Que faut-il savoir avant d’acheter une Maserati 4200 GT?

Tous les conseils pour choisir une Maserati 4200 GT. Que faut-il savoir ? Que faut-il regarder ? Pour illustrer son propos, Alexandre nous présente une Maserati 4200 GT à boîte manuelle. Alexandre Guirao (ministre des voitures de collection de POA) dirige la société Classic Auto Invest qui conseil les acheteurs et les vendeurs de voitures de collection. https://www.classicautoinvest.fr/

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Que faut-il savoir avant d’acheter une Maserati 4200 GT? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Gauthier

    Il faut d’abord noter que ces voitures 3200/ 4200 GT ne sont pas encore des voitures de collection, mais des autos modernes encore tout à fait au gout du jour et avec ce fabuleux V8 Atmo Ferrari et cette ligne à faire pâlir des voitures des années 2020…
    J’en possède une depuis 2013, acheté à 60 000 kms, (neuve de déc 2005) elle en compte 100 000 aujourd’hui et j’en suis ravi.
    Un détail qui a son importance à mes yeux et qui est un oubli regrettable de votre reportage avec Alexandre Guirao. Ma voiture est une Gransport. C’est la dernière évolution de la famille et je considère comme beaucoup de Masératistes qu’elle est la plus aboutie, la plus sportive et la plus jolie : les différences avec la 4200 GT sont principalement les suivantes : Carrosserie : bas de caisse, calandre agrandie, boucliers av et ar différents et avec extracteur ar, jantes de 19  » (au lieu de 18), moteur 400 ch (au lieu de 390), évidemment BV cambiocorsa, suspension Skyhook (en option sur la 4200) .
    Bien que n’étant qu’une GT, je fais avec du circuit en « gentleman driver  » et je me régale, elle est bien plus sportive que la belle Granturismo qui lui a succédé car moins lourde et moins grosse. Seul bémol, un freinage un peu juste (il vaut mieux monter des plaquettes plus performantes) quant à l’usure de l’embrayage, si vous la menez bien, c’est 1 % au 1000 kms dont très raisonnable, pas de gros dépenses d’entretien, juste la géométrie qu’il faut refaire aux changement de pneus.
    La mienne est bleue méditerranée avec un intérieur carbone et full cuir bleu pétrole.
    Alors, n’hésitez pas et lâchez vous pour une Gransport, c’est un futur collector encore à un prix accessible.

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    L’affaire est entendue, la quasi totalité des constructeurs ne produira plus que des autos électriques d’ici demain. Incroyable monde qui se sera renié en moins de deux dizaines d’années, retourné par un entrepreneur visionnaire qui n’était même pas du sérail… Il faudra donc s’habituer à ces robots au bruit d’aspirateur qui nous promettent de stopper le réchauffement climatique et faire de nouveau respirer la planète… Soit.
    Mais ne me dites pas qu’en plus il faille taire aux enfants ces merveilles d’horlogerie sur roues qui font notre bonheur et dont le V8 atmo respire la santé en chantant, tel une Diva qui vous dresse les poils à chaque expiration ?
    Parce que ça, on ne le supportera pas.
    😉
    Nabu, qu’est tombé dedans depuis tout petit

    Répondre
  3. Chapman

    Très belle époque pour Maserati. Par nature, je préfère la Quatroporte de la même époque mais c’est évidemment purement subjectif.
    C’est fou quand même, ces voitures se vendent et circule beaucoup….. Mais pas chez nous…. On reste sur le plan Pons de l’après guerre.
    🙁

    Répondre
  4. Neufcentdixespada

    Pr Alexandre peut nous recommander mille fois plus la 4200 que la 3200 ( il aura sûrement raison !)…. Mais ,mille fois mais : ces feux façon Rover ,quand on a vu le sublime arrière avec les boomerangs ,c’est pas possible,juste pas possible !! Ça gâche tout!Il parait que ce renoncement stylistique était un moyen d’être raccord aux normes us??

    Répondre
    1. CBi

      Oui, la 3200 GT fut la première voiture au monde équipée de LED, mais Maserati n’avait pas vu que la norme US imposait à l’époque d’avoir comme feux « des ampoules »…

    1. CBi

      L’estimation d’Alexandre Guirao me paraît correcte = pour ma Quattroporte avec le même moteur et le même km, 1300€ par an en moyenne sur les 5 dernières années, sans compter les pneumatiques. Auxquels vient s’ajouter pour la 4200GT un changement d’embrayage, dont la durée dépend apparemment énormément du style de conduite, mais qui est effectivement coûteux.

    2. Philippe

      Le problème de ce genre de voiture n est pas l entretien courant qui reste fzcile à chiffrer et à approvisionner (mettez 150 euros de côté par mois) mais les pannes. Les pieces sur ces autos coutent beaucoup plus cher que sur une clio même si c est loin d être plus fiable. Un embrayage de boite robotisé qui tient 30000 km max sur une AMV8 alors que ca tient 5 fois plus sur une C3.