Souvenirs d’Autos (87) : Voyage au bout de l’enfer

Par Thibaut Chatel. Cette histoire est arrivée à un copain, en 1977 ou 1978. Il s’appelait Michel et il devait partir en week-end avec Patrick, un ami à lui.

Or, le Patrick en question était un « copain galère ». Avec lui, tout tournait toujours mal… Bref, ils décident d’aller passer deux jours dans le Beaujolais natal de Patrick. Et de partir avec son vieux coupé 304, après le boulot le vendredi soir. Rendez-vous à 19h sur les Champs-Élysées. Michel, très ponctuel est à l’heure. Patrick pas. Mais après une heure d’attente, le voilà qui déboule dans sa 304 pétaradante. Un détail important, Michel n’a pas le permis…

304coupe

En allant vers la porte d’Orléans, Patrick a une idée lumineuse :

  • On va dîner à Paris, comme ça il y aura moins de monde sur la route…

Les voilà à la brasserie Lipp où Patrick ingurgite une gigantesque choucroute, arrosée de nombreuses bières immenses… Ils ressortent de l’endroit à 23h30… En route !

Brasserie_Lipp

Michel, une fois sur l’autoroute demande à Patrick si ça ne le dérange pas s’il dort un peu… Et Patrick lui répond, qu’il est en pleine forme et qu’il est habitué à conduire de nuit.

Michel s’assoupit… mais, il est réveillé par un bruit d’enfer et des étincelles rougeoyantes !

etincelles

Patrick s’était endormi aussi et la 304 frottait contre la barrière de sécurité !

Grosse frayeur ! Heureusement, il y a plus de peur que de mal… sauf pour le côté gauche de la 304 qui ne sera plus jamais comme avant…

Les voilà enfin dans le Beaujolais, il est 3 heures du matin et Patrick ne veut pas payer le péage ! Alors, il fait son « coup » habituel. Il s’arrête sur une aire de repos et cherche la sortie réservée aux voitures de service… dont la grille est fermée avec une chaîne.

Patrick, ne reculant devant rien, sort sa manivelle et s’arrange avec le cadenas. Pendant ce temps, le malheureux Michel (qui avait proposé de payer le péage) est tétanisé et chargé de faire le guet !

Le cadenas casse enfin et les voilà sur des petites routes direction le village de Patrick… qui décide de stopper en route au « Lucky » (je crois que c’était ce nom là), la boîte du coin, où il y a tous ses potes d’enfance !

Michel n’en peut plus, il est épuisé… et pourtant, ce n’est pas fini… car ils ressortent de l’endroit au petit matin, dans un état épouvantable… Le whisky-coca, ça fatigue…

Ils remontent en voiture et Michel supplie Patrick de ne pas conduire… mais ce dernier affirme que son village est à peine à 10 km. Tant bien que mal il démarre… et au premier virage, semblant enfin lucide, affirme qu’il vaut mieux en effet s’arrêter. Et il se gare sur le bas-côté…

Michel s’endort… mais une heure plus tard, il est réveillé par quelqu’un qui tape au carreau et qui se révèle être un gendarme !! Il ouvre sa fenêtre et dit :

  • Ah non alors, on a quand même le droit de dormir !!
  • Oui ! lui répond le gendarme. Mais pas au milieu de la route !

Dans son épuisement, Patrick s’était garé, mais n’avait pas serré le frein à main. Comme c’était en pente, la voiture avait un peu descendu et s’était arrêtée au milieu d’un virage…

Là encore, plus de peur que de mal.

Michel est resté fâché avec Patrick très longtemps et surtout il a passé son permis de conduire qu’il possède toujours. Lui !

Cette rubrique est désormais aussi la vôtre.

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (87) : Voyage au bout de l’enfer »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chapman

    C’est drôle, il y en a qui prennent systématiquement la mauvaise décision et ne doivent leur salut qu’à une bonne étoile particulièrement brillante. Je ne suis pas sur que pour Michel ce soit un « bon » souvenir. C’est en tous cas gravé dans sa mémoire. Et Patrick, toujours vivant ?….. Parceque les bonnes étoiles des fois, elles s’éteignent….
    🙁

    Répondre
    1. San Francesco d'Assisi

      Frère Chapman (lui chuchotant à l’oreille),
      Dans son introduction, Thibaut parle de son copain Michel à l’imparfait… Requiescat in pace !

  2. Piat Georges

    Bonne histoire mais plan bien galère. Et puis toute une époque où beaucoup de gens roulaient avec 1,5 grammes !
    J’étais trop jeune et encore à l’eau mais la coutume était de prendre le repas avec 3 verres de picrate le tout arrosé d’une petite poire ou autre. Cela ne pouvait pas faire de mal, c’était « rien que des plantes »…
    Belle voiture ce coupé, vous ne pourriez pas nous en refaire une, les frères Peugeot ?

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Très belle histoire qui m’en rappelle d’autres que la morale m’interdit de vous conter à cette heure de grande écoute… 🙂
    Voilà cependant la preuve de l’inutilité, s’il en fallait une, de tous ces gadgets d’info trafic que l’on vous vend aujourd’hui comme indispensable alors qu’une merveilleuse halte parisienne pleine de bon sens et d’à propos dans une honorable maison du boulevard Saint-Germain, suffit à décongestionner et fluidifier toutes les artères de Paname jusqu’au coteaux du Beaujolais réunis (hips)…
    L’alcool non, mais l’eau ferru, ferrurreru, feerureruchineuse oui !

    Répondre
    1. Piat Georges

      Comme dit mon grand fer, dans la vie, il ne faut pas s’en fer… (ponctué du rire inimitable de Bourvil)

    2. Nabuchodonosor

      🙂
      Autres temps, autres mœurs Georges, la maréchaussée au bord des routes savait se montrer humaine et pleine de bon sens, ce que ne peuvent aujourd’hui assumer les confrères qui siègent, derrière leur clavier, au centre de traitement des infractions routières de Rennes…

      « La ta ca ta ca tac tac tique, du genda-arrme… »
      (Guy Lionel/André Raimbourg/Etienne lorin)
      🙂

    3. Piat Georges

      Dis, faudrait pas qu’on aille chanter la tactique du gendarme à Rennes ! On trouverait encore le moyen de se faire pruner…