Souvenirs d’Autos (341) En panne dans le Galibier

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. J’aimes les histoires de Pierre car je sens les odeurs, j’entends les moteurs et la radio… merci.

 

Nous sommes en 1959, mes beaux-parents créaient cette année leur entreprise d’électricité générale.

Pour la jeune société ils faisaient l’acquisition d’une 2CV Fourgonnette grise, construisaient un petit atelier ainsi qu’un garage attenant pour abriter la Citroën.

L’été de cette année, ils songèrent à prendre un peu de repos et c’est vers les Alpes du sud qu’ils décidèrent de se rendre, la destination choisie fut Valloire.

Situé aux portes des Hautes Alpes, le village alpin se trouve aussi au pied du col du Galibier, route célèbre dont on parlait souvent à l’occasion du Tour de France.

Mes beaux-parents effectueraient le voyage à bord de la fourgonnette, un long périple les attendait.

Ils firent provisions de tout avant le grand départ. Des cartes Michelin étaient également achetées car une fois les limites du département franchies, elles seraient indispensables pour circuler sur des routes inconnues. La voiture fut chargée jusqu’au toit, le départ fut pris de bonne heure un dimanche matin.

La Citroën n’avançait guère, de nombreux arrêts furent nécessaires au repos de l’auto et à la détente des vacanciers. Le voyage était long.

Puis les Alpes saluèrent bientôt notre équipage. La fourgonnette franchissait le Col du Télégraphe, Valloire était maintenant en vue.

L’arrivé au camping fut une récompense car le voyage se terminait enfin.

Ils quittèrent Valloire de bonne heure ce matin pour cette sortie vers le Grand Col. Avec son sommet pointant à plus de 2600 mètres, l’affaire était sérieuse.

L’auto roulait à petite allure maintenant sur la haute route qui serpentait entre alpages et sommets. La montagne était belle, Rémy observait les cimes, Michèle anxieuse scrutait les à-pics.

Deux auto-stoppeuses sac tyrolien sur le dos cheminaient vers le haut du col, elles se signalèrent en levant le bras, pouce en l’air.

Rémy ne pouvant s’arrêter dépassa les marcheuses, poursuivit son chemin et distrait il jeta un œil dans le rétroviseur oubliant la route un instant. Il fit alors un écart, la roue avant de la 2CV passa sur des pierres du talus, c’est la crevaison. Rémy se dirigea aussitôt vers un replat, coupa le moteur et descendit examiner le pneu avant rudoyé.

Rien de grave, pensa-t-il en se dirigent alors vers la cache de la roue de secours.

Retirant le panneau de tôle il se souvint soudain qu’il avait laissé la roue au fond du garage à la maison, un oubli fâcheux.

De colère cric et manivelle étaient jetés au sol, la roue fut rapidement déposée.

Les auto-stoppeuses, poursuivant leur marche dépassaient maintenant l’auto et en riant lancèrent un hello au malheureux.

Pour réparer la roue Rémy devra alors rejoindre Valloire, trouver un garage, réparer puis remonter là-haut.

Sans perdre de temps il s’avança sur la route du col cherchant du regard la première auto passant là et lui demander de l’aide.

L’attente ne fut pas longue, une autre 2CV grimpait sagement dans les lacets, Rémy fit aussitôt de grands gestes, arrivée à hauteur la voiture s’arrêta.

Un homme en grand habit noir en descendit marcha radieux vers nos amis et se présenta, il était le curé de Valloire, une rencontre toute singulière.

Rémy heureux et soulagé lui narra alors l’incident.

L’homme de bonté proposa aussitôt de le conduire au village avec Michèle, là-bas le garagiste qu’il connaissait effectuerait la réparation.

Michèle et Rémy le cœur léger montèrent à bord emportant la roue. Sans attendre le curé démarra, fit demi-tour et plongea dans le col en direction de Valloire.

Midi bien avancé la roue était réparée, le bon curé invita les deux vacanciers à repartir là-haut.

La 2CV traversa le village, reprit la route du grand Galibier et lentement montait rejoindre la Fourgonnette abandonnée ce matin en chemin vers le sommet.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (341) En panne dans le Galibier »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Neufcentdixespada

    Avec la disparition des roues de secours (même en version galette) ,au nom de la chasse au poids et au gramme de Co2, je pense que ces désagréments vont se multiplier…

    Répondre
  2. Pierre_

    Merci de vos commentaires les amis.
    En observant la carte postale on s’aperçoit que les 2CV sont bien présentes là bas sur la haute route. Il fallait avoir une grande confiance en cette petite auto. Et en effet elle fut très appréciée par les curés de nos villages.
    Michèle et Rémi ne dérogèrent jamais à la règle et chaque été, délaissant l’entreprise pour quelques jours, ils prenaient la route. Une estafette vint bientôt renforcer la flotte de l’entreprise (qui toujours se porta bien).
    Au milieu des années 60 c’est une 404 qui fit la joie de la famille, puis une 504 à laquelle on attela un jour une caravane. Michèle et Rémi, chaque mois d’août prenaient la route de l’atlantique maintenant avec les enfants.
    Rémi me contait il y a quelques mois cette aventure très drôle vécue cet été là dans le Galibier.

    Merci Commandant pour la parution de ce récit.

    Répondre
  3. Thierry

    Bah je savais pas que la 2CV fourgonnette n’avait pas sa roue posée sur le moteur comme les autres ??
    J’ai d’ailleurs une anecdote gamin ….

    Une cliente du Garage où mon papa amenait ses autos à entretenir, avait commandé une nouvelle voiture « avec au moins 4 vitesses ! » pas comme sa 2CV6 !!!
    Ça, elle le dit au –garagiste, mécano, commercial et patron– à la fois qui lui posa la question :
    « mais votre 2cv a combien de vitesses ??? »
    « Sans compter la marche arrière ??? bah je ne sais pas 2 je crois »

    Et le mécano de constater que la roue de secours étant mal posée sur le moteur bloquait la tringlerie, et empêchait sa propriétaire de passer tous les rapports …
    soit juste marche arrière, deuxième et quatrième !!

    Depuis combien de temps ? Longtemps certainement, mais elle pris possession d’une Austin Allegro en remplacement, avec un volant pas rond, mais toutes les vitesses.

    Répondre
    1. Thierry

      Dyane 6 alors ? Je ne me souviens plus bien, pourtant je ne pense pas que c’était une Ami. 6, le temps est passé par là

  4. Chapman

    Monter le Galibier avec une 2cv de l’époque, chargée comme une mule si j’ai bien compris, à tel point qu’il fallu se détester du poids de la roue de secours pour être plus sûr…..
    Merci Pierre pour cette histoire difficile à appréhender pour ceux qui n’ont pas connu le 425cm3.
    😉

    Répondre
    1. Georges Piat

      Même pas 500 cm3… je ne me souvenais plus de la cylindrée. Effectivement, bonjour le rapport poids/puissance pour grimper les cols !

  5. MARTIN

    Merci Renaud pour ce récit
    petite remarque de connaisseur: Valloire n’est pas identifié comme commune des alpes du sud.
    la « frontière » météorologique étant justement au sommet du Galibier et du Lautaret.

    merci pour tout ce que vous faites, j’aime beaucoup le ton de POA, qui change avec le coté rébarbatif de vos confrères.
    bien à vous
    Eric

    Répondre
    1. HD

      Oui, j’attendais cette issue, également !
      Sauf si le curé avait lui aussi croisé les auto-stoppeuses et commis un écart… de volant, bien sûr, qu’est-ce que vous imaginez ?î?

  6. Nabuchodonosor

    Ah, les voies du Seigneur…
    Et grâce à l’aide divine, Rémy remis la roue avant de repartir vers les sommets rejoindre qui sait, les deux anges…
    😉
    PS : Petite précision Pierre. Valloire est en Savoie et la Savoie est située dans les Alpes du Nord.

    Merci pour ce charmant SDA de rentrée et mes respects au Commandant.

    Répondre
    1. Pierre_

      Rémy a pris la Divine route des étoiles cet été, et peut être en effet y retrouvera-t-il les fameux personnages de cette aventure.
      Amitiés.