Souvenirs d’Autos (132) : les cheveux au vent en cox !

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Merci à Tangui, pour ces moments de vie en Volkswagen Coccinelle Cab.

1

1973, j’ai six ans, ma mère reçoit une nouvelle voiture, elle choisit une coccinelle cabriolet vert pomme, intérieur  simili cuir beige et capote blanche, elle est superbe et tout à fait dans  les couleurs de l’époque. Cette voiture restera 17 ans dans la famille. Elle fera la joie des ramassages scolaires de mes copains et moi.

1977, nous passons les vacances d’été à Mougins. Départ de Bruxelles à trois heures du matin. Au volant ma mère, sur la banquette arrière ma sœur, sa copine Laurence qui ont 6 ans et moi. Nous chantons à tue tête pour faire passer le temps. Côté passager la mère de Laurence qui ne conduit pas mais parle durant tout le trajet de ses problèmes de couple. Nous arrivons à 21.00 heures après 18 heures de route. Ma mère se souvient encore toujours de ce voyage, avec effroi!

1979, Le vert pomme c’est rigolo mais cela lasse, la coccinelle  est repeinte en noir. Avec ses sièges beiges et la capote blanche elle est splendide.

1984, 11ans en coccinelle cela commence à bien faire, ma mère s’achète un BMW série 5 mais on garde la Cox car l’année prochaine j’aurai 18 ans et l’utiliserai pour aller en fac de droit.

1985, en route pour mes derniers examens j’explose le moteur sur l’autoroute en accélérant trop fort. Coup de chance, mon père passait par là. Voyant la Cox sur la bande d’arrêt d’urgence, il me dépanne. J’arrive à temps pour mes examens que je réussi, joie dans la famille.

1986, la Cox est remise en état, nouveau moteur, coup de peinture, sono Clarion 80 watts sur laquelle nous jouons la bande son de l’époque: TheThe, The Mission mais surtout les Doors (Break on through).

On ne passe pas inaperçu.

1986 toujours, mes amis Filip, Thierry et moi partons à Knokke-Le Zoute (le Deauville Belge, une fois) pour fêter la fin des examens. Nous portons les cheveux longs, Docksides roses au pied, lunettes Wayfarer sur le nez et clérasil sur le front. Nous roulerons décapoté avec la musique à fond comme il se doit. Le problème c’est que rouler cheveux au vent cela pose, mais cela devient vite très désagréable quand ils sont longs. Nous n’avons pas de casquettes mais bien entendu, il n’est pas question de recapoter. La solution, trois paires lunettes de natation speedo qui trainaient dans la voiture. L’élastique fixe les cheveux et puis elles font office de lunettes de soleil, en fait on ne voit pratiquement rien, mais bon.

Aux feux rouges sur la nationale, les autres conducteurs sont éberlués. Difficile de passer inaperçu avec la sono à fond et les lunettes Speedo vissés sur le nez.

Filip et moi faisons comme si tout cela était normal. Thierry qui trône à l’arrière, lance du haut de ces deux mètres et de sa masse de cheveux imposante des regards menaçants aux autres automobilistes, le tout accompagné par les Doors et leur ‘Break on Through’. Epique!

1990, La Coccinnelle est volée un soir d’hiver. Elle est remplacée par une 305 blanche qui a déjà 140.000 KM au compteur. Voiture indestructible mais pour poser c’est beaucoup moins bien…

2015, Thierry décède inopinément, je rentre de Suisse pour l’enterrement. A l’aéroport, je loue une coccinelle décapotable et vais chercher Filip pour nous rendre aux funérailles. On met « Break on through » des Doors sur la sono et nous décapotons. Cette fois-çi, le vent ne nous dérange pas, pas besoin de lunettes Speedo, nous n’avons plus de cheveux.

 

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (132) : les cheveux au vent en cox ! »

  1. Nabuchodonosor

    Difficile de commenter tant votre histoire nous émeut Tangui : A la mémoire de Thierry et des bons moments passés ensemble personnifiés dans cette Cox, me vient l’envie de vous dédier la très belle chanson de Jacky :

    « Même si un jour à Knocke-le-Zoute
    Je deviens comme je le redoute
    Chanteur pour femmes finissantes
    Que je leur chante  » Mi Corazon  »
    Avec la voix bandonéante
    D’un Argentin de Carcassonne
    Même si on m’appelle Antonio
    Que je brûle mes derniers feux
    En échange de quelques cadeaux
    Madame je fais ce que je peux
    Même si je me saoule à l’hydromel
    Pour mieux parler de virilité
    A des mémères décorées
    Comme des arbres de Noël
    Je sais qu’ dans ma soulographie
    Chaque nuit pour des éléphants roses
    Je chanterai la chanson morose
    Celle du temps où je m’appelais Jacky…

    Etre une heure, une heure seulement…
    Etre une heure, une heure quelquefois…
    Etre une heure, rien qu’une heure durant…
    Beau ! Beau ! Beau et con à la fois… »

    https://www.youtube.com/watch?v=EFG1QLCzICc

    Alleï, alleï, et comme on tis :
    « Pelche une fois, Pelche touchours ! »

  2. Chapman

    C’est ce qu’on disait l’autre jour, une voiture c’est une vie.
    Je crois qu’il n’y avait pas de meilleur hommage à l’ami perdu que de venir à ses funérailles avec le souvenir du passé.
    Joli parcours, merci.

  3. Theodoric

    Emouvant, quand on a l’âge des protagonistes de ce joli petit récit. D’où un certain succès des New Beetle chez les cinquantenaires…