Lexus CT 200H (2011) : elle consomme combien ?

Découvrez le petit observateur Christophe qui nous présente sa Lexus CT 200h.  Julien va-t-il craquer ?

L’avis des Petits Observateurs !

9 commentaires au sujet de « Lexus CT 200H (2011) : elle consomme combien ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. duFF

    Puisqu’il y a peu de commentaires, j’ajoute le mien… Ça fait plaisir de voir Julien enfin goûter à son graal !

    Certains sont allergiques à la techno HSD Toyota/Lexus (parfois sans l’essayer…), d’autres qui ont su en tirer la substantifique moelle ne peuvent plus s’en passer. J’ai moi-même commencé par une première expérience en Prius 2 il y a déjà 13 ans quasi jour pour jour. Après les multiples étonnements du début, j’ai été enchanté par ce type de techno. Quand j’ai voulu la renouveler vers 90kkm et 4,5L/100km de moyenne (daily en région parisienne plus vacances souvent en montagne, avec pour seules dépenses les révisions et 2 pneus avant), j’ai hésité avec la CT200h, très tenté notamment par ses choix d’intérieurs en suédine notamment en beige, voire rouge. Hélas, je voulais l’auto neuve et la politique tarifaire de Lexus (certes avec peu d’options) imposait de prendre le deuxième, voire troisième niveau de finition bien plus cher qu’une Prius équivalente. J’ai donc opté en 2013 pour la Prius 3 qui a en effet le même moteur que la CT. Par contre, pour préciser ce qui est dit dans la vidéo, le châssis de la CT est beaucoup plus proche de celui de l’Auris 2 avec un train arrière multibras donnant un comportement un peu plus dynamique que celui d’une Prius 3.
    J’ai revendu celle-ci au bout de seulement 60kkm, non pas qu’elle ne me plaisait plus ou qu’elle avait un souci (4.2L/100km avec les mêmes parcours que précédemment), mais parce qu’à force de vanter les louanges de ce type d’auto, mon entourage s’est laissé convaincre… La sœur d’un ami a voulu me l’acheter et j’en ai profité pour passer à la… Prius 4. Voiture quasi invisible dans le parc ; certains diront à cause de son look, je dirais plutôt parce que maintenant toute la gamme Toyota/Lexus est disponible en hybride ; le porte étendard Prius a donc perdu de son importance (il semblerait de plus que le réseau soit peu incité à en vendre…).

    C’est de très loin la meilleure génération. L’écart entre la 2 et la 3 était assez peu sensible (châssis similaire, 26 ch de plus pas vraiment présents…). La 4 a l’audace de baisser en puissance (122 ch) en donnant un brio supérieur et en bénéficiant elle aussi maintenant d’un train arrière multibras. La conso est encore à la baisse (4,0L de moyenne sur 35kkm, toujours y compris autoroute et montagne) avec du quotidien en région parisienne < 3,5L.
    A chaque fois on a droit dans les commentaires (on ne l’a encore pas évité cette fois-ci) au terme « déplaçoir ». J’ai roulé beaucoup d’autres voitures et j’aimerais savoir quelles sensations extraordinaires on retire de l’usage d’une Golf, Megane ou 308 (plus petites) de 110ch/130ch ? Avec ce type d’hybride, c’est un jeu quotidien que d’essayer de battre son record et de rouler moteur thermique éteint, tout en étant dans le flux de circulation (on ne va moins vite que les autres…). Quant à l’effet de moulinage clairement perceptible sur les premières générations (jusque Prius3/CT200h), il a quasiment disparu avec une utilisation plus optimisée de la partie électrique.

    Dernière petite correction concernant le mode B que même peu d’utilisateurs semblent comprendre. Il n’améliore en rien la régénération. Il est prévu pour les longues descentes car une fois la batterie saturée, pour obtenir du frein moteur en dissipant de l’énergie, le mode B transforme le moteur thermique en compresseur d’air.

    A la disposition de Julien s’il veut prendre un cours de « pulse & glide »

    Répondre
  2. Etienne

    Sympathique petit observateur !!

    Julien abuse un peu des « put… », ça fait mal aux oreilles quand même.

    J’ai eu l occasion de rouler dans celle d un ami : j avais été surpris par la position de conduite pas terrible, le volant dans les genoux du fait de la faible amplitude de son réglage. Et c est très visible pour ce petit observateur qui doit être grand.

    Sinon, effectivement, il me semble que les hybrides Toy Lexus n ont pas de boîte de vitesse, et donc le terme CVT est totalement inapproprié. Meme si la sensation est assez proche avec une montée en vitesse à régime constant (on le voit sur l acceleration).

    J adore la texture des sièges, de la suédine ? J ai vu certains RX entrée de gamme avec cette matière de siège, je trouve ça très beau.

    Et bravo Lexus pour le dernier NX que je trouve très réussi.

    Sinon la blague de « c est la fin du rodage » alors que la voiture a 200.000kms existe aussi pour les anciennes Volvo, les anciennes BMW, les Hondaistes…ceci dit, ce qui compte c est aussi les réparations faites pour atteindre ce kilométrage.

    Répondre
  3. Thierry

    4 commentaires depuis mercredi, cette voiture ne déchaine pas les foules …
    C’est beau la fiabilité mais quand la passion n’est pas là ?

    Répondre
    1. Philippe

      J ai commence à regarder car je me suis dit que poa arrive à rendre intéressante chaque voiture mais j ai arrêté au bout de quelques minutes.
      Ces voitures m excitent autant qu une machine à laver. C est fade, ca n a pas d âme, c est un deplacoir, de l electromenager. Il fallait cocher les cases du cahier des charges c est ce qu ils ont fait et c est tout. Résultat : ce modèle mourra dans la même ignorance qu il est né.
      On avait eu un toyota chr plusieurs jours en loc. Ma femme etait contente car elle adore l extérieur. Quand elle a vu l interieur et l a conduit, elle a dit qu elle acheterait jamais ca. Ca n a pas de charme, ca raconte rien et l interieur est à gerber.

  4. Mat Ador

    C’est une bonne auto que j’ai eu l’occasion de conduire en véhicule de courtoisie entre autres, lorsque mon RX450H était en révision. A l’époque c’était l’entrée de gamme de Lexus en hybride (les IS Diesel existait encore). J’avais du mal à comprendre son positionnement car elle n’était pas autre chose à mes yeux qu’une Prius rebadgée qui elle, avait bien meilleure aura… Si la Prius avait une plastique spécifique qui permettait de la distinguer des autres thermiques, la CT200H avait à mes yeux et garde encore du reste, une plastique datée et sommes toutes quelconque… Seul, le traitement intérieur premium était à la hauteur de son blason. Malheureusement lorsqu’il s’agissait de mettre « le pied dedans », le premium s’estompait pour redevenir une hybride Toyota à la cool comme ses cousines Prius et Auris… il faut que je vous dise ou que je vous rappelle que j’habite en montagne et que pour rejoindre mon bercail, dès la sortie de la ville, il me reste une trentaine de kilomètres de lacets magnifiques, dépourvus de ralentisseurs et de radars en tous genre… Et que donc si la route est bonne est dégagée, j’ai la fâcheuse tendance à dissiper mes frustrations de la journée en mettant « le pied dedans »… Et au diable la conso mon Juju ! 🙂 🙂 🙂

    Répondre
  5. le querrec

    VIDEO très sympa, julien est à fond. les vitres qui se ferment en laissant le doigt sur le bouton, c’est très pratique pour faire baisser la chaleur. Cela ne coute rien au constructeur (une ligne de code) mais par exemple chez PSA, certaines finitions l’ont mais pas d’autres, c’est ridicule, ca ne leur cout rien.

    Répondre
  6. Thomas

    Bonjour Julien,
    J’ai eu cette Lexus CT200h en voiture de fonction pendant quelques temps… Christophe parle très bien des qualités de la voiture mais oublie sa compacité, c’est une petite voiture en fait! Le système hybride est top, moi, j’utilisais de temps en temps le bouton EV, mais pas trop d’autonomie dans ce mode.
    En revanche, parmi les défauts, Christophe est passé rapidement dessus, l’ergonomie est cauchemardesque (1 bouton pour une fonction, tous disséminés partout autour du conducteur et sur la console centrale, impossible de s’en souvenir – surtout lorsqu’on passe d’une voiture à l’autre) ! La voiture est extrêmement basse (pour la conso j’imagine), mais ça frotte de partout (attention à l’avant, aux trottoirs…) et à 3 ou 4 passagers, vu que l’empattement est long, ça touche au centre de la voiture sur les ralentisseurs !
    Coffre minuscule, ça a été dit, confort ferme, moteur qui monte dans les tours à cause de la boîte de vitesses – notamment en côtes – et pannes de batterie 12V très fréquentes.
    Par ailleurs et cela ne doit pas être spécifique à cette voiture, mais ne jamais utiliser le liquide anti-crevaison, le remplacer coûte au moins 200€, soit plus cher que d’appeler l’assistance et faire changer le pneu !
    Voilà pour mon expérience de cette voiture très fiable et peu consommatrice – j’utilisais toutefois beaucoup le mode B pour mes trajets, notamment en anticipant l’arrivée dans les bouchons sur l’A13 retour Paris pour éviter de trop allumer les feux de frein et entretenir de fait l’embouteillage… cela consommait un peu plus que la normale.
    Thomas

    Répondre
  7. Chapman

    L’hybrid façon Toyota, l’essayer c’est l’adopter….. Quand on a renoncé à une certaine façon de conduire et se conduire. Jouer avec l’hybridation remplace avantageusement les « run » les « moyennes » de papa, les « jetemetlapaté » entre les deux carrefours.
    Pour ce qui est des vitres qui montent et qui descendent toutes seules avec le plip, j’avais ça sur une Rover de 1992. C’est vrai que les Rover de l’époque avaient beaucoup de Japon en elles.
    Merci pour cette éclairante présentation.

    Répondre
    1. Picasso

      Comme une odeur de TOYOTA Auris hybride ou de Prius re-carrossée et de la caractéristique chaîne de traction à train épicycloïdale qui ne procure aucune sensation ni plaisir de conduite ! Pourquoi s’extasier sur des feux de jour à LED de 2011 quand d’autres marques, dont certaines bien Françaises, en dotaient, aussi, leurs véhicules? Personnellement, j’ai toujours eu le sentiment que cela faisait ajouté en raison de la séparation, à cause du diamètre de la l’optique principale. C’est comme les vitres activables avec le plip, révisez vos classiques, là aussi, nos constructeurs aux chevrons ou au Lion en dotaient les leurs. D’ailleurs Renaud peut vous le démontrer sur sa C6. Enfin , au delà de la consommation qui n’a rien à envier à celle d’un HDI, TDI, dCi de l’époque, Fabien aurait dû poser la question de l’évolution de l’autonomie de la batterie!