Audi A1 : et si la DS3 était mieux ?

Visitez avec nous le Mondial de l’Automobile 2018 à Paris et découvrez les 20 voitures à ne pas manquer cette année en compagnie de POA avec Cédric Fréour, Julien Rosburger et Renaud Roubaudi.

L’avis des Petits Observateurs !

27 commentaires au sujet de « Audi A1 : et si la DS3 était mieux ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dubby Tatiff

    Si vous avez la curiosité de comparer les faces avant de cette nouvelle A1 avec celle du Hyundai Kona, l’impression dégagée est gênante.

    On retrouve dans les deux cas une calandre trapézoïdale et les ouvertures entre le capot et la calandre. Même les feux se ressemblent. Il y a un air de famille qui n’est pas en faveur d’Audi.

    Répondre
  2. Pascal DeVillers

    Bonjours,
    Quand je regarde cette A1, elle me fait plus penser à une SEAT qu’à une AUDIT.
    A ce rythme là et sous l’égide de Peugeot, OPEL ne va pas tarder à mieux faire.
    Décidément rien ne va plus au sein de la marque aux anneaux, le style audit se perd, leur président est en prison,il ne manque plus que la fiabilité s’y mette.
    Pascal

    Répondre
    1. Learch

      Ah parce qu’en plus ils la vendent cher ?? 8oP
      Les allemands essaient d’augmenter les marges ? Ils se prennent pour Apple ?
      La bagnole n’est pas un produit comme les autres, ils vont se prendre le boomerang en pleine tronche…

    2. Francois

      Il y a déjà un moment que j’ai constaté que la qualité avait baissé chez Audi. Cela ne se voyait pas trop car la finition restait au top, mais cela se ressentait coté fiabilité avec une multitude de petits soucis inconnus auparavant et surtout très mal appréhendés par un sav perfectible….alors si maintenant les produits s’éloignent négativement des critères qui ont fait la réputation de la marque….je comprend les états d’âme de notre premier ministre… Et si Peugeot prenait cette place laissée vacante…?

    3. Philippe

      Je vais sur le site de l argus comme ça. Par hasard dossier occasion sur l a6 de 3eme génération (ils ont des dossiers sur beaucoup de voitures). Fiabilité moteur désastreuse par rapport au prix d achat, bruit de mobilier, confort sellerie et suspension hyper ferme. Pour le prix où ils vendaient ça c était déjà largement surfait les audi.

  3. Louis

    Pour Audi man: j’ai été très tôt un Audi man aussi. Une des raisons:la qualité des intérieurs moussés. J’ai encouragé mon père à acheter une Audi 100 2.2E 5 cylindres en 79. J’ai vécu mon enfance avec une VW 411 LE variant entre 71 et 79. C’était une voiture exceptionnelle mais peu connue. Là-dessus, J’ai appris à conduire.
    En 88, première Audi 90 2.3E, une neuve une année plus tard. Voiture que j’ai gardé 7 ans, Et que je regrette car c’était une voiture dont l’intérieur ne vieillissait nullement.
    Mon père quant à lui a eu 2 Audi 100, une Avant 2.3 1983 et une Audi 100 turbo quattro en 91. Toutes excellentes.
    Plus tard, J’ai eu une Audi A4 2.4 V6 quattro et plus récemment deux A5 sport back 2.0 quattro.

    Vraiment toutes moussées…

    Mais ô désespoir, depuis l’apparition de la Q2, la plastique et les plastics ne sont plus à la hauteur. Et il semblerait que l’A1 est du même acabit…

    Grosse erreur D’Audi car cela les demarquait parfaitement de BMW et de Mercedes.

    Faudra-t-il créer un groupe de pression des déçus d’Audi pour que le design des Q2 et des intérieurs à la Dacia soient bannis des Audi ?

    Que le premier ministre prenne ses responsabilités.

    Beau boulot pour l’équipe. Bravo.

    Louis

    NB : repris la Passat v6 syncro tiptronic de 70000km et de 20 ans d’âge. Une fausse A4…

    Répondre
  4. Dubby Tatiff

    Breaking news ! Le premier ministre déclare : « Je suis dubitatif ».

    Mon intense lobbying sur POA depuis ces dernières années vient enfin de porter ses fruits 😉

    Blague à part, je suis client Audi et je ne m’y retrouve plus dans leurs dernières productions. Ils ont perdu la main. Il l’a retrouveront, je n’en doute pas.

    Répondre
  5. Outdoor74

    « Il faut combattre les artifices ». J’adore cette phrase !

    L’Audi A1 d’avant, m’avait aussi décu, par le design, la finition et la version Quattro uniquement pour la S1. Vivant en montagne, c’est pour moi un critère important.
    Le design Audi en ce moment, m’attriste un peu. Trop compliqué, trop de lignes. Moins d’élégance, de sobriété. La sportivité était suggérée, maintenant elle est exacerbée.

    Répondre
  6. Olivier

    Y-a-t-il un rapport entre le déménagement de la production de l’A1 de Audi – Bruxelles à Seat- Martorell avec la baisse de qualité perçue par Mr. Fréour ?
    Toujours est-il que l’excellence de Bruxelles au sein du groupe Audi a été retenue pour l’assemblage des nouvelles E-Tron.

    Répondre
  7. Sébastien

    A ne pas vouloir renouveler LE* design de ses véhicules, Audi en arrive inévitablement à tomber dans l’excès d’une génération à l’autre, et masque cette absence de renouveau par les artifices déplorés par M. Fréour. Cette nouvelle A1 ravira sans doute les fans de Tuning et les Kékés biberonnés aux Allemandes, ainsi que quelques clients BMW à qui elle fait du gringue avec ses feux Bavarois et lignes pincées, mais qui d’autres ? Das groß ennui.
    * au sens unique et décliné à toute la gamme

    Répondre
  8. Fabrice

    L’ADN d’Audi remonte à 1980 avec le coupé Quattro qui imposa les 4 roues motrices et à 1982 avec la première Audi 100 ultra aérodynamique et d’une pureté de ligne inégalée. Donc la technique (Vorsprung durch Technik) et l’élégance de la simplicité. Aujourd’hui, il n’y a plus rien de tout ça. Audi n’a plus d’avance technologique et POA a raison en disant que Tesla a pris cette place. Quant aux carrosseries, elles sont de plus en plus chargées, tourmentées avec des calandres agressives. À l’opposé de l’élégance aérodynamique d’il y a 35 ans.

    Répondre
  9. Philippe

    Waaaa des jantes en or !!!
    Et après il dit que ds en fait trop.
    Mais cette a1 est faite pour les rappeurs avec les bagues en or aux doigts et le collier en or.
    L’arrière est immonde avec son pare choc soit disant sport.
    L’intérieur est sinistre.
    J’aime bien le ministre qui dit que chaque modèle du grôupe se distingue.
    Tiguan seat machin Skoda karpoc exactement le même design.
    Audi q2 t roc et Seat bidule exactement le même design
    Nouvelle polo, nouvelle Ibiza et nouvel a1 même design.
    Toujours les mêmes angles aux mêmes endroits , les custodes qui sont exactement de la même forme et taille.
    Entre une 208 et une nouvelle c3 qui sont pourtant les mêmes bases, on ne voit rien, on croirait 2 modèles différents.
    Va falloir arrêter la mauvaise foi

    Répondre
    1. Fifitroiscenquatre

      J’en ai ma claque aussi des gammes toutes calquées sur le même design.
      Oui, je sais c’est fait exprès, c’est voulu. Mais je n’adhère pas du tout à ce concept marketing douteux.
      Il y a heureusement des exceptions effectivement comme la 208 et la C3 toutes 2 très jolies et DIFFERENTES.

  10. Learch

    Le pouvoir d’achat des européens diminue,
    donc les budgets qu’ils consacrent à l’achat d’une voiture diminuent,
    les prix doivent suivre,
    les coûts de fabrication doivent suivre,
    au final la qualité réelle et perçue baisse.
    Où est la surprise ?
    Les panneaux de portes arrière, leurs plastiques, ressemblent à ceux d’une Suzuki bas de gamme… c’est logique et normal.
    On est en crise, la croissance n’est pas revenue et ne reviendra pas, on est au début du « downsizing » sous toutes ses formes.

    Répondre
  11. wood

    La qualité perçue est affligeante , ça sent vraiment l’économie… La différence avec l’actuelle est impressionnante et bien sûr la note toujours aussi salée. Si Audi continue sur cette lancée ça sera très bien pour DS !!

    Répondre
  12. oufjeflotte

    Aaachhh !!!
    La deutsche Qualität n’é blus ze quél été !!! Äodi n’é blu… Adieu lé plastiks moussés ! Ach ! Äodimann n’é blu ze qu’il été ! Il nous a traHi !!! Ach…

    Répondre
  13. ques

    Elle est consternante cette A1.
    Voyage au bout de l’ennui.
    C’est la Pologne sous le général Jaruzelski réinventée par un bureau d’étude sous prozac.

    Répondre