Dacia Spring 🇫🇷🔌🇨🇳 l’achat (très) malin

Par Patrice Vergès. Précédant la vidéo à venir de Cédric et Julien disséquant la nouvelle Dacia Spring électrique, voici quelques remarques après une petite centaine de kilomètres parcourue à son volant 

 A 12 403 euros dans sa version Confort (bonus écologique de 4587 euros déduits), la Spring est de loin, l’électrique la moins chère du marché puisque les tarifs de la Corsa e ou la Zoe tournent autour de 22/23 000 euros bonus déduit. A ce prix cassé, la Roumaine fabriquée en Chine, n’offre tout de même pas les mêmes prestations. Son autonomie est inférieure et ses performances ne sont pas comparables. Sous un physique épais et rassurant aux épaules musclées plutôt sympathique, la Dacia se situe dans le segment A plus proche de l’esprit d’une Peugeot 108 ou Citroën C1, VW Up même si elle offre une meilleure habitabilité et un plus grand coffre (290 litres) grâce à ses 3,78 m de long.  

 La Spring offre un physique rassurant de petit SUV haut de 1,50 m avec une garde au sol de 15 cm

Râblé avec ses hanches larges, la Spring semble plus massive que ses 3, 73 m de long 

160 à 180 km d’autonomie

Le miracle de la Spring se cache dans son poids réduit de 975 kilos seulement malgré les 186 kilos de la batterie électrique de 27,4 kW cachée sous le siège arrière. Ce poids réduit autorise un petit moteur électrique situé à l’avant qui ne développe que 44 ch (33 kW). Nous sommes loin d’une Tesla ou même d’une Zoe.  Dacia la vend pour une autonomie de 230 km WLTP et même 305 en ville. Sans faire spécialement attention dans une conduite mi-urbaine, mi-route, j’ai lu 16,4 kW aux 100. Sachant que la batterie cube 27,4 kWh, l’autonomie aurait été d’environ 160 km que j’aurais certainement pu pousser à 190 km en conduisant avec un œuf sous le pied.  Bien moins évidemment, si j’avais dépassé 110 km/h pour atteindre sa vitesse maxi de 125 km/h comme des collègues plus joueurs l’ont tenté. Même si elle peut le faire, ce n’est pas sa vocation, la Spring est une voiture à vocation urbaine, destinée à ceux qui parcourent une moyenne de 30 km par jour pour aller bosser et pouvant l’utiliser une petite semaine sans la recharger. Elle pourra être aussi une bonne deuxième voiture du ménage.  Cela dit, une touche Eco qui limite la puissance à 23 kW et la vitesse à 100 km/h permet d’accroître l’autonomie, conseillée par exemple dans les bouchons urbains. 

La planche de bord accueille un écran de 7 pouces avec un GPS sur la Super Confort. En photo, les plastiques semblent plus beaux qu’en…. réalité 

 La conduite est simplissime avec ce petit bouton rotatif  à 3 positions 

44 ch ça suffit

 J’estime que l’esprit d’une voiture électrique n’est pas d’offrir 500 ch et plus. Avec 44 ch, la Dacia est suffisamment motorisé car son groupe électrique offre le couple (230 Nm) d’un bon 1600 thermique. L’accélération jusqu’à 50 km/h est vive et les reprises satisfaisantes.  Jusqu’à 100 km/h, c’est du bonheur. Après un peu moins. Le silence du moteur rappelle qu’on conduit une voiture low-cost avec des bruits de roulement présents dus à l’insonorisation réduite. Le bruit des portes lorsqu’on les ferme m’a fait plonger dans mes souvenirs des années 80.  Rien à redire au chapitre tenue de route, ni au freinage régénérateur, ni au confort surtout grâce aux petites roues de 14 pouces seulement.  Néanmoins, petit bémol sur la direction électrique à l’excellent rayon de braquage mais trop inconsistante à mon avis sur route et manquant de rappel. Choix assumé par Dacia vu son utilisation généralement urbaine. 

En revanche, ma taille (1,87m) me contraindrait à ne pas l’acheter car sa positon de conduite ne m’a pas du tout satisfait à cause du manque de recul du siège de surcroit trop haut et du volant trop bas sans réglage. 

 Le câble de recharge facturé 250 euros pour les bornes publiques se branche à l’avant sous le logo

Petites roues de 14 pouces seulement chaussées de pneus…. chinois de marque Green-Max. Les enjoliveurs imitent à merveille des jantes en alliage léger

  Le coffre offre un volume honnête de 290 litres sans la roue de secours de série sur la Super Confort

Bien équipée

 La Spring est proposée en deux niveaux de finition, Confort et Super Confort (13 498 euros bonus déduit) mais la faible différence de prix entre les deux favorisée par un bonus plus important ( 27 % de son prix) favorisera la Super Confort équipée d’un GPS sur écran de 7 pouces, peinture métallisé de série, glaces et retros électriques, roue de secours, radars et camera de recul et pack orange. Seul le câble de charge pour les bornes publiques ou une Wallbox est optionnel contre 250 euros. Chez Dacia, vu le prix de la voiture, on pense que la clientèle s’en tiendra à une prise domestique de 2,3 kWh exigeant quand même 14 heures de recharge, soit une prise de machine à laver de 3,7 kWh peu coûteuse ne nécessitant plus que 8h30. C’est à voir mais il est vrai qu’on ne recharge jamais une batterie à 100 %. 

Un achat malin

 Certains confrères ont calculé qu’avec toutes les aides, si on rajoute la prime à la conversion de 2500 euros autorisant des loyers LLD  à 94 euros par mois, si vous habitez une ZFE et que vous bénéficiez d’une prime de votre région, son tarif peut chuter à moins de 9000 euros et bien moins si ses revenus sont peu élevés. Pour son lancement, Dacia offre à ses acheteurs qui devront patienter jusqu’au mois de septembre pour rouler avec, une carte de recharge gratuite de 2000 km.

Dans tous les cas, c’est un achat malin à condition évidemment d’avoir une utilisation adaptée aux prestations de la voiture et estimer que la puissance de 44 ch est suffisante dans les zones 30 km/h qui se multiplient pour aller chercher ses enfants à l’école où pour aller travailler dans le confort d’une voiture contre un coût de 4 euros environ au 100 km. Grâce aux nombreuses aides gouvernementales, je crois que c’est le meilleur moment pour l’achat d’une voiture électrique. Plus tard, avec la disparition déjà programmée des bonus et l’augmentation du prix de l’électricité destinée à compenser la perte des presque 40 milliards de taxes rapportés par le carburant fossile, ses prix seront certainement moins attractifs.  Bien que leur démocratisation entraînant des réductions des coûts de production des batteries, devrait compenser ceci par cela. 

 

 

 

Consommation de 17, 4 kWh aux 100 avec une autonomie restante de 107 km contre 192 au départ. 

 La protection latérale est plus visuelle que réelle se composant d’un simple revêtement adhésif  

L’avis des Petits Observateurs !

22 commentaires au sujet de « Dacia Spring 🇫🇷🔌🇨🇳 l’achat (très) malin »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. CBi

    Elle a bien des qualités, cette voiture, et puisque nous vendons des voitures en Chine, il n’y a rien à redire à ce que la Chine vende des voitures chez nous.
    Ce qui me pose plus question, c’est que le malus qui est imposé à ceux qui, comme moi, sont amateurs de grosses cylindrées certes peu écologiques mais fabriquées en Europe, soit réinvesti pour subventionner, à hauteur de 27%, excusez du peu, des productions extra-communautaires…

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      A l’autre bout du spectre tarifaire, je me suis laissé susurrer à l’oreille que certains constructeurs dégonflaient le prix de vente de leur auto vertueuse afin que le bonus écologique bénéficiant à l’acheteur soit optimum, pour mieux lui proposer ensuite un upgrade de fonctionnalités, déjà présentes dans l’auto mais dormantes, en toute franchise…
      Le monde est merveilleux.
      😉

    2. Mat Ador

      Vous connaissiez les hippodromes, les vélodromes, les cynodromes, les cosmodromes, les boulodromes et avez découvert tout récemment les vaccinodromes.
      Désormais il faudra également compter sur les baisodromes !

  2. Henri

    J’avais conduit une Dacia Kwid de location début 2020 en Afrique du Sud et en étais sorti assez bluffé par le rapport qualité prix. Certes moins aboutie que la Sandero, c’était une bonne découverte… d’autant plus qu’elle est assemblée en Inde.
    Ici avec sa soeur Spring, finie l’Inde pour laisser place à la Chine…. Que dire ? Que ce pays reste totalitaire, se fiche complètement de nos valeurs de démocratie, y compris bien sur ses piliers de justice, de liberté d’expression. Les récentes sorties de l’ambassadeur de Chine en France en sont une démonstration réelle.
    Donc non, ce n’est pas un achat malin car l’acheter c’est renforcer encore davantage ce pays qui n’est pas raccord avec les idéaux qui fondent la démocratie. Contrairement aux téléphones mobiles ou petits électroménagers qui sont quasi exclusivement assemblés en Chine, des alternatives existent à cette Spring avec des modèles électriques d’occasion sûrement plus confortables, mieux construits, plus performants…. et non assemblés en Chine.

    Répondre
    1. Henri

      Précision : en Afrique du Sud comme dans d’autres pays émergents, la Kwid et la Sandero sont badgées Renault et non Dacia.

    2. Carlos Ghosn

      Votre morale cocardière vous honore mais l’économie mondialisée galopante n’attend pas que vos idées prospèrent… En définitive cela revient à vous priver vous-même.
      Ceci dit, vous êtes libre.

    3. Henri

      Mais Carlos, l’économie mondialisée offre justement aux consommateurs des choix parmi les offres automobiles plus larges et c’est tant mieux bien sur.
      Ne vous méprenez pas, je défends l’industrie européenne et pas uniquement française. Je me réjouis quand Rossignol revient en Haute-Savoie pour fabriquer ses skis à l’image d’entreprises européennes qui en reviennent de la Chine et ses modes de fonctionnement qui mèlent des aspects archaïques, de domination, de dialogues quasi inexistants ; qui assemblent des produits de qualité très relative voire médiocre.
      Je ne me prive de rien, lorsqu’il est encore possible d’acheter européen, je fais ce choix y compris avec un surcoût, lorsqu’il est possible d’acheter français c’est encore mieux.
      Avec du temps, un peu plus d’argent il est vrai mais souvent au prix d’une qualité incomparable, on trouve des offres parfois méconnues qui sont des pépites (des Jeans Tuffery made in Lozère) et d’autres mieux connues dont nous pouvons être fiers (Fermob vous connaissez sûrement…).
      Bref, il existe mille façons de lutter contre une hégémonie chinoise. Question d’état d’esprit et de résistance aussi ! Vous avez raison, chacun est libre.

    4. Carlos Ghosn

      C’est un plaisir de converser avec vous cher ami.

      Mais ne tirez pas sur l’ambulance, après une saison blanche.
      Rossignol est un mauvais exemple, le groupe leader isérois n’a jamais fabriqué le gros de ses skis en Chine mais en Espagne et l’activité de Sallanches, depuis le rachat de Dynastar peu avant les J.O de Grenoble en 68, n’a fait que de décroître pour ne plus compter à ce jour qu’une poignée de salariés.
      Henri. Je ne saurai pas vous citer un groupe automobile d’envergure qui ne partage aujourd’hui, un yuan ne serait que pour un simple composant, avec un citoyen de cet immense pays que vous décriez et me vois de fait dans l’incapacité de vous orienter.

      Contrairement à vous, je crois profondément que commercer, multiplier les échanges avec un partenaire est un bien meilleur moyen de partager ensemble vos points de vue que de lui tourner le dos pour lui exprimer votre mécontentement. Fort d’une population de 1,4 milliard, le peuple de la République Populaire de Chine est, savez-vous, très friand de culture européenne et particulièrement française. Ne retournez pas cet atout considérable contre vous-même.

      Si vous trouvez qu’il n’y a pas assez de protection en France ou en Europe dans la répartition du travail, si vous pensez que concentrer la production mondiale dans un endroit de la planète nuit à la bonne santé de celle-ci, voyez avec vos dirigeants après tout vous être en démocratie, mais n’en voulez pas à ceux qui ont faim de réaliser ce que vous fîtes il n’y a pas si longtemps de cela…

    5. Henri

      Ravi aussi Carlos !
      La relocalisation de Rossignol est une très belle histoire. 250 000 skis sont fabriqués en Haute-Savoie (300 000 en cible avant la C19) vs. 350 000 en Espagne….. Ce sont env. 150 salariés et environ 60 CDD en saison haute ! Je ne pense pas que c’est l’épaisseur du trait ; un emploi est un emploi !
      Au delà la relocalisation l’usine a effectué une mutation pour être compétitive et au final, gagner en productivité, réduire ses stocks. Autre point positif, l’entreprise a besoin de personnel qualifié, pour le moulage notamment et pour un assemblage complexe de plus de 20 éléments. Cette relocalisation est vertueuse : elle maintient des savoir faire tout en modernisant les process industriels, elle a besoin de compétences de jeunes bien formés et qui reçoivent une formation interne spécialisée, elle développe évidemment toute une économie autour de cette usine avec quelques sous-traitants et bien sur maintient de l’activité locale basée sur la vie au quotidien des salariés et leurs familles… Les élus savoyards ne vous diront pas le contraire !
      Le problème avec la Chine, ce n’est pas son peuple, c’est son pouvoir. Un fonctionnement archaïque où règne la terreur, qui déploie un tracking des citoyens avec des notes à la clé qui classent chaque personne… (un Envoyé Spécial sur ce sujet est édifiant)…
      Chacun est libre et défendre l’industrie en Europe est noble cause qui est tout à fait compatible avec un commerce mondialisé et bien sur des industries en Asie, en Amérique, en Afrique (l’usine Dacia de Tanger est une réussite environnementale exemplaire).
      Au sujet de la Spring… c’est cocasse de vanter un VE donc sans émission de CO2 alors que son transport de Chine en Europe émet de nombreux polluants : oxyde d’azote (NOx) et de soufre (SOx), favorisant les émissions de particules fines et utrafines… sans compter la dégradation des mers à commencer par la si belle Méditerranée ultra fragile. Evidemment le shipping est moins polluant que le fret aérien mais l’accélération du shipping Asie – Reste du monde A/R est puissante.
      CQFD : Vive la Renault Zoé ! (ce soir il y en a 370 à vendre sur un site bien connu qui coûtent moins de 10K€ et moins de 30K km)….

  3. Guillaume D.

    Je ne vois pas en quoi le fait que la Dacia est fabriquée en Chine est choquant. Je préfère ça qu’un constructeur suédois quiy fabrique son hair-de-gamme là-bas pour le revendre à prix d’or ou qu’une marque bavaroise qui y fabrique son iX3 !

    Par contre, carton rouge pour les pneus chinois qui ne valent pas grand chose (bons derniers dans les tests comparatifs ! Ça, c’est honteux et choquant : des économies de bout de chandelles alors que Dacia aurait pu faire l’impasse sur des équipements de confort pas indispensables sur une citadine… mais c’est sûr que ça n’est pas aussi vendeur. Autant, je trouve cohérent de perdre des points à l’euro’n’cap pour des béquilles électroniques, mais comme il n’y a pas d’évaluation des pneus, tout le monde s’en fout alors que ça reste quand le principal organe (le seul en contact avec la route) qui permet d’éviter le pire… mais bon, ce n’est pas grave, il n’y a jamais de rapport là-dessus lors d’un accident, trop compliqué de regarder l’usure des pneus et la pression de gonflage, c’est tellement plus simple de dire que c’est de la faute de la vitesse !!!

    Répondre
  4. Thierry

    Juste comme ça …… les anti Chinois en dessous ???
    Etes-vous les mêmes qui applaudissaient au passage d’une Honda Jazz ?

    Répondre
  5. Antoine

    Quand vous leverez les yeux de vos Smartphones et que tous les panneaux seront en chinois, vous verrez, si l’achat était si malin !

    Répondre
  6. Bionel

    Il y a une autre option sur le haut de gamme : le chargeur rapide Combo CCS 30 kW) à 600 euros.

    Pour l’augmentation du prix de l’électricité ça m’étonnerait. Ca sera plutôt au niveau du véhicule et de son usage s’il y a besoin de lever de taxes sans pénaliser les autres utilisations de l’électricité.

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Dacia enclenche la 2.
    Après le coup de génie de Schweitzer la seconde révolution low cost est en route. Par la grâce de l’électricité la voiture à 5 000 Dollars débarque, enfin…
    Le paradoxe du véhicule minimal, juste suffisant, empli de son bagage écolo, viendra au premier accroc lorsque l’expert nommé le jugera économiquement irréparable…
    Entre-temps, tout un pan de l’économie local se sera effondrée…
    L’histoire se répète toujours deux fois :
    la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.
    Karl Marx

    Répondre
    1. Mat Ador

      Il est certain que passé un certain seuil, un prix trop bas fait du produit un vulgaire consommable, jetable après usage, ce qui va à l’encontre du but recherché par le bonus octroyé.
      Mais on est plus à un paradoxe près…

  8. GUILLAUME

    Vaut mieux acheter une Micra fabriquée à FLINS que ce veau qui ne présente pas toutes les garanties de sécurité active avec ses pneus chinois et sa puissance insuffisante pour dépasser en sécurité!

    Répondre
    1. Thierry

      Tiens selon AutoMoto hier, et leur vidéo, tenue de route limite équivalente à une Clio …. moche pour votre expertise professionnelle !

  9. Classico

    Même pas besoin d’attendre l’invasion des constructeurs chinois : nos propres constructeurs (aujourd’hui Dacia, demain Citroën avec le DS9) s’y emploient. Trop forts les Français quand même !!!

    Répondre
    1. Classico

      PS : En considérant d’ailleurs Dacia comme français, ce qui n’est pas vraiment exact mais son appartenance au groupe Renault nous le laisse parfois croire