virages comme un ado les M&M’s. Il faut préciser que cette Corsa pèse à peine 760 kilos contre près de 1200 pour une 2017. Et si c’était mieux avant ?

Très belles jantes en alliage léger de 14 pouces chaussées en 165

Le rétroviseur caréné droit était optionnel facturé 412 francs (autour de 175 euros) ainsi que les glaces teintées (536 francs ) et le toit ouvrant optionnel ( 1416 francs) et la couleur spécifique ( 343 francs) qui équipent cette voiture

Son designer avait dessiné des ailes gonflées comme sur les Groupe 4 de compétition de l’époque pour donner un aspect plus viril à sa silhouette. Pour la Corsa B, Opel reviendra à des lignes plus douces

Pub d’époque qui met en avant la sportivité de la SR avec « prêt à foncer « . Interdit aujourd’hui !

Katy adore la conduite sportive !

Nouveau Jeep Compass 2017 : on aurait tant aimé l’aimer…

Le duo Fréour & Roubaudi essaye le nouveau Jeep Compass en version 2.0 litres diesel Multijet 2, puissance 140 ch, start & stop, 4X4, boîte automatique 9 vitesses, finition limited (38 950 € au 1er novembre 2017) avec les options suivantes : Le pack visibilité (1350 €) comprenant les jantes 18, les vitres arrière surteintées, les projecteurs bi-xénon avec signature LED. Le pack confort (1450€) comprenant la commutation feux jour/nuit automatique, les essuie-glaces chauffants, le volant chauffants/ventilés, le hayon électrique. peinture Granite Crystal avec toit noir (1300 €).

Souvenirs d’Autos (150) : Un drôle de bruit en Citroën Traction Cabriolet

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ah… Georges Piat et ses histoires de bagnole. Je les aime !!

Voici une petite histoire racontée par mon père, il y a bien longtemps.

Belle matinée ensoleillée, juillet 1953, place de l’Odéon, Paris. Petite info, je ne suis pas encore né.

Diplôme d’ingénieur en poche, mon père vient chercher Suzanne, la jeune personne qui allait donc devenir ma mère, à la Sorbonne. Il roule au volant d’une superbe Traction cabriolet gris métal, intérieur cuir bleu. Une belle voiture d’occasion cédée par un riche exploitant forestier de Troyes, dans l’Aube.

Comme on peut le voir sur l’image, la voiture possède un « rumble seat », c’est à dire, une banquette arrière située dans un petit coffre qui s’ouvre dans le sens inverse de la marche, le couvercle ouvert faisant office de dossier (appelé également « siège belle-mère »).

La voiture glisse le long du trottoir, en direction de la Forêt de Fontainebleau. Mes parents ont prévu un week-end de camping sauvage avec feu de camp (et oui, on pouvait autrefois !). Mais avant cela, il s’arrêtent en banlieue pour prendre au passage un copain, Vava, avec son matériel de camping.

Le week-end se déroule sans histoire. Mais au moment de repartir, après pliage des tentes, un énorme orage arrive. Vava a repris sa place à l’arrière et mon père décide de refermer la capote. Vava se sentira un peu seul mais c’est mieux que de rentrer à pied !

La pluie commence à tomber et mon père, qui a un peu oublié le copain, accélère le train. La pluie redouble maintenant et ma mère entend un bruit bizarre, un bruit sourd qui vient du toit.

Cela se calme un peu et recommence… Cela ne vient pas du moteur…
Mes parents ont mis du temps à comprendre qu’il s’agissait du pauvre Vava, trempé comme une soupe qui tapait sur la capote pour faire ralentir l’allure.

Effectivement, de retour à Paris, le malheureux n’avait plus un poil de sec!

Ben oui, on oublie tout quand on est amoureux… Et puis, je n’aurais pas pu raconter cette histoire !

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !Merci.

 

 

Café Garage Novembre 2017 : quel avenir pour FCA ? (Fiat Chrysler Automobiles)

Au menu de ce Café Garage de novembre 2017 en compagnie de Floriane Brisabois, Cédric Fréour et Renaud Roubaudi, les résultats financiers de Fiat Chrysler Automobiles et les perspectives d’avenir du groupe, la chute des ventes des véhicules diesel d’occasion, les raisons de la transformation de la C4 Cactus en nouvelle Cactus C4 Berline…

Hyundai Kona : Les couleur du temps

Par Patrice Vergès. Si dans POA, nous avons traité plus de 25 000 fois Audi, infiniment plus rares sont les essais d’une Hyundai. Avec le Hyundai Kona, cette insupportable injustice est réparée auprès d’un constructeur qui a vendu plus de 350 000 voitures en France depuis ses débuts il y a 25 ans.

Le Hyundai Kona a une belle allure avec sa signalisation lumineuse à deux étages et sa calandre agressive

Superbe dans cette teinte bi-tons hélas facturée 950 euros et proposée uniquement sur la version Exécutive

Il y a 20 ans, toutes les semaines, j’essayais un nouveau 4X4, aujourd’hui, c’est un petit SUV de segment B. Cette fois, je me retrouve au volant du Kona dont le nom est un district de l’ile d’Hawaï. Qu’est ce qui peut inciter un acheteur de SUV à préférer un Captur à un 2008 ou un Juke à un Citroën Aircross voire à un Opel Mokka ? Ces véhicules sont si proches les uns des autres autant en prix qu’en caractéristiques que ce ne peut être que l’idée qu’on s’en fait ou une affaire d’esthétique ou la reprise au prix fort de son précédent véhicule ou les 5 ans de garantie offerts par le Hyundai qui en déterminent l’achat ou pas.

Le Hyundai Kona n’est pas fait pour vous si….

En revanche, si vous cherchez le confort le Hyundai Kona n’est pas pour vous. Dans sa version Exécutive chaussée de 18 pouces à bas profil (45), la suspension est plutôt raide. Quand on apprend que c’est l’Edition moins coûteuse chaussée de 17 pouces en série 55 qui sera la plus vendue en France (10 000 ventes espérées), on l’imagine plus prévenante pour les reins. Si vous recherchez absolument la modularité ou un coffre géant, la Kona n’est pas fait pour vous car sa banquette est bêtement fixe comme ses dossiers d’ailleurs et la capacité de son coffre est banale. Si vous recherchez un prix d’attaque, passez votre chemin : la gamme Kona débute 21 400 euros auxquels il faut ajouter un petit malus de 113 euros en 2018 soit 4 à 5000 euros de plus que les meilleurs prix d’attaque. Mais lorsqu’on sait qu’en France, le prix moyen d’un SUV est de 23 000 euros, on comprend que la version Edition annoncée à 22 900 euros est pile-poil dans ce créneau et qu’à ce tarif là, elle est particulièrement bien placée avec un équipement généreux qui devrait aider à la vente.

Planche de bord conventionnelle mais facile à vivre et dont les matériaux sont d’honnête facture

En effet, cette version intermédiaire offre de série des rails de toit, glaces surteintées, un intéressant affichage tête-haute informatif qui apporte une conduite plus intuitive, un GPS sur grand écran tactile de 8 pouces, chargeur de Smartphone par induction, démarrage sans clé, camera de recul. Un équipement généreux dans cette gamme de prix.

04 l’Affichage tête haute très complet (GPS, rappel des panneaux, etc) est proposé dès la finition Edition

Uniquement en 1000 cm3/120 ch essence

Au fait, en attendant un nouveau diesel 1,6 l CRDi 110 ch, un moteur électrique dont on promet 500 km d’autonomie et un 4 cylindres essence de 177 ch dont le futur malus de 2 773 euros devrait éclaircir les acheteurs, le Kona est proposé uniquement en essence de 120 ch. Il est propulsé par le bloc T-GDi 1000 cm3 3 cylindres turbocompressé emprunté à la i30. Sa vivacité, sa sonorité gracieuse, sa disponibilité à bas régime, son absence de vibrations, comparé au PSA m’ont séduit. Que du bon. Mais un telle mécanique brillante incite à monter dans les tours et c’est lorsqu’on regarde la conso, qu’on se rend compte qu’un bloc essence bien sollicité sur des routes pentues, peut avaler presque 10 litres aux 100. Je viens de parcourir près de 2000 km en Suzuki S-Cross dont vous lirez l’essai bientôt sur POA en consommant juste 5 litres aux 100. Mais avec une conduite de père de famille, on s’en tient à 8 litres aux 100. Bon alors ? J’ai trouvé l’engin très agréable en ville avec un Start-stop discret, un bon rayon de braquage, une honnête visibilité et une excellente tenue de route avec en prime une finition qui ne fait pas pacotille.

L’écran de 8 pouces accueille un GPS très intuitif et intelligent dès la finition Edition

Couleur du temps

Mais on sait que ce qui motive d’abord l’achat, c’est l’esthétique. De ce coté là, le Hyundai Kona est totale réussi avec sa calandre à double étage et trapézoïdale qui fait ressembler toutes les voitures à des Lexus ou Audi. Avec ses épais passages de roues (pas sur l’Intuitive) il fait dans le genre baroudeur. A cet égard, il sera proposé en 4 roues motrices) en 177 ch avec boîte auto à 7 rapports contre 6 en mécanique contre 29 900 euros bientôt. Indiscutablement, l’engin a de l’allure et semble beaucoup plus vaste que ses 4,17 m le laissent supposer.

Dommage que la banquette arrière et ses dossiers soient fixes

Nous avons uniquement conduit la version Exécutive à 25 900 euros dans des séduisantes teintes bicolores. Déception, c’est une option à prés de 1000 euros offerte seulement sur la plus chère ce qui n’est pas très sympa. Car aujourd’hui c’est la pratiquement la couleur qui fait une voiture. La preuve, j’ai cru suivre longtemps un confrère journaliste avant de m’apercevoir, vexé voire humilié que c’était un Captur biton de mêmes teintes. Dire que quand j’étais gamin, un bref coup d’œil me permettait de distinguer une Simca 1000 d’une R8 d’une Ami 6. Est-ce moi qui ai changé ou les voitures qui ont changé ?

le Kona nous a séduits plus pour sa tenue de route que son confort un peu trop ferme

Le Kona n’est pas le plus vaste ni le plus modulable de sa catégorie avec un volume de 381 jusqu’à 1143 litres

07 La finition Exécutive reçoit de très belle jantes bicolores de 18 pouces chaussées de 235/45 contre 215 en 55 plus moelleux pour l’Edition

Imaginons demain (1) : Less is Motor

POA inaugure une série d’entretiens avec Michaël OUALID. Chaque mois, le Ministre du Futur, de l’Innovation et des Solutions de demain viendra partager son point de vue subjectif, décalé mais néanmoins réfléchi sur un sujet automobile. C’est une nouvelle opportunité pour s’essayer à penser différemment, donner votre avis et poser vos questions quant aux alternatives « pour sortir l’automobile de cette voie de garage ».

Ingénieur, designer, ex-directeur au Centre de Style PSA et créateur du Centre de Design Stratégique pour le groupe Volkswagen, Michaël a aussi participé à différents projets de véhicules électriques tel Mia ou Mindset. Dés 2012, son FREE CAR PROJECT© défraye la chronique, et nous aurons l’occasion de reparler ici de la « voiture gratuite ». A Detroit, il collabore aux créations de EQUUS AUTOMOTIVE, constructeur indépendant spécialisé dans la renaissance des icônes du rêve américain. Expert de l’industrie automobile, il fût en charge d’enseigner les nouvelles mobilités à l’ESTACA et conférencier à l’ESSEC sur la créativité dans l’Industrie. 

Michaël pense que l’Automobile a raté le virage du XXIème siècle: « – La vision centrée uniquement sur le produit, identique de Logan à Bentley, induit directement les dérives du -toujours plus de produit dans le produit-. Nous ne sommes plus que les spectateurs des combats de titans entre constructeurs, pour lesquels on nous demande d’applaudir avec nos carnets de chèques.

L’industrie Automobile devrait s’attaquer directement aux problèmes écologiques, économiques et sociologiques de notre époque au travers des nouveaux modèles économiques qui prospèrent sur internet. Et non pas en plaquant platement des écrans sur tout ce qui bouge, car il ne faut pas confondre la fin et les moyens, ce n’est pas parce que la technologie peut le faire qu’il y a de l’intelligence dedans.

Cela permettra de ne plus pervertir le Design pour justifier l’obsolescence programmée d’un Marketing lui-même obsolète, mais plutôt redonnera du sens et de l’élégance à ces nouveaux véhicules plus ouverts aux aventures de notre époque. »

Dans ce premier épisode-teaser, Michaël esquisse quelques unes des réflexions qui serviront de base dans les prochains épisodes qui analyseront précisément différents domaines de la Mobilité. Le mois prochain nous aborderont le FAIR CAR PROJECT©, alternative plus « juste » aux Tesla S et autres futures berlines technophiles à la BMW i5.

English Version

POA inaugurates a series of interviews with Michaël OUALID. Every month, the Minister of the Future, Innovation and Solutions for Tomorrow will come to share his subjective, offbeat but nonetheless thoughtful point of view on an automotive topic. This is a new opportunity to try to think differently, give your opinion and ask your questions about alternatives « to get the car out of this sidetrack ».

Engineer, designer, former director at the PSA Style Centre and creator of the Strategic Design Centre for the Volkswagen Group, Michaël has also participated in various electric vehicle projects such as Mia and Mindset. From 2012, his FREE CAR PROJECT© is in the news, and we will have the opportunity to talk about it again. In Detroit, he collaborates with the creations of EQUUS AUTOMOTIVE, an independent manufacturer specialized in the rebirth of icons of the American dream. Expert in the automotive industry, he was in charge of teaching new mobility at ESTACA and lecturer at ESSEC on creativity in industry.

Michaël thinks that the Automobile has missed the turn of the 21st century: « – The product-centered vision, identical from Logan to Bentley, directly induces the drifts of the -always more product in the product-. We are only spectators of the titanic battles between manufacturers, for whom we are asked to applaud with our checkbooks.The automotive industry should directly address the ecological, economic and sociological problems of our time through the new business models that thrive on the Internet. And not by flattening screens on everything that moves, because we must not confuse the end and the means, it is not because technology can do it that there is cleverness in it. This will no longer allow us to pervert Design to justify the planned obsolescence of marketing itself, but will rather give meaning and elegance to these new vehicles more open to the adventures of our time. »

In this first episode-teaser, Michaël sketches out some of the reflections that will serve as a basis for the next episodes that will analyze precisely different areas of Mobility. Next month we will be looking at the FAIR CAR PROJECT©, a more « fair » alternative to Tesla S and other technophilic sedans as BMW i5.

Souvenirs d’Autos (149): La SM du Président (épisode 3)

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Petit rappel de l’épisode 2 : Après avoir pris possession de sa Citroën SM, Renaud Roubaudi s’est lamentablement enlisé dans son jardin. Après avoir utilisé toute son ingéniosité et celle de son cousin, il a enfin pu envoyer la SM se faire régler ailleurs. Elle est revenue affutée comme une F1.

IMG_4761

La SM a très vite connu un grand succès. Chaque week-end, on se bouscule pour être à son bord vers la Normandie, ce que j’accepte avec plaisir. En échange je demande de participer à l’achat d’un produit d’entretien quand nous nous arrêtons à la pompe, ce qui arrive régulièrement avec une SM.

Résultat des courses, en une année, je croule sous un équipement pléthorique : du polish à la couverture de survie, en passant par la cafetière qui se branche sur l’allume cigare, un treuil, des cordes, …Le coffre s’est vite transformé en une annexe de Norauto. J’étais équipé pour faire le Dakar.

Un soir, je me fais arrêter à la sortie de Pont-Lévêque. Ayant respecté les limitations, je ne suis pas inquiet mais plutôt curieux des réactions des gendarmes. Ces derniers regardent brièvement mes papiers et me disent de circuler.

Honnêtement… je suis très déçu. Je m’attendais à un concert de louange mais en 1990 la SM ne faisait déjà plus recette.

Du coup, je ne me démonte pas et je leur demande d’inspecter mon équipement, conforme à la législation. Interloqué, ils me voient descendre et ouvrir le coffre pour leur montrer fièrement tout mon bazar.

Me voilà lancé dans une explication sur le génie de la SM et la nécessité d’être bien équipé pour faire face à tout : Jerrican, extincteur, boite de lampe, trousse de secours, marteau brise glace/coupe ceinture, et j’en passe.

Je crois que le Gendarme se demandait si je me foutais de sa gueule. Il s’est alors tourné vers son collègue :

– Ah ok, c’est pour « Surprise surprise », c’est ça ? (véridique)

Là j’ai compris que la retraite s’imposait. J’ai doucement refermé le hayon en les remerciant et je suis reparti sous leurs yeux ahuris.

Passé ces déboires de jeunesse, j’ai apprécié pendant 7 ans les joies de conduire La SM, une expérience que je n’ai connu avec aucune autre voiture depuis.

En 1993, je me suis marié. J’ai annoncé la nouvelle à mon garagiste Monsieur Guyou. Il m’a regardé et il m’a dit « Oh…ça dans deux ans tu la revendras, elle nous font toute ça. »

En 1996, après la naissance de mon fils Tristan, j’ai revendu ma SM à un garagiste de la région parisienne.

Je la regrette encore…

IMG_4762

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

Nissan IMx concept (Tokyo 2017)

The Nissan IMx is an all-electric crossover concept vehicle offering fully autonomous operation and a driving range of more than 600 kilometers. The innovative concept vehicle provides a glimpse into the future of Nissan Intelligent Mobility, Nissan’s approach to changing how cars are powered, driven and integrated with society. It’s designed to strengthen the link between car and driver as a close, reliable partner that delivers a safer, more convenient and more enjoyable drive.

The Nissan IMx is an all-electric crossover concept vehicle offering fully autonomous operation and a driving range of more than 600 kilometers. The innovative concept vehicle provides a glimpse into the future of Nissan Intelligent Mobility, Nissan’s approach to changing how cars are powered, driven and integrated with society. It’s designed to strengthen the link between car and driver as a close, reliable partner that delivers a safer, more convenient and more enjoyable drive.