VW COX La plus belle des Coccinelles

Découvrez le petit observateur Christophe qui nous présente sa Volkswagen Coccinelle.

📕Lien du livre : http://poa.tv/souvenir-auto/

L’avis des Petits Observateurs !

19 commentaires au sujet de « VW COX La plus belle des Coccinelles »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Richard Burette

    Même 1200 achetée en 72 pour faire mes études et revendue en 80 plus chère qu’à l’achat. 6v Dynamo 32 ch sans jauge (une simple réserve de 5 litres à ouverture manuelle).
    Les essuies glaces diminuaient de vitesse lorsqu’on mettait les phares. Système de gonflage du bidon de lave glace dont le tuyaux en caoutchouc avait fini par sécher et se fissurer en fuitant sur la boite à fusible située juste en dessous. Même sous eau (d’une belle couleur verte oxydée) elle roulait TB en démarrant tjrs aussi bien.
    Ca vous apprend à conduire en utilisant le moindre cheval max 100 km en descente mais d’une fiabilité! Toujours disponible pour dépanner les copains avec leurs belles fragiles. Anecdotes innombrables. En été surtout ne pas donner de coup de gaz au démarrage car le shock automatic basculait et se bloquait plein régime…7l/100 un exploit plutôt 8-9.
    Restée à l’extérieur en hiver pendant un mois sous 1 cm de glace, une fois celle ci brisée délicatement avec silicone sur les joints, elle a démarré au quart de tour. Quel délice ce flat 4 qui vous donne l’impression de faire des excès de vitesse vite calmée après quelques km si on voulait éviter le mal de tête. D’abord embrayer avant de mettre le clignotant à gauche sinon il remontait. Pédalier vertical pas confortable. Rouille dans les longerons sur condensation de la boîte à air autour de l’échappement mais tout était réparable soi même.
    Avantage des modèles de l’époque, pas d’obstacle entre les sièges, idéal pour embrasser sa petite amie (qui est avait une R5 900cc verte laitue, le luxe)!
    Plutôt que d’en racheter une autre, j’ai eu la chance de trouver un coupé APAL 1600cc sur base de 356. ! Anticiper les freinages avec les tambours. La 1200cc était moins dangereuse.

    Répondre
  2. Etienne

    A 10mn56, j ai entendu un « ça spritz !! Ça parle à mes origines messines !!

    Il est dommage que ce type de voiture « essentielle » n existe plus. Peut être que la Sandero est sa descendante.

    Souvent je regarde les voitures récentes en me disant que les modèles entrée de gamme et pas surequipes sont sympathiques de simplicité.

    Répondre
  3. Franck Houncheringer

    Dans les années 2000, nous voulions acheter une cab noire, une des dernières…. elles étaient sublimes, sinon, il y eu le projet d’un Buggy, aie, rêves inasouvis… revenez alimenter mon quotidien..!!!!

    Répondre
  4. Franck Houncheringer

    autre souvenir…. Un taxi bi-ton à Mexico en 20003, dernière année de production là bas…. La dernière fût offerte au Pape Jean-Paul II….

    Dans les années 70, un collègue de Judo s’était acheté une 60’s, elle avait des jantes retournées à la Gordini !!!! Quelle gueule, elle était couleur taupe….

    Répondre
  5. Franck Houncheringer

    BRAVO Christophe, j’espère que personne ne te demande si tu travailles ds l’entreprise qui porte l nom de la couleur de ta Vw ex. KDF, modèle 1200 dite Coccinelle. Je participais toujours activement à l’achd’n nouveau véhicule à ma maison. L’idée qui circulait correspond bien à ce qui est dit dans ce reportage. Elle consomme, est anémique, vignette 7cv pour des performances de 4, 2 portes seulement, propulsion, pas de coffre et surtout pas pratique à charger.

    Premier souvenir, un voisin en avait acheté une après un R4 !!!! Nous étions abasourdis. Il l’a garda longtemps, premier argument positif.

    Puis, mon plus jeune frère qui s’entendait fort bien avec Cédric est allé travailler à Bonn comme serveur. Il y acquit un Cox jaune, à toit ouvrant, un des dernier modèle allemand, une 1602 je crois. Bah ça montait qd même à 130 compteur et surtout, ce 26 décembre, je suis rentré avec lui à Bonn, il neigeait à mort, nous nous sommes relayé au volant, une vieille habitude, ‘ai été bluffé par sa tenue de route… à l’ arrière… mais non, en fait, elle tenait suffisamment de l’avant. Et le soir nous nous amusions à rentrer par la fenêtre, le toit ouvrant, en roulant !!!! Taré ? Je ne saurais dire… fun c sûre…. très très longue vie à POA et si les autos d’aujourd’hui semblent aceptisées, ne les achetons pas, les constructeurs sont assez à l’écoute pour créer des modèles plus fun…. je pense à la Mini, la Honda E… la 508 PSE….

    Répondre
    1. Franck Houncheringer

      petit rectificatif, je voulais dire que mon frère devrait s’entendre avec Cédric….

      Autre souvenir de Cox, à Lyon, à Caluire plus précisément, rue Saint Clair. une Cox vert sapin qui avait déjà bp bp roulé et roulait encore.. C’était un voisin. et il en était très content. Achetée pas chère, il ne faisait rien dessus, elle lui coûtait l’assurance et l’essence.

  6. Thierry

    En ma première voiture perso et neuve …. en 1979 le choix entre une Coccinelle ou une Polo en stock à la concession !
    Que croyez-vous que j’ai choisi ?

    La Polo …… comme un idiot !

    Répondre
  7. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    La coxinelle ou comment le régime NAZI de la fin des années 30 a pillé le patrimoine du constructeur Tchèque TATRA et son prototype T 97.
    J’ai découvert la réalité de l’histoire lors du dernier salon RETROMOBILE à Paris.
    Les Ferdinand PORSCHE , Wolsvagen et consort n’ont rien inventé, juste copié sans vergogne pour créé l’outil de propagande populaire qu’a voulu Hitler pour le peuple.
    Finalement c’est fou comme le temps efface la mémoire des chose et qu’une fausse vérité viens prendre la place de la vraie.
    Il n’en reste pas moins que la coxinelle soit une petite voiture bien sympathique .
    Pascal

    Répondre
    1. Philippe

      Merci pour l info.
      J ignorais. Je vais rechercher plus profondemment cette histoire.
      Ils avaient piqué aussi les chars tcheques. Panzer 35t et 38t etairnt tcheques

    2. Pierre_

      Rétablissons l’histoire de cette voiture en effet,
      Le modèle est né sur la planche à dessin de Ledwinka et Jaray chez Tatra le constructeur Tchéque.

    3. Touringske

      Oui, c’est Béla Barényi, un ingénieur austro-hongrois, qui avait tracé les grandes lignes de ce qui allait devenir la Coccinelle, bien avant Porsche. Finalement, l’aventure s’est bien terminée pour lui puisqu’il a fait carrière chez Mercedes où, dès le début des années ’50, il a posé les principes de base de la sécurité passive, notamment avec la mise au point des zones déformables. Si la célébrité se calculait au mérite, cela se saurait. Mais bon … c’est aussi cela l’histoire.
      Bel été à tous !

    4. Mat Ador

      Le procès intenté par Tatra à Düsseldorf par les héritiers du Baron Ringhoffer, majoritaires dans la fusion Ringoffher-Tatra en 1935, n’aboutira pas. D’autant que le III Reich après avoir annexé les irrédentistes Sudètes par les accords de Munich en 38, sans l’aval des Tchèques mais avec celui de leurs désormais ex-alliés dont la France (Cf. Daladier : Ah les cons !), démantèlera le reste de la Tchécoslovaquie en instaurant le Protectorat de Bohême-Moravie et de l’état Slovaque.

      C’est le proto Tatra V570 de 1933 qui inspirera d’abord la NSU Type 32, puis la Kdf Wagen (Kraft Durch Freude = La Force par la Joie) qui deviendra la voiture du peuple (Die Volkswagen), à Herr Doktor Ing. H.C Ferdinand Porsche en réponse à la demande, euh à l’ordre du Führer qui avait déjà fait part de son admiration à l’endroit du travail de Hans Ledwinka sur le stand Tatra à Berlin en 33 et 34. (Sieg Heil !) Ail, ail, ail !!!

      Toutefois en 1965 pour mettre fin au conflit, VW aurait octroyé à l’amiable 3 millions de DM aux héritiers Ringhoffer en dédommagement. L’histoire ne dit pas si les actionnaires minoritaires en furent… Ledwinka quant à lui, sans le sou et malgré le soutien de son ami Felix Wankel (l’inventeur du moteur rotatif), mourra sans connaître l’issu de sa réclamation à la reconnaissance de ses droits.

      Tout cela est passionnant et se trouve sur le web. Sources :
      https://www.4legend.com/2020/tatra-v570-le-prototype-tchecoslovaque-qui-inspira-la-volkswagen-de-ferdinand-porsche
      https://www.gazoline.net/2009/05/03/kdf-wagen-type-60

    5. Nabuchodonosor

      La drôlerie de l’histoire est que les américains vont s’amouracher de la Beetle et de son dérivé le Kombi qui vont devenir dans les sixties le symbole du mouvement Flower Power.
      😉
      Nabu Peace and Love

    6. Pascal DeVillers

      Bonjour ,
      Oui ironie de l’histoire , la boucle est bouclée , croyant faire le bonheur de son peuple HITLER a fait le bonheur de celui de son pire ennemi .
      Comme quoi bien mal acquis ne profite jamais . . .
      Sauf à VW qui en a fait un best seller mondial .
      Enfin dernier clin d’œil à l’histoire , la fin de carrière de la COX a eu lieu sur le continent sud American , terre d’asile des expatriés en fuite de l’ex 3éme REICH .
      Pascal

    7. Mat Ador

      Le plan de relance de l’économie Allemande des années 30 se transformera bien vite en effort de guerre. En effet, au lieu de construire les Kdf Wagen commandées docilement par le bon peuple d’Adolf via un système de livret d’épargne par carnet à timbres (VW Sparen), les usines de Kdf-Stadt, devenue aujourd’hui Wolfsburg, ne produiront à partir de 1939 plus que des Kübelwagen dérivées de la Coccinelle, à destination de la Wehrmacht.

      Le succès planétaire de la Coccinelle viendra ensuite des anglais qui, après-guerre en gèreront la production pour l’armée britannique et en exporteront une quantité limitée à destination du marché irlandais. Le succès aidant les Coccinelles seront ensuite vendues un peu partout dans le monde.
      D’un million de véhicules produits dans les chaînes de montage à Wolfsburg en 1955, la VW Motors Ltd atteindra le cap des 15 millions d’unités en 1972 avant de passer le relais à la Golf en 74. La production continuera cependant sous licence au Mexique jusqu’à la fin du siècle.

      Hollywood contribuera à populariser cette auto (The love bug – Herbie n° 53) ainsi que la communauté du surf et le mouvement hippie qui se l’appropriera en raison d’un petit accessoire déjà proposé à l’époque : Le soliflore. Il est l’ancêtre du sapin et du feu tricolore parfumé.

  8. Chapman

    J’ai deux Coccinelles dans mon cœur. D’abord une 1303 que j’avais chaudement recommandé à une amie. Elle était blanche, les gros feux patte d’eph, le dernier pare brise bombé, le tableau de bord en plastique moussé et les fauteuils avec appuie tête intégré. Dès que j’ai eu mon permis, je lui ai emprunté le plus souvent possible. Elle était peut être un peu plus puissante que cette modeste 1200 mais restait très molle. Le pédalier inversé ne me facilitait pas la tâche mais je finis par m’y habituer. C’était un gouffre en carburant et je frisais souvent les 13 litres aux cent. La boîte était en effet pas très bien étagée mais était un régal à manipuler.
    En fait, j’ai beaucoup aimé cette auto si bien que des années plus tard j’ai acquis pour une bouchée de pain une très basique 1200 défraîchie pour m’amuser à conduire sur la neige et la glace.
    Le tout à l’arrière et la faible puissance en faisait une bonne école…. C’était l’hiver 1985 dans l’Ain. Il a fait moins trente pendant trois semaines. Titine ne m’a jamais laissé tomber. Elle démarrait toujours au quart de tour. Ce sont les seuls moteurs que je connaisse sont le starter automatique fonctionne correctement.
    Bravo Christophe, en orange elle est parfaite.

    Répondre
    1. Pierre_

      Aah l’hiver 85 en effet Chapman, quel rappel!
      Ma 104GL garée au grand air, pourtant bien protégée je me souviens, me laissa en plan plus d’une fois au cours de ces terrible semaines.

  9. Francois P

    Oh la la La Cox, quand je vois ça c’est toute ma jeunesse qui revient a la surface. J’ai fait la connaissance de la Cox en 69 ( oui je sais, une bonne année..) a travers un long périple qui nous a amené en Espagne après plus de 1000 km de toutes sortes de routes ou notre expérience relative de conducteur a été mise a rude épreuve avec cette solide auto. Mais déjà a l’époque elle avait plus de succès que nous avec la gente féminine. Elle est capable de tout supporter en ne réclamant qu’un minimum d’entretien d’où sa longévité extraordinaire.
    En écoutant le petit observateur des souvenirs me reviennent.
    Bravo pour ce choix et le travail effectué afin de prolonger la vie de cette auto incroyable.

    Répondre