Hyundai Nexo hydrogène : vers quel monde roulons nous ?

POA vous emmène à la découverte de l’une des rares voitures à hydrogène disponible à la vente en France, l’Hyundai Nexo, en compagnie de Cédric Fréour, de  Julien Rosburger et Matthieu Lauraux, Secrétaire d’État en charge des nouvelles mobilités auteur de l‘Hydrogène a-t-il un avenir ? . La fine équipe interview Jean Nelson, directeur de la communication de Hyundai, qui nous explique le fonctionnement du Nexo et les enjeux qu’il représente pour la marque, puis POA file à Saint Ouen chez JJR pour déposer la Cadillac du président. L’occasion de demander son avis à Manu de chez JJR à propos du Hyundai Nexo et de retrouver Fabien, petit observateur qui roule en BMW I3 et travaille dans la maintenance aéronautique chez Air France, pour lui demander ses impressions à bord du Nexo.

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Hyundai Nexo hydrogène : vers quel monde roulons nous ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Pour moi l’hydrogène est le vrai futur de l’automobile , elle a les avantages du thermique sans les concéquences.
    Certes il reste des questions de fond sur une production écologique, mais ce sera la solution, je crois profondement en l’intelligence humaine pour arriver à aboutir à mettre au point une technologie propre .
    La voiture électrique avec sa batterie basique n’est qu’une solution simpliste et provisoire d’attente qui pour moi présente des risques écologiques globaux au moins équivalent au thermique sans compter ce que nous ne savons pas encore sur le sujet .
    la solution de la voiture électrique équipée d’une batterie c’est en fait l’échec de l’industrie automobile mondiale sur sa capacité visionaire à longs termes; un manque d’anticipation criant qui aboutit une fois le dos au mur à l’utilisation de batterie comme mode principale de stockage de l’énergie; c’est consternant .
    L’industrie automobile a bu trop de pétrole et elle se reveille maintenant encore ivre alors qu’à la cave les tonneaux sont presque vides et que la panète, son foie est en état cicchrose irreversible.
    Pascal

    Répondre
  2. Gran Turisto

    « Mais Madame Hidalgo… Ma Cadillac ne pollue pas, enfin ne pollue plus ! J’ai justement depuis peu un Nexo qui me suit comme mon ombre, purifiant l’air sur mon passage et réduisant mon empreinte carbone au quasi néant !… »
    Notre Président a trouvé la parade pour rouler éternelllllllement en ancienne dans la capitale… C’est beau un président qui trouve des solutions !

    Répondre
  3. Jean-François TANNE

    Bonjour, désolé de refroidir les enthousiasmes.
    Sur le papier, l’hydrogène surpasse facilement le fioul : 120MJ/kg pour l’hydrogène, 30MJ/kG pour le fioul. Si on ajoute qu’une pile à combustible à un rendement supérieur à celui d’un moteur thermique, a priori, il n’y a photo. Le problème, c’est la physique : 1kg de fioul, ça fait 1.2 litres. 1kg d’hydrogène, ça fait plus de 11000litres (c’est le gaz qui fait voler les ballons sonde. ) Compressé à 200bars ça fait plus de 55litres, soit plus que le contenu des grandes bouteilles du type « Air Liquide » qui font environ 80kg. La compression à 700bars, j’y crois moyen. En tout cas, ça doit faire une bouteille de 100kg+, genre 1cm d’épaisseur d’acier : je ne mets pas ça dans ma caisse.
    Pour résumer : à 5l/100km, on fait environ 25km avec 1kg de fioul, et probablement 50km avec 1kg d’H² (je tiens compte de l’avantage énergétique de la pile à combustible.)
    Je passe sur le coût de la pile à combustible, et sur le fait que l’H² est produit par électrolyse de l’eau. C’est à dire qu’on aura dépensé pour le produire un peu plus d’électricité que ce qui sera restitué par la pile.
    A mon avis, le concept du moteur à hydrogène, qu’on nous ressert tous les 6 mois, c’est mort.

    Répondre
  4. PhareOuest

    Le véhicule à ‘hydrogène est antiéconomique et anti écologique , le rendement energie électrique produite par l’hydrogène sur energie électrique pour produire l’hydrogène est de 25 % , contre 75% comme rapport entre l’energie que l’on extrait du pile a la décharge et l’energie pour la charger .
    Un véhicule a hydrogène consomment pour le même produit, energie déstockée ou kilomètre d’avancement de véhicule , 3 fois plus d’energie électrique qu’un stockage ou un véhicule a piles .
    La compression de 30 bar a 700 bar , par compresseur multi etage avec réfrigérations intermédiaires entraîné par moteur électrique , consomme 2.5 kWh par kg d’hydrogène.

    Répondre
  5. François

    Bonjour,
    Etrange atmosphere pour une auto vraiment très intéressante qui pour moi est sans doute la voie la plus sérieuse de l’avenir de la mobilité …. Des pleins fait rapidement, une autonomie réelle conséquente pour les longs trajets et une sérénité de conduite très plaisante…
    Je crois que tout a été évoqué dans ce reportage, même si il y a encore beaucoup a dire car certains domaines restent perfectibles…les stations et les tarifs des véhicules….
    Autant je n’arrive pas a être séduit par le meilleur des voitures électriques car je fais pas mal de route, autant pour l’hydrogène et cette auto en particulier je serais prêt a franchir le pas….
    J’aimerais cependant ne pas être obligé de prendre un SUV , une berline aurait ma préférence…J’ai hate de pouvoir l’essayer..
    Bravo POA pour cet excellent reportage comme seuls vous savez les faire..
    Francois

    Répondre
  6. RRU

    Quels progrès réalisés par ce constructeur! Proposer un véhicule à hydrogène en si peu de temps, c’est remarquable. Enfin une technologie nouvelle proposée au grand public, l’électrique a une autonomie bien trop aléatoire, vous partez avec une autonomie de 300 km, calculée par temps sec et vous rencontrez des conditions météo pluvieuse et froide, l’usage du chauffage et essuie-glaces réduit cette autonomie à 200 km et vous vous retrouvez sur un parking en campagne avec votre prise dans les mains et pas de borne. Comment est-on dépanné dans ce cas? avec un groupe électrogène ou on enmène la voiture se faire recharger ailleurs? sympa le voyage! Ce n’est vraiment pas une bonne solution.
    Avec l’hydrogène on a une remarquable autonomie et en cas de panne « sèche » une bonbonne de petite capacité suffit, aisé le dépannage! . Vous ne parlez jamais du chauffage qui est très contraignant en électrique alors qu’une pile à combustible produit de la chaleur sans pénaliser la production électrique.
    Il est plus facile de stoker de l’hydrogène (certe sous forte pression) dans des stations de distribution que de fournir des bornes de 100 kW pour une distribution aléatoire de kWh, notion qui n’existe pas avec l’hydrogène.
    Bravo à la société Hyundai

    Répondre
    1. Dosik

      Un plein de voiture électrique est à environ 4 € actuellement.
      Oui mais quand un grand nombre de véhicules électriques sera en circulation l’état pourrait imposer des taxes comparables à l’essence. Le prix du plein risque d’exploser.