Souvenirs d’Autos (328) 🇮🇹 Une Fiat 131 Mirafiori, ça va vite forcément

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. C’est Laurent Houssin qui nous envoie un souvenir cette semaine, ou plutôt la petite « chronique » d’une époque. Nostalgie quand tu nous tiens !

 

Du plus loin que je me souvienne, tout môme, j’ai quelques souvenirs de voiture. La première dont je me rappelle bien est la Fiat 131 Mirafiori spécial. Une raison toute bête est le nom de l’auto !

Gérard et Annick, les amis proches de mes parents avaient une 504 TI, celle de Papa, c’était quand même une Mirafiori spécial !! Je me doutais que ça devait être quand beaucoup plus rapide et nerveux que la 504 marquée juste TI…

La Fiat 131 Mirafiori spécial, de Papa avait une calandre avec des doubles phares ronds, sans oublier les deux phares à longue portée. Pour moi, c’était la voiture de course qui allait surement plus vite que les autres. Je crois me souvenir qu’il y avait des têtes de chat sur le milieu des deux phares. C’était quand même une autre époque la vie à la fin des 30 Glorieuses, dans la rue en plein centre-ville de Saint-Lô, il y avait cette station Fina, là où on faisait le plein avant d’aller se balader lorsque la pâtisserie parentale était fermée.

Je réclamais un des paquets de bonbons Batna ou Régliss’Mint de Kréma qui étaient mis sur les présentoirs placés dans la rue, près des pompes. Mes parents me refusaient toujours, prétextant que les bonbons sentaient l’essence et qu’ils ne seraient pas bons.

Je ne sais pas s’il y avait des ceintures à l’arrière, mais j’étais toujours debout entre les deux sièges avant, cramponné sur les appuie-têtes. Un comportement impensable de nos jours 😉

Post Scriptum : J’ai lu en rédigeant ce petit message, que le slogan de lancement de la voiture était : « La Fiat 131, conçue pour que vous la gardiez 10 ans ». Mes parents ne l’ont pas gardée aussi longtemps. Mon père me rappelait souvent l’anecdote de la Fiat 131 en citant ma mère « J’en ai marre de ton veau ». Merde, la voiture de sport n’en était pas une! Papa piqué au vif, a alors, en 1978 racheté une voiture qui venait d’un crédit-bail que son locataire ne pouvait plus payer. Une Rover SD1 3500 ! Quels souvenirs cette voiture !

Mais ça, c’est une autre histoire…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

23 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (328) 🇮🇹 Une Fiat 131 Mirafiori, ça va vite forcément »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alexis Tissier

    En effet, la conduite a l italienne ! Toujours a fond !! Une autre idée de la route… Tout le monde trouve son bonheur chez Fiat, et vous savez quand on y a goûté, impossible de rouler autrement!

    Répondre
  2. Jean Albert

    Bonjour

    Oui cette voiture avait vraiment de l’allure particulièrement
    dans la teinte « gris tourterelle¨ !
    Combien de FIAT intéressantes à l’époque + – : 125 spécial , 850 coupé, 1500 cabriolet,
    130 coupé, 124 coupé, 124 cabriolet Europa RItmo Abarth …
    Les files de gauche des autoroutes italiennes étaient animées par des ALFA Roméo, Lancia , de temps
    en temps par une aristocratique Maserati , plus rarement par une auto siglée du cavallino !
    Au cinéma, on projetait ¨mon Dieu, comment suis je tombé si bas ¨
    Prémonitoire pour l’industrie automobile italienne ?

    Répondre
  3. Nabuchodonosor

    Je venais d’avoir dix-huit ans, j’étais beau comme un enfant, fort comme un homme.
    C’était l’été évidemment et j’ai compté en les voyant toutes ces Ritmo neuves qui rouillaient déjà sur le port de Gênes.
    Je venais d’avoir dix-huit ans et ça me rendait presque insolent de certitudes.
    Passé trois fois dix-huit ans je peux vous dire aujourd’hui les copains que malgré la promesse que je m’étais faite cet été là sur le port de Gênes, des Fiat j’en ai connu beaucoup et plus que de raison…
    😉

    Répondre
  4. Georges Piat

    C’est vrai que ce nom de « Mirafiori » aurait pu faire penser à un carburateur double-corps !
    Bon, la Rover maintenant…
    Ah les Kréma réglisse « Batna »… Tu en prenais deux ou trois d’un coup…. Quelle merveille ! Tu m’en prends un paquet, je te rembourse !

    Répondre
    1. Pierre_

      Je crois me souvenir du flash de pub (disait-on).
      Les images défilaient en accéléré, des enfants se ruaient sur un paquet de bonbons vidé en 3 secondes, et un gosse criait alors, _Y sont bons les bonbons Kréma !!

  5. Chapman

    Bizarrement les GS rouillaient moins que les GSA. C’est vrai qu’à l’époque tout le monde rouillait mais quand même, j’ai souvenir de Fiat Ritmo et d’Alfasud pour ainsi dire déjà malades avant leur sortie de concession. De même les Simca 1307 par exemple, n’avaient même pas le temps de passer par les bains d’anti rouille à l’usine et se décomposaient à la première averse.
    Vous avez toutefois raison de défendre Fiat qui fut un grand constructeur généraliste et même d’exception.

    Répondre
    1. Alexis Tissier

      C’est en effet un peu pénible et ne se retrouve qu’en France??? Vous parlez de Fiat aux USA ( 70% de certains modèles comme la 124 spider ) et on est considéré comme Porsche! Leur réponse : FIAT!! Ah oui les voitures de Sport! Le français ne voit que la Fiat 500! Pourtant j’aime à parler avec Mr Dangel ( frère ) ancien concessionnaire Fiat qui s’amusait à vendre comme des petits pains la production Turinoise face à l’Usine Peugeot de Sochaux car les Fiat avaient 10 ans d’avance et dépassaient outrageusement la concurrence en ce temps là. D’ailleurs quel constructeur proposera une telle gamme de la Fiat 500 ( voiture neuve la moins chère du marché ( encore ADN aujourd’hui!!! et depuis l’origine, la voiture du Peuple n’est pas la Cox mais la Fiat 508 Ballila que nous connaissons en France sous Simca 5 – à oui une autre ignorance… Je l’ai entendu à Simca ça c’est des bonnes voitures!) jusqu’au coupé Dino à moteur Ferrari! En plus de leur plaisir de conduite ( sportive… j’avoue qu’en France nous avons toujours privilégié le confort! ), elles ont toujours été d’un rapport Performance / Equipement/ Prix: imbattable!

      Pour ce qui est de la rouille toutes les productions d’après crise pétrolière jusqu’à 1986 ( date des premiers traitements anti corrosion ) mais surtout à partir de 1991 (traitement efficace ), elles sont toutes biodégradables ( même Porsche, Rolls, BMW… )… Et Fiat pas plus que les autres même si elles ont été plus visibles car en exemple la Fiat 127 a été la plus vendue en Europe pendant 6 ans et surtout utilisées en toutes situations.

  6. Alexis Tissier

    Difficile de parler de la Fiat 131 Mirafiori tant les modèles sont nombreux ! Et on ne peut comparer la 504 TI avec la 1300 de base 131 qui développait 65cv. Maintenant vous mettiez en face la Racing ou mieux l Abarth Volumex… Je pense qu il y avait peu d exemplaires de l époque qui pouvait jouer dans la même cour ! Mais replaçons maintenant la 131 dans son contexte d après crise pétrolière qui voyait les mazoutes se démocratiser et la chasse aux voitures de sport! Fiat s est adapté en retirant son magnifique double arbre Lampredi au profit de ce moteur robuste et économique ! C est pour cela que Fiat est toujours là car ils ont toujours su réagir rapidement face aux marchés. Ceci étant dit ils restaient à cette époque le plus important distributeur de véhicules en Europe et présent dans le monde entier ! Pour la rouille, c était pareille chez la concurrence… Que reste-il des Citroen GS??? Elles se décomposaient comme toutes a cette époque !!! Arrêtons de stigmatiser Fiat à ce sujet!

    Répondre
    1. Georges Piat

      Et les Renault 5 dont les ailes arrières se transformaient en crêpes dentelles et les Alfa et même les Peugeot ! Tout rouillait à cette époque !

  7. Sebring

    Vivement l’histoire de la Rover 3500! L’une des plus belles voitures de cette époque. Une Daytona à 4 portes. Alors, c’est promis?

    Répondre
  8. Neufcentdixespada

    Fallait prendre la version « supermirafiori » comme le fit mon oncle … là ,on jouait dans la cour des grands,limite Ferrari /Maserati/Lambo ,me disais -je en mon for intérieur de tout petit observateur automobile!!

    Répondre
  9. Chapman

    C’est fou ce que de petits détails peuvent faire rêver et idéaliser. Les doubles phares, les longues portées….. Moi c’était les kilomètres heures maxi inscrits au compteur. Si c’était marqué 200km/h c’est qu’elle allait à cette vitesse.
    En fait, les 131 ont été motorisées avec différents moteurs et je crois me souvenir que certaines étaient assez véloces.
    Je me souviens bien de cette pub qui nous disait que l’auto résisterait dix ans. Ça paraissait énorme à l’époque où les voitures se décomposaient parfois en quatre ou cinq ans.
    Merci de nous rappeler cette Fiat un peu sortie de nos mémoires.

    Répondre
  10. Pierre_

    Ces bonbons qui sentent l’essence et cette voiture qui n’est pas une sportive, pire encore _c’est un veau, dit maman!
    Bonsang que d’illusions perdues. Monde cruel !
    Merci Laurent pour ce souvenir.
    ( la photo est elle d’époque?)

    Répondre
    1. Thierry

      Je pense que la photo est d’époque, suivant les aventures du Commandant Chatel sur Tweeter, il donne le nom de ce correspondant de Presse en Normandie / Manche ( @asiatrek ) et la voiture apparaît en 50.

  11. Nabuchodonosor

    « J’en ai marre de ton veau ». Venant de sa propre moitié, de celle qui, pense-t-on a passé toute une vie, patiemment sans mots dire, à boire sa science de l’automobile jusque dans les moindres détails, ce n’est plus une claque mais une véritable fessée.
    Merci Laurent, cela faisait longtemps que je n’avais pas autant ri.
    😉

    Répondre
  12. Thierry

    Elles avaient de la gueule c’est vrai …. mon papa avait failli craquer chez son Agent Austin Mini devenu Agent Fiat …
    Il est parti chez Citroën pour une GS, et les Fiat qui se vendaient bien ont vite été rattrapées par la rouille !

    Disparues aussi vite qu’elles étaient venues.

    Répondre