Bentley Continental GT Mulliner 🇬🇧 je veux du cuir

Par Patrice Vergès. Commercialisé depuis 2003 avant d’être redessinée dans un style très proche en 2018, on peut dire que le coupé Continental GT a sauvé la vieille marque de Crewe en lui redonnant une image plus sportive comme à ses origines. 

 C’est surtout VW qui a sauvé Bentley en la rachetant en 1998. En 2002, la marque britannique dévoilait ce coupé réalisé sur la base de l’éphémère Volkswagen Phaeton dont il reprenait la motorisation W12 et une partie de sa structure. Son succès est surtout dû à sa silhouette magnifique signée Dirk Van Braekel à qui ont doit les récentes Bugatti.  Un subtil cocktail de classe, de pureté et d’agressivité. Derrière la face avant opulente sans être ostentatoire de ce coupé à 4 roues motrices, on trouvait donc un moteur de 6 litres de cylindrée de 12 cylindres en W comptant  48 soupapes, bloc formé de deux 6 cylindres en V étroits accouplés vus sur des  Audi A8. 

Dans cette cylindrée, gavé par deux turbocompresseurs, accouplé à une boîte auto à 6 rapports, il délivrait 560 ch comme celle de Jacques avec un couple de 700 Nm. Puissance qui grimpa à 610 puis 635 ch sur la version Speed 2021 !  Malgré ses 2 300 kilos à tirer, les 560 ch entraînaient la GT à 312 km/h avec le zéro à 100 km en 5,2 secondes et les 1000 mètres départ arrêté en 24 secondes !  Ses émissions de CO2 dont on parlait peu à l’époque, provoqueraient en 2021, un arrêt cardiaque à un écolo, avec près de 400 g/km que Bentley a réussi à faire chuter à 308 g/km sur les modèles 2021. 

 » C’est une voiture dont j’avais envie depuis longtemps »

Depuis sa première R8 Gordini à 18 ans, Jacques a possédé une cinquantaine de voitures. Jusque là, rien d’extraordinaire pour un passionné d’autos sauf qu’il a toujours eu des modèles extraordinaires pour le commun des mortels. Il a totalisé un nombre incalculable de Jaguar, de BMW siglées M, de Mercedes V8 AMG. Il n’est pas milliardaire, loin de là, puisqu’il les a achetées d’occasion et qu’elles décotent beaucoup. En ce moment, il partage sa vie d’automobiliste entre les 585 ch d’un coupé Mercedes AMG S63 et les 560 ch de cette Bentley Continental GT de 2006. 

 » C’est une voiture dont j’avais envie depuis longtemps » avoue Jacques. « Je l’ai achetée en 2016 chez un concessionnaire Jaguar environ le tiers de son prix neuf. Elle était en excellent état et n’affichait que 60 000 km. Aujourd’hui, elle a 97 000 km mais depuis un an à cause de la Covid, je roule beaucoup moins et jamais en ville. Coté consommation, on ne peut pas descendre en dessous de 16 litres et c’est ce à quoi je m’attendais ». 

 Lorsqu’on demande à Jacques ce qui lui plait dans cette voiture, il répond sa ligne d’abord, ensuite son habitacle dont le cuir dégage une odeur extraordinaire. Précisons que sa Bentley est équipée du pack Mulliner nom d’un grand carrossier du début du 20eme siècle. Il se distingue par un bois précieux différent, d’un cuir Diamond aux capitons en losange (emblème du B) qui recouvrait tout l’habitacle jusqu’au pavillon, pédalier sport, levier de vitesses godronné et jantes de 20 pouces. J’ai consulté quelques options de chez Bentley de cette époque, prix surréalistes pour un acheteur lambda puisque le tarif de certaines options coûte celui d’une voiture notamment le pack Mulliner facturé 26 000 euros.  Je passe sur les freins carbone à 15 000 euros ou le chauffage stationnaire à plus de 3000 euros. 

j’adore son bruit

 « J’adore son bruit de 12 cylindres, sa puissance, ses accélérations très impressionnantes, son confort et sa sécurité avec les 4 roues motrices. J’ai le pied un peu moins lourd qu’autrefois mais je l’ai testée à hautes vitesses (chut !), elle tient très bien la route et freine très fort (étriers à 8 pistons). En plus, je suis fort bien assis dedans car depuis un gros accident de la circulation, j’ai quelques difficultés pour entrer à bord de certaines voitures. En revanche, elle est bien moins sportive dans ses réactions que ma Mercedes S63. En fait, ces deux voitures sont totalement différentes.  Malgré son gabarit, ce n’est pas un vrai coupé 4 places car il n’y a pas beaucoup d’espace derrière. Coté défaut, je la fais entretenir chez Bentley à Lyon et les révisions sont très chères.  Je n’ai jamais payé moins de 2 400 euros ». 

 « C’est le jeu, ma pauvre Lucette » comme on disait dans la pub de la Française des Jeux des années 90 et Jacques le savait, habitué aux voitures hors série qui ont généralement des coûts d’entretien hors série également.  S’il avoue vouloir la conserver jusqu’à la fin de ses jours, un coupé Rolls Royce Wraith au V12 de 632 ch lui plairait beaucoup. D’occasion évidemment car une neuve dépasse les 370 000 euros.  (1000 mercis a Michel Wasielewski pour avoir photographié cette voiture) 

La Continental GT fut produite près de 15 ans avant de recevoir une nouvelle carrosserie en 2018 très proche de la précédente 

Ce coupé avoue un certain gabarit avec 4,81 m de long, 1,91 m de large, 1,38 m de haut et 2350 kilos en ordre de marche 

Ce bloc imposant de 12 cylindres en W ( deux V6 accolés) et boosté par 2 turbo KKK avec échangeur d’air. Il délivre de 560 à 635 ch selon les versions avec un couple costaud

Malgré les efforts, impossible de conserver le volant avec des branches droites. L’habitacle est entièrement tendu de cuir odorant sur cette version  

Jacques a parcouru 37 000 km à son volant ; Remarquez le tachymètre gradué jusqu’à 340 km/h que la Speed de 635 ch atteint. 

Le célèbre B entouré d’ailes rappelle la passion pour l’aviation du créateur de la marque Walter Owen Bentley en 1919

Pack Mulliner avec un cuir aux capitons en losange aux dossiers gravés du B de Bentley 

Boîte automatique à 6 rapports sur cette version contre 8 pour les modèles plus récents 

Super regard de la Continental G, phares soulignés de chrome sur le Speed

Une calandre presque sobre comparée à ce qu’on fait aujourd’hui. Sobre mais classe !

 Jantes de 20 pouces chaussées de 275X35. 21 pouces en option 

Jacques au volant sa son autre monture, une Mercedes 6,3 l AMG double turbo 

L’avis des Petits Observateurs !

23 commentaires au sujet de « Bentley Continental GT Mulliner 🇬🇧 je veux du cuir »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ju44

    Elle est sublime, l’intérieur est somptueux… Même étudiée sous la houlette teutonne, cette anglaise garde son indéniable charme!

    Mais que dire des coûts d’entretien… C’est formidable de voir ces voitures à des prix dorénavant « accessibles »… Mais rien que la facture annuelle chez le concessionaire, ça rend le rêve impossible.

    C’est d’ailleurs ce que je reproche souvent aux allemandes. Quand je compare le prix des pièces Porsche à celles de ma TVR, qui offre pourtant quasiment le même standing et des performances équivalentes, je suis soufflé de voir des facteurs 10 entre les équivalences… Alors que pourtant elle ne sont sûrement pas 10 fois plus complexes, ni 10 fois plus durables ou performantes !
    Enfin quand on aime…

    Répondre
  2. Dubby Tatiff

    Il y a quelques années, je voyais souvent dans l’ouest parisien, une Bentley Continental GT vert métallisé. Et à chaque fois, j’enviais secrètement le propriétaire de cette voiture si belle et si rare.

    Jusqu’au jour où, les hasard de la vie m’amenèrent à pousser la porte d’une concession Bentley à Paris et à me retrouver dans l’atelier.

    … où je me trouvais nez à nez avec pléthore de Continental vert métallisé. La si belle voiture que j’admirais dans la rue n’était finalement pas aussi rare que je l’imaginais !

    Répondre
    1. Jean-François BERTRAND

      Mon cher Dubby, c’est que pour ce qui est de la rareté…
      Si mes souvenirs sont bons au cours de 2007 il s’en est vendu pas loin de 12000 exemplaires… quand on sait que, sur 12 années (1991 à 2003) de production il ne s’est vendu que 1236 continental R…
      Je me souviens que cette année là, à la concession Rolls Bentley de Monaco, ils ont eu de pointes à plus de 10 voitures par semaine en livraison…

  3. Georges Piat

    Un monument automobile, c’est sûr !
    Les prix sont bien souvent bradés. J’ai vu une superbe Wraith avec 68000 km au compteur qui n’était toujours pas vendue pourtant à 145 000 au lieu de 340 000 Euros…. Une affaire (!)

    Répondre
  4. Eric TICHIT

    Superbes voitures pour un véritable connaisseur passionné de l’automobile tel que Jacques amoureux des autos d’exception !! Un homme très sympathique que je salue au passage !

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Ce doit être un réflexe de bagnolard parce qu’à chaque fois que je prends un petit-déjeuner dans un hôtel de classe internationale, je pense précisément à cette auto.

    La Continental est pour moi l’incarnation de la GT type moderne, élégante et discrète, raffinée et utilisable au quotidien, puissante mais confortable, une automobile luxueuse qui se déguste à son volant bien assis au fond d’un fauteuil moelleux aux cuirs so British. Une auto avec laquelle on traverserait volontiers l’Europe ; Jacques, je vous envie.

    Seuls bémols à mon enthousiasme sur ce modèle, outre ce fichu écran qui date forcément et ce levier tiptro typique Audi qui rappelle trop l’appartenance au groupe allemand, c’est l’affleurement des instruments et des commandes en plastique sur la planche de bord qui masquent aux jointures l’épaisseur de son bois précieux en loupe de noyer ou de châtaignier verni. Il n’y a qu’au droit des buses de ventilation et des leviers que l’affinement est réussi. Mais je chipote sur des vétilles…
    😉

    Répondre
  6. VINCENT

    une bentley c’est toujours hors normes …
    Mais je préfère les Continental de 1996 qui sont un véritable coupé 4 places diablement élégant … le continental GT fait trop VW à l’intérieur et la ligne extérieure est un peu pataude … Quid de la fiabilité avec ce bijoux de technologie ?

    Répondre
  7. Olivier

    Lorsqu’elle est apparue en 2003, j’avais décrété la mort de Bentley. Ce n’était pas une vraie Bentley pour moi. Jusqu’à ce que dans le cadre de mon travail j’en conduise une. Pas une vraie Bentley ? Oui à 100%. L’atmosphère, le confort, les cuirs, assurément. La ligne plus discrète mettait fin à l’extravagance des années 90. On passait à une autre époque. Elle n’est certes pas aussi efficace qu’une Ferrari 2+2 ou qu’une Porsche. Mais c’est une vraie GT, une Grand Tourisme pour les longs voyages. Elle n’est pas tombée dans les travers d’Aston-Martin qui court après Ferrari.

    Répondre
  8. Neufcentdixespada

    Une caisse de vrai bagnolard? Effectivement ,les deux seules que j’ai vues garées sont ,premièrement un cab au bord d’ une piste en terre entre les Arcs 1800 et les Arcs 1600 (en été) et,deuxièmement , sur un parking au Cap de la Chèvre( Crozon /Bretagne) en plein hiver… bref ,pas des endroits branchouilles où l’on va se montrer avec sa dernière acquisition automobile… la dernière version ,avec sa poupe affinée,tutoie le sublime

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Top Gear, époque Clarkson, May, Hamond et The Grand Tour ont fait de cette caisse une icône télévisuelle en la transformant en héroïne de situations incongrues.

      Voiture de Rallye en Angleterre (souvenez-vous de ce plan magnifique au ralenti où la Bentley saute sur une bosse), véhicule de course dans une mine à ciel ouvert en Australie et dernièrement, 4×4 de franchissement sur les pistes défoncées de Madacascar. On rêve d’une caisse pareille après avoir vu tout cela.

  9. Chapman

    Désespérément snob, je lui préfère la « dernière vrai » la Continental T avec le très aristocratique 6,75l et son glouglou de paquebot.
    Difficile de vieillir.

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      « J’suis snob, j’suis snob
      C’est vraiment l’seul défaut que j’gobe
      Ça demande des mois d’turbin
      C’est une vie de galérien
      Mais quand je sors avec Hildegarde
      C’est toujours moi qu’on regarde… »

      Chantait Vian aux Trois Baudets.
      😉

    2. Chapman

      Eh oui Nabu, c’est bien à Boris et sa Brasier Torpédo auquel je me réfère. N’a t on pas le droit d’arrêter une date précise à ce que l’on considère comme perfection?
      Et considérer qu’ensuite, toute amélioration n’est que la poursuite d’une chimère qui nous laissera éternellement insatisfait…
      Reste à définir une date…..
      😉

  10. Jean-François BERTRAND

    Un avion de chasse aussi efficace pour une OPEX à la Baule ou Monaco que pour du transport de troupe rapide en vue de manœuvres sur terrain enneigé à Megève…
    Et pour ce qui est de la fiabilité j’en connais qui ont dépassé les 300000 kms…

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Une Opex à 16 litres de tisane au cent.
      Dites vot’ taxi Continental y virerait pas à l’Incontinental des fois ?
      😉

    2. Jean-François BERTRAND

      Mon cher Nabu, bien moins qu’avec l’ancienne génération « taylor made by Mulliner & Park Ward » pour laquelle je ne peut être objectif et impartial…
      Si l’on considère que la vitesse de croisière de ces missiles sol-sol est de l’ordre des 100 miles per hours, le W12 d’Ingolstatd bien qu’assoifé comme un tout bon bavarois devant une chope de bière, n’est pas en mesure de tenir la comparaison avec le boiler Crewe built…
      Lorsque je cravache mon Gros tel un décérébré voulant gagner le Prix de Diane, il m’arrive de faire tout juste 300 kms avec un plein… Sachant que le plein est de presque 110 litres, combien est ce que je consomme? La calculatrice n’est pas autorisé pour cet exercice… vous avez 5 mins!

    3. Nabuchodonosor

      Jean-François BERTRAND,
      Vous voulez gagner de l’argent ?
      Achetez une station-service.
      😉
      Nabu-de la vanne gratuite

    4. Jean-François Bertrand

      Mon cher Nabu, j’abonde dans votre sens!
      Cela me fait d’ailleurs penser à ce que disait Mr Partouche père: « Pour gagner de l’argent au casino, il le posséder »…..