Renault 20TS 2 litres 🇫🇷 Vous n’en verrez jamais de plus belle

 

Découvrez le petit observateur Clément qui nous présente sa Renault 20TS 2 litres (phase 1) de 1979

L’avis des Petits Observateurs !

42 commentaires au sujet de « Renault 20TS 2 litres 🇫🇷 Vous n’en verrez jamais de plus belle »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. duFF

    Pour remplacer la belle R16 TS bleu marine dont je pensais hériter (j’avais 8 ans…), mon père a ramené, un jour de 1977, une R20 TL beige sable. Du coup le moteur était le même mais l’équipement moins flatteur. Je me souviens fort bien de l’intérieur, même planche de bord beige que celle de Clément mais avec moins de boutons… et le reste de la finition était un peu aléatoire, entre la moquette qui peluchait et les manivelles de lève-vitre qui prenaient quelques libertés. Et je me souviens surtout que l’auto entrait en résonance quelque part au niveau des passages de roues arrière vers 90 km/h. Bref je n’ai pas su l’apprécier à sa juste valeur. Pourtant elle a semblé convenir à des voleurs qui nous l’ont dérobée le week-end de Toussaint 1981. Et là on a gouté au Douvrin puisque mon père a remplacé la Renault par une Peugeot 505 STi d’occasion, sublime en beige métal avec intérieur en tweed marron. J’ai encore son odeur en tête…

    Répondre
  2. Calle 13

    La voiture de mon père, une R20 ts je crois automatique phase 2 bordeaux ! Il l’a conservé longtemps tellement il l’appréciait, entre une R16 automatique et une Laguna… automatique). Que de souvenirs, merci POA et Clément !

    Répondre
  3. John Steed

    La R20, n’est-ce pas cette auto qui avait lancé un astucieux système de dégivrage de serrure par grands froids à la montagne ?

    Répondre
    1. James Bond

      Le règlement de copro du timeshare stipule que le copropriétaire entrant dégivre, si besoin est, la serrure du sortant :

  4. Mat Ador

    Elle n’est peut-être pas aussi belle sous ses décalco vintage mais celle qui a marqué mon esprit d’aventurier est la R30 maquillée en R20 des frères Marreau, dénommés « Les renards du désert », à bord de laquelle ils empocheront le Dakar 82.

    Pour l’anecdote, cette année là un candidat exotique en 504 break parmi les concurrents : Mark Tatcher, fils de la Dame de fer dont le naufrage finit en affaire d’Etat.
    Un excellent SDA en perspective !
    🙂

    Répondre
    1. Thierry

      J’ai pensé de suite hier à ces beaux Paris Dakar avec R20 R4 et autres … c’était extraordinaire sans les grandes écuries ! De l’aventure avec un grand A …

    2. Renaud Séchan

      Je ne l’avais jamais encore jamais imaginé sous cet angle :
      Miss Maggie était appelée » « La Dame de Fer », à cause de son boulet de fiston.

  5. Lieutenant Columbo

    S’cusez, M’sieurs Dames,
    Une question comme ça à la cantonade : La cassette de Roulio, c’est pour améliorer les essuie-glaces ?

    Répondre
  6. Touringske

    Que de souvenirs personnels ! En 1978, mon père cédait aux sirènes du six cylindres d’une Renault 30 TS flambant neuve. Elle était gris anthracite métallisé, avec un intérieur en velours brun marron ; avec les vitres teintées et les chromes à profusion, elle était magnifique. Je me souviens encore du jour où il est venu me chercher à l’école avec cette voiture qu’il venait d’aller retirer en concession. Mes camarades de classes l’avaient vu arriver avant moi et criaient dans la cour « ton père est là, avec une caisse toute neuve ! » Las, la belle avait un appétit d’ogre et sa carrosserie s’est mise à rouiller après cinq ans. A l’époque, personne ne l’a regrettée lorsque nous l’avons remplacée en 1984. Désormais, il est des nuits où je rêve que je la retrouve sous une couverture, dans le fond d’un improbable garage.
    Merci pour ce bel épisode d’une si belle série.

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Quel état de conservation Clément, félicitations.
    Le Président garde bon œil mais d’autres que vous, sans doutes moins scrupuleux, se sont vus offrir en retour une nénette, à défaut d’une goutte d’huile.

    A propos, cela fait remonter en moi le souvenir d’une copine, fleuriste de son état et ma foi plutôt belle plante, et de sa R20 qui nous promenait par monts et par vaux. Nous aurions formé un magnifique trio pour une mise vert bien avant l’heure, si nous n’avions été que trois…

    La banquette arrière était le domaine réservé de son impressionnant Berger Allemand qui veillait jalousement et sans répit sur sa maitresse… Sa langue pendante au travers de sa gueule dentée entrouverte, haletait par saccades à vingt centimètres de mon lobe auriculaire. Assis sur le siège passager, le buste légèrement oblique, je ne mouftais pas. Pas question que je laisse une main s’hasarder près de la console centrale… Bienheureux les utilisateurs de l’Aiways U5. A comparer, la micro caméra moucharde, c’est du pipi de chat.
    😉

    Répondre
  8. Henri

    Superbe Renault 20 TS… et TS faisait tout à côté des TL, GTL… En effet le 2 litres de la Française des Mécaniques était commun avec les Peugeot 505 Ti/STi, Citroen CX Athéna (qui succédaient aux CX2000). Pas si courant de voir un moteur commun à PSA et Renault, hormis le V6 PRV.
    Oui c’est vrai F. Mitterrand savait jouer la carte politique en s’affichant en Renault plutôt qu’en Peugeot ou Citroën. C’est très intéressant de le mentionner Mister President !
    Le 10 mai 1981 (bientôt 40 ans !), élu depuis quelques heures seulement, il fit le trajet Château Chinon (Nièvre, dans le Morvan) – Paris installé à l’arrière dans une Renault 30 TX (2959 JL 92) en compagnie de sa femme, Danielle, sa belle-soeur Christine Gouze Renal et son beau frère Roger Hanin. Valéry Giscard d’Estaing, battu au terme de son 1er septennat, fut élégant… Une escorte de la garde républicaine fut positionnée au péage de l’A6 à Fleury en Bière pour ouvrir la route au nouveau PR élu jusqu’au coeur de Paris, au siège du PS rue de Solférino (7e) où des foules s’agglutinaient pour le voir passer dans la nuit orageuse à presque deux heures du matin !
    FM essaya devant les caméras la Super Cing, la Twingo dans la cour de l’Elysée alors que les R25 étaient légions dans les cours des ministères après avoir été vues pour la 1ere fois en nombre en Normandie pour le 40e anniversaire du débarquement des alliés, en 1984. Le « clan des R25 » allait naître. FM en utilisa de nombreuses, notamment des Limousine très bien finies, assemblées par Heuliez.
    En 1995, il quitta l’Elysée installé dans une Citroën XM… il n’y avait plus d’enjeu électoral pour lui qui avait réussi à être réélu pour un 2e septennat… Une performance inégalée ou presque… et finalement il retrouvait là une marque connue, lui qui arpenta, bien avant devenir PR, les recoins de Bourgogne, de l’Allier non loin de Moulins, de l’Auvergne au côté de François de Grossouvre en Citroën SM.
    Cheers!

    Répondre
    1. ques

      J’en ai jamais beaucoup parlé à mon entourage tant la souffrance est encore vive : Mes parents avaient une R14 TL alors que mon Oncle et ma tante avaient une R14 TS.
      Sinon, je crois qu’on parlais pour les ministres socialistes du « Gang » des R25 en non du « clan ». A vérifier….

  9. GilR107

    Hello POA,
    Quel bel exemplaire de R20. Ce n était pas la voiture qui faisait tourner les têtes à l époque.
    Elle a disparue totalement du paysage ; du coup ça fait d autant plus plaisir….
    J en ai juste 2 en tête : Une bleu marine du papa d une copine à l époque. Une rouge, celle des Bronzés font du ski, forcément la plus célèbre de toutes.
    (Une 30TX gris foncé aussi de mon voisin qui l a vite remplacée après avoir vite remplacé une Cx2200 Pallas… il devait se chercher…)

    Intéressant Renaud d évoquer l association politique des marques de l époque. C était un vrai outil de communication qui permettait aux gens de s identifier. Bon ou mauvais je ne sais pas mais s afficher avec telle ou telle marque en haut de gamme en disait long.
    À propos de Mitterand, je me suis laissé dire qu il communiquait sur de la R20-30 politiquement mais qu à titre personnel il roulait en Cx Prestige. Quelqu’un en saurait-il plus ?
    Ce serait intéressant… …

    Répondre
  10. PhareOuest

    Vraiment en très bel état cette Renault 20, bravo Clément! Je me souvient que la R20 avait un train avant vite dépassé, une direction légère et peu précise et dès que le coffre était chargé, l’arrière s’affaissait considérablement.
    J’ai fait pas de kilomètres avec le moteur Douvrin 2.2 monté sur une CX22TRS, c’est vraiment une excellent moteur, le meilleur moteur essence de la CX

    Répondre
    1. PhareOuest

      Pour avoir eu les deux, les performances de la 22TRS sont de l’ordre d’une GTI atmo avec une consomation qui est moindre.
      C’est un moteur plus moderne que le 2.5 Citroên (c’est pas difficile), agréable, souple et silencieux.

  11. Thierry

    Quand j’ai commencé à bosser c’était une de mes voitures de travail ! Mon premier déplacement avec un coffre surchargé, départ le museau en l’air …… je ne sais pourquoi il a fallu freiner si fort que les passagers arrières sont presque passés sur les sièges avant ! Quel bateau ….

    Elle est vraiment belle, plus belle que neuve il le semble. Les peintures de l’époque n’avaient pas cet éclat.

    Répondre
  12. bill

    Merci à ces « bagnolards » qui conservent les modèles de grande diffusion qui ont disparus à cause de leur soi disant banalité.
    J’ai vu récemment un jeune conducteur qui avait restauré avec amour une « poire » (R14) . J’ai autant voire plus de respect envers ces collectionneurs désintéressés qui nous permettent de redécouvrir les modèles oubliés des années 80 90.

    Répondre
  13. Tomsko91

    C’était une voiture que je voyait surtout dans les films des années 80, du coup quand j’étais plus jeune (je suis né en 95) elle m’intriguait car je ne savait pas son nom. De toute ma vie j’en ai vu que 3 exemplaire (une a un rassemblement, une chez un concessionnaire (que j’aurai du acheté mais ça c’est pas fait) et une autre chez un garage à coté du quel je bosse.

    Une voiture un peut snobé dans le monde de la collection, mais c’est tant mieux comme ça les prix reste bas.

    Pour le tableau de bord, celui de la phase 1 est très beau, mais trop seventise alors que celui de la phase 2, moins bien fini et un peut moins beau, fait plus raccord avec une voiture connoté 80′ (oui elle est sorti en 76, mais moi R20/R30 = années 80).

    Un petit observateur très sympathique !

    Répondre
  14. Seb

    La voiture de Bernard Morin: « Excusez-moi mais vous êtes en train d’uriner sur ma voiture… ». Très belle restauration. Renault était au top à l’époque en matière d’équipement et de confort.

    Répondre
  15. ques

    Effectivement, rare dans cet état les R20/30 qui existent encore en 2021. Magnifique exemplaire. Hormis l’insonorisation dépassée aujourd’hui c’est un véhicule d’un confort comme on n’en fait plus. Une chaloupe ! on retrouve encore un peu ça dans la R25 mais plus dans la Safrane, qui est une voiture bien mieux assemblée et bien plus moderne dans ses prestations, même si l’esprit « grosse Renault » existe encore (confort ouaté, douceur de conduite). Avec la Vel Satis, plus rien de tout ça, et un look de fer à repasser un peu (beaucoup) loupé.

    Répondre
  16. Chapman

    J’en ai eu une un peu en fin de vie, deux cent cinquante mille kilomètres, le deux litres Douvrin accouplé à une boîte auto trois vitesses. Un confort digne de Citroën sans la tenue de route. Elle est « partie »par la boîte, probablement mal entretenue. Je l’avais acheté mille francs avec quatre pneus neufs et le plein d’essence.
    J’en garde un souvenir plutôt positif, une finition très française, une odeur de moisi persistante, le coffre prenait l’eau; mais un moteur courageux et très neutre dans le bon sens du terme et surtout en accord avec la philosophie de l’auto.
    Petite particularité et SDA sauvage, l’allumeur était placé horizontalement au bout de la culasse. Vu son fort kilométrage, les joints étaient usés et un peu d’huile se faufilait dans la tête d’allumeur et le moteur de mettait à tourner sur trois pattes. Je démonte facilement et découvre les deux joints fatigués (un spi un torique pour les connaisseurs). Je me pointe chez Renault la bouche en cœur et, tout fier, leur réclame deux joints neufs pour un allumeur de R20 TS.
    -Mais Monsieur, on ne détaille pas ces choses là. On peut vous vendre un allumeur neuf…..250 francs….. Un quart du prix de ma bagnole…. Ça va pas non! !!??
    Je file tout droit chez un spécialiste des joints et roulements cinq cent mètres plus loin. Le magasinier prend le soin de mesurer l’axe de l’allumeur que j’avais avec moi et me tend deux petites boîtes en carton avec les deux joints adaptés à l’usure naturelle de celui ci…..5 francs 70cts…. J’ai gardé la somme en mémoire.
    Désolé mon commandant, j’étais trop content de moi, il fallait que ça sorte aujourd’hui.

    Répondre
    1. ques

      sympa cette anecdote. il fut un temps ou ces voitures encore correctes se négociaient en effet à vil prix. J’avais loupé une CX athena (avec le douvrin 2 litres) pour 800€, je la revendrais aujourd’hui à l’aise 4/5000. J’ai craqué récemment pour une Safrane essence phase 2 avec le 4 cylindres volvo 138 CV (la même puissance grosso modo qu’un V6PRV de l’époque sur R30), je la conduis en fermant les yeux pour m’imaginer au volant d’une R30 (après avoir enclenché le pilotage automatique bien sûr, la sécurité avant tout!).

    2. Chapman

      Oui bravo Ques ! Une Safrane.. La seule fois que je me suis approché de cette voiture c’était pour effectuer une manœuvre pour une jeune femme qui ne parvenait pas à effectuer un demi tour avec une remorque à chevaux attelée à l’arrière. J’ai tout de suite senti la caractéristique des grosses Renault. Sièges hyper confort et un espèce de ouaté qu’on ne ressent qu’à leur bord. Mais la spirale infernale du désamour du haut de gamme Français était enclenché.

    3. COMMANDANT CHATEL

      POLICE !!
      C’est quoi ce travail ?
      Chapman ! Encore vous !!!

      Pour le reste, merci pour cette madeleine. Mon patron dans ces années-là avait une 20TS vert pâle… On avait été la voir dans la rue pour admirer la bête !

    4. ques

      ces auto étaient assez marquante à l’époque, chaque marque française avait « son » haut de gamme, les berlines étaient reines (pas encore de monospaces ni suv). On pouvait voir dans la même rue une DS (défraichie), une CX ou une R20 rutilante, ça attirait l’oeil, bien plus que les actuels SUV. Qui aujourd’hui tourne autour d’un Koléos ou d’un GLE ? Quant à la Safrane, c’est la dernière de lignée après R16, R20/30, et R25. On sent l’adn de la grosse Renault ouatée, toute en douceur, avec du volume et du haillon. Elle est très agréable à conduire. Avec Vel Satis, c’était fini, le concept était différend, trop haute, pas accrocheuse dans les virages, comme un suv.