Souvenirs d’Autos (337): Giscard le bagnolard

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Souvenir d’auto très particulier cette semaine… puisqu’il s’agit d’une vidéo. MAIS j’ai trouvé qu’elle valait la peine d’être partagée avec les Petits Observateurs. Oui, VGE aimait l’automobile. J’ai raconté dans cette rubrique que je l’avais vu conduire à plusieurs reprises…C’est Stéphane, que je remercie, qui m’a envoyé ce « moment de vie ».

Deux amis deuchistes ont eu vent par Jean-Marie Cabart, garagiste à Montoire, d’un propriétaire « peu ordinaire » qui venait faire entretenir son auto. Et, ils ont souhaité l’interviewer pour parler de Citroën.Assez naturellement, il les a invités chez lui pour parler voiture. Un ancien président qui parle de voiture, et imaginer Anémone en Méhari, c’est surréaliste !Voici la vidéo de la rencontre (ça parle de bagnole à partir de 05:48)

https://m.youtube.com/watch?v=8j0zZcFfqlw&feature=youtu.be

Petit bonus :

Lors du départ, le Président a demandé à mes deux comparses de ne pas repartir sur les chapeaux de roues pour épargner le gravier de l’allée du château d’Authon…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos. On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (337): Giscard le bagnolard »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Phil Verce

    Belle interview d’un ex-Président qui témoigne bien de l’époque, du dynamisme de l’industrie automobile française, des premiers signaux d’alarme face à la concentration de cette industrie, de l’amour des Français pour l’automobile et aussi de certains préjugés des élites françaises qui ont toujours considéré le haut de gamme (l’anecdote sur la SM) comme une prise de risque inutile.

    Répondre
  2. Barbara Moraillon

    Je confirme ! Giscard conduisait bien sa voiture pendant son mandat. Il se trouve qu’un jour où j’attendais tranquillement, toujours à Bailly, le car pour Versailles, sa bientôt célèbre Peugeot 504 s’est trouvée retenue à la hauteur de l’abri-bus. Son regard a croisé le mien. Le sien était plein de curiosité, le mien, sans doute, plein d’étonnement…
    On peut constater que, jusque dans la vieillesse, ses idées sont restées bien organisées, à cela s’ajoute un véritable talent de conteur…

    Répondre
  3. damien

    Quand je vivais à Chamalières, VGE était l’auvergnat pour tous les auvergnats. A tel point que j’ai appris très récemment que son fief de coeur était le Loir-et-Cher.
    Et j’apprends ce jour que c’est en Méhari que VGE faisait le trajet.
    Pfff, …..vite une SM2 !

    Répondre
  4. Lounes Betraoui

    Bonjour POA. Je viens vers vous concernant un livre que j’ai acheté sur votre boutique en ligne et intitulé Souvenirs d’autos. Juste pour information je n’ai toujours pas reçu mon colis. Que j’ai déjà payé sur PayPal. Merci de vérifier ma commande.

    Répondre
    1. Renaud Roubaudi

      bonjour, si vous n’avez pas reçu votre livre lundi, donnez moi votre adresse, je vous l’enverrai mardi du bureau. amicalement. Renaud

  5. Christian ALMERAS

    Un souvenir qu’il sera difficile de coucher sur papier… contrairement à ceux que j’ai reçus ce jour dans la boite aux lettres, merci Commandant;)

    Répondre
  6. Chapman

    C’est curieux quand même ce mépris bien français pour l’automobile d’exception. Il est sympa avec sa DS ordinaire et sa Méhari mais quand il s’agit de la SM, là, tout à coup, une sorte d’ironie…. » Une Citroën-Ferrari »
    🙁
    On comprend que c’est cette même caste qui tira un trait de plume sur la belle ambition du haut de gamme français et ne leva pas le petit doigt pour sauver Facel Vega.

    Répondre
    1. CBi

      C’est peut-être aussi un petit coup de canif à son successeur, de jouer le simple et le modeste qui marche à pied pour son investiture, alors que la SM fut la voiture présidentielle utilisée par Mitterrand le jour de son investiture, le 21 mai 81.
      Un détail qui m’a surpris = quand il dit que toute sa présidence, il est resté fidèle à la DS. Ce n’est pas tout à fait vrai, puisqu’ en recherchant des photos d’époque, effectivement arrivée des ministres en 1974 = dans la cour de l’Élysée, 13 DS et une R16. Mais même occasion et même lieu 7 ans plus tard = 1/3 de R30, 1/3 de CX et 1/3 de 604.

    2. Phil Verce

      Chapman, vous avez tout à fait raison. La technocratie qui nous gouverne depuis 60 ans a accompli de belles choses mais a toujours considéré que nous devions nous contenter de voitures moyennes, ce qui est une stratégie a très courte vue.

    3. Henri

      Et rebelotte !
      Une fois encore certains cherchent à rendre responsable VGE de la mort de Facel Vega… Pouvez-vous svp relire l’histoire précise.. et mouvementée (!) de ce constructeur ?
      Cela évitera de raconter n’importe quoi.
      Merci.

    4. Henri

      Une caste ? Politique ? Administrative ? Je ne sais pas, mais ni la classe politique, ni la haute fonction publique sont des castes… heureusement elles sont chacune composée de personnalités bien plus diversifiées.
      La chute d’une entreprise ne repose que très rarement sur une responsabilité individuelle mais plus souvent sur une responsabilité collective, à commencer par ses managers qui la dirigent et ont la responsabilité d’en assurer sa rentabilité et donc sa pérennité ; qui structurent sa stratégie à moyen terme ; qui savent comprendre le contexte dans lequel l’entreprise évolue…
      Force est de constater que Facel Vega n’a eu ni managers à la hauteur de réussir à faire vivre une entreprise de voitures très haut de gamme, ni des actionnaires stables et engagés dans cette aventure industrielle… L’aviation et l’automobile ne font pas bon ménage contrairement aux tracteurs agricoles ou aux vélos ! N’est pas Enzo Ferrari qui veut… Idem pour Giovanni Agnelli, idem pour la famille Peugeot !
      Il y a eu de l’argent public mis sur la table pour tenter de sauver Facel Vega, ce sont donc bien plus que des petits doigts qui se sont levés… mais l’argent public n’a pas vocation à être investi dans des tonneaux des danaïdes… heureusement, ce sont les contribuables qui en général règlent les factures.

  7. Arnaud T

    Le souvenir qui me vient à l’esprit, c’est celui du Président conduisant une Peugeot 504, fendant la foule le soir de son élection, immortalisé par Depardon. Quelle séquence.

    Répondre
  8. Nabuchodonosor

    La Méhari de VGE qui ne consommait rien nous rappelle combien l’industrie était vaillante à l’époque. Un demi-siècle plus loin une auto ne consomme pas moins. Je sais, les normes de sécurité, les crash-tests ont engendrés la ceinture, l’abs, l’airbag, les zones de déformations etc. qui lui ont donné un embonpoint que l’évolution technique et malgré deux krach pétroliers n’a eu de cesse de combattre pour parvenir tout juste au même bilan conso, sur une auto pesant trois fois plus lourd…

    Bien entendu, en divisant par cinq le nombre de morts sur les routes, cette évolution a permis de sauver des vies. Mais en parallèle, le nombre de cancers, de maladies respiratoires, notamment en milieu urbain a littéralement explosé. La lutte contre la pollution est devenu le combat d’aujourd’hui au point que demain, l’auto toujours plus lourde sera électrique, l’Europe venant unilatéralement de le décider et de l’inscrire dans le marbre.

    Étrangement, cette question du bénéfice / risque dont les études comparatives si elles existent ne sont pas médiatisées, amène à méditer sur un autre débat actuellement bouillant, relatif au travail biologique de nos anticorps naturels…

    Un Nabu pas piqué des vers, libre de sa pensée et de son corps.
    😉

    Répondre
  9. Thierry

    Non partions 420 kms en Méhari par tous les temps et nous en gardions un très bon souvenir !
    Tout est dit … on peut détester sa politique, mais l’homme était quand même d’une grandeur rare.

    Répondre