Café Garage Oct 18 : on n’a pas fini d’être emmerdé

Au menu de ce café garage d’octobre/novembre 2018, en compagnie de Floriane Brisabois, Cédric Fréour, Julien Rosburger et Renaud Roubaudi : l’arrivée prochaine de la Ford Mustang E, l’autorisation des péages urbains, la mise en place de la vignette Critère dans le Grand Paris, les promesses du graphène dans l’industrie automobile. En seconde partie POA reçoit Adrien Malbosc, rédacteur en chef adjoint de AutoRetro, pour parler des tendances du marché de la voiture ancienne et des avantages à passer en carte grise collection.

L’avis des Petits Observateurs !

30 commentaires au sujet de « Café Garage Oct 18 : on n’a pas fini d’être emmerdé »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Arnaud T

    Oui, on n’a pas fini d’être emmerdé ! Tout le monde comprend bien les enjeux environnementaux mais tout le monde comprend bien aussi que si on a acheté autant de Diesel en France, c’est parce que les pouvoirs publics et les constructeurs ont tout fait pour. Les prix à la pompe sont surréalistes et dans deux mois, avec les nouvelles augmentations — encore — je n’ose imaginer comment ça va se passer pour ceux qui n’ont pas le choix de devoir rouler tous les jours pour travailler ou rendre visite à des proches. J’ignore si dans les hautes sphères ceux qui conseillent nos chers énarques ont calculé un prix maximum du litre avant révolte, mais dans les campagnes et les petites villes, ont sent bien la tension monter. Pour favoriser la transition énergétique, on ferait mieux d’inciter les automobilistes plutôt que d’essorer sans cesse leur portefeuille. Des péages qui ne cessent d’augmenter sur autoroute, bientôt des péages en ville en plus des péages de stationnement, des voitures de moins en moins aérodynamiques et de plus en plus puissantes pour rouler de moins en moins vite avec des radars de plus en plus performants et de plus en plus nombreux, qui dit mieux ? Heureux celui qui peut marcher.

    Répondre
  2. Pascal MOORE

    Excellente emission avec comme sujet : la voiture ancienne et/ou de collection.
    C’est vrai que comme dans tous les domaines, il y a des modes, et certaines voitures qui avaient une certaine cote à une certaine époque, sont tombées dans l’oubli.
    Qui va acheter des voitures populaires d’avant-guerre aujourd’hui ??? ( à moins qu’elles furent la propriété d’une personne encore célèbre aujourd’hui ! ).
    Adrien MALBOSC sait de quoi il parle et c’est toujours agréable d’entendre ses interventions, car il en connait un bout sur le sujet, car il est tombé dedans alors tout jeune.
    ARTCURIAL devrait l’embaucher ponctuellement pour qu’il nous parle de son savoir, et nous délivre ses commentaires aboutis sur ce vaste sujet.
    Pour ce qui concerne la carte grise de collection, on se demande encore pourquoi en 2018, certains hésitent ….sans doute pour garder le numéro d’immatriculation d’origine….mais quid du contrôle technique qui sera sans doute un enfer, si la voiture n’est pas immatriculée en collection ?

    Répondre
  3. Ben

    Mouais….

    Il y a quand même un manque de recul notable . Utiliser le GIEC comme référence sur l’étude du climat et en consequence etablir un diktat sur des choix technologiques est dangereux .

    De memoire, il y a plusieurs rapports du GIEC : une synthese d’ articles scientifiques jugés pertinents sur l’influence anthropique de l’homme sur le climat . Et d’ autres rapports concernent les conséquences pour l’homme, des changements climatiques observés, et les normes en œuvre pour y remédier mais fondés sur beaucoups de jugements de valeurs . Il me semble que certains scientiques avaient demissionées du GIEC car ils reprochainent le manque de rigueur dans le travail de synthese sur leur travaux scientiques amenant à des conclusions tres orientés. Autre affaire , le  »climagate »: piratge de mail du CRU indiquant que des données avait été orientées pour mieux souligner la montée en température lors le d’ere industriel… bref desolé pour le manque de prescisions mais ces infos se trouvent facilement.

    Alors certe, nier l’impact de l’homme sur la planête est une heresie .
    Mais financer et orienter la recherche avec focus rechauffement climatique est aussi une forme de lobbying.
    Pousser à la mise en place d’une technologie :
    * sans en connaitre les tenants et les aboutissants,
    * en lui accordant un credit d’évolution futur qui n’est plus accordé au technologie traditionnelle (pourquoi ?? à cause d’un dieselgate mal ou peu compris ???)
    * en accordant peu de place au avis des scientifiques, ingénieurs , technicien du milieu industriel
    …me parait peu judicieux.

    Heusement que Renaud à recadré le debat à 13min.

    Répondre
  4. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    J’adore la tête que fait le PM quand à 31’20 Adrien Malbosc le contredit au sujet de la linéarité de la 911 .
    C’est trop drole .
    Pascal.

    Répondre
  5. Huiledecannes

    Je me suis gardé le café garage comme un café gourmand pour ce week-end pluvieux.
    Je ne vais pas écrire que je me suis régalé de la première partie, à vous entendre énumérer les principales restrictions et réjouissances que nous allons encore subir, nous automobilistes passionnés ou simplement obligés, mais je peux que vous féliciter d’avoir invité Adrien qui a redonné un rayon de soleil et de plaisir dans ce contexte sombre et morose.
    D’ailleurs inconsciemment vous étiez tous les trois vêtus de noir, et on était déjà entrain d’enterrer plus de cent ans d’automobile thermique…
    Heureusement qu’Adrien a réveillé l’essence qui coule dans vos veines ! Autorétro est vraiment le meilleur magazine automobile qui existe ! Merci M. le président de souligner la justesse et la romance des textes, c’est effectivement très bien écrit, félicitations à tous les auteurs !
    Pour en revenir à la collection, pas besoin de dépenser une fortune pour se faire plaisir en ancienne. Comme le démontre la couv de ce mois d’AR, surtout ne pas suivre la mode !
    Le plus simple de regarder ce qui sort en annonce avec le budget que l’on s’est fixé, on tombe souvent sur des voitures que l’on avait complètement oubliées.
    Autre détail important, ne pas hésiter à aller loin pour trouver son bonheur !
    Pour conclure je me permets de citer l’adage d’Autorétro :
    Soyez moderne, roulez en ancienne !

    Répondre
  6. Stéphane.nc

    Je ne sais pourquoi mais il me vient une furieuse envie de traiter un sujet de philo (pour me rappeler mes jeunes années ou parce que ma fille est en terminale?).
    Cela pourrait être :
    Dans nos sociétés sécularisées, les écologistes sont ils les nouveaux prêcheurs d’apocalypse dans la tradition de l’eschatologie chrétienne, ou sont ils le dernier avatar de l’anti-capitalisme?
    Vous avez 4 heures…

    Au fait, mais chut, il ne faut pas en parler, ce n’est pas bien (on est « vichysé » pour moins que cela sur France Inter, Stephen SMITH en a fait l’expérience) qu’en est il de l’explosion démographique, notamment en Afrique pour notre belle planète? Chuuuuut je vous dis…pleurons sur la disparition de la faune sauvage sans aborder la bombe démographique qui en est la principale cause.

    Sinon le romantisme bagnolard c’est bien (quand on est bien nourri et résidant d’une grand métropole…comme moi) mais je fais le pari que la plupart des gens qui roulent au quotidien dans de vieilles caisses se tamponnent gaiement des young timers et autres collections. Je crois volontiers que s’ils le pouvaient, ils prendrait l’option confort et sécurité moderne.

    Quant aux tartuffes : une fois les pleurnicheries habituelles professées, qui renonce à son WE à la mer (pas facile en vélo), qui renonce au transport aérien, qui renonce à s’offrir de nouveaux objets (informatique, éléctroménager) qui consomment plus d’énergie lors de leur production que lors de leur vie d’utilisation? « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » Bossuet

    Quant aux VE, certes ils suscitent beaucoup de questions. Mais franchement, la sécu ne se porterait elle pas mieux si nous avions moins de bruit (pollution dont on parle peu) en ville et moins de polluants à respirer?Parce que le CO2 ce n’est pas bien, mais il n’a jamais tué à la différence des NOX et autres saloperies issues des ICE. A ce titre imposer l’electrification des camionnettes de livraison aurait un vrai impact(d’autant plus que le E commerce fait exploser ce secteur) …à bon entendeur municipal….
    Bien sur on va nous sortir les particules liées aux freins. Certes, mais un VE use moins ses plaquette (frein moteur)….et aujourd’hui nous avons la double peine : échappements ET résidus de plaquettes de frein (dont curieusement tout le monde se foutait avant que l’on parle de VE).
    Et puis je ne comprends pas bien. Une concitoyenne a recueilli un grand soutien populaire sur un grand réseau social pour manifester contre la hausse du prix des carburants. Pourtant c’est une bonne nouvelle écologique non? Plus c’est cher moins on roule donc la planète est joyeuse et le contribuable automobiliste aussi non? Pas si simple dirait on….

    Fukuyama s’est planté. Pas de fin de l’histoire. L’histoire est tragique et nous le rappelle de plus en plus. Alors laissons les pleurnicheries et le sentimentalisme de la dernière décennie de côté et revenons (sur les questions environnementales comme en diplomatie) au réalisme, notamment sur l’electro nucléaire et la fable des éoliennes.

    Répondre
  7. Aginda

    Disparu de la circulation il y a plus d’un siècle,le CHEVAL me semble être le futur du déplacement en ville:
    Respectueux des limitations,facile à garer(3mx1m50), entièrement recyclable,silencieux,au crottin récupéré en guise de très bon engrais,nourrissant en cas de siège,facilitant les rapports humains directs,créateur d’emplois disparus mais dont la tradition perdure,possibilité de circuler sur les quais de Paris….etc…
    Inconvénients.: l’odeur ( pas pire que les gaz de voiture,ou d’un autre genre) ,les flatulences methanées (je n’y ai pas mis le nez), la difficulté pour la presse à faire des essais comparatifs, la production d’avoine de qualité pour 2 millions de chevaux ,difficile à assurer et à taxer (le percheron plus cher que l’espagnol. .mais moins taxé que le Boulonnais ?,)
    Les artistes peintres s’en réjouiraient,je constate bien plus de magnifiques œuvres dédiées aux chevaux qu’aux automobiles….
    Bonne route

    Répondre
    1. Pascal DeVillers

      Bonjour Aginda,
      Pas si sûr que ça que ce soit la solution; attention aux flatulences de ces bestioles grandes émettrices de gaz à effet de serre.
      Et je suis sûr que le technocrate , y mettra sa petite dose de WLTP d’un modèle de canasson à l’autre…
      Bon week end
      Pascal

    2. Pascal DeVillers

      Retour aux sources des chevaux vapeur noseabombes.
      Et appel d’offre aux fabricants de motos-crottes.
      Pascal

  8. Rahan

    Rahan, frère de ceux qui marchent debout
    Rahan, suivre café-garage avec grand intérêt.
    Rahan, pas galoper sur chevaux de feu de sorciers fous.
    Rahan, nu pieds, culotte de peau et collier de griffes autour du cou.
    Rahan, content lui bientôt ouvrir école de survie.
    Rahan, expliquer à horde des bannis de l’auto, usages de coutelas d’ivoire.
    Rahan, bon.
    Rahaaaa !
    🙂
    Rahan
    Fils des âges farouches, fils adoptif de Craô

    Répondre
    1. Learch

      Tout est de ta faute Crado fils des ânes Farouches !
      Si tu n’étais pas passé de la chasses-cueillette à l’élevage, de l’être à l’avoir, de la vénération à l’irrespect (et l’exploitation) envers Gaïa, nous n’en serions pas là !!
      D’un autre côté, il est vrai que nous n’aurions jamais entendu la douce musique d’un V12 Colombo… donc tu as bien fait… m’enfin quand même !!!

    2. Rahan

      Hé, hé du calme soupe d’orties et fanes de radis.
      Rahan seulement fusain de saule pleureur couché sur pâte de cellulose séchée.
      Rahan, bédé pour ados attardés.
      Rahan pas responsable destruction de Gaïa.
      Rahan, nu pieds mais Rahan pas laissé marché dessus.
      Rahaaaa !

      Rahan
      Fils des âges farouches, fils adoptif de Craô

  9. Learch

    Bizarrement mais compréhensiblement (POA n’est pas là pour faire de la politique ou de la philosophie) la chose la plus importante de cette vidéo a été dite sur un ton joyeux et badin : « Produire pollue » (12’42 »).

    Ensuite, est-ce volontairement ou involontairement, je ne sais pas, la solution proposée pour lutter contre cette problématique actuelle est : « les nouvelles technologies » (graphène, etc…). Donc produire encore.

    Pas besoin de vous faire un dessin, ce ne sera pas l’avenir (quelque soit la ou les éventuelle(s) fabuleuses découvertes à venir) si l’on veut une planète vivable pour nos vieux jours, nos enfants et surtout nos petits-enfants.

    La foi envers les nouvelles technologies salvatrices est une forme de déni, une croyance, une nouvelle religion. Je mets cette croyance dans le même sac que « Dieu nous aidera, il ne laissera pas faire ça » ou que « Les extra-terrestres nous observent depuis longtemps, ils nous viendrons en aide le moment voulu ».

    Les scientifiques-techniciens ne sauveront pas le monde car ce qu’ils créent, inexorablement, inévitablement, pollue le monde.

    L’avenir sera un retour en arrière. Mais un arrière lointain, d’avant l’ère du pétrole, ce fabuleux produit naturel et gratuit qui nous a permis de construire la Bugatti Atlantic , d’aller sur la Lune, de greffer un coeur et de pouvoir en discuter sur le net. Nous sommes à la fin de l’ère du pétrole, par la force des choses naturelles, en l’absence de remplaçant, nous allons revenir à un mode de vie moins confortable, moins technologique, à l’espérance de vie plus basse mais aussi plus proche de la nature. Ce sera ça la véritable dématérialisation (et non pas la surmatérialisation indécente et hypocrite que nous vivons actuellement). Enfin, à une condition : que nous n’ayons pas détruit l’écosystème d’ici là. Ce sera aussi la fin de La Société du Spectacle, l’Être prendra le dessus sur l’Avoir, tant mieux !

    Ne pas oublier que ces visions du futur sont réservées à des occidentaux bien gras, bien au chaud, bien éduqués (un minimum), bien payés. Une minorité. La majorité des habitants de la planète se fiche éperdument de ces histoires de CO2, pire, certains pensent que c’est encore un nouveau cheval de Troie venu des anciens pays colonisateurs-exploiteurs…

    En attendant (le lent déluge), profitons de nos vieilles caisses. Bientôt elles ne seront plus que statiques et silencieuses au fond de nos garages ou au fond des musées. On pourra toujours discuter des bagnoles avec pot d’échappement sur POA, du temps ou elles pouvaient rouler…

    Bon et heureux week-end ! lol

    Répondre
    1. chapman

      Ah ah ah, cher Learch, comme vous, lorsque je me met à réfléchir sur notre avenir, je passe un assez mauvais moment. Mon obsession du moment c’est le plastique que nous produisons à outrances et qui finit irrémédiablement dans la mer, la tuant à petit feu.
      Comme le seul et vrai problème c’est l’accroissement exponentiel de la population mondiale…. La bonne solution c’est une bonne épidémie planétaire qui décime les deux tiers de l’humanité (de façon aveugle hein, je ne fais pas de politique ici)…. Ça nous permettrait de repartir sur de bonnes bases et nous remettre à croître gentiment comme on en a l’habitude depuis toujours :-))
      Bon allez, bon dimanche, sous vos applaudissements…..

    2. Pascal DeVillers

      Bonjour,
      Uhmm quel plaisir de vous lire tous les deux….
      Bon un temps pourri sur les côté Normande, et après vous avoir lu, uhmm; je pense que me faire une plaquette d’antidepresseur pour le dîner avec un bol de camomille sans sucre bien sûr.
      Aller bon week end quand même. ..
      Pascal

    3. Learch

      @Chapman : qui sait si un tel système hyper-complexe avec foultitudes de trucs interdépendants telle que notre bonne vieille Terre, donc un système que l’on peut qualifier d’intelligent, ne trouvera pas de lui-même une solution pour se débarrasser des ces 7 milliards d’acariens qui commencent à sérieusement lui gratter le dos ? Peut-être que la fonte du permafrost libérera quelques bon gros virus préhistoriques… allez savoir ce que l’intelligence de notre Mère à tous nous cache… du coup c’est une nouvelle religion, très légèrement glauque et noire certes, que l’on peut qualifier de « Cameronienne » ou « d’avatardisante »…

      @Pascal : un temps pourri ? Ah non, un temps fabuleux qui deviendra bientôt très rare, donc oubliez les pilules, sortez et profitez de la pluie, du froid et de la nature ! Dans le futur des gens paieront et viendront de très loin pour vivre ces sensations là ! (probablement pas en Normandie ou les oliviers pousseront et les cigales chanteront… enfin pas sûr pour les cigales…)

      🙂

    4. Pascal DeVillers

      Mon cher Learch,
      Heureusement, je n’ai pas attendu vos bons conseils de ce matin pour profiter de mon petit paradi envahi tous les week-end par les franciliens de tous poils qui pour certains se comportement en terrain conquis et regardes les autochtones comme s’ils étaient dans un zoo à ciel ouvert, faisant commentaires devant chaque tanière locale.
      J’ai trop conscience que la chance que j’ai de recevoir les embruns maritimes sur le visage.
      Je me marre intérieurement quand mes amis parisiens me disent  » Oui c’est très joli et agréable ici, mais ce doit être triste hors saisons… »
      Je savoure d’autant plus que je suis un ex vrai parigot pur jus, qui ne reni pas ses origines, mais bien content de s’en être sorti .
      Alors entre deux averses, c’est une promenade sur la plage, un peu de bricolage dans mon jardin et voire une petite sortie en Alfa Roméo avec ma chérie sur les routes du pays d’auge et le soir un bon feu dans la cheminée; le paradis je vous dis…
      Et pour le climat local, je ne céderai pour rien au monde ma place pour un habitat dans le sud.
      Pascal

  10. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Excellent Café Garage, deux thèmes différents qui finalement se rejoignent au bout du bout, car au fond tout bon bagnolard vise le graal d’avoir un jour une ou des voitures de collection .
    Aujourd’hui, si l’on a besoin de changer sa voiture ,il est bien difficile de faire un choix sans avoir l’arrière pensée qu’au final on se fera avoir parce que le véhicule aquis ne sera plus revendable dans quelques années; soit parce que thermique et devenu paria de par la législation qui va continuer à évoluer en sa défaveur, soit à l’autre bout une électrique dont la technologie d’aujourd’hui sera dépassée suite à l’évolution technique dans ce domaine.
    Dans cet environnement, la sagesse pour le consommateur ne serait elle pas, s’il le peut de jouer la stratégie de l’attentisme et le marché de l’occasion me semble une piste pour escompter limiter la perte financière à terme quand la réglementation se sera stabiliser et que la technologie sur l’electrique aura mûri.
    Pour ce qui est de la voiture de collection, je me pose une question :
    Étant donné qu’il faut aujourd’hui 30 ans pour qu’un véhicule entre dans le domaine de la collection et que d’autre part l’arrêt du thermique serait programmé pour 2030 ; la dernière limite du collectionnable n’est elle pas l’année 1999 ?
    Y a t’il encore une espérance qu’il y ait des voitures collectionnables d’après 2000 ?
    Enfin je suis à 100% d’accord avec Adrien , il faut d’abord acheter une voiture parce qu’elle nous plaît et il faut la faire rouler régulièrement.
    Pascal

    Répondre
  11. Bonnin Christophe

    On aurait aussi pu parler de l’abaissement du seuil de CO2 déclenchant le Malus. C’était un sujet d’actualité cette semaine. Je pensais qu’il y aurait un aménagement du barème de CO2 à l’approche du 1er Janvier 2019 avec l’application brut du WLTP. Mais non, éfféctivement… Tout laisse bien penser qu’il y a volontés de faire un choc de « complification » dans le domaine de la voiture Thermique. Sans effet d’annonce, on a choisi la méthode brutale qui va faire mal. On en reparlera début 2019.

    Notre président à raison. En procédant de la sorte, on est bien en train de tromper complètement l’automobiliste actuelle en l’incitent à acheter aujourd’hui des voitures dites « propre » (on commence à connaître la musique) et qui deviendront très vite réglementairement obsolète. C’est « dégueulasse ».

    Ce que je ne comprends pas dans tout cela, c’est comment on a pu continuer toutes ces années à faire plus de produit, à alourdir les voitures… Jusqu’à saturer le marché de SUV larges, hauts, lourds, avec des gros pneus… et ensuite conclure que le thermique n’est plus soutenable et que l’idée… finalement, c’est de faire tout pareil (voir plus, même) mais… en électrique.

    Si l’énergie était si précieuse… et que les enjeux environnementaux étaient si majeur… Comment se fait-il qu’on n’ait pas cherché à optimiser l’existant, à faire des voiture plus petites, plus légères, plus simples… et chercher à faire que le cœur du marché soit constitué de voitures consommant moins de 3L au 100…

    Le fait qu’on n’ait pas fait cela il y a 25 ans me laisse perplexe et m’interpelle sur les vrais motivations des décisions qui sont prises aujourd’hui.

    Heureusement, les Etats Unis, vaste pays de conquête de ressources, où l’énergie est encore facile (lol), nous envoi ce beau message d’espoir. A la fin du clip de Ford, L’excellent Bryan Cranston (acteur du chef d’œuvre « Breaking bad ») conclu : « quand les autres rêvent du futur, nous, on le construit… » dans son bon gros Pick Up F-150 Raptor V8 de 7L en plein désert… sans doutes bien loin de toutes bornes de recharges électriques !!! Que c’est beau !

    PS : Concernant les possesseurs de véhicules de collections, il n’y a pas vraiment de raisons qu’ils soient un jour mieux traité que les acheteurs de véhicules actuelles. Effectivement… Les avantages de la carte grise collection ne sont pas forcément acquis. De toutes façon, il faudra bien se débarrasser de tout ce qui n’est pas autonome et connecté, quoi qu’il arrive.

    Répondre
    1. PhareOuest

      Aujourd’hui en France les SUV représente une vente de voiture neuve sur trois. il est exact qu’ils sont une aberration énergétique, poids supérieurs et une aérodynamique moins favorable que les berlines dont ils dérivent, avec un impact sur la consommation et les émissions polluantes. Mais qui aujourd’hui achèterait une AX modernisée même si elle ne consomme que 3l/100, et de toute façon ça n’est pas rentable pour les constructeurs de construire ce type de véhicule…….

  12. Nabuchodonosor

    La question est en filigrane tout au long de la séquence alors et puisqu’il faut bien que quelqu’un s’y colle :

    VEND CADILLAC ALLANTE 1989 CAUSE FIN DU MONDE
    YOUGTIMER EN PLEINE LA FLEUR DE L’AGE
    GRIMPE LA CÔTE MËME SI SA COTE DESCEND
    A BEAUCOUP D’HEURES DE VOL ET N’EST PLUS DE PREMIERE MAIN (EUPHEMISMES)
    MAIS SUCE ENCORE BEAUCOUP (SELON WLTP)
    ACCEPTE LES CHEVAUCHEES SANS CAPOTE (DU FAIT DE SON GRAND AGE)
    ACTUEL PROPRIO PARTICULIEREMENT SOIGNEUX (LITOTE)
    ATTENDS SON BOBBY EWING OU SON JONATHAN HART POUR RELATION DURABLE
    PAS SERIEUX S’ABSTENIR
    CONTACT : POA
    REF : RR FORCE ONE
    😉
    Nabu
    Dans la vie on partage toujours les emmerdes, jamais le pognon.

    Répondre
  13. MF67

    Très très bon Café-garage ! Il aborde les deux sujets qui sont actuellement mes principales préoccupations.
    Comme vous je crois qu’il faut s’adapter pour négocier au mieux le virage crucial qui s’amorce et annonce notre mobilité de demain ! Les mesures sont brutales mais je ne suis pas fondamentalement contre.
    Concernant les anciennes, c’est un plaisir de revoir Adrien, que je félicite au passage pour son excellent comparo GS/Alfasud dans Auto Rétro !
    Personnellement, je suis en CGC avec ma GS, comme c’est une voiture plaisir, et comme j’habite en ville et n’ayant donc pas besoin de voiture, d’éventuelles interdictions futures ne m’inquiètent pas trop, et puis il y a d’autres sujets plus préoccupants de toute façon.
    Enfin, bref, comme toujours c’est super, continuez comme ça !

    Répondre
  14. Didier

    On veut supprimer les voitures thermiques des villes vers 2030 c’est à dire demain Mais pourquoi laisser ces voitures en ventes aujourd’hui alors qu’elle n’auront que 12 ans en 2030 et pour certaines moins de 100000 km ! Quel gâchis et quelle aberration ! Quel manque de logique de la part de nos politiques

    Répondre
    1. PhareOuest

      En France, les émissions du transport représentent 34% des émissions de CO2, 93,6% de ces émissions sont le fait du transport routier, tandis que les missions des autres modes de transport sont négligeables en comparaison, le trafic aérien compte pour 3,3% des émissions, le transport maritime pour 2,2% et le transport ferroviaire pour 0,4%..

    2. damien

      Il est actuellement beaucoup plus facile de « taper » sur la voiture. Le reste, c’est plus compliqué. Mais la mode évoluera face à la nécessité.

    3. ques

      la France est un confetti, on fera tous les efforts qu’on voudra que ça servira à rien tant que les EU ou la Chine s’y seront pas mis sérieusement, c’est pas à nous de mener la danse, on compte plus, réduire la circulation en ville c’est juste pour la rendre plus habitable, à Paris c’est terrible, il faut mettre la ville à la campagne, élargir la seine jusqu’au Havre, 4 fois plus large, deux fois plus profonde, c’est tout.

    4. Pascal DeVillers

      Bonjour Ques,
      Je suis bien d’accord avec vous, aujourd’hui pour régler le problème de la densité de la circulation dans la région parisienne nos décideurs ont pris le parti d’appliquer la doctrine parisianisme à l’ensemble de la France rurale, là où il n’y a pas ce genre de problème, mais en quelque sorte , il n’y a pas de raison que les provinciaux pour une fois soient mieux lotis que les parisiens, alors on va les punir aussi tous ces gens qui ont là chance d’habiter hors de la ville.
      Tout cela quitte dans un dernier baroud d’honneur en généralisant l’essence sur toutes les voitures du territoire en emettant près de 60% de plus de CO2.
      Avec cette politique, tout est fait pour densifier la centralisation des habitants dans les grandes agglomérations là où sont disponibles les alternances aux moyens de circulation en communs pour les autres, ils n’auront qu’à de débrouiller par eux mêmes’ce ne sera plus leur problème!….
      Pascal