Souvenirs d’Autos (203) : Quand les douanes volantes atterrissent

Par le Commandant Chatel. Mi-juin 2018, comme tous les ans, je passe la semaine au Festival d’Annecy (le « Cannes de l’Animation » où des participants viennent du monde entier).

 Puis, je quitte cette magnifique ville pour aller passer trois jours dans le midi. Me voilà, vers 15h, sur l’autoroute en direction de Valence.

Je ne suis pas mécontent d’étrenner ma Jaguar XJ8 (Une X350 pour les connaisseurs)…

Bref, je fais bien attention aux limitations de vitesse, et à 110 j’ai largement le temps de voir une voiture sur le bas-côté qui attend dans la luzerne… Une auto des Douanes.

Je ne sais pas pourquoi mais je la regarde. Et tout en le faisant, je me dis : « Mais tu es idiot ou quoi ? ».

Ça ne rate pas, dans mon rétroviseur, je vois le gyrophare qui approche. C’est un break Renault qui me double… à l’arrière duquel clignote cette invitation « Suivez-moi » qui en fait est un ordre.

Nous voilà sur une aire de repos. De la voiture des douanes surgissent trois hommes et une femme avec chacun un flingue à la ceinture.

– Bonjour monsieur, où allez vous, d’où venez-vous, etc.

Un interrogatoire digne d’un film policier.

J’explique en quelques mots que je viens du festival d’Annecy et que je vais dans le midi retrouver ma femme. Et que je suis un brave type, que je ne transporte ni drogue, ni arme, ni rien du tout. Qu’il n’y a pas citoyen plus « lambda » que moi.

Mon explication ne semblant pas convaincre, on me demande gentiment mais fermement de m’écarter de ma voiture et tandis que deux douaniers me tiennent en sécurité, les deux autres fouillent l’auto… de fond en comble.

Bien sûr, ils ne découvrent rien.

Les voilà maintenant décidé à s’occuper du coffre. Dans lequel se trouvent ma petite valise et un énorme sac Tati où je trimballe un tas de trucs passionnants comme des torchons, une pendule et une chaise d’enfants démontée…

Là, la douanière pense me « tenir » enfin !

  • Dites-moi, monsieur, pour quelqu’un qui a passé seulement quelques jours en déplacement, vous avez quand même beaucoup de bagages, non ?

J’éclate de rire. Non, je n’utilise pas un sac Tati comme valise. J’ai un statut à tenir !

Bref, ils fouillent maintenant le coffre dans lequel ils ne trouvent… rien non plus !

La petite plaisanterie dure quand même depuis une petite heure et je commence à m’impatienter. Il y a 600 bornes à treiller et faudrait quand même pas trop traîner. Ça tombe bien, la comédie est terminée.

Je suis libre de repartir. Pas une petite bise, ni un mot d’excuse (ce qui me semble discutable…)

Je ne peux m’empêcher de leur demander :

  • Pardon, mais pourquoi m’avez-vous arrêté ?
  • Ben… une voiture immatriculée 35, on s’est dit celui-là, il est loin de chez lui.

C’est fou ce que les gens peuvent être facétieux…

Je ne peux m’empêcher de leur répondre :

  • Eh ben l’Europe, elle n’est pas faite !

En effet, j’avais encore l’ancienne plaque car je venais juste d’acheter l’auto…

Il y a quelque temps, j’avais raconté cette histoire à Catherine Charmet qui suivait SOUVENIRS D’AUTOS religieusement (elle signait ses commentaires « La Charmette ». On avait bien rit. Mardi 20 novembre dernier, elle a eu un accident de vélo et elle nous a quitté. Je ne vous parlerai pas de mon chagrin… mais je voudrais simplement lui dédier ce souvenir.

Adieu Catherine.

 

 

 

 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (203) : Quand les douanes volantes atterrissent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. RIVJAG

    Comme quoi même avec l’expérience nous pouvons oublier le principe de base « Ne jamais les regarder » !!!!!
    Merci Commandant pour tous ces souvenirs d’auto.

    Répondre
  2. Oliver

    Une charmante histoire pour rendre hommage à « La Charmette ».
    POA est une sorte de club privé d’amateurs d’automobile qui ne se prennent vraiment pas au sérieux. C’est une tristesse de perdre un de ses membres.
    Toutes mes pensées vont à la famille de Catherine.

    Répondre
  3. Pierre_

    Je balance.
    Les douaniers étaient peut-être à la recherche des Perles rares et des Pépites de Souvenirs d’Auto.
    La Suisse était sur votre chemin Commandant, et de là à transférer quelques Joyaux de votre rubrique… .
    J’dis ça, j’dis rien !
    ********
    Une pensée émue pour Catherine.
    Amitiés
    Pierre_

    Répondre
  4. Guillaume D.

    Toutes mes condoléances à la famille de Catherine qui ponctue une anecdocte qui a du arriver à bon nombre d’entre nous… enfin moi, ce sont surtout les douaniers suisses qui m’aiment, je n’ai jamais trop compris pourquoi!

    Répondre
  5. 24heures (X350)

    Sur un post précédent je vous avis déjà demandé le pedigree de votre X350… mais vous n’avez pas dû voir ma question. Moteur, année, finition?
    Quel bon choix en tout cas! Quelle fantastique autoroutière…

    Répondre
    1. COMMANDANT CHATEL

      Bonjour, désolé, je n’avais pas vu votre prcédent message. Voilà, c’est une Jaguar XJ8 de 2003 (les premières) Executive (le bas de gamme… mais pas si mal quand même) V8 – 3,5 Litres – Verte – Int. Crème.
      Cette auto est FABULEUSE sur autoroute, route et même sur les petites routes (en possition « sport »), j’ai roulé en Suisse cet été et jee me suis franchement éclaté.
      En ville et dans les parkings, en revanche, elle est trop longue et trop large.
      À bientôt.

    2. 24heures (X350)

      Bonjour, 4.2 atmo Sovereign 2006 avec TO en ce qui me concerne, cuir crème avec passepoils mais hélas gris alu exter (j’aurais voulu un exter foncé type bleu ou vert pour contraster mais pas trouvé…). Cette auto est en effet fabuleuse, un peu mal aimée par les puristes, mais là elle est au plancher de la côte, je pense qu’elle ne peut que remonter…

    3. COMMANDANT CHATEL

      Je rêvais du TO… mais on ne l’a pas trouvée avec Charles Fombonne de LABEL COLLECTION qui était chargé de « chasser la bête ».
      J’ai privilégié cette première main, le faible kilométrage et l’historique complet (y compris la facture d’achat).
      Quant à la cote, je n’ai jamais gagné d’argent de ma vie en revendant une voiture…
      …mais tout peut arriver, c’est la grand jeu de la vie.

  6. chapman

    Ouuuuh! Une histoire de douane…… J’en ai une excellente, à la douane de Saint Julien en Genevois.
    Je vous prépare un petit topo mon commandant.
    Je n’ai jamais eu l’honneur d’être inspecté par la volante. On se demande ce qu’ils peuvent trouver au feeling comme ça, au milieu du pays ?
    Peut être un douanier des lecteurs de POA pourra éclairer notre lanterne.
    Pensée pour « la Charmette » qui semblait bien porter son surnom.

    Répondre
  7. Grégory Lopez

    Triste épilogue en effet.
    Pour revenir aux douaniers, je me permettrai d’en raconter une qui m’est arrivée il y a bien 22 ans maintenant.
    J’étais avec mon pote de Lycée Guillaume, dans la punto de mon père. Souvent le week end on allait boire une (seule) bière puis se balader un peu en voiture dans les environs dans notre normandie natale, pour se raconter notre vie.
    Dans un village un barrage de douanes, une voiture est en train d’être fouillée, nous sommes arrêtés également évidemment vu notre jeune âge.
    1ere anecdote: l’autre voiture terminée, le douanier dit au conducteur: « c’est bon, vous pouvez y aller » et le conducteur de répondre: « d’accord, vous me rendez mes clés? »
    Le douanier gêné: »Euh….non, euh…Bernard, t’as les clés du monsieur?…. »(au final je ne sais plus si ils les ont retrouvées)
    Pendant ce temps la punto est passée au crible, même les tapis de sol sont soulevés, les aérateurs auscultés etc…(rien à trouver bien entendu)
    On repart, et là nous nous disons: « Au fait, ils n’ont pas ouvert le coffre! »

    Répondre
  8. Frédéric à Montréal

    Catherine Charmet faisait bien de suivre les Souvenirs d’auto.
    C’est une rubrique extraordinaire.
    L’épilogue est bien triste… Toutes mes condoléances, commandant.

    Répondre