Peugeot 202 1938 🇫🇷 « Félicie aussi »

Découvrez le petit observateur Igor qui nous présente Joséphine, sa Peugeot 202 de 1938

L’avis des Petits Observateurs !

18 commentaires au sujet de « Peugeot 202 1938 🇫🇷 « Félicie aussi » »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Eric

      Une première Renaud mais pas une dernière, merci!!!! Quelle est belle! Le mr ce la pet un peu tout comme julien la barbe islamique en moins, heureusement.

    1. PhareOuest

      Près de nous sifflait un merle
      La rosée faisait des perles
      Félicie aussi……….
      Chansson de fin de repas de famille qui me faisait bien rire étant enfant.
      Jamais eu la chance de monter dans une 202, mais la simplicité des habillages intérieurs fait remonter mes souvenirs d’enfance dans les années 60, en traction , Dauphinoise ou 203. Epoque ou chaque voiture avait son odeur et son bruit particulier

  1. François P

    Alors enfant un voisin venait poser sa 402 dans le garage de notre maison, il m’invitait parfois à tenir le volant sur quelques dizaines de metres. Un jour il entreposa une 202 en remplacement de l’ancienne, je revais tellement à ces moments uniques que cette nouvelle auto boulversa les images de ces instants magiques. Cependant j’appris à l’aimer.. Il l’histoire se répèta lors de l’arrivée de la 203….,. Pour la 403, elle fût mon auto beaucoup plus tard.

    Répondre
    1. Pierre_

      Ces quelques lignes François P, ressemblent à s’y méprendre à la trame d’un SDA cher à notre Commandant !
      On devine une belle histoire.
      Je me permets.
      Bien à vous.

  2. Pierre_

    Belle à croquer, mais gare aux caprices !
    De l’humour et une grande passion. Merci Igor.
    Toute cette joie dans cet épisode. Bravo.

    Répondre
  3. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Cette 202 me rappelle d’agréables souvenirs d’enfance des années 60 ,un voisin de mes grands parents en avait une noire et ses deux gros yeux de libellule derrière leur grille m’intriguaient. Son propriétaire avait un surnom, les voisins dans le rue le surnomaient « Le Pailleux’.
    Homis cela connaissez vous le vrai nom de famille d’Igor ? , c’est LAVOITUREDANSLGARAGE .
    Pascal

    Répondre
  4. Jean-François BERTRAND

    Mes respects Squadron Leader!
    Toujours aussi choupinette cette Félicie!
    Vivement la nouvelle aventures des frappadingues de services!…
    Bises à Pearlita et Pepita!…

    Répondre
  5. Mat Ador

    1938, on est plus près du moulin à café que de Stellantis.
    Est-ce que dans 83 ans on parlera encore comme le fait si bien Monsieur Igor d’un 3008 né sous l’occupation d’un Virus ?
    🙂

    Répondre
  6. Nabuchodonosor

    Mes références à cette auto sont cinématographiques. Celles d’une version fourgon tôlé qui apparait dans un film de Gérard Jugnot avec Gérard Jugnot dont l’action se situe sous l’occupation et où Monsieur Batignole, boucher-charcutier de son état, va devenir un héros malgré lui en soustrayant un enfant juif des griffes d’un Jean-Paul Rouve plus vrai que nature, qui campe un parfait collabo.

    Répondre
    1. Pierre_

      Un sympathique clin doeil Chapman.
      Libellule s’évade en 202. J’ai la bd sous les yeux, ainsi que trois autres achetées cet hiver.
      Oups, mon épouse se désespère!

    2. Chapman

      Et si Libellule s’évade c’est pour aider Gil Jourdan à démanteler un trafic de drogue dans l’épisode suivant « Popaīne et vieux tableaux ».
      Le dessinateur Tilleux était sûrement amateur de voiture et ses BD sont parsemées des modèles populaires de l’époque. Il y a une quinzaine d’albums…. Je crois que je les ai tous.
      Il y a quelque chose de l’enfance dans l’auto comme dans la BD qui nous marque à jamais.
      Bonne lecture Pierre.

    3. Touringske

      Oui, Maurice Tillieux était un passionné de bagnoles et il les dessinait remarquablement bien. Qui a oublié la Dauphine jaune de Gil Jourdan ? Malheureusement, il est mort des suites d’un grave accident de la route, du côté de Tours, en 1978. A l’époque, les routes et les voitures n’étaient pas aussi sûres que de nos jours et j’ai pas mal de souvenirs d’enfance marqués par la nouvelle d’un décès dramatique de ce genre.