Retrofit 🔌 On nous aurait menti ?

Tout le monde sait que  le Retrofit est à la mode,  en revanche l’on sait moins que son développement est encore limité à cause des délais et des coûts d’homologation. Une vérité contraignante que le grand public ignore… Pour faire le point sur le sujet, POA interview Arnaud Pigounides, créateur de Retrofuture, leader du Retrofit en France.  Au volant de sa Peugeot 504 Coupé Retrofité, Arnaud Pigounides répond aux questions de Renaud Roubaudi, président de POA. 

L’avis des Petits Observateurs !

32 commentaires au sujet de « Retrofit 🔌 On nous aurait menti ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jean-Michel KAGAN

    Pour les voitures particulières je ne vois pas bien à qui cela s’adresse. Je ne me vois pas troquer le moteur de ma Traction ou de ma Jaguar, car la collection c’est certes le plaisir de rouler (un peu) mais aussi de mettre les mains dans le cambouis.
    Une ancienne transformée pour rouler tous les jours ? Je ne me vois pas, ne pas profiter de la sécurité des voitures actuelles, c’est pour cela que j’ai une voiture électrique neuve.
    En revanche, mon moteur de BMW C1 ayant rendu l’âme pour la 2ème fois en 90.000 km, j’attends avec impatience les 50 premières pré commandes de NOIL MOTOR pour le faire rétrofiter, car aucun équivalent du C1 n’existe à ce jour.

    Répondre
  2. Neufcentdixespada

    150 000 euros pour homologuer un véhicule… qu’est-ce ce qui justifie ce tarif exorbitant(même si en France,cela permet de produire une série de ce même véhicule)? Encore une farme de racket fiscal,non?

    Répondre
  3. Josel

    L’idée n’est pas mauvaise dans le fond, mais le prix est exorbitant ! 20000 boules pour retrofiter une MGB qui ne vaudra plus rien après la transformation, mouais, faut être sur de son coup et surtout de la garder car elle va vous coller comme un sparadrap.
    Mais comme dis Philippe, changer un Busso ou un Lampredi, non. Il faut une loi la dessus pour éviter ce genre de massacre (une s2000 en electrique? Pi quoi encore)

    Répondre
  4. Tomsko

    Perso l’idée me plait.
    Forcement ça serai idiot de faire un rétrofit pour une vielle Ferrari ou le faire juste pour le plaisir. Je vois le rétrofit comme une alternative, dans le cas ou on ne peut pas faire autrement.
    Mais alors 2 questions :
    -Une homologation d’une 504 ne sert que à l’entreprise qui l’a homologué, ou bien l’homologation peut être utilisé par une autre entreprise de rétrofit ?
    -Est ce que homologué une Clio 2 (une base pas chère) électrique est un bon business plan, ou bien elle serai trop concurrencé en terme de prix par une Dacia Spring ?

    Répondre
  5. Jules

    Une faille spatio-temporelle s’est-elle ouverte sur le site Internet de POA ?
    Des voix venues du passé commentent en nombre ce reportage sur le Rétrofit, critiquant les louables efforts déployés par Arnaud pour rendre la France plus productive et le monde meilleur.
    Ces traditionalistes n’en ont cure : Il leur faut des polluants atmosphériques, des gaz à effet de serre, des énergies fossiles et le bruit qui va avec.
    Le réchauffement climatique et le cancer des poumons, ce n’est que pour les autres…
    Pour eux l’électricité est nécessairement nucléaire.
    Ces esprits rétifs aux évolutions technologiques ignorent-ils que les énergies renouvelables sont devenues la première source d’électricité en UE ?
    Sont-ils conscients que les énergies fossiles sont condamnés à moyen terme par leurs coûts de production ?
    Afin de les sevrer des discours entendus des lobbyistes du secteur pétrolier, on se saurait que trop leur conseiller de consulter en urgence cette passionnante vidéo issue de leur chaîne préférée : https://www.petites-observations-automobile.com/2021/03/le-cycle-de-vie-dune-voiture-va-devenir-determinant.html
    Ne leurs en déplaise, cet avenir est déjà présent et l’évolution inéluctable.
    Mais rassurons-les, le monde de demain ne sera pas dénué de plaisir automobile, notamment grâce au Rétrofit.
    Aussi je l’affirme bien fort : Merci Arnaud !

    Répondre
    1. Mat Ador

      En tant que natif du siècle dernier, de la tranche d’âge branlante de ceux, rassurez-vous de moins en moins nombreux, qui ont pris leur première inspiration aux oxydes de carbone avant d’expulser leur premier rot sans aucune arrière-pensée écologique et cependant chanceux d’avoir été sevrés d’un lait maternel non encore tchernobilisé, je profite de la faille spatio-temporelle poasienne entrouverte pour m’y immiscer et vous répondre que la critique saccadée de mes congénères dégénérés auxquels donc je m’associe solidairement n’est certainement pas dirigée dans le but de contrarier les louables efforts déployés par Arnaud et Cie mais envers une administration parfaitement inadaptée à l’évolution du genre et à ces petites initiatives locales privées tuées dans l’œuf par un processus d’homologation lourd et dispendieux qui exige en retour un minimum de reproductions itératives pour en amortir les coûts. A voir au fil des reportages, une 912, une 504 coupé rétrofitées en phases d’homologation et en arrière-plan un catalogue d’ancienne toutes aussi craquantes que rares on comprend vite que ce coût d’amortissement ne tiendra pas longtemps la comparaison par rapport aux volumes usuels d’un constructeur établi. S’il s’agit donc de sauver mémé de la casse, de lui faire reprendre vie pour le plus grand bonheur du souvenir d’auto familial, Rétrofuture a sans hésitation tout mon soutien d’ancien pour son futur, mais s’il s’agit d’y investir quelques billes ou tout simplement de parier sur son avenir, en l’état des méthodes et des tracasseries de l’état qui lui savonne la planche, je crains pour elle malheureusement une prochaine déconfiture. Mais comme je ne suis qu’observateur-conseilleur, je leur envoie tout de même un Merde gros comme ça !
      🙂

  6. Thierry

    Magnifique vidéo pleine d’espoir !
    Demain sera différent, on le sait, on se doit de réagir …. alors deux solutions :
    – ou nous serons tous en R5e ou en Ami sur nos petites routes, nos anciennes condamnées au garage.
    – ou nous pourrons rouler le bras sur la portière d’une Triumph, les cheveux au vent d’une vieille 500 découverte, avec le sourire !
    Je suis pour la deuxième solution, demain va être magique !!!

    Répondre
  7. Frédéric

    Concept intéressant. Même si en ce qui me concerne, il est hors de question que je fasse transformer celles de mes classiques qui sont d’ores et déjà dans la liste des homologations.

    Pourquoi ?
    D’une part parce que (en me limitant aux Minis), je n’ai aucune envie de me séparer du moteur (l’un est un « banal » 1275, l’autre un « préparé »).
    Mais aussi parce qu’une autonomie de 150 Km (ainsi que le temps de recharge afférent) me semble par trop limitée. J’ai certes une Kawasaki dont l’autonomie est dans ces (faibles) eaux. Je suis donc (bien?/mal?) placé pour savoir quelle contrainte cela représente. En revanche, le plein me prend moins de trois minutes (le plus long étant de retirer les gants, les remettre, payer, etc…).

    Si le modèle économique au niveau de l’entreprise semble à vue de nez viable, j’ai beaucoup plus de mal de comprendre la viabilité au niveau de l’individu. Certes la « liberté » de pouvoir circuler en ZFE est intéressante. Mais combien de propriétaires seront-ils intéressés DANS LA DUREE pour ces « rétrofits », une fois l’effet d’annonce passé ? Et donc les premiers « militants » servis…
    D’autant plus que je m’interroge sur la durée de vie des batteries. Car au-delà du nombre de cycles de charge, se pose aussi la question de la durée de vie des batteries dans le cadre d’une telle utilisation. Quelle est la durée de vie REELLE d’une batterie qui ne sera utilisée qu’au mieux une fois par semaine (voir moins en mauvaise saison) ? Voyez ce qu’il advient des batteries de nos ordinateurs, téléphone set autres. Sans même évoquer les batteries de nos voitures dont la durée de vie me semble de plus en plus restreinte alors que nous avons pris la bonne habitude de les brancher en permanence sur des mainteneurs de charge.

    L’aspect rétrofit « utilitaire » me semble encore plus sujet à caution. Les montants avancés me paraissent déconnectés de la réalité des petits artisans que je connais, qui ont déjà du mal à financer leurs utilitaires et autres instruments de travail. Combien de banques vont-elles accepter un crédit pour un rétrofit d’utilitaire, par rapport à l’octroi d’un crédit ou d’une LOA ou LLD « standards » sur un utilitaire neuf ? De mon expérience (je fais du conseil en trésorerie auprès des entreprises comme des banques), hélas bien peu…

    Je tire donc mon chapeau à ceux qui ont lancé ce beau projet, ainsi que leur optimisme. Je serais même prêt à les aider professionnellement (ils peuvent me contacter. Je serais intéressé à réfléchir avec eux sur un modèle alternatif). Mais je crains toutefois que l’aventure n’ait quelques difficultés à passer au stade proprement industriel que semble appeler le business plan…

    Répondre
  8. Yves

    Désolé, mais les premières minutes de cette vidéo m’ont rendu malade, Je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. L’électrique me gonfle prodigieusement. Passe encore la construction de nouvelles voitures, mais s’attaquer lâchement aux grands-mère qui ne vous ont rien fait, c’est écœurant. Laissez-les poursuivre leur vie à petits pas. L’électrique a sûrement un rôle à jouer dans les villes, mais pas plus loin. D’ailleurs, pour alimenter tout ce petit monde, futur grand monde, il faudra construire des centrales nucléaires ou acheter l’électricité aux allemands, produite par le charbon… On se « tape » déjà les vélos électriques des bobos qui ne veulent plus pédaler (ça c’est une autre histoire…). Enfin, vous avez compris, je hais l’électricité et je hais les voitures électriques sur les départementales.

    P.S. j’ai conduit occasionnellement, sur de petits trajets, une BMW i3 : c’est génial !

    Répondre
  9. JL

    En principe, un propriétaire de voiture de collection fait le maximum pour conserver son véhicule dans un état le plus proche possible de sa configuration d’origine et ce, malgré le poids des années et les évolutions technologiques. Cela s’applique en particulier au moteur qui est l’organe principal d’un véhicule automobile et pas seulement sur les modèles de sport qui ont construit leur légende grâce à ses performances. C’est aussi ce principe sacré qui contribue à préserver la valeur d’un objet de collection, quel qu’il soit. Dans ces conditions, le rétrofit me parait pour le moins incongru.

    Répondre
    1. yaros78

      Mille fois d’accord avec JL! A la rigueur, transformer un vieux pick-up 403 destiné à la casse peut se comprendre si c’est la seule façon qu’il continue de rouler, encore que… J’ai pour ma part une Alfa spider 1750 de 1969 et l’idée de rétrofiter son double-arbre contre des électrons et des Kw/h va me faire faire des cauchemars pendant une semaine…Je n’ai rien contre l’électrique, j’ai acquis récemment une Fiat 500 e qui est géniale en ville et pour les déplacements péri-urbains, mais pour le reste basta! Et si l’on veut accéder aux ZFE avec ses anciennes, rien de mieux que de les passer en voiture de collection: comme l’a illustré POA dans une récente séquence, la Fédération Françaises des Véhicules d’Epoque s’active avec un certain succès pour obtenir les dérogations.
      C’est comme juger l’histoire sur les critères du présent, ça ne peut déboucher que sur des barbarismes!!

  10. Philippe

    Je comprends pas l explication de l artisan qui peut pas acheter un camion neuf mais qui peut mettre 25000 euros dans un retrofit.
    C est n importe quoi.
    Ou tu n as pas d autonomie car tu mets le maximum de batterie tout en gardant le poids d origine du véhicule. Ou tu charges de batterie comme font les constructeurs avec leur e boxer e master etc mais tu pers pas mal en charge marchande.

    Répondre
    1. Pascal DeVillers

      Bonsoir
      Il parle des zones ZFE dans ce cadre la.
      Mais j’ai peine comme vous à être convaincu par la viabilité du concept, autant acheter directement un utilitaire neuf électrique.
      D’autant qu’un utilitaire nécessite par essence beaucoup d’énergie.
      Enfin je pense que le dogmatisme du tout électrique sur base de baterries en ville va tres vite se heurter à la dure réalité du terrain .
      Je souhaite bien du plaisir aux citadins des grandes villes pour le futur, bien heureux d’avoir quitter Paris et sa région depuis 30 ans maintenant.
      Pascal

  11. Kris

    Félicitations à cet entrepreneur.
    Bravo pour le travail accompli !
    Mais..non pour moi.
    Franchement c’est ridicule à quelques exceptions près.
    A quand une Alfa coupe Bertone 🙁
    Le massacre est enclenché !

    Répondre
  12. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Belle interview d’un entrepreneur plein de fougue et d’obtimisme,néanmoins je crains qu’il ne se fasse manger tout cru et dépossédé de son concept et de son marché par des mastodontes financièrement bien plus costauds que lui.
    Un problème typiquement français de trouver des investisseurs qui croient en vous. et acceptent un prise de risques.
    Plusieurs réflexions me viennent à l’esprit suite à cette interview :
    1) les frais d’homologation vont conduire à rationaliser la famille de véhicules éligibles au retrofit, c’est la loi du marché, il faut du volume pour amortir les frais.
    2) les tests de compatibilité électromagnétiques (CEM) consistent d’un part à vérifier que le véhicule ne va pas émettre d’émissions susceptibles de perturber d’autres équipements extérieurs au véhicules , par exemple ne pas entendre sur une radio le son parasite du moteur votre voiture passant dans la rue. D’autre part à l’inverse que le fonctionnement de la voiture ne soit lui même pas perturbé par des émissions électromagnétiques émises par des émetteurs extérieurs. Les tests d’homologation peuvent être longs et conduire à plusieurs présentations avant que le prototype soit jugé conforme sachant que le planning des laboratoires sont chargés.
    3) Il est illogique que le test d’homologation ne prévoit pas de crash test , en effet certes la structure de base de la voiture n’a pas évolué mais sa répartition des masses a changé. J’aimerai en particulier connaître la variation de poids entre le modèle initial et celui rétrofité .
    4) Hormis les utilitaires, je pense que la cible des véhicules modifiables sera directement impacté par la coût d’achat de base de la voiture à modifier, 15000€ à 20 000 € , c’est une somme à investir pour un modèle qui risque de decoter au passage.

    Pascal

    Répondre
  13. Nabuchodonosor

    Rétrofit, c’est drôle comme nom, non ? Ça laisse un arrière goût du passé.

    Alors j’imagine, le sketch de l’autostoppeur rétrofité :

     » Ah, ah, ah, ah… Vous en êtes content de vot’ bagnole ?
    Ah ouai c’est bien. Faut pas être difficile hein…
    C’est Français ? Franco-chinois ? Ça doit pas être cher quoi.
    Ah quand-même ?!? Ah bah y s’emmerdent pas, hein…
    Remarques, s’ils trouvent des couillons pour payer…
    Non je dis pas ça pour vous, y’en a qu’en ont besoin.
    Remarquez, moi je risque pas de passer pour un con avec ma bagnole, j’en ai pas.
    J’paye pas d’essence, j’paye pas l’assurance, j’paye pas de vignette, puis pourtant j’en ai fait des kilomètres, hein…
    On l’entend bien le moteur, hein !
    Non, je dis… on se rend bien compte qu’on est pas en panne.
    Mais on sait pas si ça va durer, oui c’est ça.
    C’est un Dyson ?
    Ça vous dérange pas si je fume ? Hein ?
    Dites donc je regarde, y a pas d’allume-cigare là dessus ?
    Non. Ils le font en option. Ah bah vous auriez pu le prendre, c’est quand même pratique.
    J’dis à cette vitesse là on est pas arrivé, hein.
    Comme ça au moins si on a un accident, on l’aura moins vite.
    Dis faudrait pas qu’on se fasse rentrer dedans, il en resterait pas beaucoup de votre mixer… »
    😉
    Eternel Coluche…

    Répondre
    1. Kris

      Ah ah ah ah !
      Bien vu et quel talent !
      Je dirais même plus… Euh en fait non vous avez bien résumé le comique de toute cette abracadabrantesque histoire !!

    2. Mat Ador

      Surprenant en effet car le préfixe grec « rétro » exprime notamment l’idée d’un retour en arrière. (Cf. Larousse : Qui marque un retour vers une époque passée : Film rétro).
      Précisément ce qu’à priori le nomothète, le prévôt et le bailli ont souhaité abolir et chasser extra civitatem.
      Pour le Daily, c’est mal embarqué. On est, à mon sens, plus près ici du soin palliatif envers la vieille carcasse chargée émotionnellement que du véhicule de collection, du patrimoine roulant que l’on accommoderait pour plaire aux besoins d’une époque, qui, il faut bien le dire, a carrément pété les plombs.

    3. Fils de Pub

      Vous imaginez les souvenirs d’auto dans trente ans.
      Je vous parle d’un souvenir vécu à bord de l’auto familiale à pile à combustible rétrofitée dernièrement, que mon arrière-arrière grand-père avait, après legs, rétrofité au gazogène pendant la guerre, que mon arrière grand-père avait rétrofité au diesel, puis que mon grand-père avait rétrofité au bio-éthanol avant que mon père ne le fasse pour l’électrique. On sent bien par la déformation de la caisse que les soudures commencent à fatiguer au passage des nids de poule mais quel bonheur incomparable de voir les enfants jouer sur la banquette à ressorts de ce bijoux de famille qui pourrait nous dire tant de choses…
      🙂

  14. Francois P

    Ce sont les procédures classiques pour l’homologation d’un véhicule lourdement transformé au niveau de sa chaine de traction, donc rien de surprenant de ce coté. Par contre l’argumentaire sur les bénéfices écologiques et économiques de ce genre de transformation sur un véhicule de collection (qui perdra ce statut) est vraiment léger .
    Est ce que le président Roubaudi est prêt a faire subir un retrofit a sa magnifique Lancia pour sauver la planète ?
    Merci POA pour cette bonne vidéo

    Répondre
    1. Philippe

      Et est ce que le president pourra faire paris- la normandie avec 35 kw sur sa lancia. A mon avis a rouen les batteries seront vides.
      Ils ne vantent pas l autonomie. On en parle pas. Mais piur l avoir lu c est entre 150 et 200km.
      Le premier qui retrofite un v6 busso par un moteur de ventilateur on le brûle
      🙂

  15. Chapman

    Voilà un homme convaincu qui pourra peut-être nous aider à nous convaincre nous même. J’ai eu une sensation bizarre en entendant le bruit de l’auto circulant dans les rues. Cette espèce de plainte, entre le bruit des pignons de boîtes de vitesses non synchronisées et l’auto tamponneuse. Mais tout cela va progresser je n’en doute pas et nous découvrirons tout ce qui fait du bruit dans une auto lorsque le moteur n’est plus là pour nous distraire l’oreille.
    Mon commentaire peut paraître un peu désabusé mais je ne suis pas ennemi du retrofit. C’est juste un autre monde qu’il va nous falloir découvrir.

    Répondre
  16. Patrick Szraga

    Absurde, mais bien sûr ce n’est que mon avis je tiens a y mettre cette limite, humblement.
    L’essence (sic) même d’une ancienne, une ancêtre comme les nomment nos amis Belges, c’est une caisse, un châssis, des freins, des suspensions ET une MOTEUR AVEC SON BRUIT, ses fuites, son odeur et sa tenue de route.
    Alors, céder aux injonctions de mangeurs de tofu pour quelques grammes de CO2, les rejets des quelques kilomètres que nous parcourons par année, NON NON et NON. Arrêtez la promotion de ce massacre. Bon, encore une fois, ce n’est que mon avis.

    Répondre
    1. PhareOuest

      Absolument d’accord avec vous Patrick Szraga. On marche sur la tête, alors que la FFVE se bat pour que les véhicules de collection puissent continuer à circuler.
      Mais c’est aussi un business qui s’annonce juteux. Il parait que quand on aime on ne compte pas……..

  17. Docteur_Oliv

    Merci Renaud, ainsi c’est plus clair. Même si ce n’est pas très agréable, c’est bien une procédure « à la Française » !.
    Pour la Spitfire, c’est une excellente idée, attention toutefois à la suspension AR (cassée sur le Pont d’Asnières ! )
    PS : on lui conservera les Badges TRIUMPH

    Répondre