GTC4 Lusso : Une Ferrari familiale de 690 ch, frustrant ou réjouissant ? (2/3)

FERRARI GTC4 LUSSO : V12, 690 ch, 340 km/h. Est-ce utilisable au quotidien ? ↓🚗↓ Pas facile de dompter une ultra sportive aux allures légales. Heureusement, la FERRARI GTC4 LUSSO offre un spectacle permanent à bord pour ses passagers en flattant tous leurs sens.

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « GTC4 Lusso : Une Ferrari familiale de 690 ch, frustrant ou réjouissant ? (2/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Georges Piat

    On est obligé de sous exploiter une telle voiture sur route ouverte. Le tenue de route, le freinage, tout devient donc hyper sécurisant et ça, j’adore… Même si le moteur aimerait galoper un peu plus…
    Très bien l’analyse de Cédric.

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Le déniaisement de Julien.
    En voilà une séquence qui va devenir cul-te.

    Sur le trottoir Julien reçoit tout d’abord les préceptes avisés d’un Monsieur Alphonse visiblement très ému : « Tu seras prudent, hein ? Va d’abord comme copilote, c’est Fréour qui va te… » Alors que Julien boucle sa ceinture précisément pour ne pas se faire ceinture, on sent le taulier hésiter, « Fréour qui va te … » « t’initier », voulait-t-il sans doutes lui intimer. Mais Julien ne veut pas se polir le chinois, en fin psychologue il taquine le bouton du plaisir, celui de la Thesis, la dernière vraie Lancia ce qui détourne l’attention du Patron. Il n’en faut pas plus pour que ce dernier qui ne confie pas sa Beta au premier venu, en soit complètement déstabilisé. Julien a tenu bon, il reste au volant de la Ferrari.

    La fleur au fusil, Julien est maintenant seul dans le lupanar sur roues avec l’asphalteuse pour michetonner. Enfin, seul, pas tout à fait, le procureur au chevet, veille à ce que la défloration se poursuive dans les formes… Deux minutes s’écoulent à peine que la voix de N° 1 grésille dans le talkie-walkie, au moment même où Julien déverse ses exploits initiatiques sur console vidéo… Comme dans un bon vieux James Bond sur fond de guerre froide, Blofeld, qui a préféré par prudence ouvrir le bal avec la Beta des fois que le jeune apprentis tape dans la motte trop tôt, prenne son pied précocement en faisant grimper l’Emilienne aux rideaux, avait fait installer un mouchard dans le cockpit par le Spectre afin que rien ne lui échappe… N’y tenant plus, Blofeld, la praline en délire, de toute son impatience balance la purée et décrit au jeune fruit vert les bons rapports à enclencher pour caresser et jouir au mieux des courbes qui s’annoncent… Notre voyeurisme est à son comble…

    Emmitouflé dans son étole Vichy aux couleurs de la Bavière, rappelant au passage à Saint-Audi que lui aussi a viré sa cuti, le barbeau s’empare alors de l’émetteur portatif pour cafarder que le damoiseau en n’est encore qu’aux préliminaires, loin, bien loin d’avoir porté l’estocade…
    Du moins le pense-t-on, car c’est l’instant que choisi Julien, le flageolet à la portière, pour lâcher dans un râle divin un : « Mon Dieu que c’est bon ».

    La messe est dite.

    Du grand art audiovisuel; Audiard peut dormir tranquille, la relève est assurée.
    🙂
    Nabu#GoPOA

    Répondre
    1. Theo

      P…! Que vous écrivez bien, et agréablement ! je ne sais pas si vous en faites profession, mais si vous ne le savez pas (j’en doute) , quel talent ! (c’est un peu mon boulot de repérer ce genre de choses).

    2. Gérald

      Oui c’est un délice de lire les petites observations de Nabuchodonosor, ses commentaires sont émouvants, touchants, impertinents, piquants et avec cet humour digne des répliques d’Audiard !
      Bref, je suggère au gouvernement une canonisation de Nabu en tant que Golden Member, ou une rencontre pour une Poade exclusive avec la plus belle plume des petits observateurs !
      Du coup, mon cher Nabu, j’imagine que ton carrosse et à l’image de l’élégance de tes mots, alors type E, Lancia Aurelia ou Facel Vega ?

    3. Nabuchodonosor

      Et bien dites-moi, pour une ordonnance, elle est plutôt sévère…
      Vous avez la puissance de feu d’un croiseur les gars. Je suis touché.
      Au risque de vous décevoir je ne suis pas encarté chez les barbouilleurs de lignes, pas plus que chez les antiquaires de chignoles. Mais rassurez-vous Messieurs, j’ai des principes.
      J’fais dans l’honnête, j’exerce en dilettante et ne défouraille que pour flinguer sur POA.
      En fait, c’est le taulier Roubaudi qu’il faut remercier.
      C’est tout de même lui qui nous permet de picorer ses poades puis qui laisse les clefs de la boutique pour qu’on s’en donne à cœur joie, non ?
      😉

    4. Fils de Pub

      Vous avez frisé l’incident diplomatique avec Maranello.
      Heureusement que le premier Ministre y pense tous les matins… En se rasant.
      Parce qu’un barbu c’est un barbu, trois barbus c’est des barbouzes…
      🙂

    5. Mat Ador

      Entre nous, pas besoin d’aller faire l’initiation du gamin sur les plages du débarquement, suffisait de mettre la GTC4 en orbite autour de la Place Saint-Georges et drifter…
      Elle en a vu d’autres la Place Saint-Georges, si ça s’trouve y tournerait encore…
      🙂

  3. Hervé91

    La digne héritière d’une légende de l’automobile italienne qui m’a toujours fasciné : la Lamborghini Espada
    Une carrosserie large et basse, un V12 à l’avant et 4 vraies places : tout est là !
    Et merci pour le bel esprit POA, passionné sans être indigeste, cultivé sans être pédant et qui célèbre toutes les bagnoles qu’on aime, de la Renault 18 de notre enfance à la Ferrari d’aujourd’hui.

    Répondre
  4. Francois

    Bonjour,
    Monsieur le premier ministre résume parfaitement l’état d’esprit que l’on ressent aujourd’hui au volant d’une Ferrari et plus encore avec cette superbe Lusso , une incroyable frustration. Avoir le désir intense de vouloir piloter cette superbe machine et en être réduit à quelques menues accelerations en campagne ou après un péage sur l’autoroute…Avouez que c’est infime par rapport au potentiel de la machine… et même un millier de kilomètres d’autoroute aux vitesses politiquement correctes doit être d’un ennui absolu ce qui est totalement navrant avec ce fabuleux V12 ….C’est posséder une magnifique demeure ou tout est au summum de la qualité et de l’aménagement et ne vivre que dans la chambre de bonne…sans profiter du parc ni faire de grandioses fêtes entre amis…

    On peut juste dire que ça existe vraiment, j’en ai une, elle me fait rêver car on ne vit pas intensément ensemble….

    J’adore ces voitures qui sont des vecteurs de plaisirs incroyables..

    François.

    PS: Pas certain que les riverains normands qui protègent jalousement le calme autour de leurs belles propriétés, apprécient autant que nous les vocalises de la GTC4 accélérant sur les petites routes de la région…

    Répondre
  5. Saint-Ofer

    Cette voiture est le rêve de ma mère, née entre les deux guerres. Elle n’a jamais eu son permis, ni jamais passé son code, mais elle aura passé sa vie à houspiller mon père (gentiment, mais bon, au bout du 150e « Va moins vite ! »… enfin, vous voyez quoi) en étant à la place du mort (mais toujours en pleine forme). Et je soupçonnais mon père de faire exprès de frôler la zone rouge avec sa Simca ou n’importe qu’elle autre voiture (y’a des petits plaisirs que l’on ne peut se refuser :o). Alors, pour elle, le petit tableau de bord de cette Ferrari en face du siège passager, c’eût été un fantasme :o)

    Mais bon je ne vais pas lui dire de regarder cette vidéo sur son Ordissimo, un dépucelage en direct-live, non, j’aurai terriblement honte de lui suggérer ça.

    Répondre
  6. Gérald

    Aaaah incroyable vous lisez dans nos pensées, superbes les plans avec la Beta, qui est loin d’être ridicule, la Ferrari doit être très basse…
    Les deux sont très classes en gris, l’élégance suffisante, pas la peine d’en rajouter, la messe est dite !
    Bravo, pour les investissemsents techniques et humains, on se rapproche de plus en plus des grands, mais sans jamais perdre l’âme de POA, génial !

    Répondre
  7. Bagnolard

    On a l’impression qu’elle fait un carton plein sur tous les critères, cette GTC4 Lusso : luxe, plaisir et exigence de la conduite, châssis d’une précision incroyable, tenue de route idoine… Pour reprendre le mot du Premier Ministre, un grand cru, le Richebourg ou la Romanée Conti de la sportive. Merci à POA pour cette belle dégustation 😉

    Répondre
  8. Pascal DeVillers14

    Bonjour,
    Que rêvez de mieux ,la cavalerie lâchée dans le somptueux écrin de verdure du pays d’Auge.
    Oui on comprends parfaitement ce petit sentiment de frustration qui est d’avoir toute cette force sans pouvoir l’exploiter , mais n’est ce pas là aussi que ce cache tout le plaisir . Une ballade sur une petite route de campagne et puis brusquement une accélération puis coupure des gaz, retour au calme, la furie c’est faite plaisir.
    Je connais cette impression avec ma voiture moins puissante, mais que c’est bon ces petites envolées dans les tours et le son du moteur.
    Après, une telle mécanique, à haut régime conduite de façon soutenue sur route ce n’est pas de tout repos et c’est là que la notion de sport prend toute sa dimension.
    J’aimerai savoir si après un long trajet on ressent de la fatigue liée à la vigilance soutenue pour contenir la bête ou si elle sait être civilisée en communauté ?
    En tous cas un bien agréable épisode, je pense que je le revisionnerai au moins une fois encore pour observer les détails .
    J’ai beaucoup aimé les plans de vues de la Ferrari côte à côte avec la Lancia dans Beauvron en Auge , c’était très élégant.
    Vivement le prochain épisode , ah oui des dimanches comme ça on en veut encore.
    Pascal

    Répondre
    1. Bagnolard

      L’image des deux italiennes m’a aussi paru très élégante. Il y a de la continuité dans le génie italien !