Rolls-Royce Silver Ghost 1906 : le fantôme d’argent (4/4)

Découvrez l’histoire de la Rolls-Royce Silver Ghost ayant appartenu à Charles Stewart Rolls. Co-créateur de la marque, fils de lord, ingénieur diplômé de Cambridge, coureur automobile, cofondateur de l’Automobile Club britannique, Charles Stewart Rolls est aussi aérostier (pilote de Ballon). Pour se déplacer avec son ballon et sa nacelle, il se fait construire cette version de Silver Ghost qui compote un plateau à l’arrière. Paul, ingénieur mécanicien chez Rolls-Royce en Suisse pendant plus de 30 ans, nous raconte l’histoire fabuleuse de la Silver Ghost en restauration à l’atelier de la cité de l’automobile à Mulhouse.

Découvrez les ateliers de restauration du plus grand musée automobile au monde : La Cité de l’automobile à Mulhouse en Alsace qui abrite la Collection Schlumpf, plus de 600 automobiles de 98 marques différentes, dont 430 classées aux monuments historiques et la plus importante collection de Bugatti (plus de 120) au monde. Une visite exclusive en compagnie de Brice Chalençon, responsable de l’atelier, qui nous présente son équipe et les modèles en cour de restauration.

L’avis des Petits Observateurs !

26 commentaires au sujet de « Rolls-Royce Silver Ghost 1906 : le fantôme d’argent (4/4) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jean-François Bertrand

    Quelle série magnifique !
    Du conservateur au chef d’atelier un peu pur bonheur de les écouter. Quant à ce Monsieur Paul, avec sa blouse d’atelier d’avant la scission de 1998, vu ma passion pour tout ce qui est sorti de Derby, Crewe ou Cricklewood, ce sont des journées entières que j’aimerais passer en sa compagnie !

    Bravo à tous les quatre !

    Répondre
  2. Theodore

    Ce n’est pas tant les frères Schlumpf qu’il faut remercier, mais ceux qui, à partir d’une faillite frauduleuse, on su transformer ces acquisitions privées avec l’argent de l’entreprise en musée de l’automobile., aujourd’hui attraction touristique majeure à Mulhouse.

    Répondre
  3. Rb

    Exceptionnelle cette rencontre ! C’est tout l’ame de l’automobile, d’une époque de voitures d’exceptions et d’ingéniosité…des délices de plombiers comme le dit si bien Paul.

    Répondre
  4. Pascal DeVillers14

    Bonjour,
    Bel épisode et Monsieur a de l’esprit et de la répartie,  » Femme et moteur, joie et douleur » ,j’adore ce pourrait être du Audiard.
    je suis aller voir sur le net les versions 1 à 3 de la Phantom, effectivement la 3 c’est du brutal.
    Phantom 1
    https://goo.gl/images/Hvzms2
    Phantom 2
    https://goo.gl/images/Qq1VFa
    Phantom 3
    https://goo.gl/images/Tk1rVA
    Néanmoins ce qui est stupéfiant c’est la diversité de version de carrosseries qu’il était possible d’avoir sur un même châssis.

    Pascal

    Répondre
  5. Pierre_

    Monsieur Paul est passionnant, emouvant et truculent aussi
    Demandons lui d’ecrire ses Mémoires…
    Formidable moment
    Merci POA

    Répondre
    1. Maître Capello

      Oui un grand merci pour cette magnifique tétralogie.
      Merci bien-sûr au Schlumpf Président, mais également au Schlumpf jaune dit Schlumpf finition, au jeune Schlumpf pigiste ou Schlumpf à barbe, sans oublier notre charmante Schlumpfette…

  6. Georges Piat

    Vraiment formidable cette série de vidéos, j’ai beaucoup aimé.
    J’ai regardé la Phantom 2 sur le Net, c’est une voiture magnifique, je dirais même magique, avec une âme.

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Grâce à vous nous comprenons pourquoi les autos doivent rouler. Parce que le patrimoine industriel c’est avant tout une histoire d’hommes et de savoirs faire, parce qu’une auto statique serait comme un témoin muet. Merci Président de le souligner ici par l’interview opportune de Monsieur Paul en pleine séance de transmission aux jeunes mécanos du Musée.

    Il sait sans doutes plus que quiconque la nécessité de cet atelier de restauration, lui qui a essuyé la fermeture du Musée International de l’Automobile de Genève il y a quelques années de cela. L’idée de regrouper sous un même toit, sous la Halle 7 de Palexpo, les autos de petits collectionneurs d’ici et d’ailleurs et d’en assurer leur entretien était excellente mais n’a malheureusement pas résisté à la réalité économique et à un trop faible nombre de visiteurs…

    Merci donc aussi à tous ceux qui font vivre la cité de l’Automobile de Mulhouse, dont nous mesurons mieux l’importance au travers de ces quatre épisodes exceptionnels que nous venons de vivre ensemble, et merci à la fratrie Schlumpf d’avoir sauvé ce patrimoine immense.

    Que les générations d’aujourd’hui et de demain vous le rendent au centuple.
    Bon 1er mai à tous.

    Répondre
  8. Aginda

    J’ai ‘’dégusté ‘’votre reportage comme un délicieux repas gastronomique mais convivial,une équipe
    de rêve,un cadre magnifique,des plats sublimes….et me demandais quel sujet aborder ensuite qui ne
    soit pas un ‘fast-food ‘’…..
    Bonne route

    Répondre
  9. JOSEL

    Des anecdotes par centaine, l’œil qui frise, la passion intact, c’est la rubrique du Commandant Chatel personnifié!

    Fantastique, quel plaisir! nous voulons tous un autre reportage sur Mr Paul « Le Retour »

    Un grand et sincère merci pour nous avoir donné l’occasion de partager avec vous ce moment d’histoire.

    Amitiés POesque

    Répondre
  10. lp2b

    Magnifique Grandiose histoire et un très très très grand reportage de #POA qui à mon avis restera dans les archives et dans toutes les mémoires des bagnolards.

    Ce Monsieur Paul un grand MONSIEUR tout simplement …

    MERCI à tous chez #POA ..

    Répondre
  11. Commandant Chatel

    Sans le savoir, les amis, vous venez de fabriquer une fabuleuse archive de Monsieur Paul… qu’on s’arrachera un jour.
    J’adore l’histoire du panneau au mur, valable aussi pour les clients…

    Répondre
  12. MF67

    Indéniablement, une des meilleures interviews POA ! Cet homme est un véritable puits de science, et l’on pourrait l’écouter pendant des heures !
    Mais surtout, quelle belle auto cette Rolls ! En plus d’être superbe, elle dégage ce sentiment d’être plus qu’une simple automobile, mais une véritable œuvre d’art ! Il suffit d’admirer la qualité des matériaux utilisés, la finesse des détails, le soin apporté à la construction, etc…
    Car si les autos des trente-glorieuses sont parfaites pour procurer un vrai plaisir de conduite accessible, celles d »avant-guerre pourront ravir l’esthète, avec leurs matériaux et leurs techniques de constructions dignes d’un travail d’orfèvre ! A ce titre, et comme je ne pourrai jamais me payer une vielle Rolls, je rêve d’une Salmson ou d’une Hotchkiss d’avant-guerre, « Made in France » !

    Répondre
  13. Pascal MOORE

    Que d’émotions en voyant Monsieur Paul qui a travaillé pour un garage Rolls-Royce en grande partie de sa vie et qui en connaît des tonnes ! Merci à POA de nous faire partager cem moment teinté de nostalgie. ROLLS-ROYCE fait partie de ses marques mythiques, surtout , pour les anciens modèles car depuis le rachat par BMW, je pense que l’esprit Rolls-Royce n’existe plus. En 1966, la Silver Shadow fût une véritable révolution pour l’époque, et ce modèle devint un peu plus  » démocratique  » toutes proportions gardées. Le musée saura probablement contacter le Club RREC qui possède toutes les archives de la marque depuis 1904, basé à PAULESPURY en Angleterre. Je ne savais pas qu’on pouvait avoir accès à ces formidables archives. Je connais un passionné qui y passe des heures…….C’est grâce aux archives que j’ai retrouvé une partie de l’histoire de ma Rolls-Royce, et depuis l’aventure continue. c’est assez formidable de pouvoir retracer l’histoire d’une voiture. Il y a beaucoup à dire sur cette marque car il y a aussi beaucoup de choses complètement fausses qui ont été propagées à travers les années : NON, les capots ne sont pas plombés, NON il n’existe pas d’hélicoptère qui vient vous dépanner….BRAVO POA pour ce grand moment ! Merci Monsieur PAUL de nous faire partager votre expérience et votre savoir !!!

    Répondre
  14. Chapman

    Si ce Monsieur Paul avait été au volant de la Mercedes de Lady Diana, il y a fort à parier qu’elle serait encore parmi nous aujourd’hui….
    Blague dans le coin, quel interview!!!! Il aurait pu (vous auriez dû) parler une heure. Quel merveilleux personnage, quelle truculence et cet œil malicieux. Je ne connais pas un seul autre média qui vous arrive à la cheville pour dégoter de telles personnalités et aborder de si bons sujets.
    C’est sûr, je retournerais voir ce merveilleux musée.
    Merci à tous pour ces trop courts moments. Quelle chance vous avez…….et nous aussi!!

    Répondre
  15. Thierry

    Perso je l’ai visité en 1981, il n’a guère changé.
    Mais là ….. QUEL HOMME FORMIDABLE !!!!!!!!
    Merci Renaud, merci de laisser calmement s’exprimer ce monument de culture Rolls !!!

    Répondre
  16. Frédéric à Montréal

    J’ai visité ce musée avec mes enfants il y a une dizaine d’années. Un endroit extraordinaire dont certaines parties sont très émouvantes, ce qui est tout de même étonnant pour un musée d’automobiles.
    Mais POA me le fait découvrir, grâce surtout au conservateur (exceptionnelle visite en «vis-à-vis» électrique avec lui) et, aujourd’hui, avec ce spécialiste de Rolls, puits de connaissances absolument truculent que Renaud a le talent de laisser parler. Ses anecdotes et les détails techniques sont tout simplement fascinants.
    On en oublie évidemment la A8 utilisée pour le trajet, gros tank prétentieux par rapport à toute cette beauté…
    Merci pour cette visite qui me donne envie d’y retourner… et de relire mes livres sur les frères Schlumpf!

    Répondre