Souvenirs d’Autos (180) : Premiers émois en Packard

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Cette histoire, que dis-je, cet instantané de vie, m’a été envoyé par François Berthelot, mon ami fidèle, mon frère de cœur, qui comme moi, aime l’automobile.

Lorsque j’étais enfant, je vivais à Font-Romeu, une station de ski climatique des Pyrénées Orientales. Chaque année j’attendais avec impatience l’arrive de la Packard Réard.

C’était une voiture extraordinaire, carrossée par Henri Chapron à la demande de Louis Réard qui n’était autre que l’inventeur du bikini et qui faisait la promotion de son invention à travers tous les casinos et les plages de France.

Cette « chose » était en forme de Runabout comme on disait à l’époque, de canot à moteur.

Cette voiture me fascinait du haut de mes 9 ou 10 ans, elle était mue par un V8, était silencieuse et majestueuse, en cette l’époque de petites voitures grises et banales, et à l’intérieur il y avait des mannequins qui le soir au casino présentaient la collection de bikinis.

Un monde mystérieux pour moi qui m’intriguait.

Je ne sais ce qui m’émouvait le plus, cette extraordinaire auto ou les ombres des magnifiques mannequins (on ne disait pas « top model » à l’époque), portant des bikinis, derrière les vitres teintées…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

11 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (180) : Premiers émois en Packard »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre_

    Louis Reard ex ingénieur automobile fit réaliser cet extravagant véhicule de « réclame ».
    Ce yatch de la toute, imitation d’un cabin cruiser de luxe, fut même incorporé au Tour de France.
    Le ravissant équipage de jeunes filles en Bikini fit sensation dans la France profonde des années 50.
    -source wikipédia-

    Répondre
  2. JOSEL

    Elle est dingue cet auto! Marquante, comme la jeune femme qu’elle emporte, incongrue comme un ORNI.

    Mais attention, maintenant nous avons les Mini en forme de canette de Red Bull, bah quoi?

    Ok je sors…

    Répondre
  3. Chapman

    Oh oui, elle est vraiment extraordinaire cette auto. Qu’est elle devenue d’ailleurs? Il y aurait une rubrique à faire sur les carrosseries publicitaires.
    Très beau souvenir ! Merci

    Répondre
  4. Gran Turisto

    Les Bons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît!
    Une époque où le n’importe quoi s’associait à merveille avec le génie… du coup, aujourd’hui paraît bien fade…
    Oh, mais attention! J’ai l’impression qu’ils se font rattraper par Pénélope Joli-Coeur, Diabolo et Satanas!
    Vite en voiteau, euh en bature, euh non dans le runabout quoi! Mr hulot aux commandes, John Cleese et Capitaine Haddock copilotes et c’est reparti!

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Heureux homme.

    Quand d’autres étoffaient leurs ambitions en comptant combien de femmes pouvaient être habillées par les centaines de rouleaux qui sortent de leurs métiers à tisser, ce Monsieur y parvint par son exact contraire, en suivant le fil à revers il déshabillait la femme…

    Euh, c’était quoi déjà la marque de l’auto ?
    🙂
    Garde à vous, mon Commandant

    Répondre
  6. Georges Piat

    J’ai l’impression qu’on pouvait tout oser à cette époque ! C’est joyeux, génial et sidérant à la fois.
    Sacré souvenir automobile mon Commandant, « des comme ça » on en voit pas tous les jours !!

    Répondre
  7. Thierry

    Un côté caravane du tour de France cette auto …
    La publicité avait quand même une autre allure à cette époque !
    Même si aujourd’hui on n’oserait imaginer les réactions sur les réseaux sociaux à une telle communication.

    Répondre