Parole de Taxi 🚕 300 000 km en Lexus, ça donne quoi ?

Julien et Renaud interroge un chauffeur de Taxi qui roule en Lexus ES 300 H après avoir roulé 300 000 KM en Lexus IS. Il nous livre son verdict sur l’utilisation et la fiabilité de ses Lexus.

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Parole de Taxi 🚕 300 000 km en Lexus, ça donne quoi ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Le Bougre

    quand on est habitué aux francaises ou italiennes ce kilometrage fait réver c’est certain !

    Toyota, Mazda ……arrivent aussi facilement à un niveau de tranquillité d’usage pour un prix moindre, sans réparations autres que de l’entretien courant.
    c’est à méditer à l’achat .

    Répondre
  2. PhareOuest

    Fiiable oui, mais attention au prix des réparations. Sur une LEXUS GS 450 H PACK PRESIDENT de 2010 avec seulement 175000km, le système hybride est HS (batterie) soit une douloureuse de 7000 € de réparation

    Répondre
  3. Pierre_

    Un Taxi très au fait de la marque, sur de son choix. Tu m’étonnes, 70m bornes par an!
    Le changement c’est pas pour demain.
    Un reportage sur le vif.

    Répondre
  4. Philippe

    Les interieurs des berlines lexus me font penser aux anciennes citroen avec leurs satellites autour des compteurs. C est bien c est original, ca change des copies conformes des autres marques.
    Par contre, desole c est hors sujet mais je viens de lire qu on va surement se retaper un confinement régional a paris et hauts de france mais merde ! Il peut pas mettre son masque correctement !
    J ai utilisé des chauffeurs privés pendant des miis pendant la periode covid. Obligé de leur dire à chaque fois de mettre leur masque.
    On va pas s en sortir. Et avec la ventilation le flux d air s echappe par l arriere de la voiture et ce sont les pax arriere qui prennent tout.
    Les mecs comprennent pas que c est a cause de ca qu ils ont une baisse de 50% de leur ca depuis un an ou qu ils sont au chomage partiel.
    Desole pour le hors sujet mais xa me deglingue.

    Répondre
    1. Thierry

      Tout à fait de ton avis …. c’est irritant de devoir constater à chaque fois un relâchement que nous payons TOUS.

  5. sergio

    Il n’y a pas que les Japonaises dans la vie.
    Si on respecte la mécanique et l’entretien beaucoup de modèles atteignent sans problèmes les 300000km.
    N’en déplaise aux grincheux, j’ai depuis 2010 une Alfa Giulietta jtd 170, et a part une butée d’embrayage a 150000km, aucune usure prématurée. Bien sûr peu de ville, on respecte les temps des chauffer et je n’hésite pas a éviter l’encrassement :-).
    Turbo d’origine, echappement et fap d’origine, egr d’origine,
    Jusqu’à 200000km, elle était vraiment comme neuve, fepuis j’ai changé les amortisseurs av et les triangles qui avaient du jeu, deuxième kit distri demain et alternateur a 280000km.
    L’intérieur cuir rouge est nickel avec 3 enfants.

    Répondre
    1. Gérard-Vincent

      Effectivement, je partage l’avis de Sergio, on parle souvent des Japonaises et des Allemandes mais maintenant les analyses des résultats des contrôles techniques parlent de Françaises qui montrent le bout de leur capot. Des modèles récents peuvent facilement dépasser les 300 000 kms avec l’entretien préconisé dans le carnet du constructeur. On peut sans doute rouler moins cher:
      – avec une hybride rechargeable (que l’on aura tout de même payé 45000 euros)
      -avec une voiture électrique (en s’achetant une autre voiture pour aller plus loin)
      – avec un moteur à hydrogène (en faisant construire à côté de la station)
      -avec du E85 et du GPL (certes)
      -avec une voiture bien entretenue que l’on va faire durer très longtemps pour diminuer son prix de revient kilométrique. Bon, je sais c’est pas envoûtant pour un bagnolard. Donc je rêve sur les beaux modèles avec POA, je m’abonne bien sûr, tout en gardant ma toute banale 5008 Peugeot de 2010 qui totalise 321 000 bornes…

  6. Rs69

    Le style lexus ne fait pas forcement l’unanimité mais il faut bien avouer que se sont les premium les plus fiables du marché loin devant la concurrence. Merci pour ce reportage de la vrai vie de bagnolard

    Répondre
  7. Mat Ador

    Il n’y a rien d’incroyable et bien que je me sois déjà largement épanché ici sur le sujet, je récidive volontiers :
    Mon RX(2) 400h va sur ses 20 printemps et affiche près de 350 000 km au compteur.
    Outre les pneus et les révisions classiques tous les 15 mkm :
    – La Distribution 2 x à 150 et 300 mkm
    – La batterie 12 volts changée 3 ou 4 fois (je pense qu’elle était un peu faiblarde sur ce modèle).
    – Plaquettes de freins et disques plusieurs fois également.
    – Panne suite à embarquement d’eau conséquence d’un petit choc ar. qui avait légèrement déformé le parechoc plastique. Résolu par Lexus
    – Un radiateur dessoudé changé à 300 mkm, conséquemment à un parcours tous chemins bien défoncé.
    – Un calculateur de direction assisté remplacé suite à choc trottoir frontal et violent sur pneumatiques (pneu coupé).
    Et c’est tout.
    Conso moyenne 10 litres de SPB95. Bien que les forums disent qu’elle l’accepte sans ajout de boitier, je n’ai jamais mis 1 centilitre d »éthanol.
    Remarques : L’auto de 2 tonnes bouffe du pneu, des plaquettes et des disques, mais cela s’explique par mes trajets qui sont à 80% sur routes de montagne.
    A l’intérieur les cuirs du fauteuil conducteur et autour de la jante volant sont fatigués. Quelques points de rouille à l’extérieur sur les griffures non réparées.
    A part ça, R.A.S
    Et toujours reçu un accueil princier chez Lexus (bien qu’ils auraient voulu m’en vendre une autre neuve plus d’une fois).
    Je n’en n’ai jamais changé pour plusieurs raisons :
    – Elle est silencieuse, relativement sobre et bien qu’elle ait une bonne réserve de puissance, elle me calme et me satisfait.
    – Les évolutions 3 et 4 n’apportent rien de bien nouveau sinon esthétiquement et sont mêmes un peu moins confortables.
    – La décote a été si brutale les premières années qu’il fallait remettre un trop gros billet. Du coup, j’ai lâché l’affaire.
    Un bémol : Il ne faut pas être trop optimiste en virage car elle tangue pas mal. Elle a été étudiée pour le marché ricain.
    Merci.
    PS Pour Juju : Si tu me contacte en off, je te ferais un bon prix, promis.
    🙂

    Répondre
    1. Chapman

      En ben voilà quelques questions bien abordées. Merci Mat.
      Une dernière pour la route. La qualité s’est elle maintenue sur les modèles successifs ou comme pour d’autres marques dites premium, on commence à sentir la recherche économique sur des petits détails ?
      Si vous êtes resté fidèle à votre RX400 « vingtenaire » peut être n’avez vous pas la réponse…?

    2. Mat Ador

      Merci de votre retour Chapman.
      Pour commencer je m’aperçois d’une erreur grossière, le RX 400h étant de 2006, il n’a donc que 15 ans et non 20.
      Pour les avoir scrutés puis essayés successivement le temps d’un parcours mixte de 2 heures, le RX(3) et le RX(4) sont du même acabit que le RX(2).
      Même technologie hybride, meilleur comportement routier et meilleures qualité et finition intérieure pour le RX(4), bien tentant il est vrai.
      Bien que je ne les connaisse pas, les autres modèles semblent tout aussi aboutis. Seul bémol pour l’égo, sur les petits modèles UX et NX, la technologie est partagée avec d’autres modèles Toyota (CH-R, RAV4).
      Aux vues d’une LLD de mémoire pas très compétitive, d’une décote rapide du produit malgré une fiabilité exceptionnelle et d’une évolution technologique sommes toutes modeste, je ne suis pas loin de penser que la bonne affaire se situe dans un modèle d’occasion même bien kilométré si l’on peut en reconstituer l’historique.
      Le RX est une auto fiable, servile à tout faire (il m’est arrivé de tracter une grosse remorque freinée à 2 essieux sans soucis), qui invite à une conduite apaisée et qui est un compagnon infatigable en toutes circonstances. En contrepartie il n’est pas le plus dynamique de sa catégorie, le RX(2) tangue et n’a pas assez de frein moteur en montagne. Il me semble que ses successeurs ont améliorés ce problème, mais rien ne vaut un essai pour s’en faire une idée.
      Cordialement vôtre.

    3. Mat Ador

      Ah, j’oubliais le principal : Le confort est royal et l’on voyage dans un silence de cathédrale.
      🙂

  8. Chapman

    Voilà des retours comme on aime. La fiabilité japonaise, Toyota en particulier, Lexus par voie de conséquence. À chaque fois que je monte à la capitale et que je prends un taxi, je discute bagnole et je crois que je n’ai jamais rencontré de chauffeur déçu par leur Toy Hyb.
    Maintenant, c’est de la conduite citadine et périphérique. Il faudrait rencontrer un représentant de commerce qui traverse la France en long et en large pour avoir une idée sur d’autres types de parcours. La montagne aussi, ce serait intéressant.
    Merci de cette rencontre impromptue.

    Répondre