On a tous quelque chose en nous de Renault Twingo

Patrice Vergès. Après avoir réveillé notre mémoire avec l’histoire de la première Renault Twingo, pourquoi ne pas en reprendre le volant 25 ans après l’avoir conduite pour la première fois ?

La Twingo phase 2 produite après 1998 se démarquait de celle de 1993 par son bouclier redessiné ton caisse sur les hauts de gamme

 » Elle n’a pas d’enjoliveurs de roues, ni d’antenne qui se volent beaucoup sur la Renault Twingo  » m’explique Jean-Luc en me montrant ses deux Twingo dépouillées d’enjoliveurs qui appartenaient à ces deux enfants : une Kenzo et une rare Kiss Cool. Une série limitée apparue en 2004 qui se particularisait par des enjoliveurs spécifiques plus esthétiques qui expliquent la convoitise qu’ils suscitent. Elle offrait aussi un couleur spécifique (gris Boréal), la climatisation, un lecteur CD, une sellerie turquoise, des boutons bleus et des antibrouillards et la direction assistée et l’ABS. Le tout était seulement facturé 400 euros de plus que la version d’accès pour un prix total de 10 350 euros. Une Renault Twingo 3 Zen coûte aujourd’hui sensiblement dans cette définition 12 700 euros. Soit plus de 20 % d’augmentation en 14 ans avec davantage de sécurité active et passive (ESP et EBD), de puissance (70 ch contre 60), 4 portes, des pneus bien plus épais (185 à l’arrière) contre 145 pour son aînée mais, semble-t-il, de l’attirance en moins puisque ses ventes sont décevantes. Nous l’évoquerons prochainement.

Avec 3,43 m de long, la Twingo semble bien menue de nos jours

Grande et petite à la fois

Comme toutes les voitures d’il y a 20 ans, avec ses 3,43 m comme la Renault Twingo semble menue à l’extérieur ! Ô miracle, comme elle semble grande à l’intérieur avec son pare brise situé très loin des yeux et surtout à l’arrière quand sa banquette est reculée au maximum. On y accède assez aisément en faisant coulisser les sièges avant par sa large porte latérale qui facilite l’accès à bord. Mais mon chauffeur me rappelle que ses deux portes ont détourné quelques mères de jeunes enfants par manque de praticité. Cette habitabilité s’était faite au détriment de l’assise des sièges qui ne maintiennent pas convenablement les cuisses si on mesure plus d’un mètre quatre vingt.

A bord, ses larges surfaces vitrées donnent le sentiment que nous conduisons un aquarium sur roues. Bon, alors qu’est ce qui a vieilli dans cette voiture ? La qualité des plastiques qui effraieraient notre cher Audiman surtout en teinte gris clair qui accroît la sensation de volume. L’isolation phonique également dès qu’on roule avec la tonalité trop présente du petit 1234 cm3 lorsqu’on le sollicite et trop de bruits de roulement au sol. Les voitures de 2018 ont fait d’énormes progrès en matière de silence.

Les plastiques gris clair accroissent la sensation d’espace. La Kiss Cool offrait ses sièges recouverts d’un original bleu turquoise

L’absence de couvercle de vide-poche était critiquée sur cette voiture

Les bacs de portières accueillants manquaient de hauteur pour ne pas laisser tomber des objets en fermant la porte

Confortable et chaloupant

En revanche, sacré bon point pour le confort de suspension supérieur à celui d’une version actuelle au prix d’une prise de roulis conséquente qui déroute en 2018 exacerbée par une direction assistée assez floue déjà critiquée dans les années 2000 :un progrès par rapport à celle assez lourde non assistée des premières versions. Mais pour le reste, la Renault Twingo reste formidablement actuelle et bien plus agréable à vivre que ses concurrentes de son temps, de l’AX à la 106 en passant par l’horrible Ford Ka ou l’éphémère Seat Arosa dure comme du béton.

 » Elle a 124 000 km parcourus sans aucun ennuis » raconte Jean-Luc qui roule au quotidien en Talisman Estate de fonction qui s’étire sur 4,86 m.  » Quand nous allons en ville pour faire des courses, nous prenons la Twingo car elle est si pratique et encore très agréable à conduire et nous n’avons pas du tout l’intention de nous en séparer tant que la loi ne nous y obligera pas « .

Un dernier petit coup d’œil sur son mono double-essuie glace qui essuyait dans les coins, son rétroviseur support d’antenne de radio fixe et son fameux regard presque humain bien que traité de batracien. La retrouver m’a rappelé de doux souvenirs de ses nombreux essais. On a tous quelque chose en nous de Twingo. C’est à la fois si loin et si prés 25 ans ! Je l’ai quittée empreint d’une tendre nostalgie et me suis surpris à fredonner dans l’intimité de ma voiture la musique inoubliable de « Johnny and Mary  » de Robert Palmer qui habillait toutes les pubs de ce constructeur pendant de longues années. » Johnny’s always running around trying to find certainty……

Le volume offert aux passagers assis à l’arrière étonne toujours d’autant que les sièges avant pouvaient en s’avançant se transformer en couchette intégrale

L’antenne montée sur le rétroviseur est très convoitée par des possesseurs indélicats de Twingo qui l’ont cassée au lavage

L’avis des Petits Observateurs !

18 commentaires au sujet de « On a tous quelque chose en nous de Renault Twingo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. vbm_51

    La Twingo 1 à été la véritable remplaçante de la 2cv, que Citroën n’a pas osé faire. La mienne achetée neuve en boîte automatique 3 vitesses a plus de vingt ans et présente encore fort bien son rouge pompier quand elle est propre (pas très souvent, en fait).
    Elle nous a plusieurs années trimballés avec nos deux enfants, et quand vraiment je ne pouvais pas tout rentrer, dedans j’attelais une petite remorque bagagère faite maison. Nous avions alors le temps d’admirer les petites routes escarpées de Haute-Loire….
    Twingo 2 : aussi tristounette que la 1 était craquante.
    Twingo 3 : des efforts de gaité mais aucune modularité et une boboïsation incongrue.

    Répondre
  2. Vincent

    Â la Twingo…j’en ai encore un bout du catalogue géant distribué au mondial de 92,que mes parents m’eurent ramené.Cette même année mon père avait commandé pas mal de « B » turbo, ces utilitaires a bennes bien anguleux, et venait de prendre possession de sa 19 turbo-d et son fantastique moulin mazout alors.
    Cela pour re-situer le contexte, et le design des Renault d alors…
    Mais c’est surtout ma mère qui fut conquise, elle qui alors vénérait sa petite supercinq.
    Petite oui car avec deux bambins elle n avait pas la modularité de cette « bouille de grenouille.
    Elle craquera finalement quelques années plus tard pour la Ka.
    Je vous trouve d ailleurs sévères avec elle.Certes le concept était un peu une farce, l idée d une voiture de ville peu logeable et à la carrosserie très très exposée, mais quel kart avec ses roues dans les coins.Le confort en fait les frais.
    Autre aspect sociétal de la Twingo, dans mes première s années de permis j’adorais les regarder.Pas pour leurs bouilles familières, mais pour les jolies femmes qui souvent les conduisaient.

    Répondre
  3. 24heures

    La seule fois où j’en ai conduit une, c’était une location pendant un week-end. Ce qui m’avait bluffé, c’est d’arriver à rentrer un vélo adulte dedans (sans passagers AR bien sûr).

    Je vous trouve un peu injuste avec l’Arosa. J’en ai eu une de prêt pendant plusieurs jours en 1997, elle m’a laissé un excellent souvenir, joueuse, maniable, un vrai petit kart. Certes, niveau confort c’était… allemand…

    Répondre
  4. sliman.

    j’ai eu l’occasion il y a quelques années d’en louer une en Martinique les vacances (2 semaines d’utilisation) c’était une version Kenzo de mémoire (clim + D.A) j’avais des réticences (voiture de fille, jouet à 4 roues, trop petite) et là coup de foudre pour ce ‘batracien à roues’! elle m’a complètement retournée le cerveau et mes certitudes avec!! elle est plus spacieuse qu’il n’y parait, son moteur pas puissant (1.2) mais nerveux, grimpe les côtes sans rechigner! à mon retour j’ai fais quelques recherches en occasion et finalement la ‘raison’ à fini par me rattraper.. un peu à l’image d’un amour de vacances (une passion éphémère ^^)

    Répondre
  5. Gaspard

    En deuxième voiture, achetée il y a cinq ans 2000 € à son premier propriétaire, trop âgé pour conduire, mais qui avait été très précautionneux, nous avons la version sans direction assistée (qu’elle est lourde!) , qui penche dans les rond-points, mais le moteur essence n’a que 70000 km alors qu’elle a au moins vingt ans, et on fait les courses et le marché avec depuis 4 ans sans souci. Bien sûr, ça craint un peu au contrôle technique prochain…C’est une voiture amusante, facile, spacieuse. Evidemment, à 110, il vaut mieux éviter les jours de grand vent breton.

    Répondre
  6. Mansouri hakim

    Que de souvenirs avec la TWINGO de ma femme avecson toit ouvrant. Une voiture sympa et attachante. Moteur un peu faible dès qu’une montée se présentait. Mais quel espace à l’intérieur !

    Répondre
  7. Piat Georges

    Je préférais, et de loin, la Renault 4. A 70 km/h, elle était géniale. Quant à la Twingo, je ne la « sentais » pas, un toucher de route que je n’aimais pas…

    Répondre
  8. Kazmouth

    Tenue de route catastrophique, la crainte que l’auto se délite au moindre accident, freinage mou, une « bosse » entre les omoplates avec mon 1.84m… des défaut rédhibitoires que n’avait pas la 106!
    Je n’ai jamais compris le succès de cette auto.

    Répondre
  9. Mustang98

    Ça fait quelques temps déjà que je me dis qu’il m’en faut une !
    Je vais finir par franchir le pas… Sinon, dans peu de temps, elle sera impossible à dénicher, voire trop chère !
    Une des dernières vraies voitures, pas intelligente quoique très maline, pas connectée du tout quoique très sympa à vivre… Bref, une auto dotée d’une vraie personnalité, avec ses qualités indéniables et les défauts qui vont avec !
    Un peu à la façon des « Deuches » !

    Répondre
  10. Miata-Boy

    J’ai roulé pendant quatre ans en Twingo Kiss Cool que j’avais achetée neuve. Que de bons souvenirs ! Avec elle, j’ai déménagé, voyagé, conduit par tous les temps et profité d’une clim’ relativement efficace. Elle me manque parfois…

    Répondre
  11. Chapman

    J’ai déjà eu l’occasion de le dire dans d’autres commentaires, cette voiture est très haut dans mon Panthéon automobile personnel. C’est une voiture d’ingénieur avant d’être marketée et il est peu de services qu’elle ne puisse pas rendre. Nous en avons eu deux, une première (de base) de 95 verte comme une grenouille que nous nous disputions en famille et une seconde, presque luxueuse en 16S toutes options, très économique en carburant mais tout les six mois au garage….. Beaucoup moins fiable que la première avec laquelle nous fîmes 200000km dans autres dépenses que le consommable, pneus, freins, huile….
    J’aimerais bien la reconduire aujourd’hui…

    Répondre
  12. Gérald

    Un condensé d’ingéniosité et de bon sens, dommage que Carlos n’est pas voulu étudier une digne héritière, quand on voit ce que fait Fiat avec sa 500, il y avait un marché à conserver.
    Comme le dit si bien Patrice on a tous quelque chose en nous de Twingo. Pour moi le souvenir de mon ancien employeur qui après un essai en location, avait abandonné les BM coupé pour une twingo noire full option. On a jamais vraiment compris ce revirement, qui n’a duré qu’un certain temps, mais assez pour me procurer quelques frayeurs de freinage…
    Mon carrossier aussi en gardait encore une en véhicule de prêt, et ma fille la surnommait tendrement « Choupette », sa bouille inimitable étant propice au surnom.
    La semaine dernière, j’ai essayé pour quelques jours la dernière Twingo.
    Bon à part le nom, il n’y a vraiment plus rien de commun avec l’original. Ou est passé la modularité et l’espace ? J’ai cherché bêtement à ouvrir le capot pour savoir si il y avait un coffre devant, et après avoir lu la notice j’ai découvert qu’il renfermait que de la technique.
    Je n’arrive pas à croire que cet espace soit pas aménageable, dans ma Renault 8, je n’avais pas de coffre sur le moteur, mais à l’avant, sur le sac de sable, ou pouvait ranger les courses !
    Même ma 600 de 50 ans avec la même configuration est plus ingénieuse, espace de rangement derrière les sièges arrières et coffre à l’avant, bon dans une autre dimension il est vrai !
    Vraiment dommage d’avoir perdu toutes les bonnes idées de la vraie Twingo, c’est même désolant d’en avoir conservé le nom. La nouvelle qui a d’autres qualités, un rayon de braquage bluffant par exemple, ne correspond en rien à l’esprit de la première, une autre dénomination aurait été bienvenue.
    Et cette Twingo à force de la voir tout le temps, rayée, cabossée, négligée on ne la regardait plus trop, mais on a sous nos yeux un vrai collector…

    Répondre
  13. Gwenvaël Alexandre

    La Twingo est presque une voiture avec chauffeur, tant je préfère être passager que conducteur. Une voiture à vivre, une vraie Renault. Je suis surpris par certains éléments de finition. Par exemple, sur la version haute, Initiale Paris, la qualité de la moquette est semblable à une routière de luxe : aussi épaisse. La luminosité à bord est excellente, l’habitabilité généreuse. Pour ces petits détails Renault me surprendra toujours. Quand à l’insonorisation, je me souviens d’une amie qui me disait qu’elle avait l’impression que le moteur allait lui tomber sur les genoux !

    Cette voiture incarne une France, belle, dans toute son insouciance et sa simplicité. C’est un futur petit collector (si ce n’est déjà fait sur certaines séries spéciales comme l’exceptionnelle version Lecoq). Il existe des clubs partout en Europe (hé oui cette voiture suscite la passion automobile comme les autres). J’ai eu du mal avec son style, mais avec les années espérons que j’aurais changé d’avis !! Merci pour cet essai Maître Vergès ! 😉

    Répondre
  14. Guillaume D.

    Ah la Twingo, j’ai détesté sa drôle de bouille à sa sortie, je l’ai adoré quelques années plus tard en tant que première voiture une fois le permis en poche! Son habitabilité est tout simplement phénoménale. La tenue de route est pas terrible, surtout sur route mouillée, les choses se sont un peu améliorées en 2000, sans être extraordinaire… et il faut alors composer avec cette drôle de direction assistée !

    J’en ai racheté une (une phase 2) il y a quelques années et je l’utilise desormais quotidiennement pour aller au boulot. Son plus gros défaut, dans ce cadre-là, c’est l’insonorisation (…ou plutôt le manque) qui est fatigant en fin de journée.

    En tout cas, je suis bien en phase avec le ressenti de Patrice!

    Répondre
  15. Pascal DeVillers14

    Bonsoir,
    Toujours aussi sympa cette petite TWINGO tant à l’extérieur qu’à l’interieur .
    Elle n’a pas pris un ride et c’est du solide la petite.
    Un mot la qualifie  » INDEMODABLE »
    Bonnes fêtes à tous.
    Pascal

    Répondre
    1. Pascal DeVillers14

      Bonsoir 2RAK
      Ah oui c’est une bonne idée pour mettre en alternance avec les GAS STATION.
      Bonnes fêtes à vous.
      Pascal