C’est quoi Audi ? 2 petits observateurs en A8 et S6+ témoignent

Cédric Fréour demande à Rodolphe et Nicolas, 2 petits observateurs propriétaires d’une Audi A8 et une S6 Plus, ce qu’est Audi pour eux et si ils se retrouvent dans le modernisme de l’Audi e-Tron GT 100 % électrique. ↓🚗↓

 

L’avis des Petits Observateurs !

17 commentaires au sujet de « C’est quoi Audi ? 2 petits observateurs en A8 et S6+ témoignent »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ju44

    Les Audi des années 90… Des autos qui soufflent le chaud et le froid selon moi!
    Pour avoir ramené une Audi S8 de la fin des années 90-début 2000 du sud de la France jusque dans le nord, j’avais été bluffé par certains points, notamment l’insonorisation, l’absence de bruits parasites due à un assemblage sans reproche, et une tenue de route doublée d’une agilité et une sensation de légèreté rares.

    En revanche, le confort déplorable des sièges, à peine digne de celui d’un banc d’église, m’a fait arriver le dos et le fessier en miettes… À me promettre de ne jamais plus recommencer ! Quant à la qualité des plastiques « moussés », elle ne valait guère mieux que celle des plastiques tout autant moussés de l’Audi 90 conçue au coeur des années 80, donc sans progrès notable. Seul le ciel de toit en alcantara se démarquait dans l’ensemble, car finalement j’ai découvert une qualité de finition aussi bonne sur ma XJ40 de 1993, qui ne tolère aucun bruit parasite elle non plus, en faisant encore plus la part belle au cuir et au bois ainsi qu’à la laine. Finalement après avoir déposé la S8 le soir après a longue traversée de France, j’avais été ravi de retrouver le confort des sièges Recaro de la Saab 9000Aero, qui eux savaient mêler maintien, qualité, et confort !

    Au global, la qualité Audi, je la trouvait mieux marquée et différenciante sur les Audi A4 du début des années 2000, qui me semblaient plus luxueuses que leurs concurrentes allemandes, à l’inverse de l’A8 qui à mes yeux se trouvait derrière ses concurrentes.

    Répondre
  2. Philippe

    Bonsoir,

    Très belles voitures (je ne parle que de l’A8 et de la S6 Plus…) mais vous excuserez ma franchise, la qualité allemande m’a toujours fait marrer, basée que sur du plastique moussé et sur le bruit de fermeture de portières : il n’y a qu’à regarder l’état du pommeau de levier de vitesse de la S6 Plus !
    Celui de notre Berlingo de 2004 est en bien meilleur état, même après plus de 300 000 km.

    Répondre
  3. Theo

    On continue d’entendre ce discours anti-électrique qui ne prend pas en compte l’essentiel : les rejets de CO2, et qui oublie tous les bilans qui montrent que les voitures électriques, sur le total de la vie de la voiture, ont un bilan carbone supérieur aux thermiques. ne pas croire à la voiture électrique, alors qu’aucun thermique ne sera plus fabriqué dans 14 ans, c’est refuser (pour d’excellentes raisons peut-être) que l’interêt général passe devant le plaisir (on en trouvera d’autres) personnel.

    Répondre
    1. JEAN-MICHEL KAGAN

      Les idées reçues sont tenaces, oui la voiture électrique pollue mais moins qu’une thermique. Quant à la puissance perçue, je pense qu’elle est aussi liée au bruit, pour posséder une Carrera S et une une e tron Sportback 55, j’ai plus l’impression de nervosité avec la Porsche qu’avec l’e tron, alors que les performances sur le papier sont équivalentes. Mais il y a 2 plaisirs de conduite bien distincts et non comparables.
      Arrêtons de parler autonomie mais parlons de temps de recharge. Sur 470 km d’autoroute, régulateur à 130, s’arrêter 2 fois soit 35 mn au total, je ne vois pas où se trouve l’incohérence (c’est du vécu, pas du lu).

  4. Pascal DeVillers

    Bonsoir ,
    Je ne suis pas un grand expert de la marque AUDI mais autant l’EQS Mercedes m’avais laisser sans émotion particulière , autant cette Audi E-TRON GT100 me parle plus surtout de l’arrière et le profil. En face avant mon avis est plus mitigé.
    Pour l’aspect agrément de conduite, c’est difficile de se prononcer, mais sans doute est t’elle victime de son niveau de standing qui aseptise le ressenti .
    Personnellement, je la trouve bien plus belle qu’une Tesla modèle S , on voit qu’Audi est est un vrai constructeur automobile ne se contentant pas de greffer comme une verrue un écran d’ordinateur au centre de la planche de bord.
    Pascal

    Répondre
  5. Thierry

    Chirac disait comment à propos de ses … enfin bref, c’est l’effet Audi 2021 quoi !
    Mon meilleur souvenir la 90 5 cylindres.
    Maintenant c’est fini …

    Ah si les Skoda ont les qualités des anciennes Audi (enfin à mes yeux)

    Répondre
  6. CBi

    Les goûts et les couleurs… J’ai aimé et j’aimerais bien encore, si j’avais la chance d’en avoir une, une seule Audi = la 200 Turbo du début des années 80. Ligne d’un classicisme absolu, efficacité de grande routière sportive, tissu magnifique sur les sièges (avec les coussins assortis à l’arrière). J’espère qu’un petit observateur viendra nous en présenter une un jour.

    Répondre
  7. Jean-Pierre LOISEL

    Ayant plusieurs Audi A4 jusqu’en 2013……pour moi c’était d’abord la finition, intérieure et extérieure.
    pas de bruits parasites dans l’habitacle, plastiques, révêtements, peinture de qualité.
    Extérieur relativement discret et un certain confort
    Tout cela a été malheureusement sacrifié, une calandre hors de proportion maintenant et des arêtes dedans et dehors.

    Répondre
  8. Nabuchodonosor

    Avant le tournant du siècle, l’idée était que les BMW étaient des voitures de Gangsters et les Mercedes des voitures de Dictateurs, enfin de Gangsters officiels si vous préférez. Bref, pour l’un comme pour l’autre, pas de quoi prospérer de cette réputation.
    Le troisième larron Audi, n’était encore qu’un ado au corps sage mais qui sublimait déjà par ses choix techniques (Quattro, Aluminium, 5 cylindres…) les Volkswagen qui s’étaient-elles, déjà taillées une solide réputation de rigueur et de sérieux. Le Premium était né et le trio allait en faire ses choux gras.
    Vingt à trente ans sont passés et Audi est devenue l’ersatz low-cost de Porsche et de Lamborghini passés sous la tutelle de VW. Le premium d’hier est désormais le pauvre du riche. Tout fout le camp !
    😉

    Répondre
  9. Catamiaou

    Les anciennes audi s’imposaient avec leur design simple, sérieux, « discret » presque austère.
    Maintenant les Allemandes, c’est plutôt le contraire. Il faut en mettre plein la vue avec un design anguleux, agressif.
    Ils se sentent obligé d’épater la galerie avec des gros écrans, des grosses calandre, des lignes exagérées…
    Après ils suivent les envies des clients et sont peut-être au final totalement en phase avec l’époque !?!

    Répondre
    1. Oliver

      J’ai déjà conduit des voitures électrique.
      Leurs performances peuvent être décoiffantes.
      Je parlais tout simplement d’esprit., d’atmosphère, de sonorités. Je préfère largement les voitures sportives à essence.