La Renault 5 à 50 ans, c’est le bel âge

Salon de Munich 2021 🇩🇪 Petites observations sur le stand Renault qui présente les 50 ans de la Renault 5 et sa future version électrique.

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « La Renault 5 à 50 ans, c’est le bel âge »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. François

    La R5…comme pour beaucoup, ma première voiture que mes parents m’avait achetée d’occasion, pas forcément en bon état, le plancher arrière était tout rouillé, et avait finalement percé, comme la 4L de ma soeur !
    Mais le moteur était increvable, et tellement simple à entretenir.
    Le grand chic des R5 était pour moi à l’époque les modèles qui étaient sortis avec les fameux sièges pétale.
    Le Car Van, mon voisin en avait une, une rareté absolue.

    Répondre
  2. Pierre_

    Chez moi dans notre petite bande, ce sont deux nanas qui s’offraient cette Renault 5. Trouvant la bagnole pour le coup trop féminine, je choisis une 104. Rapidement je compris que mon impression sur ce point était totalement fausse. On vit bientôt des R5 partout dans mon landerneau, avec hommes ou femmes au volant.
    Merci Renaud pour ce coup d’oeil dans le rétro.

    Répondre
  3. Alain L

    A la fin des années 80, trentenaire Parisien pressé, lassé de ma vieille Coccinelle cabriolet aux ailes cabossées qui ne rassurait pas mes clientes, j’achetais ma première auto neuve, je voulais une voiture de petite taille, confortable voire luxueuse, rapide, moderne quoi, et je trouvais la R5GTX, automatique, gris clair métallisé, intérieur beige, très chic. Elle était vraiment bien dessinée avec ses pare-chocs de la même couleur et son habitacle si lumineux…mais deux ans plus tard, le moteur cafouilla je ne sais plus pourquoi et la boite de vitesse me lâcha au retour de vacances à Bréhat sur la route de Saint Brieuc…
    Fâché, je n’ai plus jamais mis les pieds dans la région et j’ai couru chez VW acheter une Golf GTI magnifique que j’ai gardé 10 ans…..

    Répondre
  4. Thierry

    Moi j’ai bien connu le lancement de la R5 étant presque en âge de choisir ma première voiture.
    Quand elle est sorti, hormis toutes ses couleurs flashies, et une excellente publicité au cinéma et à la télévision, on ne peut pas dire qu’elle était vraiment « mode » et donnait envie … au mieux c’était juste une R4 plus moderne.
    Elle a gravé ses lettres de noblesse dans son futur avec une ribambelle de versions plus ou moins intéressantes.
    Lors de mon premier voyage aux USA des amis NewYorkais avaient une « Le Car », il doit me rester une photo dans un album, elle était bleue, et les origines françaises de la femme du couple n’étaient pas étrangères au choix de cette auto. La version du Salon est juste la version française américanisée pour faire comme si ! Renault nous jouera la partition avec le duo R9 et R11 avec des séries Alliance.
    Ce petit personnage bouillonnant et plein de vie, un peu saoulant certainement au quotidien (humour ! Rien de méchant !) parle avec passion de tout ce qu’il touche, de Citroën à Renault …. je crois qu’il pourrait vendre des entrecôtes à une famille vegan ! C’est un bel atout pour Renault.

    Répondre
  5. Gérard-Vincent

    Quel plaisir de revoir un salon ! ! Vous êtes particulièrement émoustillés devant ces R 5 admirables. Surtout, lors de la présentation de la « Le Car » j’aperçois, en arrière plan, l’une des toutes premières avec sa couleur orange 331: j’avais la même (presque), décrite dans le Souvenir d’autos 218: c’était l’une des premières versions avec le levier de vitesses au plancher. Je faisais le Guignolo avec, si si !

    Répondre
  6. Frédéric à Montréal

    Salut les amis,

    Vous faites fort avec cette évocation de la Renault 5, qui se termine sur Belmondo et la musique du Professionnel.
    Émotion!
    Au Canada, la «Le Car» s’appelait «La Cinq», contrairement aux États-Unis.
    Elle a eu au Québec un succès phénoménal, il y en avait partout, même si elle démarrait très mal en hiver, chauffait très peu et rouillait très vite!
    Je suis bien placé pour le savoir, j’en ai eu une jaune!
    Grosse cote d’amour, et tout le monde a été très déçu quand Renault a décidé de ne pas nous envoyer la Super 5…
    Excellente idée de revenir, en attendant il me faut le pull des 50 ans de la 5!
    Merci pour vos vidéos, toujours meilleurs!

    Répondre
  7. Oliver

    Enfin !!!
    Enfin des vraies bagnoles ! A essence !!!
    Je suis né également en 1967. En 1974 on commençait à en voir beaucoup sur les routes. Quelle bouille charmante.
    Dans les années 80, je trouvais la R5 Alpine plus chic, plus exhaustive que les Golf GTI ou les Peugeot 206 GTI qui pullulaient à cette époque dans la région genevoise.

    Répondre