Café Garage juin 2016 : Q2, une véritable Audi ? Le scoop de l’essai du 3008.

Au menu du Café Garage du 9 juin 2016 avec Floriane, Cédric et Renaud : l’Audi Q2 et l’Audi A5, la nouvelle Peugeot 3008, la Norvège qui veut interdire les véhicules thermiques en 2025, la polémique sur le design de la Toyota Prius IV et la beauté du diable de l’Aston Martin DB11.

gafé gartag

L’avis des Petits Observateurs !

94 commentaires au sujet de « Café Garage juin 2016 : Q2, une véritable Audi ? Le scoop de l’essai du 3008. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Franky

    Bonjour a tous !
    Juste une petite remarque au sujet de l’insert en tissus de la planche de bord du nouveau 3008 et présenté comme une « première mondiale ». Il y a presque 20 ans l’admirable Fiat Multipla (?) arborait déjà une planche de bord recouverte de tissus, à l’aspect beaucoup moins noble il faut le souligner.

    Répondre
    1. Samuel (POA Belgique)

      Ah, cela me fait penser que la Chevrolet Cruze présentait aussi, en partie, un tissu sur sa planche de bord.

      C’est bien joli mais si le textile est présent sur toute la planche, reste à savoir comment cela va vieillir… Et sachant que c’est un nid à poussières, gare aux allergies… Il faudra désormais aspirer aussi la planche de bord ! ^^

    2. Dubby Tatiff

      Et l’amener au pressing une fois par an pour un nettoyage à sec, comme un costume.

      Ah, on est pas sortis de l’auberge ! 😉

    3. de Cosmi

      Monsieur le Président, Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre, un petit « papier » sur le Range Sport qui s’arrache à des prix très supérieurs aux SUV Allemand serait peut être utile pour décrypter le phénomène Range 😉
      Arnaud

  2. tibo

    Maintenant que le Président roule deux chevrons, vous pourriez faire votre café garage au Bistrot d’André, dans le 15ième, le patron est vraiment super sympa et le président pourrait se garer juste devant, dans l’arrondi.

    Répondre
    1. Tibo

      J ai oublie de préciser, pour ceux qui seraient intéressés qu il s agit de l ‘Ancien bistrot d André Citroën , toujours décoré à la gloire de la marque.

  3. Amok

    Mais enfin, pourquoi voulez-vous retenir les mêmes critères d’appréciation pour une Aston Martin que pour le reste de la production automobile ?
    On ne peut pas être cartésien avec cette marque.
    Apprécier une Aston, c’est une affaire de gentleman. Et souvenons-nous de la définition britannique : un gentleman est quelqu’un qui sait jouer de la cornemuse, mais qui n’en joue pas !
    Gageons qu’une Aston pourrait être une auto parfaite, mais elle ne l’est pas. Tout autre commentaire serait superflu.

    Répondre
  4. Bullitt06

    Merci monsieur le premier ministre , et désolé madame la ministre , mais une voiture moche n est pas clivante , elle est juste moche et je suis sûr que en off c est ce que vous vous dites entre vous , je vous trouve un peu langue de bois sur la prius , ce qui n empêche que cette voiture est un marqueur de l automobile hybride.

    Répondre
  5. philippe

    étonnante vos critiques sur Aston Martin car , en fait , l’histoire se répète : « jeune bagnolard » en 1977 , je roulais en Jaguar MkII 3,4 et j’essaie une Aston DB4, en parfait état, à vendre pour 25000 francs (bienheureuse époque : elle ne valait pas plus) . Au bout d’un essai de 100 kms ( quand meme !) amère deception : l’Aston était un « camion » désagréable par rapport à la Jaguar … et je suis reparti avec ma fidèle Mark II , tout content de mon choix (seul hic : l’histoire m’a donné tort financièrement )
    Bravo à POA pour sa tonalité et son gouvernement admirable !!

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Le conducteur d’une Aston Martin se croit être James Bond l’espace d’un instant, avec le licence to kill, le champagne, les femmes et la virilité triomphante qui vont avec.
      Le reste importe bien peu au regard de cette promesse 😉

      PS : le terme « camion » avait été utilisé également par Rémy Julienne à propos de la DB5, lorsqu’il avait fallu tourner une course poursuite avec la Ferrari conduite par Famke Jensen. Bon, au crédit de l’Aston, il comparait des voitures de génération très espacées. M’enfin tout de même …

  6. Dubby Tatiff

    Petite Observation Automobile dès potron minet :

    Après la DB5, DB7, DB9 et DB11, la prochaine Aston Martin s’appellera t-elle DB13 ?

    Pas facile …

    Répondre
  7. Sanshistoire

    Je ne partage pas du tout l’enthousiasme de Cédric est au sujet de l’interdiction des véhicules thermiques en Norvège. C’est symptomatique de la dérive liberticide de nos sociétés.
    Aujourd’hui, les atteintes à nos libertés sont légions, chômage, pouvoirs d’achat, liberté d’expression, productions déraisonner de normes législatives et réglementaires fréquemment mal préparées et mal adaptées… Et demain, que va nous imposer l’État ?
    Pour en revenir au sujet, autant je suis favorable aux sur taxations des produits polluants pour orienter le choix des consommateurs voire de certaines formes quotas, autant l’interdiction pure et simple d’un produits sous prétexte qu’il ne plaît pas à certains même majoritaire est dangereuse (tyrannie de la majorité).
    Au niveau des quotas imposés aux distributeurs de voiture, c’est tout simplement déconnecté de la réalité du commerce. Ce sont les consommateurs qui décident ce qu’ils veulent acheter et le vendeur n’est là que pour fournir le bien que souhaite son client sous contrainte de profitabilité. Comme on ne vend pas une brouette à une société de transport, on ne vendra des voitures éclectiques que si cela intéressent les consommateurs. Sinon le distributeur va pouvoir empiler les voitures électriques dans son jardin.
    Souvenez-vous de la politique économique mener par Cristina Kirchner pour rééquilibre la balance commerciale de l’Argentine. L’importateur Mitsubishi était contraint, pour compenser ses imports, d’exporter pour le même montant en cacahuètes ! Un politique économique que s’est soldé par une alternance.
    Enfin, la voiture électrique s’imposera d’elle-même lorsque les batteries permettront de voyager une journée, soit 1000 km. Une réalité à prix abordable dans 10 ans, demain dans l’industrie automobile.

    Répondre
    1. Stéphane. nc

      @ sanshistoire
      Je peux partager l’inquiétude concernant nos libertés. Quoique beaucoup de celles et ceux qui revendiquent leur liberté ne sont guère prêts à en assumer le corollaire indispensable, la responsabilité individuelle.

      En bon démocrate -et en bon libéral- la notion de « tyrannie de la majorité » me pique un peu les yeux. Mais nous avons connu de longs siècles aristocratiques, tout est possible…d’ailleurs ne sommes nous pas en oligarchie (fort éloigné de la majorité)?

      « Ce sont les consommateurs qui décident » : je vous invite à consulter rapidement les travaux de Maskin et Myerson sur la « théorie des incitations »…..l’omo économicus rationnel est aussi crédible que l’omo sovieticus…d’ailleurs Renaud qui a travaillé dans la pub et la com est bien placé pour le savoir.
      Au fait pourquoi tout le monde voulait du diesel? C’est venu tout seul, comme ça………aahhh d’aacccoooord….

    2. gallus

      @ Stéphane nc.

      Mais vous n’avez pas à vous excuser …
      je ne vous imagine pas un seul instant le regard alpin trônant sur un rocher …
      même Suchard …

      Démocrate et libéral … extrêmement fréquentable donc !

      J’espère simplement que l’intention de nos politiques n’est pas d’attendre que le coût de l’énergie électrique devienne exorbitant pour l’imposer … aux 30 % solvables de ce pays dont je fais encore partie …

    3. Sanshistoire

      Le choix du développement du diesel en Europe est issu de la ratification des Accords de Kyoto pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des pays de l’UE. La solution a été de privilégié les motorisations diésel qui émettent moins de CO2 au kilomètre que leurs homologues essences, au moyen d’une politique fiscale avantageuse.

      Ainsi, pour les entreprises (plus de 50% du marché neuf), la Taxe sur les Véhicules de Tourisme et de Société et la déductibilité de la TVA sur le gazole -au contraire de l’essence- imposent l’achat d’un véhicule diésel.
      Pour les particuliers le choix est possible. Par exemple, pour mon véhicule le seuil de rentabilité était de seulement 60 000 km, donc j’ai choisi le diésel. Bien sûr, on peut rajouter d’autres variables non budgétaires à l’équation, comme la sonorité, l’inertie du moteur, l’odeur du carburant, carburant gras ou sec…

      Par ailleurs, la tyrannie de la majorité n’est pas qu’un concept pour occuper les philosophies du XVIIIe siècle, ou des économistes et leurs théorèmes d’impossibilité. Par exemple, selon le Democracy Index, la démocratie indienne est plutôt bien placée et à un niveau similaire à la France. Pourtant, ce pays majoritairement hindou est aussi très bien classé au niveau de l’indice mondial de persécution des chrétiens. Les violences sont fréquentes et impunies. Plusieurs États indiens ont mis en place des lois condamnant les conversions aux christianismes des hindous et le gouvernement fédéral souhaite généraliser ces pratiques à l’ensemble du pays. Donc la dictature de la majorité en démocratie n’est pas imaginaire.

    4. Stéphane.nc

      Kyoto. 1997 application 2005

      La préférence pour le diesel est plus ancienne en Europe. La chasse au CO2 a été la parfaite excuse pour polluer nos villes. Car un gros rouleur autoroutier en diesel pas de débat. Mais jusqu’à 75% de voitures neuves immatriculées avec un kilométrage moyen français de 12000km en baisse régulière : la plupart n’avait pas besoin de gras liquide…les bronches de nos gosses et de nos aînés non plus.

      Le sens des mots encore et toujours. Nous avions « les riantes démocraties populaires » satellites de l’URSS. Nos bons présidents africains qui se font élire avec des scores… Soviétiques.
      Et le concept poutinien de « démocratie autoritaire ». Mettre un bulletin dans une urne ne suffit pas à faire une démocratie libérale. La Norvège est fort éloignée de L’Inde (pas que géographiquement) vous en conviendrez.
      C est pour cela que j’ai ajouté le mot libéral. c’est peu mais ça change tout. Et quand on lit ce que Lénine, Mussolini, et bien d’autres « poètes » pensent de la liberté…..ce bon vieux Winston avait bien résumé la chose.

  8. Samuel (POA Belgique)

    Bonsoir.

    Merci pour ce nouveau Café Garage. Hélas, nous étions habitués à plus long et fourni mais loin de moi l’idée de mettre une critique quand on sait le temps, l’énergie et les heures de prises de vue parfois nécessaires pour sortir quelques minutes de vidéo « montrable »…

    Je réagis concernant deux choses :

    Vous semblez soutenir que la SUVisation du 3008 était nécessaire. Mais je m’interroge sincèrement quant à la réaction des propriétaires de 3008 actuels qui, je pense, doivent être majoritairement satisfaits. Or, à nouveau, j’ai un peu le sentiment que Peugeot se perd dans sa gamme.

    En effet, et il est douloureux de le rappeler, il existe bel et bien un SUVI dans la gamme… depuis des années. Celui dont personne ne parle jamais, même pas les vendeurs qui ont toujours un peu honte quand on les interrogé à son sujet : le 4008 ! Loupé magistral de Peugeot en ce qui concerne l’intérieur (repris intégralement du ASX, alias Citroën C4 Aircross. Presque un Alesia tant l’omerta à son endroit est flagrante selon moi…

    Alors qu’en soi, le design extérieur du 4008 me semblait réussi pour un SUVI, pourquoi ne pas nommer ce nouveau 3008… 4008 ?

    Et laisser le 3008 en crossover avec un look certes discutable mais qui a réussi…! Un peu à l’image, à une autre échelle, de la Prius justement. Un symptôme de constructeur français, semble-t-il consistant à changer un design à tout prix, malgré une réussite commerciale, au risque de complètement dérouter les propriétaires du modèle sortant qui, du coup, iront forcément jeter un oeil chez le concurrent au lieu, comme c’est le cas chez Audin par exemple ou chez Toyota par exemple, de simplement venir faire un tour dans le showroom et signer le bon de commande pour renouveler leur auto.

    Bref, je trouve étonnante cette dichotomie dans le discours entre 3008 et Prius.

    Go POA ! 🙂

    Répondre
    1. Samuel (POA Belgique)

      *émettre.

      J’oubliais la seconde chose :

      Je trouve que l’on entend pas énormément Mme la Ministre. Malgré plusieurs tentatives de prise de parole… je vote pour la batte de base-ball pour faire taire la pipelette en pantalon vert (je veux le même !) ^^

      Amicalement 😉

    2. Samuel (POA Belgique)

      Maudites saisie automatique sur tablette….

      SUVI = SUV !

      Navré si d’autres erreurs apparaissent dans le texte ci-dessus.

    3. gallus

      Bien vu de souligner le SUiVisme de Peugeot et le désarroi probable dans l’esprit de ses clients …
      Aux ordures non seulement l’original , mais également la copie de l’original et comble de la cohérence finale ( une invention de publicitaire j’imagine , au même titre que l’individualité et la true life ) nous voilà sommés de glorifier la copie de la copie de l’original …
      Quant à l’alibi sartorial … en ce qui me concerne : la goutte qui fait déborder la vase !

    4. gallus

      Ps. Oublié de poster

      la copie de la copie de l’original ( original qui entame aujourd’hui sa phase 3 !)

  9. Stéphane D

    Aaaah l’aston Vantage. Tout est si bien résumé dans vos propos :
    L’une des plus belle avec ses portes en semi élytre, et je ne parle pas de la bande son ou du design des compteurs ou de la clé …

    Mais quelle vieille auto, une boîte pré historique, un GPS d’antan et des performances loin des standards auxquels elle se compare. De quoi être déçu mais nous lui pardonnerons beaucoup.

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Faut dire m’sieurs dames que Théo a tout de même réussi crânement sa vie à Manhattan au volant de sa Century Regal 455, copper color, derrière ses Farm Fresh sunglasses, s’enfilant de bons burgers & fries et suçant sans cesse sa fameuse Tootsie Pop… Tandis que moi, parti à la crime, j’ai du m’coltiner une antédiluvienne 403 convertible trouée, un imperméable froissé, un chien idiot (Hound) et… ma femme… Et j’vous parle même pas de mon pote Mike Stone et de son assistant Keller à Frisco qui roulaient le coude à la portière en Ford Galaxie…

  10. Stéphane.nc

    Je suis très réservé sur le besoin de « noblesse » mécanique en ces temps de redistribution des cartes. Cf l’étude annuelle KPMG que j’avais posté ici même le mois passé.
    C’est justement une opportunité pour les francais de s’imposer sur l’hybride et l’électrique plutôt que de courir après les grosses cylindrées, bataille perdue depuis 40 ans.
    Les teutons downsize et vendent du 4 cylindres au prix du flat 6 (mais c’est Porsche donc applaudissements et génuflexions obligés ). BMW avec des 3 cylindres.
    Volvo fait un carton avec son XC90 et sort de superbes autos……en 4 pattes.
    Musk bouscule tout ce petit monde ( les allemands courent après et ne cessent d’annoncer des concurrentes de la Model S et X) pour mon grand bonheur.
    Les Chinois mènent une politique urbanistique draconienne vis à vis des bagnoles (Paris à côté c’est bisounours). Ils font une grosse partie du marché ils orientent les investissements de PSA: love it or hate it, vos prochaines auto feront moins vroom vroom et plus zzzz zzzz.

    Enfin arrêtons avec ce sketch sur la production d’électricité, les voitures nucléaires, le « c’est pas si propre que cela »une VE…..
    Oui ca pollue! Comme toute activité humaine qui a besoin d’énergie (c’est à dire toutes). Sauf qu’il est plus simple de depolluer, et d’optimiser quelques grands centres de production à la campagne que des millions de bagnoles plus ou moins entretenues qui crachent leurs échappements directement sous notre nez, dans les villes, là où vivent les populations. Sans parler des nuisances sonores. Et oserai je aborder le coût pour la secu des maladies cardio respiratoires (c’est documenté).
    Et s’arracher toujours un peu plus de notre dépendance vis à vis des financiers du terrorisme djihadistes ça a egalement du sens non?
    Oui les batteries polluent. Et les vidanges? Et les liquides de refroidissement des moteurs thermiques?
    Un peu de hauteur de vue, et pour une fois, essayons de ne pas nous préparer à la précédente guerre.

    Répondre
    1. Denis leroux

      Je partage tout à fait votre point de vu sur les voitures électriques, elles sont bel et bien propres à l’usage, c’est bien le moyen de production de l’électricité qui peut l’être plus ou moins.
      Certains imaginent meme que ces voitures pourraient aventageusement servir les « énergies alternatives » en servant de stockage quand elles ne sont pas utilisées en restant connectées au secteur!

      En revanche pour les gros moteurs qui n’ont plus le vent en poupe pas d’accord, les allemands downsisent certes mais les puissances demeurent très élevées et tous ont dans leurs gammes respectives des 6 et 8 cylindres prévus pour perdurer encore quelques années! et de toute façon même en matiere d’hybride en France on est à la ramasse!

    2. Nabuchodonosor

      @Stéphane n.c
      Votre diatribe m’interpelle. Je perçois dans vos propos une forme de résignation à la pollution de l’activité humaine et l’expression d’une solidarité auprès des ruraux à la partager avec vous (sic). S’il en allait de même concernant la dépense publique, l’aménagement du territoire et la répartition des équipements, je serai prêt à rejoindre votre conception des choses, mais voilà, depuis le fond de nos vallées resserrées, nous devons trop souvent faire avec les trois bouts de ficelles que l’on nous tend, bidouiller nos vieilles chaudières individuelles encrassées et composer avec l’esprit étroit qui nous caractérise… 🙂
      Cependant, habitués à nos micro-problèmes de Cloche merle, jamais il ne nous serait venu l’idée saugrenue de réduire le panel de nos assistants de travail et de confort à un seul opérateur, producteur, distributeur, percepteur et affactureur tout en un. Car ne vous y trompez pas, si aujourd’hui les zzzautos électriques peuvent watter de tous leur électrons en totale liberté et pour trois francs six sous, cela ne saura durer et il sera très rapidement question dans les gourmands couloirs de nos palais lambrissés d’établir une première charte vertueuse du watt consommé par chacun de ces véhicules aussi miraculeux soient-ils (Ségolène si tu nous lis, passes ton chemin)… 🙂
      L’ère du tout pétrole se referme et c’est une bonne chose, mais de grâce laissons le champ des possibles et l’inventivité humaine s’exprimer avant de passer de Charybde en Scyllla en nous jetant aveuglément dans la gueule d’un autre loup.

    3. Benjamin C

      Bof, même si on en n’est pas encore là, je trouve pas que ce soit judicieux d’augmenter notre production d’énergie nucléaire pour recharger nos déplaçoirs. Car c’est bien de cela qui va s’agir dans quelques années si on continue à augmenter la part de voitures électriques, on va devoir construire des centrales nucléaires. Même si on obligeait les proprios de voitures électriques à équiper leur maison de panneaux solaires, c’est bien la nuit que nous avons besoin de recharger le plus souvent…
      Perso, je préfère que mes enfants grandissent dans un monde pollué au CO2 ou aux particules (les voitures sont responsables que d’une petite partie de ces émissions, le problème est ailleurs) plutôt que dans un monde avec des zones contaminées suite à des accidents nucléaires… Pensons à long terme, et prenons en compte toutes les données, les risques… Pourquoi est-ce mal de se chauffer à l’électricité et bien de rouler à l’électricité?

    4. Fréour

      Bonjour à tous,

      Stéphane, ta remarque permet de préciser les choses, merci.

      Quand je parle de « bons moteurs » je pense en fait à des « bons 4 cyl. » (sortant des puissances confortables avec des transmissions confortables et des consommations ultra-raissonnables pour des perfos détonantes) et, surtout, à… des Plug In Hybrid.

      Il y a des places à prendre et c’est maintenant que cela se joue… Anecdote commerciale intéressante : ne serait-ce qu’en France, le Volvo XC90 se vend à plus de 30 % en T8. C’est énorme. Au point de déjouer les pronostics les plus optimistes ; faire le gros des ventes avec une Volvo qui dépasse parfois 100 ke bien « optionnée » comment y croire il y a encore 1 an ? Et c’est pourtant ce qui se passe ; merci d’ailleurs aux ventes sociétés…

      Bref quand on a enfin un produit stylistiquement séduisant (comme le 3008) et qu’on propose un PHD de 250 ch ( 50 km d’autonomie en full électrique !) à +/- 40 ke, il n’y a aucune raison que cela ne marche pas… Surtout quand on fait partie des premiers de ce genre dans la catégorie, avant le Q5, le X3 et le GLC !

      Mais, pardon, je rêve. Si tel est le cas, cela ne sera pas avant 2018, 2019 pour le 3008, dit-on. Le Q5 eTron aura été lancé depuis belle lurette, idem pour le GLC, etc. Pourquoi est-on toujours en retard d’un train ? J’en connais évidemment toutes les raisons, mais je ne m’y ferai jamais.

      Merci une nouvelle fois pour vos commentaires. Le Café Garage qu’on tourne n’est que la première partie, la seconde partie se joue ici !

      Amitiés péoaesques à tous !!!

      Go POA

      Cédric

    5. Cavel

      Cédric je vous trouve un peu « méchant » avec Peugeot, effectivement on sait que l’hybride-rechargeable va arriver en 2019 avec 250ch en 2×2 et 300ch en 4×4 soit des puissances assez élevées !(http://www.breezcar.com/actualites/article/psa-peugeot-citroen-vehicules-hybrides-rechargeables-0616). Avec une boite 8 vitesses et une autonomie de 60km, PSA me semble bien placé niveau technologie même si je trouve que le pari de puissance élevés est risqué. En tout cas PSA est prêt et 2019 c’est seulement dans moins de 3 ans ! Dans le marché automobile c’est pas énorme… surtout qu’on attends toujours le Q3 e-tron 😀

    6. Cavel

      Je me permettrais même d’ajouter par pure taquinerie que le 3008 II va a la même puissance en diesel qu’un Q3 (180ch) et même plus en essence puisque le 3008 GT aura le THP 205 !

    7. gallus

      @ nabu

      Vous avez raison de souligner que l’Histoire c’est d’abord celle des villes … des hypercentres … et que cela ne représente jamais que 10/15 % d’une population …
      c’est à cette échelle qu’ apparaît la cohérence et ses moyens !

    8. Dubby Tatiff

      @ Benjamin,

      Le soucis, c’est que le nucléaire provoque des rares accidents spectaculaires et traumatisant la population à juste titre. Mais en pratique, une fois l’émotion passée, sans vouloir être le moins du monde cynique et polémiste, si on regarde les zones condamnées et le nombre de victime de Tchernobyl et Fukuchima, et qu’on les compare aux surfaces ravagées par les mines de charbon à ciel ouvert, les terrains pétrolifères, les exploitations de pétroles de schistes, les victimes de silicose, les cancers et les maladies pulmonaires dues à la pollution de l’air, etc … je ne suis pas certain que le bilan soit en défaveur du nucléaire.
      Les accident nucléaires sont spectaculaires et les dégradations dues aux énergie fossile sont diffuses et insidieuses mais pas moins néfastes et de moindre ampleur pour autant.

      Bref, mon opinion est que la priorité est de sortir des énergies fossiles. Pour des raisons écologiques et surtout géo-stratégiques. Qu’on le remplace par des moulins à vent, ou ITER, ca me va dans les deux cas.

      J’aimerai que la prochaine fois que l’on nettoie les façades du Louvre à Paris, les murs restent propres un peu plus de six mois ! 😉 Ce qu’il y a sur ces murs doit bien se retrouver dans mes poumons.

    9. Samuel (POA Belgique)

      @ Dubby Tatiff :

      Je comprends votre remarque et la mesure de vos propos.

      Toutefois, j’aimerais rappeler quelques petites choses :

      1. Le nucléaire utilise une énergie fossile.

      2. Bien qu’à l’échelle mondiale les autres énergies soient certainement plus meurtrières, polluantes et dangereuses, elles le sont avant tout car bien plus implantées et nombreuses. Qu’adviendra-t-il si le nucléaire tend à remplacer à l’échelle mondiale ces autres energies ?

      3. Le nucléaire est la seule énergie à produire des déchets totalement ingérables eut égard à leurs impossible traitement / recyclage, pour la plupart. D’autant plus tenant compte de la durée de vie de ces déchets dont on encombre déjà mines, steppes et fonds marins !

      4. Les dégâts du nucléaire ne connaissent ni frontières et le risque de contamination à l’échelle atmosphérique est bien réel. Les autres énergies fossiles sont et resteront un poison mais un poison face auquel des mesures à long terme peuvent et doivent être prises. Là où l’explosion d’une partie d’une seule centrale à des répercussions immédiates à très long terme et est, à ce jour irréversible à l’échelle humaine… Et, comme je le disais, ces dommages ne sont pas seulement impressionnants et brutaux. Ils sont un poison insidieux qui s’inscrit jusque dans nos gènes pour des dizaines de générations, malgré les doses relativement homéopathiques que nous subissons…

      5. Qu’on ne me parle pas de « sécurité nucleaire » quand les instances qui en sont chargées, conseillent et informent les citoyens et leurs gouvernements dépendent directement des acteurs de cette industrie ! Qu’on m’en parle encore moins quand on sait qu’en Belgique, pour ne parler que de note cas, des centrales prévues pour maximum 30 ans d’existence passent à 40 voire 50 ans et ce malgré des micro fissures ayant engendré leur arrêt. Puis leur ré démarrage alors que nous savons tous que des micro fissures ne peuvent être « réparées ».

      Certes, nous avons besoin du nucléaire mais pour une seule chose : en sortir le plus rapidement possible ! Des solutions existent. Le problème fondamental étant de repenser fondamentalement le fonctionnement de la diffusion énergétique à l’échelle internationale. Ce que les lobbies veulent à tout prix éviter…..

      Pour en revenir à la bagnole : je lis souvent que l’électrique n’a d’avenir que dans le nucléaire. Or, une des lois régissant le monde économique est celle de la demande. Que tous les possesseurs de VE utilisent exigent une énergie verte. Je suis presque sûr que cette fameuse « pénurie » dont on nous rabâche les oreilles sera bien vite résolue en suivant la simple loi du marché que tous les longs discours vides d’effet lors des sommets pour le climat !

      Désolé pour le pavé.

    10. Samuel (POA Belgique)

      J’espère qu’on aura un jour la possibilité d’éditer nos commentaires nous-mêmes. Mes fautes de frappe et de saisie automatique me piquent les yeux. Hum.

    11. Dubby Tatiff

      Samuel,

      Une énergie fossile est une énergie qui est le résultat de la décomposition d’organismes vivants qui sont mort il y a plusieurs millions d’années sur notre planète. Ce n’est pas le cas des matières qui servent de carburant à la filière nucléaire qui ont pour origine des phénomènes astrophysiques. La combustion des énergies fossiles dégage du carbone, ce qui n’est pas le cas de l’énergie nucléaire.

      En revanche, si c’était le sens de votre remarque, le nucléaire, comme les énergies fossiles, entrent dans la catégorie des énergies non renouvelables car leurs stocks sont finis (finis au sens de bornés, pas au sens de terminé).

    12. Samuel (POA Belgique)

      Cher Dubby,

      Mes excuses pour la mauvaise formulation.

      Vous aviez bien compris le sens de ma remarque : un stock fini.

      En ce qui concerne la production de carbone, en effet, le nucléaire n’en rejette pas directement. Indirectement, c’est une autre histoire (comme pour toute production ou consommation humaine actuellement) mais à une échelle industrielle.

      C’est un des grands « alibis » du nucléaire d’ailleurs.

      Comprenez moi bien : je ne jette pas la pierre. Je ne fais que prôner un principe de précaution et appliquer une certaine logique à la problématique des déchets et du risque bien réel que représente le nucléaire.

      Pour ne donner qu’un seul et dernier exemple :
      Une centrale au charbon qui explose suite à un attentat ou une catastrophe, quelle qu’en soit son origine, on la rase, on recycle ce que l’on peut, on fait le bilan des morts et des pertes. Et on recommence (hélas).
      Une centrale nucléaire dans le même cas de figure : on l’enterre tant bien que mal et on essaye de l’oublier dans un rayon de dix, cent, mille kilomètres (?) pour les 50 à 100 prochaines années… On ne pourra jamais en connaître l’impact en pertes, morts, malformations, stérilité, biodiversité,… et nous en lirons les traces EN NOUS, comme les lignes dans le bois, peut-être jusqu’à notre extinction.

      A choisir absolument, je préfère encore le charbon…..

      Et je ne parle même pas de l’arsenal nucléaire. C’est encore un autre débat.

      Pour en revenir encore à la bagnole, le problème est tellement complexe…. Et il ne se résoudra de toute façon pas (s’il se résout un jour) avec un seul modèle de propulsion ni une seule source d’énergie. Cela, j’en suis convaincu.

    13. Stéphane. nc

      @nabu @ gallus

      Le terme campagne n’avait rien de stigmatisant sous mes doigts. Simplement on sait où sont les habitations et où sont les centrales électriques.
      Pas de condescendance urbain/rural, je suis ainsi fait que j’ai plaisir et goût à essayer de comprendre et regarder le monde tel qu’il est. http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.URB.TOTL.IN.ZS

      Quant à nos belles vallées -que j’ai de bonnes raisons de bien connaître- elles souffrent des camions si par malheur un grand tunnel se trouve à l’extrémité et surtout des particules liés aux poêles à bois (avec les nouveaux modèles le sujet est moindre) pourtant certifiés renouvelables. Et l’industrie y était bien implantée attirée par l’énergie hydroélectrique, particulièrement propre et renouvelable elle aussi mais vilipendée par les écolos (je parle des gauchistes qui font office de , pas de nos légitimes et nobles sentiments pastoraux) car détruisant de riantes vallées avec des lacs artificiels.
      On le prend comme on veut, mais aucune action de l’homme n’est neutre pour son environnement. Après c’est une question de choix; s’ils sont éclairés c’est mieux.

    14. Stéphane. nc

      Choix éclairés et démocratiques c’est mieux.

      En ce qui concerne les 250CV, 300CV……franchement pourquoi faire?
      Plus de puissance c’est plus de poids (gros pneus, gros freins, liaisons au sol renforcées) et moins d’autonomie.
      Il y a quelques années j’aurais certes dit vroom vrooom mais franchement si le sujet c’est l’efficience alors pourquoi faire si ce n’est jouer à « j’ai une plus grosse que le voisin ».
      La plupart des gros marchés mondiaux ont des limitations de vitesse drastiques. Quant au plaisir, tous les amoureux d’anciennes, d’américaines et de roadsters vous diront qu’un des grands intérêts de ces véhicules c’est de donner la banane aux vitesses usuelles.
      A part la presse auto, qui s’intéresse encore vraiment à la fiche technique? Cédric, ce serait sympa de nous communiquer les chiffres de vente des allemands. Je suis convaincu que 90% des ventes sont sur des motorisations équivalentes en puissance à celles des généralistes (ne serait ce que du fait de la LLD).
      Et le coup du modèle phare qui tire la gamme…. est on encore dans les années 80 où certains changeaient le logo arrière de leur série 5 ou mercedes 190 « pour faire croire que… »

    15. Nabuchodonosor

      Waow, un Café Garage du vendredi qui se prolonge jusqu’au samedi et quel débat, à côté la COP21 c’est du pipi de chat !

      @gallus & Stéphane n.c
      Je pense m’être mal fait comprendre :
      Oui, les 4/5ème de la population vit dans les agglomérations urbaines sur 1/5ème du territoire, mais je ne suis pas certain que, pour éclaircir son ciel, ce soit une bonne idée qu’elle les rejette sur les 4/5ème restants, dont elle profite pour se nourrir… Inutile de les opposer les uns ayant besoin des autres.
      Selon moi, les bonnes ou les moins mauvaises solutions, selon que vous soyez optimistes ou pessimistes, passeront par la prise de conscience de chacun (donc de tous) des dégâts collatéraux qu’il produit. Pour ce faire il est préférable d’opter pour des circuits courts ce, dans toutes les applications possibles. Produire l’énergie nécessaire là où on la consomme. Évidemment pour la mobilité ce principe ne peut s’appliquer à la lettre… Imaginons un véhicule électrique (à pile à combustible ou à batteries) qui se recharge à une borne située proche d’un lieu de production propre (énergie renouvelable, solaire, éolienne…), dans ce cas ses rejets seront minimisés et le consommateur adaptera ipso-facto sa consommation à l’offre de charge dont il dispose ce, fonction de l’état de la technologie…

    16. gallus

      @ nabu

      Ouah !
      Management de soi , découverte dans le domaine des relations de soi à soi , autonomie, authenticité, mécanisme auto disciplinaire ….
      reste plus qu’ à espérer un devenir entreprise de l’individu !

    17. Denis leroux

      @ stephane nc,
      Oui 250 ou 300 cv ne servent plus à rien aujourd’hui pas plus que 150 d’ailleurs qui est à peu près le coeur des ventes. Cependant Audi a sa gamme RS, BMW ses M et Mercedes les AMG, ces autos quoi qu’on en dise font parti du rève automobile et se vendent comme des petits pains ( tout est relatif bien sur). Ces marques ont bati leur réputations et leur prestige sur ce créneau là et quand un acheteur moyen achète une « modeste » classe C de 150cv il achète une part du rêve AMG, il peut même l’équiper comme une AMG… Enfin presque… Donc non seulement ces voitures hors norme génèrent beaucoup de cash mais en plus elles attirent les clients en concession. Clients bien souvent extremement fidèles.
      Peugeot devient très sexy certes mais ne fait pas encore rèver… Et dire qu’ils auraient pu produire la 907, parait-il qu’elle était plus qu’aboutie…

    1. Philippe & Régis

      C’est vous qui voyez…
      Y’en a qu’ont essayé, ils ont eu des problèmes…
      Sinon y’a la M-A-T- M-U-T, elle assure, elle…

  11. Piat Georges

    Un beau Café Garage. Merci pour ce moment et surtout pour ce regard décalé qui, malgré tout, peut faire bouger les choses dans le temps. Paris ne s’est pas fait en un jour. Mais bon, avec toutes mes excuses, mais la Prius, je la trouve vraiment moche (rires).
    Dernier mot, j’ai bien aimé la « complaisance journalistique » évoquée par Cédric.

    Répondre
  12. Orjebin Jean-Paul

    D’abord dire à POA que lorsque vous faites du in avec du off vous devenez tangentiels à la perfection. La séance Aston Martin , c’est quand vous voulez.
    Ensuite évoquer le style Prius. Je me demande si ce design discutable et ce depuis son lancement, il y à maintenant presque 20 ans n’était pas une volonté et un parti pris. Cette auto, en 1997 était destiné aux clients ayant une sensibilité écologique, une catégorie pas vraiment bagnolarde voire même détestant une certaine idée de l’auto raffinée et statutaire. Peut être était-ce une manière de capter cette clientèle.

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Oui, j’ai la même analyse.
      La Prius à son lancement a été positionnée comme une voiture « différente » et cela se traduisait également par son allure. Il fallait que son propriétaire fasse savoir aux autres qu’il avait fait un choix presque militant. Souvenons-nous de cette mode des stars hollywoodiennes qui s’affichaient en Prius à l’époque. La voiture était bien utilisée par eux comme vecteur de communication qui enrichissait leur propre positionnement écolo.

      Quelle réflexion superbement intelligente de la part de Toyota ce fût, ce design!

  13. Jean-François Bertrand

    Mince!!!! Ah ben… c’est déjà fini????
    Avec POA on est en pleine relativité le temps change de dimensions !

    Comme je suis comme Cédric : tous debout pour Gilles Vidal !
    Car bravo pour son travail acharné pour que ses idées tant en termes de design, que dans l’utilisation originale de matériaux (ce fameux tissus sur le tableau de bord) auxquels le monde de l’automobile n’est pas habitué. P…. deux ans!!! Mais que deux ans seulement ce qui prouve, peut-être, qu’en plus de son charisme pour faire passer ses idées il y a chez Peugeot un réel vent de dynamisme et d’ouverture.
    Pour preuve la série de de Poades orchestrées par notre PR et Teddy Arzuffi en présence de Gilles Vidal et de L’Exalt.
    http://www.petites-observations-automobile.com/2014/09/quand-gilles-vidal-nous-parle-du-concept-peugeot-exalt.html
    Comme je ne saurais jamais assez remercier Renaud d’avoir senti la richesse de cet homme brillant, de nous avoir fait découvrir son travail et ses idées et de le suivre dans son cheminement, au pont qu’il existe une relation particulière entre POA et le directeur du design Peugeot. Et puis surtout chacune de ses interviews est un véritable plaisir.
    Je rejoins aussi notre PM sur les motorisations, mais c’est un mal qui ne touche pas que Peugeot, mais tous les constructeurs français. C’est même un syndrome dont ils sont victimes depuis plus de 60 ans.

    Répondre
  14. Denis leroux

    Tout à fait d’accord Mr Fréour, si Peugeot veut vraiment monter en gamme il va falloir qu’on lache la bride aux motoristes! Le design a fait du super boulot mais on ne peut plus se contenter d’un vulgaire 4 cylindres de 200cv en guise de summum, ça peut encore passer pour les 308 et 3008 mais pour une 508 c’est 6 cylindres et 300cv mini! Et la finition qui va avec! Ca resterait marginal en terme de ventes certes mais en terme d’image ce serait majeur. Ceci dit vu que meme Porsche revient au 4 cylindres il suffit peut être juste d’attendre… :b
    Je rajouterais à vos propos qu’il faudrait également tenir une ligne une fois pour toute et s’y tenir! Les 3 gros premiums allemands N’ont pas bati leur image un battement de cils.

    On peut tenter d’autres voies, inventer un style différent, bousculer les codes, etc… Ça peut aussi aboutir à des trucs moches, c’est le risque. Si on aime pas le design de la Prius, c’est mon cas, on peut retrouver la même cinématique géniale sur d’autres modèles de la gamme Toyota ou chez Lexus.

    Répondre
  15. Mat Ador

    Pour le bien-être au travail, la régénération de l’esprit, la tension des zygomatiques, bref, la joie de vivre, je suis pour l’utilisation du 49.3 instituant une séance plug-in de Café Garage en complément de chaque pause syndicale hebdomadaire. Faudrait que j’en touche un mot à Manu, Emmanu, Mymy et le moustachu, ça pourrait débloquer l’histoire…
    Allez les bleus : France 3 – Roumanie 1.

    Répondre
  16. Nicojo

    Tout d’abord, encore bravo pour ce café garage fort intéressant.

    Je souhaite réagir par rapport à un point de l’échange : il s’agit du nouveau 3008. Il s’inscrit parfaitement dans la stratégie de montée en gamme de la marque Peugeot, qui a commencé à se matérialiser avec le RCZ et qui a pris vraiment forme avec la nouvelle 308. Cette dernière se vend en très grandes quantités dans ses versions hautes (GT, Féline) et on voit très peu de versions de base (réservées principalement aux entreprises). D’ailleurs, dans ses versions hautes, elle n’a pas à rougir face aux concurrentes germaniques. Là où je veux en venir, c’est que Peugeot se crédibilise de plus en plus face à Volkswagen, voire BMW, Mercedes et Audi dans les définitions les plus élevées de ses modèles. Mais, ce sera plus à DS de se confronter à ces derniers.

    En ce qui concerne la nouvelle Audi Q2, je la trouve audacieuse dans son style, avec une certaine ressemblance avec la C4 Cactus, notamment dans le traitement de la partie arrière.

    Répondre
  17. Gérald

    Aaah Cédric, il en a fallu du temps pour que enfin tu arrêtes de tourner autour du pot, et pour que tu avoues que la Pruis est moche !
    Je ne comprends pas trop d’ailleurs cet entêtement de la part de Toyota, elle est bien trop discrète, et on a encore le choix de la couleur…Mais pourquoi donc ils ne la livrent pas uniquement en vert cetelem ?
    Dommage, je suis souvent monté dans les taxis Prius, et bien que fan de mon V6 alfa, je sais bien que c’est l’avenir, d’ailleurs je dis souvent a mon fils de 6 ans passionné d’automobile qu’il passera son permis sur une voiture électrique.
    Bref, je suis intimement convaicu que ce design si clivant rebute vraiment une partie de la clientèle…qu’à ce Tesla tienne, Elon lui l’a bien compris, ces caisses sont bien plus désirables…

    Répondre
  18. Frédéric à Montréal

    Tiens, je pensais qu’on allait entendre parler de l’interdiction en ville des véhicules antérieurs à 1998? Pour un prochain café, sans doute… la semaine prochaine? 😉
    La situation en Norvège est selon moi assez paradoxale. La solution de l’interdiction des véhicules à combustibles fossiles est peut-être la seule solution pour que les véhicules électriques réussissent à s’imposer. Mais nos amis scandinaves, qui aiment souvent donner des leçons de vertu, ne seraient-ils pas un peu hypocrites s’ils ne décident pas, la même année, d’abandonner la production de pétrole et les juteux pétrodollars qu’elle rapporte?
    Deuxième point: ceux qui, un peu partout, attaquent l’esthétique de la Prius ont choisi un combat bien secondaire… Je prédis que cette voiture va être un succès gigantesque sur les grands marchés.

    Répondre
  19. Nabuchodonosor

    Picorant au menu de ce Café Garage enthousiaste, je relève un article du HuffPost lequel reprend un autre article tiré d’un journal économique norvégien au nom imprononçable : Il y serait question d’une entente entre les principaux partis politiques du pays qui les conduirait à voter une interdiction de la vente de tout véhicule fonctionnant grâce au pétrole d’ici 2025… En déduire de là l’obligation de rouler en tout électrique dans moins de dix ans c’est prendre un raccourcis dans le sentier de la pensée ou provoquer un court-circuit dans celui du raisonnement. La Norvège étant un pays chanceux au point de pouvoir produire son énergie électrique à 97% à base de renouvelable, il n’en demeure pas moins que si tout ou partie des 3% restant injectés dans le réseau est produit à base d’énergies fossiles dont le pétrole, cela revient à ce que tout véhicule qui s’y branche fonctionne, au moins à hauteur de cette part, grâce à ce combustible…
    CQFD.

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Je me permet d’apporter un point de vue qui relativise la position norvégienne. Le parc automobile de Norvège compte 2,5 millions de véhicule tandis qu’en France ce chiffre s’élève à 32 millions. Il est plus facile de prendre des positions définitives lorsqu’elle portent sur des petits effectifs. Imaginons que si il fallait 1 centrale électrique supplémentaire en Norvège pour alimenter ces 2,5 M de véhicules électriques, il en faudrait plus de 12 en France pour supporter les conséquences de la même décision.

      Il n’empêche qu’il s’agit d’un précédent qui pourrait s’étendre à d’autres communautés, sous des formes moins radicales.

    2. Nabuchodonosor

      A l’appui de son énorme fond souverain et du produit de la vente de ses immenses réserves d’hydrocarbures, la Norvège n’aura aucune diffulté demain pour augmenter sa production électrique en renouvelable par le développement notamment de champs éoliens sur ses non moins gigantesques territoires marins en complément de son dispositif hydroélectrique actuel. Ce faisant elle n’aura pas plus de mal a porter la part de sa production en renouvelable au delà de 100% de sa consommation intérieure, parc auto tout électrique compris, son réseau étant, comme celui des grands pays producteurs européens, interconnecté par delà ses frontières depuis fort longtemps. Cela lui permettant de vendre en période de surproduction et d’acheter lorsque la demande intérieure est forte alors que sa production est faible ce qui est fréquemment le cas en hiver ou la demande en chauffage électrique et en éclairage explose cependant que les rivières sont à leur cours d’étiage, voir gelées, tout comme les réservoirs des grandes centrales hydroélectriques. Même avec un parc auto électrique zéro emissions à l’horizon 2030-35, le fait que ces autos doivent se recharger quotidiennement sur ce réseau interconnecté pour assurer leur mobilité, ne saurait donc exclure la combustion d’une seule goutte d’hydrocarbure… La stratégie norvégienne est de montrer l’exemple en matière de mobilité et d’inciter ses voisins, dont nous sommes à l’échelle mondiale, à s’équiper en véhicules électriques zéro émissions mais dépendants du réseau de distribution, les plus simples à fabriquer n’en déplaise à Elon, afin de vendre sur le marché international, en plus de ses tankers remplis d’hydrocarbures, ses térawattheures excédentaires au prix fort contrairement à son marché intérieur où le prix de vente est bas.
      CQFD2

    3. Dubby Tatiff

      La Norvège est en légère capacité de surproduction hydroélectrique. De l’ordre de 10%. Elle est donc quasiment autosuffisante de ce point de vue. En effet elle importe très peu d’électricité (de l’ordre de 5% de sa consommation) et en exporte de l’ordre de 10%.. Ce mécanisme d’importation/exportation ne semble servir que de mécanisme de régulation de sa production en fonction de la demande.
      Si l’hydroélectrique est une énergie renouvelable, elle n’est pas infinie en ce sens que le nombre de sites exploitables est déterminé et connu. Cela semble indiquer que la Norvège exploite l’ensemble de ces sites. Sinon, la Norvège vendrait déjà son surplus à l’Allemagne qui en a bien besoin et à des prix défiant toute concurrence. En fait, les documents de l’opérateur public norvégien, font état d’une autre stratégie.

      La Norvège ne souhaite pas devenir producteur électrique, mais « batterie électrique ». Je m’explique. Le problème des énergies renouvelables, c’est qu’elles sont intermittentes. Que cette intermittence n’est pas forcément calquée sur les périodes de consommations. La solution est donc le stockage intermédiaire. Energie intermittente et stockage vont de pair. Pour stocker de l’énergie électrique, en gros, on peut en faire de l’hydrogène mais ce n’est pas très rentable (pour le moment ?), on peut le stoker dans des batteries (Tesla et Boloré ont des offres de ce type) ou bien on peut utiliser, ce qui est moins connu, des retenues d’eau. Le principe en est simple. Imaginons un parc éolien qui fonctionne de nuit. On se sert de l’énergie produite par celui-ci pour remplir une retenue d’eau en altitude en faisant tourner des pompes et en s’approvisionnant en eau dans un fleuve ou un lac en vallée. Lorsque le lac en altitude est plein, il suffit d’ouvrir une vanne et de faire tourner un générateur électrique mu par l’eau s’écoulant du lac. Les barrages hydroélectriques norvégiens peuvent servir en partie à cette fonction, mais également d’autres sites en Norvège qui ne sont pas éligible à la fonction de barrage mais à celle de retenue d’eau en altitude. C’est ce second potentiel qui n’est pas encore exploité en Norvège.
      Pour ce qui est de créer des parcs éoliens offshore en grande quantité pour revendre son électricité à bas prix à ses voisins européens, j’y crois moyennement. Ce n’est pas impossible, mais en pratique le coût de l’éolien offshore (le plus rentable) est comparable à celui d’une centrale nucléaire (qui est bas). Pour cette raison, ça ne devrait pas constituer la priorité de la Norvège. En revanche être un accumulateur électrique européen dans lequel ses voisins viendrait stocker leurs excédents énergétiques issus de leurs propres parc de production d’énergies intermittentes, oui cela semble bien être la volonté de la Norvège.

    4. Nabuchodonosor

      Le pompage turbinage fonctionne très bien également en complément d’un champ éolien ou solaire pour stocker la surproduction et réguler la distribution… Excellent échange avec vous Dubby Tatiff, tout cela est très enrichissant…

    5. Stéphane.nc

      Encore une fois un teuton court après Musk

      http://www.usinenouvelle.com/article/mercedes-benz-dans-les-pas-de-tesla-lance-sa-batterie-domestique.N334851

      Je me re-re répète. Nous avons les ingénieurs, les chercheurs et les entrepreneurs. Parmi les meilleurs.
      J’espère qu’on ne sera malgré tout pas une fois de plus en retard d’une guerre. L’enarchie et autres apparatchiks ont bien compris les stock option et le pantouflage mais le bilan industriel récent n’est pas encourageant. La symbolique et la force politique du célèbre tableau de Gerico demeurent d’actualité.

    6. Nabuchodonosor

      Le stockage d’énergie par volant d’inertie existe depuis fort longtemps; Dans mon enfance je jouai avec des voitures miniatures à friction, après avoir contemplé pas mal de toupies… Ce n’était rien d’autre que cela…
      A l’échelle de nos besoins d’adultes, il reste pas mal de difficultés à résoudre et plusieurs solutions s’ouvrent devant nous (Step, volant d’inertie, super-condensateur, hydrogène…), mais le fond du problème semble posé; Comment stocker.
      Super échange en tous cas…

  20. Dubby Tatiff

    Ahhhhhhhhhhh ! Poussatildansunsouffledecontentement.

    Café Garage est de retour ! 🙂 🙂 🙂

    Dites-donc voir, vous ne nous auriez pas spolié d’un numéro ? Celui censé parler de la Tesla X et de son lancement aux résultats hors norme, et qui avait été annoncé par Monsieur Fréour dans une indiscrétion ?

    Répondre