Nouvelle Mercedes Classe A 2018 : le débrief aves les petits observateurs

L’Equipe POA répond aux questions des petits observateurs à propos de l’essai de la nouvelle Mercedes Classe A (rediffusion du direct du lundi 3 juin de 12h30 à 13h30)

L’avis des Petits Observateurs !

11 commentaires au sujet de « Nouvelle Mercedes Classe A 2018 : le débrief aves les petits observateurs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. 'pablo

    Voilà une bagnole qui me laisse de marbre…
    je m’étais promis de ne pas réagir sur cette iphone à roulettes (qui ne m’a jamais fait me retourner sur elle dans la rue).
    Certes du XXI…
    J’crois que j’ai un problème avec notre époque, suis né vieux.

    Répondre
  2. Yves

    Dans cette émission, il m’a semblé qu’il n’y avait qu’un seul vrai bagnolard : Monsieur le Président. Tous ces nouveaux bidules font peut-être avancer le schmilblick. La sécurité augmente (détection de piétons, freinage automatique, dépassement de ligne), et en même temps, comme dirait l’autre, on ne regarde plus dehors. Tout ça m’ennuie et j’ai la nette impression que c’est aussi le cas du Président. Il me semble que pour un bagnolard, l’histoire s’arrête en 2000-2005 maximum. Après cette période, on ne trouve que des véhicules aseptisés avec des motorisations tristounettes, des vitres toujours plus petites. J’ai commencé à lire la presse automobile en 1978. J’ai dévoré tous ces journaux (autojournal, automobile magazine, autoplus, moniteur automobile, que je fais venir de Belgique, etc.). j’attendais impatiemment leur sortie de presse. J’achetais en France pour gagner un jour (j’habite Genève). Et bien aujourd’hui, ils m’ennuient profondément. Je découvre que les voitures qui m’intéressent ont 15 ou 20 ans ! Il y a 6 mois, j’ai acheté une Mazda MX-3 1.8 V6, 1995, 61000 km, comme neuve: un régal à conduire avec sa boîte mécanique naturellement. Elle ne paie pas de mine, mais quel moteur! pour cette petite voiture. Hier, j’ai repéré une Alfa Roméo 166 V6 3.0, année 2000, boîte mécanique, 38000 km, comme neuve. J’en rêve la nuit. Je suis peut-être un peu bagnolard…

    Répondre
  3. kris

    Le glass cockpit, c’est bien et sécurisant au FL370 (37 000 pieds) en croisière à bord d’un AIRBUS ou BOEING !!! 😉
    Sur nos routes et pour le péquin moyen, j’ai de gros doutes ! 🙂

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Au niveau marketing c’est réussi puisque l’on ne parle plus que de ça !

    Président : Selon moi la tablette rectangulaire n’est pas du tout intégrée mais simplement posée sur un repli de la planche de bord. Vidée de toutes commandes et de tous indicateurs, ceux-ci ayant migrés vers le digital, elle devient alors épurée, fluide, ce si l’on excepte les buses de soufflerie… Elle rappelle furieusement la planche de l’Urban-EV concept signé Honda, ne trouvez-vous pas ? Un concept qui avait été acclamé en son temps, jusque sur POA…

    Vu donc le choix retenu de cette forme oblongue et simple, positionnée verticalement d’un seul tenant ainsi mise bien en évidence, j’aurai souhaité que Mercedes pousse son raisonnement jusqu’au bout et laisse le choix au geek derrière le volant d’y substituer sa (ses) propre(s) tablette(s), tout en maintenant l’obligation de rouler sous le contrôle de son software idoine, MAJ régulièrement cela va sans dire.

    En contradiction des autres constructeurs qui « intègrent » les écrans dans les creux du tableau de bord, cela aurait constitué une innovation automobile majeure.

    Voilà, c’était pour préciser mes petites pensées précédentes…
    😉

    Répondre
  5. Farnaby

    Je rebondis sur ce que dit François à propos de la comparaison aéronautique de M. Fréour : est remarquable dans la longue et systématique argumentation pour le dieu « Progrès » (ici les écrans) de M. Fréour, l’emploi de la comparaison fallacieuse donnant lieu au syllogisme suivant : l’ABS a été critiqué à son arrivée / or le temps a prouvé que l’ABS était un bon progrès / donc ne critiquez pas les écrans et aimez-les car ils sont le nouveau Progrès. Autrement dit : au nom des bons progrès injustement critiqués dans l’histoire de l’évolution technologique, acceptons aveuglément tous les progrès que l’industrie nous propose ou impose. Ce procédé est employé trois fois je crois, dans la vidéo, ce qui devient d’ailleurs fascinant : ce débat sur les écrans et l’électrification qui court sur POA depuis des mois, des années même, et les positions que je me permets de qualifier de radicales ou fondamentalistes du Premier Ministre, sont une très riche matière à réflexion pour moi sur 1) la notion de Progrès 2) le processus de la foi aveugle qui refuse de choisir et prend tout, célèbre tout, parce que c’est le Progrès, le sens de l’histoire etc. 3) le couple Croissance / Décroissance. J’en profite d’ailleurs pour remercier Saint-Ofer qui m’a fait découvrir Philippe Bihouix dans les commentaires de la vidéo sur l’I3 : riche et passionnant.

    Répondre
  6. caster

    Tout a fait d’accord avec Mr le président!
    J’ai beau avoir 24 ans et être la cible de ce genre de voiture, je trouve ces écrans bien trop intrusifs et j’ai comme la fâcheuse impression qu’ils réussissent à rendre tout ce qui est futile « indispensable ». Certaines technologies concernant la sécurité sont les bienvenues, mais le reste me semble totalement inutile et même bien plus dangereux pour la conduite. Elles sont généralement distrayantes et nous passons donc de plus en plus de temps à regarder les écrans que la route.
    En tout cas, rien de mieux que de bons vieux compteurs classiques et un intérieur épuré pour pouvoir profiter pleinement de la conduite !
    Ah, et continuez comme ca POA! Vos vidéos sont remarquables.

    Répondre
  7. GILLES LARGERON

    Regardez les écrans et pas la route, c’est le même problème avec les téléphones mobile (sur votre vidéo d’essai vous êtes en permanence les yeux dessus) .
    J’ai personnellement un Audi Q7 avec tous ce barnum d’écran …..C’est super dangereux: trop d ‘immersion dans les écrans, plus aucune vigilance !!!!!!!!!!
    Beaucoup d’accident à prévoir dans l’avenir, il faudra coupler les écrans avec la conduite autonome pour pouvoir résoudre le problème.

    Répondre
  8. Francois

    Bonjour,
    Monsieur le premier ministre votre comparaison avec l’aéronautique au sujet des écran est un peu bancale, car ce n’est pas tout a fait pour les mêmes raisons que l’on trouve des écrans sur des aéronefs et les véhicules terrestres. Sans doute avez vous voulu faire un raccourci facile pour marquer les esprits des indécis…

    En premier lieu il y des raisons économiques, la fiabilité plus importante et la maintenance d’un écran qui est mille fois moins onéreuse que de classiques afficheurs électromécaniques obligeant des équipements multiples, alors qu’il faut rationnaliser l’espace et réduire le poids des instruments embarqués,
    Ensuite la qualité et la précision des informations avec des écrans est bien plus intéressantes et immédiatement interprétées.
    Sachant que les avions de lignes sont presque exclusivement pilotés aux instruments ( toutes les informations sont cependant doublées et chaque action est en commande directes sans sous menus dangereux notamment en phase d’approche ou de récupération ) il était donc indispensable pour de raisons de sécurité d’avoir des information fiables et des communications de qualité avec les controls au sol.
    Aujourd’hui les véhicules terrestres se pilotent a vue ( se conduise…) donc c’est d’abord pour des raisons budgétaires et de mode que ces écrans apparaissent sur nos voitures…je n’ose pas imaginer une conduite aux instruments sans un suivi et sans coordination locale…. ça viendra peut être…
    Quant aux aéronefs a voilure tournante, et autres ULM qui se pilotent exclusivement a vue, les écrans sont juste indispensables pour les coûts , gain de place et standardisation…
    Autre point d’importance, dès les débuts la grande majorité des pilotes était pour la généralisation des écrans car ils permettaient la prioritisation des infos et sécurisaient les phases de vols….( route, avionique, propulseurs, communication ) ceux qui étaient contre étaient surtout les mécaniciens/ radio qui allaient perdre leur job ( 2 en cabine maintenant contre 3 avant )
    On est loin de ce qui se passe dans un trajet routier ou l’on peut s’arrêter, faire demi tour et changer d’itinéraire selon les désirs du conducteur sans rendre compte a personne ou presque….
    Mais concernant l’automobile c’est sans doute une étape indispensable avant la conduite autonome. quand les véhicules seront capables de communiquer entre eux

    Merci a tous pour la qualité de ce live ….

    Longue vie a POA
    François

    Répondre