Archives de l’auteur : Renaud Roubaudi

La Smart Roadtser du futur : et pourquoi pas ?

Deux designer indépendants, Geoffrey Decembry and Pierre Senelet,  ont imaginé ce que pourrait être la Smart Roadster du futur. Je ne sais pas ce qu’en pense Julien Rosburger, fan du modèle original, mais franchement je trouve que le résultat est plus que séduisant.

Nouvelle Audi A3 (2/2)🇩🇪 : 4 avis valent mieux qu’un

 

La nouvelle Audi A3 passe entre les mains de Cédric Fréour, Julien Rosburger, Renaud Roubaudi et Celia, une jeune petite observatrice qui a accepté de jouer le jeu avec nous. Célia est une véritable « bagnolarde » qui roule en Peugeot 406 coupé ( à découvrir en juillet sur POA), possède une Chevrolet Impala de 1959 et travaille chez Style & design, une société qui réalise des concept car et des séries spéciales pour les constructeurs.

Après des années d’errements dénoncés par le Premier Ministre, cette nouvelle A3 renoue avec la finition moussée et un classicisme désormais subtilement latinisé. Est-ce suffisant pour stopper l’Audiscepticisme du Premier Ministre et éviter une rechute, et convaincre nos nos trois autres compères ? La réponse dans ce test 4 avis, qui ne laisse aucun détail échapper à nos yeux avertis et comme toujours d’une objectivité irréprochable. 


POA examine la machine à cash d’Audi, la petite A3. Elle arrive après des errements de la marque aux anneaux dénoncés par le Premier Ministre en personne, ayant provoqué chez lui des poussées d’Audiscepticisme, dont seul le port d’un masque – mais sur les yeux cette fois – aurait pu le guérir. Le médecin du Premier Ministre lui a d’ailleurs prescrit des anxiolytiques depuis trois jours pour prévenir toute rechute ou éviter toute euphorie non contrôlable au cas où cette A3 serait une Audi digne d’en porter les anneaux. 

Après avoir laissé Philip Nemeth faire l’éloge dans une première vidéo des secrets des designers ayant réussi à tendre des courbes anguleuses sur la carrosserie désormais plus latine, nous voilà parés pour conduire la nouvelle création des joyeux lurons Hans et Friedrich d’Ingolstadt. Pour cet essai, la petite observatrice Célia, travaillant pour l’agence Style and Design, donnera son avis féminin sensé et réfléchi, ô combien important dans le monde automobile, et sur POA plus spécialement. C’est d’ailleurs elle qui ouvre le bal, soutenue par les cors de chasse des chasseurs à courre traquant sans relâche le caribou sur les terres de Philip Nemeth.

C’est l’agencement intérieur qui est premièrement sujet à débat. Célia regrette l’austérité de l’intérieur noir, symbole de la légendaire intensité de la folie germanique. Mais tout comme le Premier Ministre, elle est admirative de la qualité des matériaux et du dessin de la planche de bord. Le Président soupçonne même le père Fréour d’avoir eu un orgasme en faisant mousser les plastiques, mais tout ceci ne nous regarde pas. Mais le Premier Ministre preuve s’il en est que l’objectivité professionnelle ne le quitte jamais même en essayant une Audi, émet toutefois une critique sur la rangée de boutons sous l’écran.Le Président préfère quant à lui le toucher du volant et le cuir à trous-trous qui lui donne l’impression d’avoir une gaufrette sous la main. 

Le Premier Ministre retrouve également la conduite allemande qu’il affectionne tant. L’A3 passe haut la main le fameux “test Fréour”, qui consiste à prendre un virage rapidement tout en ne tenant le volant qu’à deux doigts. Ce test est ici poussé à l’extrême puisque le Premier Ministre le fait durer pendant presque 3 minutes 30, et il semble que l’A3 se comporte en vraie Audi. Quant au Président, ne conduisant que des yachts de six-cylindres -ou plus-, il trouve que cette A3 n’a vraiment rien dans le slip, mais le diesel n’est assurément pas ce qui lui convient le mieux. 

Au terme de cet essai Célia n’épargne pas l’A3, qui si elle est une bonne voiture, manque pour elle du soupçon de charme qui l’aurait fait se retourner dans la rue à son passage. Elle pousse même le vice jusqu’à faire crisser un plastique dur sur les contre-portes. Au bord de l’évanouissement, Audiman retrouve néanmoins sa casquette de défenseur acharné de l’excellence germanique. Pour lui, cette A3 renoue avec le savoir-faire d’Audi et il apprécie le mariage entre le classicisme bourgeois et l’once de provocation apportée par les designers. Ce supplément de modernité lui confère selon lui une nouvelle âme (cette si belle formule métaphysique est bien d’Audiman en personne). 

Quant au Président et à Julien, ils sont enthousiastes, bien que le premier aimerait l’avoir en électrique et le second reste conquis par la révolution de la Classe A, mais ils posent une nouvelle question pertinente: est ce que ce design n’est finalement pas fait pour plaire davantage à la gente masculine? Nous aurons tout un live lundi pour en débattre avec vous, chers petits observateurs. Sachez néanmoins que si vous souhaitez effacer vos dernières pertes en bourses suite à votre achat inspiré d’actions Air France avant le confinement, Jean Pagézy peut vous concocter un financement très avantageux. 

 

Souvenirs d’Autos (281) : le Fangio 🏎 de l’impasse 🏁

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Aujourd’hui, on touche au sublime grâce à Pierre Boivin et ses histoires croustillantes !

 

Nous sommes en 2013, Papa a revendu son joli BMW X3 trop ruineux pour une Peugeot 407 d’occasion.

Comme je l’évoquais au cours du dernier épisode de mes péripéties automobiles, l’ancienne voiture a assez mal fini et entre mes mains.

Le X3 a plutôt été épargné jusque-là puisqu’il dort au garage et que je n’ose pas trop faire d’idioties avec.

Nonobstant, cela ne m’a pas passé l’envie irrépressible de jouer avec une auto dès que l’occasion s’en présentait, ou à défaut dès que je me crée une occasion de le faire.

Nous habitons une impasse calme et arborée, en plein cœur de la ville, peuplée principalement par des retraités.

Et j’exploite cette impasse disons… à des fins assez idiotes, puisque le but consiste à aller faire demi-tour au fond en voiture, si possible vite, si possible sans me faire voir.

Sauf que bien naturellement, on me repère très vite et systématiquement, à tel point qu’on m’attribue sans vraiment que je le sache le doux sobriquet de « Fangio de l’impasse »…

D’abord avec la BMW jusqu’en 2013, puis avec la Peugeot par la suite, avec laquelle je prends sans doute un peu moins de gants, ayant gagné (à tort) en confiance en moi, et estimant (à tort aussi) que le véhicule a moins de « valeur ».

Et lorsque j’estime risquer d’être repéré dans l’impasse, j’exploite le jardin (pas immense, nous sommes en ville !) pour manœuvrer, déraper, etc.

Jusqu’au jour ensoleillé d’octobre 2015, où je décide de prendre la voiture stationnée dans l’impasse pour aller la garer dans le jardin sous un arbre, là où c’est ombragé.

Plutôt que de le faire gentiment, calmement et posément, ce que j’aurais fait aujourd’hui, je le fais sèchement, rapidement, brutalement…

Je n’avais pas vu qu’avec la rosée du matin la pelouse était détrempée,

et lorsque j’ai tourné les roues en freinant (quand je vous disais que j’avais tort d’avoir pris la confiance…), au lieu de tourner j’ai fait un tout-droit.

PAF, en plein dans le muret du fond.

Bon, j’ai percuté à une allure relativement réduite, le choc n’a pas été particulièrement violent, d’ailleurs la voiture n’a pas eu beaucoup de séquelles…

Mais dans les secondes qui ont suivi, j’ai vu sous mes yeux hébétés les 15 mètres de muret de 2 m de haut (1m de muret surplombé d’1m de clôture),

s’effondrer dans le jardin du voisin !

J’ai dû payer à la fois les quelques frais occasionnés sur la voiture, et aussi payer de ma personne pour le déblayage intégral du muret.

C’était une bonne leçon.

Pour le muret, par chance, les voisins avec qui nous étions amis, ont pu faire marcher leur responsabilité civile.

Un mois après, je subissais un grave accident de la route en passager d’une voiture avec un ami qui venait d’avoir le permis, voiture épave…

Et grâce à ces événements qui m’ont rappelé qu’une voiture pouvait aussi devenir un cercueil, j’en ai fini avec ma longue période « Fangio ».

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Alors, faites comme l’ineffable Pierre Boivin et racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com) qui se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion et même des murs qui s’écroulent !! Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

Merci.

 

Nouvelle Audi A3 (1/2) 🇩🇪 Secrets de design

Philip Nemeth, consultant en design indépendant, Ministre du design de POA, décode pour nous le style de la nouvelle Audi A3 2020 qu’il découvre en direct avec Cedric Fréour. Demain vendredi, nous essayerons cette Audi A3 avec le point de vue croisé de Cedric, Julien, Renaud et Celia une petite observatrice qui travaille dans le milieu automobile et qui a accepté de jouer le jeu avec nous.

Vélo électrique ou Scooter 50 électrique :🚲🛵 lequel choisir ?

 

Le syndrome post-Covid a touché les POA boys: fini les C6 présidentielles et les allemandes léchées, Anne Hidalgo a profité du confinement pour ne rendre Paris praticable qu’aux nouveaux moyens de locomotion ne s’appelant pas voitures.

Le Président, avec une conscience écologique qui redonnerait presque un demi-sourire à Greta Thunberg, hésite donc entre un vélo électrique et un scooter électrique. Episode à suivre dimanche à 14h.

Le Premier Ministre quant à lui, nostalgique de ses pétaradantes trottinettes à vapeurs et autres patins à roulettes à propulsion par charbon de sa jeunesse, penche encore pour un joujou thermique: un scooter à quatres roues. Julien connaît l’endroit parfait pour qu’ils trouvent leur bonheur:

la Grange à Scooter aux portes de Paris. 

Il faut dire que l’histoire d’amour entre Julien et ce garage géré par Alexandra est tourmentée: c’est là qu’il trouve le MP3 de ses rêves, un Scooter italien par la ligne mais aussi par le caractère dont les quelques années de confinement décrétées par l’ancien propriétaire ont révélé que la rigueur de sa fiabilité était bien… latine. Julien, maniaque au point de démonter les vis une par une pour les inspecter, a failli par dix fois pousser le garage à la faillite en y faisant réparer sous garantie son Piaggio, qui le lendemain avait à nouveau une nouvelle panne indéfinissable. A tel point que Julien fait désormais plus peur aux employés du garage que le Covid. Mais le professionnalisme du garage a permis de fiabiliser le MP3, désormais quasi neuf après avoir tout changé!

Cette grange est le paradis des amoureux de deux roues, et même plus. L’ambiance est due aux créations originales d’Alexandra, qui après s’être mise à la soudure n’a pu résister à l’envie de faire une sculpture impressionnantes avec des vieux Vespa.

Le Premier Ministre retrouve ses joies d’antan  au milieu de tous ces scooters. Pour l’anecdote il se murmure, d’après un célèbre photographe de POA, qu’il aurait failli embrasser une carrière de cascadeur après les nombreuses chutes réalisées dans sa jeunesse sur deux roues. Alexandra lui explique que ce manque d’équilibre sur un ancien Vespa était simplement dû au fait que le moteur étant déporté sur un côté, le contrepoids d’une passagère était nécessaire pour garder l’équilibre.

Pour remédier à ces problèmes d’équilibre, il opte pour un scooter à quatre roues, le Quadro, dont vous verrez les acrobaties dès samedi sur POA.

 

Qooder : Alors Mister Fréour, 4 c’est mieux que 2 ?

 

 

Cédric Fréour essaye le Scooter à 4 roues Qooder à la Grange à Scooter à Clichy

Le syndrome post-Covid a touché les POA boys: fini les C6 présidentielles et les allemandes léchées, Anne Hidalgo a profité du confinement pour ne rendre Paris praticable qu’aux nouveaux moyens de locomotion ne s’appelant pas voitures.

Le Président, avec une conscience écologique qui redonnerait presque un demi-sourire à Greta Thunberg, hésite donc entre un vélo électrique et un scooter électrique. Episode à suivre dimanche à 14h.

Le Premier Ministre quant à lui, nostalgique de ses pétaradantes trottinettes à vapeurs et autres patins à roulettes à propulsion par charbon de sa jeunesse, penche encore pour un joujou thermique: un scooter à quatres roues. Julien connaît l’endroit parfait pour qu’ils trouvent leur bonheur:

la Grange à Scooter aux portes de Paris. 

Il faut dire que l’histoire d’amour entre Julien et ce garage géré par Alexandra est tourmentée: c’est là qu’il trouve le MP3 de ses rêves, un Scooter italien par la ligne mais aussi par le caractère dont les quelques années de confinement décrétées par l’ancien propriétaire ont révélé que la rigueur de sa fiabilité était bien… latine. Julien, maniaque au point de démonter les vis une par une pour les inspecter, a failli par dix fois pousser le garage à la faillite en y faisant réparer sous garantie son Piaggio, qui le lendemain avait à nouveau une nouvelle panne indéfinissable. A tel point que Julien fait désormais plus peur aux employés du garage que le Covid. Mais le professionnalisme du garage a permis de fiabiliser le MP3, désormais quasi neuf après avoir tout changé!

Cette grange est le paradis des amoureux de deux roues, et même plus. L’ambiance est due aux créations originales d’Alexandra, qui après s’être mise à la soudure n’a pu résister à l’envie de faire une sculpture impressionnantes avec des vieux Vespa.

Le Premier Ministre retrouve ses joies d’antan  au milieu de tous ces scooters. Pour l’anecdote il se murmure, d’après un célèbre photographe de POA, qu’il aurait failli embrasser une carrière de cascadeur après les nombreuses chutes réalisées dans sa jeunesse sur deux roues. Alexandra lui explique que ce manque d’équilibre sur un ancien Vespa était simplement dû au fait que le moteur étant déporté sur un côté, le contrepoids d’une passagère était nécessaire pour garder l’équilibre.

Pour remédier à ces problèmes d’équilibre, il opte pour un scooter à quatre roues, le Quadro, dont vous verrez les acrobaties dès samedi sur POA.

 

Covid, bouchon, Higalgo = Tous en 2 roues ? 🚲🛵🏍

Le syndrome post-Covid a touché les POA boys: fini les C6 présidentielles et les allemandes léchées, Anne Hidalgo a profité du confinement pour ne rendre Paris praticable qu’aux nouveaux moyens de locomotion ne s’appelant pas voitures.

Le Président, avec une conscience écologique qui redonnerait presque un demi-sourire à Greta Thunberg, hésite donc entre un vélo électrique et un scooter électrique. Episode à suivre dimanche à 14h.

Le Premier Ministre quant à lui, nostalgique de ses pétaradantes trottinettes à vapeurs et autres patins à roulettes à propulsion par charbon de sa jeunesse, penche encore pour un joujou thermique: un scooter à quatres roues. Julien connaît l’endroit parfait pour qu’ils trouvent leur bonheur:

la Grange à Scooter aux portes de Paris. 

Il faut dire que l’histoire d’amour entre Julien et ce garage géré par Alexandra est tourmentée: c’est là qu’il trouve le MP3 de ses rêves, un Scooter italien par la ligne mais aussi par le caractère dont les quelques années de confinement décrétées par l’ancien propriétaire ont révélé que la rigueur de sa fiabilité était bien… latine. Julien, maniaque au point de démonter les vis une par une pour les inspecter, a failli par dix fois pousser le garage à la faillite en y faisant réparer sous garantie son Piaggio, qui le lendemain avait à nouveau une nouvelle panne indéfinissable. A tel point que Julien fait désormais plus peur aux employés du garage que le Covid. Mais le professionnalisme du garage a permis de fiabiliser le MP3, désormais quasi neuf après avoir tout changé!

Cette grange est le paradis des amoureux de deux roues, et même plus. L’ambiance est due aux créations originales d’Alexandra, qui après s’être mise à la soudure n’a pu résister à l’envie de faire une sculpture impressionnantes avec des vieux Vespa.

Le Premier Ministre retrouve ses joies d’antan  au milieu de tous ces scooters. Pour l’anecdote il se murmure, d’après un célèbre photographe de POA, qu’il aurait failli embrasser une carrière de cascadeur après les nombreuses chutes réalisées dans sa jeunesse sur deux roues. Alexandra lui explique que ce manque d’équilibre sur un ancien Vespa était simplement dû au fait que le moteur étant déporté sur un côté, le contrepoids d’une passagère était nécessaire pour garder l’équilibre.

Pour remédier à ces problèmes d’équilibre, il opte pour un scooter à quatre roues, le Quadro, dont vous verrez les acrobaties dès samedi sur POA.

 

Souvenirs d’Autos (280) : les Meules à l’Air

 Par le Commandant Chatel. Septembre 2019, nous participons, Laurence (c’est ma femme) et moi aux « Meules à l’Air » désorganisées par le grand Jean-Claude Amilhat.

Jean-Claude Amilhat (long et mince) sur son Monkey est l’organisateur de l’événement les  Meules à l’Air (une course à mobylette) 

En un mot, c’est une balade à mobylette autour de Cajarc. Bon… nous le faisons en 125, puisque nous sommes deux, mais c’est un détail puisque l’important c’est de rouler doucement et de prendre du plaisir avec des amis.

Je ne vais pas vous raconter toutes les péripéties, mais seulement le départ…

Nous voilà sur la place de Cajarc, déguisés, costumés avec des engins plus improbables les uns que les autres (nous, nous sommes en combinaisons Honda, mais ce n’est pas limpides sur les photos).

Le Commandant Chatel (au centre et en civil), son épouse Laurence à droite et Stéphane à gauche

Je dois citer Philippe et son fils Raphaël qui ont eu la gentillesse de s’occuper de ma CB125 qui ne marchait pas. Passées entre leurs mains de sorcier, à Toulouse, elle pète le feu ! Merci, les amis.

Donc, Jean-Claude Amilhat, si vous lisez Auto-Rétro, vous connaissez ses articles. Sa plume est exceptionnelle ! Si vous ne le connaissez pas, vous allez pouvoir bientôt vous rattraper.

À 9h00, il donne le signal du départ. Son index est levé vers le ciel, et il fait des moulinets. On se croirait en F1.

80 pétrolettes qui démarrent, ça fait du barouf et ça sent bon le deux temps (et même le trois temps pour certaines…)

Puis, on part en convoi. Jean-Claude (long et mince) sur son Monkey ressemble à un flamand rose sur un vélo de clown…

D’après le road-book, on doit faire 100 mètres et quitter Cajarc par une petite départementale sur la gauche. Mais, il y a visiblement un changement de programme. Jean-Claude veut visiblement faire le tour du village (c’est possible car cette rue revient sur ses pas. C’est une boucle).

Alors, on roule à 20 km/h, on fait les beaux, on salue les passants. Moi, je suis en deuxième position derrière lui…

Quand soudain, nous voyons devant nous une Kangoo de nos amis de la maréchaussée. Glurp. Ce n’est pas que nous ne sommes pas en règle, mais quand même on fait grandement désordre.

Ni une, ni deux, Jean-Claude fait demi-tour, et moi aussi, et 80 mobylettes aussi.

Je ne vous dis pas le capharnaüm, le chantier, le foutoir !!

Et moi, j’éclate de rire… et Laurence éclate de rire. Et 80 gugusses sur leurs meules, comme des gosses, éclatent de rire…

Quel magnifique moment.

Encore un détail, amis lecteurs, Jean-Claude publie son second livre par crowd-funding. C’est le moment :

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/jice?fbclid=IwAR1PytDb_a7WOBCXRZPkRdbUJTdZlEXgAgQ6dJtRn2MunEvuVILLxLurFJo

 

 Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.  On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…  Et si possible, joignez à votre histoire des photos….  On adore ça chez POA ! Merci.

 

 

Volvo C70 Cabriolet 🇸🇪 : le subwoofer arrache le dos de vos passagers 😱

 

 

Découvrez le petit observateur Laurent qui nous présente sa Volvo C70 cabriolet .

↓🚗↓ Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à petitesobservationsautomobiles@gmail.com

Photos Paloma Roubaudi

Photos RR

BMW 628 CSI 🇩🇪 : la Bm du dentiste 👩🏻‍⚕️

Pour se déplacer au quotidien, les goûts de Michelle s’orientent vers les véhicules de collection puissants, sûrs, cossus et confortables. Elle est comblée au volant son coupé BMW 628 CSI de 1983

Michelle est l’épouse de Patrice dont POA a présenté la Jaguar MK2 il y a quelques mois. Un couple de passionnés de voitures retro puisqu’ils en ont possédé plus d’une centaine. Pour rouler au quotidien, faire les courses au supermarché ou même partir en voyage, les voitures de Patrice (il possède aussi une Alfa Montréal et une Porsche) ne sont pas idéales. D’où l’achat il y a deux ans par madame de ce coupé BMW 628 CSI.

 » J’ai toujours aimé l’auto depuis ma première R5 toutes options à toit ouvrant alors que mes parents n’avaient même pas d’auto. Vivre avec Patrice en partageant sa passion m’a permis de découvrir des voitures différentes puisque nous avons eu des BMW au nombre de 9 je crois, Jaguar, Corvette, Morgan, Porsche, Cadillac, Jaguar E et de nombreuses DS 23 et beaucoup d’autres. Je les ai toutes conduites et j’aime cela.

La Bm du dentiste

Il y a quelques années en faisant le remplacement d’un dentiste en vacances (Michelle est dentiste), j’ai pu conduire son coupé 628 CSI qui m’a séduite. D’où ce choix de ce modèle pratique pour mon usage, confortable, sûr et bien fini ».

Malgré ses 37 ans, sa 628 est dans un état exceptionnel et 100 % d’origine autant par sa peinture exempte de traces de corrosion que mécanique qui cache bien ses 263 000 km. Sa sellerie cuir semble neuve.  » C’est une voiture qui n’a compté que deux propriétaires qui n’effectuaient que de longs trajets sur autoroutes notamment Paris-Cannes. Jamais de ville ! Elle est dans un état exceptionnel  » explique Michelle qui nous fait faire le tour de sa voiture avant de monter à ses cotés. Les tapis sur lesquels je pose mes pieds semblent neufs !

Tous les Petits Observateurs savent que le coupé Série 6 a succédé à la 30 CSI. Signée par le Français Paul Bracq, sa silhouette épurée à la calandre en nez de requin se voulait plus agressive, plus aérodynamique et surtout plus lumineuse que l’ancien. Contrairement aux apparences dues à l’inclinaison très prononcée des surfaces vitrées d’une superbe couleur bronze dorée (optionnelle), celles-ci avaient été accrues. Fabriqué et monté par le carrossier Karmann du moins pour les premières séries, ce coupé était plus long (4,75 m) plus large (1,72 m) que le précédent.

Gueule de squale

Dévoilé au salon de Genève 1976 le coupé Série 6 fut d’abord proposé en version 630 en 3 litres à carburateurs de 185 ch et 633 en 3,2 l à injection donné pour 200 ch. Mais à cause de leur forte fiscalité lourdement taxée, BMW revisita la gamme en 1981 sous la forme d’une version 628 animée par la mécanique de la berline 528. La gamme s’était étoffée avec la 635 de 3,5 l de 218 ch à la place de l’ancienne 633. Avec 184 ch liée à une fiscalité abaissée et une consommation inférieure grâce à l’injection, la 628 CSI fut la plus vendue dans notre pays mais pas en Allemagne où ce fut la 635. En 1982, le coupé hérita de la nouvelle plate-forme de la Berline E28 notamment son train avant plus sophistiqué et son freinage renforcé. Modifications que compte évidemment sa 628 CSI de 1983.

La Série 6 vécut une longue vie qui perdura jusqu’en 1989 en évoluant assez peu excepté avec la M6 de 286 ch. Soit 100 de plus que la 628 ! Au total 86 216 Série 6 furent vendues dont une majorité de 635.

Sachez qu’en 1983, un coupé 628 CSI clés en mains coûtait 220 000 francs ce qui n’était pas spécialement un tarif d’ami. Soit 6 fois le prix d’une Renault 5 TL ! Hier comme aujourd’hui, BMW ne faisait pas dans le bon marché !

Le plus beau 6 cylindres en ligne

Michelle donne vie au le long six cylindres dont le feulement ouaté est un ravissement auditif. Les Béhème de cette époque chantaient fort à travers leurs deux sorties d’échappement. Ses 184 ch sont bien présents lorsque sa conductrice appuie sur l’accélérateur  » J’adore conduire, sinon je m’ennuie. C’est une voiture qui me plait car elle a de la classe tout en étant assez discrète dans cette belle couleur grise. Pourtant nombreux se retournent sur elle notamment parmi les possesseurs de BM plus récentes ». Quand on lui demande quel modèle qu’elle a préféré parmi les nombreuses voitures possédées par le couple, elle répond la Jaguar E dont elle a eu plusieurs exemplaires suivie de la BMW Z3.

Malgré son âge, la 628 a de beaux restes et pousse encore fort en me rappelant mon premier essai d’une 630 fin 1976. Le concessionnaire de la marque n’avait pas voulu laisser une voiture aussi coûteuse et puissante à un jeune journaliste en demandant à son vendeur de monter en passager à mes cotés. Nous rentrons au garage et la musique des 6 cylindres se tue mais pas le sourire de Michelle dont les yeux couleur océan brillent encore. Elle l’aime sa béhème…. …

 

Michelle possède depuis deux ans ce beau coupé 628 CSI datant de 1983.

C’est le Français Paul Bracq qui avait signé la silhouette de la Série 6

Ce long coupé de 4,75 m avait conservé le fameux pli de tôle de custode en retour (hofmeister) qui caractérise toutes les BM depuis 1962

L’intérieur tendu de cuir semble neuf. Les sièges sont très confortables et pas avachis

Le long 6 cylindres en ligne de 2,8 l alimenté par une injection était commun avec la berline 528 I

Le fameux Check-Control qui permettait de tester la bonne marche de touts les fonctions (photo Nicolas Delpierre)

Rare que tous les outils soient encore présents dans la fameuse trousse cachée sous le couvercle de malle qui équipait alors toutes les BMW

Le fameux nez de requin souhaité par Paul Bracq qui donnait de l’agressivité à sa silhouette

Si vous vous intéressez aux BMW, j’ai commis ce livre il y a quelques mois où la 628 CSI tient une bonne place

POA réouvre les Champs Elysées 🇫🇷

 

L’équipe POA emmène en Renault 19 Cabriolet Julien, un fan de Renault, assister aux préparatifs de réouverture de l’Atelier Renault au 53 avenue des Champs Elysées prévu ce lundi 25 mai. En compagnie de David Menochet, directeur de l’Atelier Renault, Julien découvre la 4L Rose « Pop » exposée en vitrine pour redonner moral aux troupes ainsi que le nouveau Capture E-TECH PLUG IN HYBRID dont les performances (1,5l au 100 km/60km d’autonomie électrique) et la finition séduisent Cédric Fréour, allias Audiman, l’homme le plus exigeant au monde en matière de plastique moussée. Thibaut Chatel, alias le Commandant Chatel, nous raconte un souvenir d’autos étonnant à bord de la Floride où sa mère sauva son père d’un policier trop zélé. L’âme de Renault plane sur Champs Elysées depuis 1898, un lieu idéal pour laisser s’exprimer la créativité de POA faite de surprise, d’humour, d’infos décalés et de bienveillance.

Souvenirs d’Autos ( 279) : Association de malfaiteurs🕵🏻‍♂️

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ah, la 2CV ! elle fait partie du patrimoine national comme la Tour Eiffel ou le Général de Gaulle… En attendant, on se régale avec l’histoire de Jean-Marie.

J’ai 16 ans et donc pas le permis. Je travaille avec d’autres copains  tous les étés au ramassage des cerises chez le grand-père de mon meilleur ami.

Dans une grange nous avons découvert une 2CV grise abandonnée qui ne démarre plus. Fort de nos 16 ans et de notre très grande expérience en mécanique (et puis le copain à entendu son grand-père en parler)  nous changeons le démarreur !

Le tout en cachette de son grand-père.

Nous décidons de procéder aux essais la nuit prochaine. Nous voilà chacun à tour de rôle en train de conduire autour de l’exploitation.

Bien sûr, nous sommes toujours cinq dans la voiture, c’est plus drôle !

La confiance aidant, la vitesse de passage augmente (je rappelle que la 2CV était capable de transporter dans un champ un panier d’œufs sans les casser) sauf que là, les œufs, c’est nous.

Tout se passe bien jusqu’à ce que nous finissions dans le fossé.

Aucun blessé heureusement.

La 2CV n’étant pas lourde, nous pensons qu’avec l’aide des autres nous devrions la sortir de là et éviter une super engueulade.

Nous voilà six ou sept musclés de 16 et 17 ans soulevant la 2CV.

Mais, on a beau soulever la caisse au-dessus du fossé, les roues restent désespérément dans le fossé.

C’est la faute aux légendaires suspensions Citroën !

Au lever du soleil (toujours en cachette) nous nous donnons rendez-vous sur place,  après avoir « emprunté » les clés du tracteur pour sortir la 2cv du fossé. Hum…

Récidive, dissimulation de preuves et association de malfaiteurs… mais, pas vu pas pris !!

Je pense qu’inconsciemment, c’est ce qui m’a définitivement détourné de Citroën car rétrospectivement j’ai failli perdre mon meilleur ami (la sortie de route était quand même violente) et mon premier emploi.

Une voiture une histoire.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Faites comme Jean-Marie et racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion… comme dans cette histoire de 2CV.

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

BMW 635 CSI 🇩🇪 : qui ne l’aime pas cette Bm ?

Découvrez le petit observateur Laurent qui nous présente sa BMW 635 CSI de 1983. ↓🚗↓ Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à petitesobservationsautomobiles@gmail.com

Paris déconfiné en Zoé 🇫🇷⚡️➡️ direction un garage pas comme les autres

1er Jour de tournage 🎥 POA après le fin du confinement. L’équipe accueille une assistante de premier plan, ma fille Paloma 10ans ( l’école n’avait pas de place pour elle ). Au programme traversée de Paris ☀️ en Renault Zoé ⚡️pour aller à la rencontre de Label Collection qui propose des voitures des collections « abordables ». Le choc de deux mondes, des moments volés, des rencontres, des bagnoles, de l’improvisation, des détails, la vraie vie, bref du POA.  A suivre en vidéo dès que nous aurons fait le montage 🎞😉

Souvenirs d’autos (278) : Chazot, Castel, mon père et la Fiat 500

Par le Commandant Chatel. 1979. J’ai 20 ans et une belle Fiat 500 L (rouge, petit compteur rond et volant blanc). Un cadeau de ma mère qui me permet d’être libre comme l’air. Merci, Maman, je ne t’oublie pas.

 Nous sommes en juin ou juillet. Je sors de studio un peu tard et je ne sais pas pourquoi, il faut absolument que j’aille prendre un verre à l’Élysée-Matignon. Une boite où j’ai mes habitudes.

Donc, en sortant du studio d’enregistrement où je travaille, je me dirige grâce à ma chère Fiat 500, vers le rond-point des Champs-Élysées. Chez « M’as-tu vu » (le surnom que l’on donne à l’endroit) je tombe sur mon frère, Philippe, seul au bar.

On discute, on discute et là, on entend derrière nous :

  • Ouuuhhhh les frères Chatel !!!

C’est Jacques Chazot, ancien danseur devenu chorégraphe et personnage très mondain dînant chez Madame Pompidou, Françoise Sagan ou les Rothschild.

On prend un verre… on discute… et bien sûr, le sujet de notre père (François Chatel, pionnier de la télévision) vient sur le tapis.

  • Ohhh, affirme Jacques Chazot, j’aimerais tellement revoir ce cher François !!! Je l’adore !!

Moi, je sais qu’il y a eu un petit différend entre eux, mais Jacques et Philippe m’affirment que c’est « de l’histoire ancienne ».

Là, je ne sais pas trop comment on en arrive à cette idée idiote : On va dire à notre père qu’on veut l’inviter à dîner car une magnifique créature rêve de le rencontrer.

La date est prise chez Castel (à l’époque on enchaînait les grandes maisons).

Je repars dans ma Fiat 500 avec le sentiment que notre idée est géniale et qu’on va passer un vrai bon moment !

La semaine suivante, nous voilà mon père, Philippe et moi, chez Castel à attendre la « créature… », mais bien sûr, rien ne se passe comme prévu puisque le maître d’hôtel vient nous dire, la gueule enfarinée, « Monsieur Chazot aura 30 minutes de retard ! »

Mon père devient blanc et nous dit :

  • Je rêve, c’est une blague ? La créature c’est cet imbécile de Chazot !! Vous êtes gonflé quand même, je suis fâché à mort avec lui !!

Comme on ne sait pas pourquoi, il nous raconte que Jacqueline, ma mère, avait obtenu auprès de la direction de l’ORTF une émission pour Chazot dont il s’était empressé de l’écarter…

La plaie, visiblement, n’était pas refermée…

Je sens qu’on va passer une bonne soirée… car voilà Chazot qui arrive, impérial…

Pendant un moment, je dois dire que les choses se passent bien. Ça discute, ça rigole, ça va…

Puis, entre la poire et le fromage, tout dérape. Je fais une blague (ou un jeu de mot, je ne sais plus) et tout le monde rigole sauf Chazot.

Mon père ne fait ni une ni deux :

  • Il n’est pas drôle mon fils ? Tu ne peux rire qu’à tes propres blagues ? Tu n’as pas changé !Et ça dure pendant 10 mn. 30 ans de rancœur !

Chazot baisse le nez… je baisse le nez… Philippe baisse le nez…

Puis mon père se lève, en nous lâchant :

  • Merci pour la bonne soirée !

Chazot commande une bouteille de vodka… le temps passe, puis Philippe se tire prétextant que mon idée n’était finalement pas très bonne.

Enfin Chazot, défait à l’eau de feu (c’est comme ça qu’il appelait la vodka), se lève et disparait. Lui aussi, il trouve que mon idée n’était pas drôle.

Bref, il ne reste que moi et… l’addition qui représente un bon mois de salaire.

Après avoir payé d’un chèque en bois, je termine la vodka (finalement je l’ai payée). Quand je ressors de chez Castel, le jour se lève, il fait doux…

Je retrouve ma chère Fiat 500 avec un PV sur le parebrise…

Elle ne fait jamais d’histoire, ni de mauvaise blague, ni de crise de nerf… et elle n’est jamais de mauvaise foi.

je m’en moque… J’ouvre le toit ouvrant, les fenêtres et je rentre chez moi. Cette voiture est comme une partie de moi-même. Je m’adore et à son volant, j’oublie tout.

Je passe vite fait prendre une douche avant de repartir au boulot où je demande une… avance de salaire !

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !Merci.