Toute la lumière sur la Mitsubishi Eclipse Cross PHEV

Par Patrice Vergès. À l’instar de son ainée, l’Outlander PHEV, le nouveau Mitsubishi Eclipse Cross adopte à son tour l’hybride rechargeable sous une silhouette redessinée.

Né en 2017, allongé de 14 cm (4,56m), l’Eclipse affiche un avant très agressif qui reprend l’ADN des derniers modèles

 Il a perdu sa lunette arrière en deux parties au profit d’une poupe plus torturée

Décrire son fonctionnement d’une effrayante complexité est au dessus de mes moyens.  Même en mode 100 % électrique, il fait parfois appel au thermique qui fonctionne, tour à tour, en mode Atkinson soit Otto. Même avec la batterie déchargée, c’est toujours le moteur électrique prioritaire. Bien qu’il soit un 4X4 permanent, il peut décider parfois de rouler en 4X2. C’est une centrale qui gère sa petite cuisine toute seule ! Son conducteur ne devra pas se poser de question sur son mode de fonctionnement en se contentant du résultat. Ça me rappelle cette phrase entendue dans mon enfance quand je me posais beaucoup trop de questions.  » T’occupe pas des signaux, mets du charbon ! « .

4,7 l aux 100, batterie chargée

Pour ma part, j’ai lu sur l’affichage une consommation moyenne de 4,7 l aux 100 kilomètres avec 68 % en mode hybride. Ce sans trop le ménager en profitant d’une quarantaine de kilomètres en électrique avec un agrément et une douceur de conduite appréciables.  Rien à voir évidemment avec son homologation WLTP à 2 litres aux 100 et 46 g/km. Cela dit, sans trop faire ancien combattant, il y a 5 ans, avec un bon diesel  style HDI sous le capot, je n’aurais certainement pas dépassé 5,5 litres aux 100 avec un véhicule bien moins compliqué.  Mais ce n’est pas moi qui ai décidé de sauver la planète !

Il s’agit d’une profonde évolution du modèle lancé en 2017, allongé de 14 cm sous la forme d’un arrière et surtout un avant redessinés dans un style encore plus agressif.  Un peu trop à mes yeux mais c’est une mode lancée par Audi et BMW. Tout son groupe propulseur est emprunté à son grand frère l’Outlander. Plus d’essence, plus de diesel.

Un moteur thermique, deux électriques

Il ne propose que l’hybride rechargeable sous la forme d’un moteur thermique de 2,4 l de 98 ch seulement (135 ch sur l’Outlander) appuyé par deux moteurs électriques de 82 ch et 95 ch. Un pour chaque essieu. Soit un total de 188 ch. Il a conservé sa particularité née de la catastrophe de Fukushima au Japon en 2011 puisque ses 1500 watts de puissance permettent d’alimenter en électricité une maison pendant une dizaine de jours où une zone à éclairer.

 Je n’insisterai pas sur les 45 km que l’Eclipse peut parcourir en mode 100 % électrique jusqu’à 135 km/h maxi, on a vu mieux ailleurs puisqu’il inclue quelques déclanchement du moteur thermique. Avec une prise classique domestique, il exige 7 heures de recharge et quatre heures sur une prise de machine à laver 3,7 kW mais sa prise Chademo n’est pas adaptée à toutes les bonnes de recharges rapides. C’est un inconvénient moindre puisqu’il peut évidemment fonctionner en mode thermique notamment sur autoroute où la trop faible capacité de son réservoir (43 litres) est regrettable car à 130 km/h en mode thermique, il demande autour de 7,5 l aux 100.

Une touche située près du levier de commande (il n’y a pas de boîte de vitesses) permet de bloquer le mode électrique ou au contraire l’ignorer en sauvegardant le charge des batteries pour les zones ZFE. Ou bien choisir le mode ECO pour moins consommer ou adapter sa transmission intégrale au terrain jusqu’au chemin de terre puisque l’Eclipe reste avant tout un 4X4.

La planche de bord  d’un dessin très classique a été rajeunie avec une adaptation au fonctionnement d’un hybride

Au coté du levier de marches, diverses touches permettent de choisir son mode de fonctionnement ; sauver la charge mode Eco, électrique, frein moteur, etc

Douceur de conduite

 Je ne m’attendais pas à le trouver aussi agréable à conduire à cause de ses 1900 kilos. Sur les petites routes bretonnes, l’Eclipse à montré une belle agilité, une adhérence sans faille avec ses 4 roues motrices et un freinage puissant et un confort réel.  Des palettes au volant permettent de moduler sur 6 niveaux de puissance le frein moteur régénérateur de la batterie de 13,8 kWh. Ce qui fait regretter que Mitsubishi ne soit pas allé plus loin avec une conduite à une seule pédale.   Je vais faire hurler les nombreux adversaires des électriques mais sa douceur et son onctuosité de fonctionnement  via le moteur électrique, sont supérieures à celle d’un moteur 100 % thermique même de forte cylindrée.

Malgré ses 1900 kilos, l’Eclipse m’a semblé agile et maniable sur les petites routes bretonnes

La large surface des rétroviseurs est une sécurité supplémentaire

 

 Les passages selon les différents modes d’énergie ne se font pas sentir excepté par son régime moteur lorsque le thermique fait office de générateur. L’insonorisation est de grande qualité comme la finition. L’espace à bord est généreux mais j’aurais souhaité que le siège conducteur recule davantage. De même, le coffre occulté par le 2eme moteur électrique manque de volume avec 328 litres plus 12 litres sous le plancher où se cachent les câbles de recharge.

Sous le capot avant se cache le 2,4 l thermique de 98 ch, un moteur électrique de 82 ch plus le régénérateur. Mais il n’y a plus de boîte de vitesses

La banquette arrière est désormais fixe mais les dossiers sont inclinables

Peu d’options

 Quatre niveaux de finitions sont proposés. Même la version basique Invite est déjà pas mal lotie. Peu d’options excepté sur les couleurs notamment la Diamond Red qui compte 5 couches de peinture facturée 850 euros.  Les prix s’étagent de 39 990 euros à 47 990 euros pour la version Instyle avec sellerie cuir et toit ouvrant panoramique. Somme à laquelle, on enlève 2000 euros de bonus écologique jusqu’au 1er juillet puis 1000 euros ensuite et certainement plus rien bientôt. Le gouvernement favorise davantage les 100 % électriques que les hybrides rechargeables.

C’est une somme même si Mitsubishi peut s’enorgueillir de proposer le 4X4 hybride la moins cher du marché. Il sera d’abord conseillé à ceux qui effectuent de courts trajets en zone urbaine avec possibilité de la recharger chez soi où ceux habitant en zone montagneuse où il offre toutes les qualités d’un 4X4.   Le nouvel élan donné récemment à la marque par l’Alliance qui annonce deux nouveaux modèles Mitsubishi destinés à l’Europe, permet au Japonais de se monter optimiste sur l’avenir avec plus de 4000 ventes espérées sur une année pleine pour l’Eclipse.

Une trappe latérale permet de recharger la batterie de 13,8 A seulement

Ma conso sur 140 km. Parfois la consommation a  grimpé à 11 litres  pour rester à moins de 3 litres au début du parcours pourtant en mode électrique

L’avis des Petits Observateurs !

16 commentaires au sujet de « Toute la lumière sur la Mitsubishi Eclipse Cross PHEV »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alain L

    Cher Patrice votre phrase « sans trop faire ancien combattant »me rappelle ma jeunesse de la fin des années 70 où je travaillais en Côte d’Ivoire, et où on découvrait les Mitsubitshi Pajero qui étaient plus chic que les Toyota….
    A cette époque, ce qu’on attendait d’une bonne bagnole était de pouvoir rouler sans tomber en panne sur des pistes défoncées ou des routes à moitié parsemées de nids de….d’énormes poules! sans compter la saison des pluies et le niveau d’eau impressionnant sur certains passages…Alors ces Pajero avec leur clim étaient vraiment de super bagnoles!
    Et je me demande si la chose que vous nous décrivez est tropicalisée et si adaptée aux chemins loin des villes…
    Pour clore se souvenir poussiéreux, un de leur slogan publicitaire était : « Avec Pajero tu ne gagnes pas que le goudron… »

    Répondre
  2. JPM

    Bien dommage que Mitsubishi n’importe pas son nouvel Outlander, bien plus qualitatif et statutaire.
    Pour le reste, tout n’est que marketing et réglementation : pour bouger une masse, quelle qu’elle soit, il faut lui transmettre une énergie, c’est de la physique de base. Qu’elle soit thermique, électrique, humaine, animale, que sais-je, la quantité d’énergie sera toujours la même. Donc pas de miracle
    Il demeure le vélocipède, au moins pas de culpabilité

    Répondre
  3. Dubby Tatiff

    Pour abonder sur le ton taquin d’Oncle Pat’ : « c’est une solution technique très élégante pour résoudre un problème qui ne se serait pas posé si on ne l’avait pas crée de toutes pièces ».

    haha 🙂

    Répondre
  4. Carlos Ghosn

    Mieux vaut l’Outlander en effet, son design est à chier mais au moins c’est assumé.
    Je ne sais pas où ils vont trouver leur designers chez Mitsu, cette éclipse est empreinte de multiples influences mais on ne peut pas dire qu’elle possède un design rayonnant.
    Et à l’intérieur je n’en parle même pas.
    Filez leur donc l’adresse du Professeur Nemeth pour qu’ils envoient leurs gens s’aérer les neurones créatifs avant que la concurrence ne les éclipsent…

    Répondre
    1. Fils de Pub

      Mais n’étiez-vous pas vous même à l’initiative du concept XR PHEV, mon cher Empereur déchu ?

    2. Mat Ador

      Non, Nissan n’était pas encore monté au Capital de MMC.
      Je crois que Carlos a en revanche soutenu le projet Engelberg qui devait (doit) remplacer l’Outlander…

  5. Frederic

    C’est vrai qu’avec un bon diesel avec un fap, on arrivait au même résultat pour un prix à l’achat moins cher et un entretien moindre au niveau prix des carburants. Les écolos auront la peau de l’automobile

    Répondre
  6. Chapman

    J’avais essayé le grand frère, l’Outlander et j’avais apprécié le fonctionnement effectivement onctueux. J’étais avec un copain et on avait bien rigolé sur l’option qui permettait en effet d’alimenter en électricité une maison. Nous l’avions baptisée « option fin du monde » et étions parti dans un délire post apocalyptique qui avait fini par emporter le rire du commercial.
    Vous avez raison Patrice, il y a quelques années, un bon mazout bien calibré aurait emmené la bête pour quelques litres de diesel. Mais plus ronflant, plus puant, bref, pas moderne….
    Puisqu’on vous dit que c’est l’avenir….
    Je roule hybride non rechargeable depuis quelques semaines et loue une conduite apaisée et sereine.

    Répondre
    1. Mat Ador

      Alors ça y’est Chapman, vous avez troqué la Citroën pour une Toyota ou une Lexus peut-être ? Racontez…

    2. Chapman

      Au risque de vous décevoir cher Mat, j’ai abandonné la citron pour des raisons de prise de pouvoir sur ma conduite et je n’allais pas me jeter dans les bras de quelque concurrente que ce soit puisque dorénavant, sur les millésimes les plus récents, ce sont les voitures qui nous conduisent et nous réprimandent. J’ai donc opté pour une « vieillerie » du monde d’avant, une Jazz hybrid déjà moderne pour son âge (déjà huit ans) mais qui a la délicatesse de considérer que je sais conduire et me conduire.
      Je n’ignore pas qu’un jour où l’autre je serais rattrapé par la modernité, je tente juste de repousser l’échéance de quelques années.

    3. Mat Ador

      Très bon choix que la Jazz Chapman c’est tout de même une nippone, on ne vous l’a fait pas à vous hein, vous connaissez la musique…
      🙂

  7. Nabuchodonosor

    « Toute la lumière sur l’Eclipse ».
    Voilà un titre mis sur orbite, qui promet ne laisser aucunes zones d’ombre !
    😉

    Répondre
    1. Mat Ador

      Fly me to the moon, let me play among the stars
      Let me see what spring is like on a Jupiter and Mars
      In other words…. Est-ce que les planètes s’alignent sur le PHEV ???
      🙂

  8. bedford 60

    bon véhicule mais pour l’instant et tant qu’il en reste l’outlander est moins cher(grâce aux remises offertes par Mitsu) et plus pratique quoique un peu plus long

    Répondre