Souvenirs d’Autos (316) En Traction, on rentre toujours à la maison !!

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Notre ami Alain qui nous avait envoyé un fabuleux souvenir (https://www.petites-observations-automobile.com/2020/04/souvenirs-dautos-275.html) persiste et signe !

Le Mercredi 26 Février 2003, je reçois un SMS de mon ami Philippe : « un ami vend une Traction 7C de 36 restaurée. À bon entendeur… ».

Il faut dire que celui qui est maintenant un ami, un frère, était certain que mon épouse et moi allions réagir vu qu’il nous avait mariés dans la sienne ( terminée de restaurer en mécanique une semaine avant le mariage)… Et il savait bien que Stéphanie et moi étions littéralement amoureux de cette auto avec ses lignes intemporelles… Une 36 en plus, une avant-guerre des premières années de fabrication…

Le lendemain, prise de rendez-vous avec le vendeur… Ça commence pas mal : l’auto est à quelques kilomètres de chez nous à Alex dans l’Ain (nous habitions en banlieue de Lyon). Et 3 jours après, nous sommes allés la voir et avons craqué.

Retour à la maison, appel au banquier quelques jours plus tard pour lui expliquer que nous allions acheter une voiture. D’occasion ? Oui, oui, elle a 67 ans… En même temps, c’était notre premier achat en commun (Normal : quand on s’est connus avec mon épouse, chacun avait son appart donc on avait 2 cafetières, 2 lits, 10 casseroles)…

Crédit validé, chèque édité et nous voici partis quelques semaines plus tard mon épouse, Philippe et moi-même pour aller récupérer l’auto.

Retour par la route, la belle roule comme un charme, tourne parfaitement rond, roule et freine droit. Bref, une auto qui était régulièrement utilisée et qui ne posait pas de problèmes particuliers… Une fois revenus à la maison, un petit restaurant tous les trois (en Traction bien entendu) et le Bonheur bagnolard a fait son œuvre.

Quelques semaines plus tard, décision fut prise d’aller faire un tour avec « Miss Alex » (c’est désormais son nom) pour la montrer à un membre de la famille lui aussi tractioniste. Il est vers Voiron. 80 kilomètres, ce n’est pas si loin que ça de la maison et puis de toute façon, « En Traction, on rentre toujours à la maison »…

Nous voilà donc partis tous les deux avec mon épouse, fiers de notre belle auto qui file sur les départementales. Pas de Philippe cette fois-ci car il était en déplacement familial mais on pense à lui quand même en lui envoyant quelques SMS avec photos…

Une fois arrivé, tour de la voiture avec Jean-Paul (le fameux tractioniste) qui la trouve toute belle et admire le fait qu’elle tourne rond. Mais bon, quand même, « vous n’avez pas peur de faire des kilomètres comme ça avec une auto que vous connaissez à peine ». Oui c’est vrai Jean-Paul mais tu le sais bien « En Traction, on rentre toujours à la maison » …

Allez, le café, un morceau de gâteau et on ne va pas tarder de rentrer car début Avril, la nuit n’arrive pas très tard.

Nous voilà sur le retour tous les deux, toujours le sourire aux lèvres, toujours à remercier les gens qui nous font coucou et à faire signe aux autos qu’on croise. Bon, j’avoue, qu’on se la joue quand même un peu… Et puis la lumière baisse un peu alors on allume les codes. Ah oui, c’est vrai que les phares jaunes en 6 volts ce n’est quand même pas super puissant. Mais on s’en fout, on est en week-end et dans notre Traction alors il ne peut rien nous arriver. À nous non. Mais à la dynamo…

D’un coup, l’aiguille de charge tombe et l’éclairage baisse d’intensité… « Qu’est-ce qui se passe ? » « Rien chérie juste un fil qui a dû se débrancher ». Arrêt, ouverture du capot et recherche du fameux fil qui a dû se débrancher… Bah il est bien caché car là, je ne le trouve pas !

Alors on va appeler Philippe lui qui sait tout… Impossible de le joindre, répondeur direct. Et pendant que le temps passe, la lumière continue de baisser. Décision est prise de faire confiance à la voiture (« on l’aime, elle le sent alors elle ne va pas nous laisser ici comme des cons »), à la batterie (si si regarde, elle est toute propre, elle doit être neuve et elle va tenir) et à la fameuse pub d’époque… Vous savez, celle qui dit « En Traction, on rentre toujours à la maison »…

Je reprends donc la route. Je roule sans feux lorsqu’il n’y a personne et me souviens de mon service militaire où l’on nous entrainait les nuits sans lune à rouler sans aucune lumière sans tomber dans le bas-côté…

Tiens, je n’entends plus ma femme, elle dort ? Non elle est toute pâle, les yeux grands ouverts et je sens comme une tension… Quand je vois des lueurs de feux d’une voiture arrivant en face, j’allume les codes pour que l’on me voit. Et quand je les vois dans le rétro, je n’allume que les veilleuses pour ne pas trop consommer d’électricité… Je suis même vachement content que mon auto soit plus haute car leurs phares m’éclairent la route par-dessous ma voiture.

Et c’est ainsi que par moment on bénit les personnes ayant eu l’idée d’éclairer des portions de route et que l’on aimerait d’un coup qu’il n’y ait que des villages les uns à la suite des autres sur ces petites routes de campagne…

On a fini par prendre des grandes routes dès que l’on a pu et terminé notre périple sur le contournement Est de Lyon qui est éclairé. Nous n’avions donc pas besoin de nos feux mais il ne fallait pas tomber en panne non plus…

Arrivés à la maison en pleine nuit, les yeux rouges comme un lapin atteint de myxomatose et une fatigue nerveuse intense, j’ai appelé Philippe pour lui dire que l’on était bien arrivés et que s’il avait nos messages, il ne fallait pas se faire de soucis.

Et là, le téléphone s’est mis de suite à sonner « Allô c’est Philippe, ça va les amoureux, ça s’est bien passé votre balade ? Je suis certain que vous vous l’êtes pété avec votre belle Traction !  Quoi le répondeur ? »…

La suite, ce fut la difficulté de trouver une personne qui sache rembobiner une dynamo car il était hors de question de modifier quoique ce soit ou de moderniser une auto qui marche très bien.

Et depuis, il y a eu plein d’autres balades, seuls ou en groupe, proches ou plus loin…

Elle est même venue avec nous l’année dernière dans les Alpes pour faire une « Sortie des Cols » avec La Croix de Fer, le Glandon, le Lautaret, le Mont Cenis, le Télégraphe et sa majesté le Galibier…

Donc vous voyez bien : « En Traction, on rentre toujours à la maison »…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

20 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (316) En Traction, on rentre toujours à la maison !! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alain P.

    Bonjour et grand merci pour ce joli texte et ces belles photos.
    J’ai connu la même mésaventure avec ma 11 B.
    Bon c’était de jour, pas de soucis, mais le lendemain l’auto n’a pas démarré… Dynamo refaite, plus aucun problème. ..
    Une autre fois il y a quelques années, en 2cv de nuit, effectivement c’est plus angoissant…
    Amitiés Citroënistes
    Alain

    Répondre
  2. Alain VOISIN

    Quel Honneur…
    Tous mes remerciements Mon Commandant pour avoir partagé ce moment bagnolard…

    Merci également à tout le Monde de vos réactions auxquelles je vais tenter de répondre.

    Ju44 : Comme vous, son côté rescapée lui apporte un charme fou et je trouve aussi ce bi-ton merveilleux tout comme d’autres dans cette période de production d’avant guerre qui lui vont effectivement très bien. Ce n’est pas nouveau chez Citroën : André Citroën avait pour volonté que toutes les parties de carrosserie ayant un rapport avec le châssis soient noires.
    Neufcentdixespada : Comme vous l’indique Chapman et Mat Ador, il s’agit bien de la gare TGV de l’aéroport Saint Exupéry . Et je trouve que ce mouvement d’ailes rappelle fortement le mouvement de l’avant des ailes avants de la Tracbar. Ce ne fut pas simple de la garer là avec absolument personne sur le parvis : j’ai « profité » que les gendarmes soient présents pour cause de visite du Premier Ministre de l’époque… « Bon OK (sous entendu « vous nous saoulez »), rentrez vite avec votre voiture faites votre photo et dégagez tout de suite sinon on va avoir des problèmes »… Juste après avoir terminé, je gare l’auto devant. Le Premier Ministre arrive avec son entourage, regarde la voiture de loin, me sourit et me lève le pouce ce qui a fait retourner tout le staff… C’est qui le patron ????
    Alain Turbé groizard : Merci et sachez que cette envie fut la mienne durant très longtemps et je me disais que je n’aurai pas les moyens, pas le temps pas le…. Et j’ai franchis le pas… Le budget d’une Traction dépend déjà de ce que vous voulez faire avec et ce que vous avez en tête : si c’est juste pour rouler de temps en temps et vous faire plaisir avec cette ligne intemporelle, il faut partir sur des modèles plus récents des années 53 à 57 avec leur malle bombée. Et là, une auto roulante et en bon état devrait se trouver entre 8 et 12.000 euro en prenant le temps de la chercher (mais le plaisir c’est aussi ça : la chercher et l’attendre). La mienne (sur un coup de bol) est une auto plus rare car étant d’avant guerre (1936) avec son moteur, sa coque et sa boite d’origine, son intérieur d’origine mais une carrosserie extérieure à reprendre. Elle est donc dans des budgets plus élevés mais cela est du à son coefficient de rareté uniquement. Elle est d’ailleurs bien moins agréable à conduire qu’une Traction « récente » (sic) qui est autrement plus douce et plus moderne.
    Rémi Fasol : Merci !
    Chapman : J’ai aussi un « déplaçoir » moderne. Mais il porte bien son nom et ne me déclenche pas autant de sourire que mes « tacots ». Eux ont une âme, une histoire (comment ma Traction ou mon AC4 ont réussies à traverser une guerre mondiale et être là ?) et le sourire des gens quand on passe ça n’a pas de prix !
    Nabuchodonosor : J’ai cette chanson en MP3 sur mon mobile et il m’arrive pour rigoler de la mettre dans un de mes tacots en roulant…
    Thierry : non ce n’était pas mieux avant, pour moi c’était juste différent. Les autos modernes ont quand même des qualité indéniables à commencer par un confort de conduite qui permet de faire des centaines de kilomètres et arriver sans fatigue ou avec un dos plus ou moins en vrac… Même s’il est vrai qu’en DS (la vraie), ce n’est plus la même chose mais elle a 20 ans de moins… Par contre, du moment ou l’on tire la tirette du démarreur, l’aventure commence…
    Pierre : C’est fou comme le Monde est petit… Je suis quasi certain que c’est effectivement lui car l’auto dans cette combinaison de couleur est assez rare pour dire que ce serait étonnant qu’il y en ai 2 sur Alex…
    Georges : de pire il n’y eu pas. Du moins pas cette fois-ci… Je ne tiens pas à raconter le week-end charmant prévu en Relais et Châteaux avec mon épouse et que l’on devait faire avec Miss Alex… Qui a décidé de couler une bielle pendant le trajet… Oui, j’avoue, sur ce coup là, je ne faisais et ne fais toujours pas le malin… Heureusement le bloc n’a pas cassé et j’ai donc toujours une auto en « matching numbers » dixit Citroën avec leurs recherches historiques.
    Georges Piat : aucun risque : « En traction on rentre toujours à la maison »… Bon OK, parfois… avec l’histoire juste au dessus…. Mais c’est l’exception qui confirme la règle !
    Caouine : Ah oui mais non : juste un fil débranché c’est pas marrant 🙂 !!! Surtout quand on le trouve et qu’on a tout pour réparer… J’aime beaucoup le look « différent » des Panpan… Mais j’ai toujours du mal avec la sonorité du moteur… Et dans mon métier (fabrication artisanale de plaques d’immatriculation), je les aime un peu moins avec leurs plaques d’immatriculation qui ne sont jamais droites ou standard… Mais là aussi, cela fait leur charme…

    Juste pour vous, une des plus belles histoires vécue avec cette auto : j’ai participé avec Miss Alex et mon épouse au défilé du cinquantenaire de la libération de la ville de Bron (banlieue de Lyon). A la fin, je me retrouve garé juste en face de la Mairie. Mon épouse et moi même étions en tenue d’époque pour être raccord avec la manifestation. Arrive un couple d’anciens. Le papy expliquait à son épouse que « c’était les même ». Et il me demande s’il peut s’assoir sur l’aile avant pour montrer quelque chose à sa femme. L’auto n’étant pas en état concours, je le lui autorise (et il était tout maigre donc pas lourd). Et voila qu’il s’assied sur l’aile avant, face à la route avec les jambes de chaque côté du phare.Il nous explique alors que durant la guerre, il était dans la résistance. Et qu’il se mettait comme ça avec sa mitrailleuse pendant que la voiture roulait et il tirait sur les allemands quand ils en voyaient…. J’ai pris une claque en pleine tronche car je me suis rendu compte que cet homme était un héros inconnu… Je ne sais pas ce que mon auto à vécu durant la guerre mais lui l’avait vécu en vrai… J’ai encore beaucoup d’émotions quand j’en parle car ce monsieur nous avait mis les larmes aux yeux à nous qui faisions les malin avec notre bagnole et nos bouts de tissus pour « faire comme si »… Tout d’un coup, l’Histoire avec un grand H venait de se matérialiser…

    Bref, cette auto est toujours à nos côtés. Elle va prochainement avoir une belle remise en état carrosserie pour qu’elle continue encore longtemps à faire la maline… Et j’espère bien lui fêter ses 90 ans… Sans doute avec un nouveau tour des Alpes que l’on a adoré et qu’elle a fait sans aucun problème (même pas drôle) alors que pour l’ascension du Galibier (plus de 2600 m) avec 25/28 °C, je n’en menais pas large avec mon épouse, tous les bagages de 3 semaines de vacances et le chat dans son panier qui regardait, tranquille, le paysage :-).

    Merci encore à tous et prenez grand soin de vous et de vos proches.

    Sans doute certainement surement inéluctablement voire inévitablement à très bientôt : le Monde bagnolard est si petit…

    Alain

    Répondre
  3. Ju44

    Ah la Traction, une icône illustre, une gloire de l’automobile française… Et de savoir que celle-ci est de 36 et à survécu à la guerre, ça lui donne un côté pièce d’exception, une crédibilité certaine pour démontrer de sa fiabilité et de son histoire exceptionnelle.

    Et le magnifique coloris bi-ton lui sied à merveille !

    Répondre
    1. Chapman

      C’est la gare TGV de l’aéroport Saint Exupéry (ex Satolas) de Lyon.
      Et c’est effectivement très spectaculaire et pas totalement opposé au dessin intemporel de la Traction.

    2. Mat Ador

      Magnifique œuvre due à un disciple de Gaudi, chantre de l’architecture organique : Santiago Calatrava.
      A la croisée des années 80 et 90 j’étais encore étudiant en archi. Il faudrait retrouver cela sur le web, car la Halle faite d’acier était à l’origine prévue en béton comme tout le reste de l’ouvrage… Ces ailes atrophiées en acier noir n’étaient pas à l’origine du dessin de Santiago. Il a depuis eu l’occasion de conjurer cette dichotomie par la réalisation de la gare de Ground Zero, faite tout d’acier blanc et qui s’inspire très nettement de celle de Saint Ex’.

  4. Alain Turbé groizard

    Quel chouette récit !
    Comment je vous envie d’avoir une aussi belle traction … je m’imagine à votre place, je me lèverais la nuit pour aller la voir 😀
    Véridique !!
    Et aussi le plaisir de la bichonner, de l’entretenir avec passion, de rencontrer grâce à elle des gens fabuleux …

    Sans vouloir être indiscret, combien peut valoir une traction en bonne état comme la votre ??

    Répondre
  5. Chapman

    Merci pour cette excellente histoire Alain. En Traction on rentre à la maison mais il y a un sentiment d’aventure en prime. Pour des raison différentes et beaucoup moins anxiogènes j’ai moi aussi roulé sans phares en Citroën (voir SDA numéro 107 la DS au clair de lune).
    Je traine par les routes de l’Ain aussi mais je suis rentré dans je rang et roule en moderne aseptisée. Mes yeux sont toujours à l’affût d’une belle d’autrefois et mon cœur bat la chamade sur les modèles qui ont bercés mon enfance.
    Il n’est pas dit que dans quelques années je ne bascule pas à nouveau….

    Répondre
    1. Mat Ador

      Tout comme la Traction d’André Citroën, les chansonniers font partie du patrimoine de la France éternelle si chère à notre Président…
      Je me souviens de l’air de « L’enterrement » de Ricet qui avait quelques similarités avec le générique des Globe-Trotters si chers à notre Commandant.

  6. Pierre_

    Habitant à 2km du village d’Alex, situé sur la départementale reliant Nantua à Oyonnax, je voyais ces années là chaque weekend, une Traction, la vôtre sans doute, dans la court de ce monsieur. Il y avait aussi je crois une 4cv.
    Je passe régulièrement par Alex encore aujourd’hui mais depuis quelques années on ne voit plus d’ancienne chez ce passionné.
    Une aventure qu’on n’oublie pas, c’est sûr.
    Merci Alain.

    Répondre
  7. caouine

    Bonjour
    J’ai eu la même panne en panhard, et de nuit; alors que des coupures d’allumage commençaient à se produire, j’ai trouvé la panne : fil débranché !
    En panhard, je suis aussi rentré à la maison .

    Répondre