Renault 25 V6 (épisode 1) « une espèce en voie d’apparition »

Découvrez le petit observateur Florian qui nous présente sa Renault 25 V6 injection phase II de 1989.

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Renault 25 V6 (épisode 1) « une espèce en voie d’apparition » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Nabuchodonosor

    Bien avant le monospace qui précédait le club des Safrane, sévissait dans tous les bons ministères le gang des R25… On était alors sous la génération « Tonton » et il était de bon ton, cocarde sur le parebrise, de s’afficher en Renault.

    Succédant aux R20 et R30, la R25 sera, comme en politique, le chiffre idéal du compromis.

    Le Haut de Gamme à la Française, c’est-à-dire un compromis là encore consacrant le retour d’une berline classique tri-corps mais qui ne renonce pas au très populaire hayon qui fait sa polyvalence. L’auto était en semaine, la limousine des hommes d’affaires pressés et le week-end, la voiture à vivre de toute la famille…

    Et puis, avant l’alternance, viendra la cohabitation…
    Merci Florian pour cette introspection au cœur des années 80, merci POA, merci les Mesnuls et merci aux équipes de Gilbert Trigano pour le sponsoring tente en cet été 2021 particulièrement arrosé.

    Bonnes vacances à tous !
    😉
    Nabu

    Répondre
  2. PhareOuest

    Bonjour,
    j’ai un très bon souvenir de ma R25 2.2l GTX en boite automatique. Elle était de la même couleur, même intérieur cuir, mêmes jantes, mais sans l’aileron arrière. Je l’avais fait équiper au GPL car je roulais beaucoup à l’époque. Malheureusement ne connaissant pas les BVA , j’ai fait confiance à Renault qui préconisait « aucun ebtretien », ce qui devait arrivé arriva, elle a lâché vers 270000km et fut remplacée par une XM V6.
    Bravo au jeune passionné Florian

    Répondre
  3. Philippe

    C est vraiment super poa. Franchement chaque episode est original et différent.
    Rien ni personne ne vous arrive à la hauteur.
    Continuez comme ça. Soyez légers. Ne vous prenez jamais au sérieux. Restez comme vous êtes.
    Avec Vilebrequin vous êtes les derniers media bagnolards !

    Répondre
  4. 25.....le bel age!

    Eh oui……………..une excellente auto pas vraiment reconnue à l’époque.
    Dans les années 80, après avoir cassé une BM 528I, fait volé une CX TRD, je me suis
    « rabattu » sans grande conviction et en dépannage sur la 25 phase 1 pour mes Paris-Toulouse du WE.
    Et bien, quelle voiture agréable! J’ai quand meme bataillé un moment avant de trouver
    une panne électrique, plus de jus d’un seul coup! Sympa en pleine nuit sur la N20 dans les
    virages du Quercy. De mémoire…….le support en plastique du gros fusible amovible pour
    le stockage des véhicules neufs qui se détériorait avec la chaleur.
    Les accoudoirs portes et centraux ne basculaient pas sur le coté?

    Répondre
  5. Huiledecannes

    L’auteur du tableau de bord incroyable de la 25 est aussi l’auteur des lignes de la Countach et de la BX, et même du Renault Master !
    Il s’agit du Maestro Marcello Gandini, vous repasserez tous les deux en session de rattrapage pour le bac 25 !

    Répondre
  6. Chapman

    Je suis étonné qu’il n’y ai pas encore de vrai cote de collection pour cette 25. Renault est vraiment maudit. C’était quand même un haut de gamme dont on pouvait être fier et une vrai voiture de ministère.
    Qu’est ce qu’on a pu en voir.
    J’ai peu roulé à bord de cette auto mais, ma petite anecdote c’est que au tout début des années 90 Renault Véhicule Industriel, la branche poids lourds du groupe, sortait le « vaisseau amiral » des tracteurs de semi remorque, le AE Magnum. J’avais eu le privilège de grimper à bord de la cabine et je m’étais retrouvé dans un environnement très proche du haut de gamme auto, avec les mêmes commodos, les mêmes interrupteurs…. On prenait vraiment soin des routiers tout à coup. Une cabine dans laquelle on pouvait se tenir debout. C’était nouveau à l’époque.

    Répondre
    1. Huiledecannes

      Oui l’AE est extraordinaire, il faudrait en trouver un pour une petite observation, c’est un camion révolutionnaire un peu comme la 25, il n’a jamais de descendance digne de son rang…