RCZ 🇫🇷 3 lettres qui rugissent encore chez Peugeot

 Par Patrice Vergès . Produite de 2009 à 2015 à 67 195 unités, la RCZ n’est pas une Peugeot comme les autres déjà par son sigle où le zéro au milieu brillait par son absence bien qu’étroitement dérivée de la 308.

Philipe roule depuis 3 ans au volant de ce RCZ 200 THP série spéciale Magnetic équipée du pack Black qui teinte de noir sa calandre et ses arches en alu.  » Je la voulais noire en version 200 ch qui me semblait être le meilleur compromis entre la 156 ch et la  R de 270 ch trop radicale et trop dure pour mon dos. »

Épuisée en 48 heures seulement

Il y a près de 40 ans que je connais et apprécie Philipe qui a débuté dans la presse automobile avant moi dès 1972, lorsqu’il était étudiant à la fac en se faisant prêter les voitures par les concessionnaires. Au cours de sa vie, il a possédé plus d’une centaine d’autos ; de la S800 Honda en passant par la Porsche S90, Fiat 124 Sport, Mini Cooper S jusqu’au Boxster 2,7 l juste avant d’acheter cette RCZ fin 2017.

 » Je savais que la RCZ était quand même moins excitante que ma Porsche Boxster mais c’était un meilleur compromis au quotidien. Et puis, j’appréciais sa ligne et aime bien changer de voiture.  J’ai eu la chance de dénicher ce modèle 200 ch de fin 2014 dans un état exceptionnel avec seulement 35 000 km ».

Pour les rares lecteurs de POA qui connaissent mal la RCZ, voici un bref rappel de sa courte vie. Dévoilée au salon de Francfort 2009, issue d’un concept-car montré deux ans plus tôt, la première série limitée de 200 RCZ fut vendue en 48 heures seulement bien que Peugeot annonça qu’elle ne serait pas commercialisée avant neuf mois !  Comment ne pas craquer devant les formes de cette voiture se caractérisant par le double bossage de son toit s’inspirant des formes des Zagato des fifties ainsi que ses arches de pavillon.  Son design lui valut de remporter de nombreux prix autant en France qu’à l’étranger avec celui de plus belle voiture de l’année 2009.

Lancée fin 2009, dérivé d’un concept-car réalisé sur la base de la Peugeot 308, la RCZ   a séduit surtout sur son physique

Sous cet angle, on apprécie bien la double courbure du toit, la lunette arrière qui la poursuit réalisée en polycarbonate teintée. Le becquet de malle est rentré (photo Nicolas Delpierre) 

La RCZ reprenait la planche de bord de la 308 CC agrémentée d’une montre centrale. Le pack Sport comprend un volant plus petit et un levier de vitesses raccourci

On reprocha à la RCZ de reprendre l’instrumentation de la 308 se distinguant tout de même par un fond de cadran différent (photo Nicolas Delpierre) 

De 156 à 270 ch

Si on doit donc à Jérôme Gallix la paternité de la RCZ, son dessin est attribué à Boris Reinmolle sous la direction du regretté Gérard Welter. Elle fut sous-traitée chez Steyr à Graz en Autriche au rythme de 15 000 par an pour une prévision totale de 60 000 voitures.

Elle était réalisée sur la base de la 308 légèrement modifiée. Au départ, elle ne fut offerte qu’avec le 1,6 THP de 156 ch ou en   diesel deux litres HDI FAP délivrant 163 ch. En 2010, apparut la version 200 ch toujours animée par le même moteur bénéficiant, cette fois, d’un turbo type Twin Scroll qui lui apportait des performances de plus haut niveau avec 237 km/h et 27,5 secondes aux 1000. Comme celle de Philippe.

Dans le but de redynamiser ses ventes en 2014 et surtout d’accroître son image de véritable sportive comparée à l’Audi TT, une version encore plus méchante baptisée R fut lancée dont le moteur était poussé à 270 ch. En 2015, le nouveau directeur de PSA, Carlos Tavarés annonça qu’il allait abandonner les modèles de niche. Il fut décidé d’arrêter la production de la RCZ à la fin du contrat signé avec Magma Steyr.  Au total, 67 195 RCZ ont été fabriquées (dont 3 540 RCZ-R) jusqu’à septembre 2015.

Sur cette version, le petit 4 cylindres de 1600 cm3 THP (Très Haute Pression) gavé par un turbo, annonce 200 ch contre 270 pour la version R bien plus sauvage 

On distingue les arches en alu de couleur noire sur la pack Black et le subtil déhanché de l’aile mordant sur la vitre arrière latérale (photo Nicolas Delpierre)

La RCZ de Philippe est équipée de très beaux sièges gris foncé tendus de cuir Nappa.

La finition Magnetic était chaussée d’agréables jantes de 19 pouces en 235 de large

 » Dommage que Peugeot l’ait arrêtée »

Malgré ses 12 ans d’âge, la RCZ est esthétiquement toujours actuelle surtout la phase 2 à la calandre redessinée.  Ce qui fait regretter à Philippe qu’elle n’ait pas continué à être produite en adaptant certaines technologie plus modernes (phares led, moteur 308 GTI, boîte auto 8 rapports) apparues depuis chez PSA.   » Son seul défaut est venu du service après-vente Peugeot défaillant qui n’a pas détecté une panne du faisceau électrique allumant, à tort, le voyant moteur qui l’a immobilisée deux mois pour cause d’une pièce indisponible.  En revanche, la tenue de route est formidable, les freins puissants, le confort honnête bien qu’un peu ferme avec les 19 pouces. Le moteur est suffisamment tonique avec en plus une sonorité agréable et une faible consommation qui ne dépasse pas 6,5 à 7,5 l suivant l’usage sur les 22 000 km parcourus avec. C’est un achat que je ne regrette pas du tout. Si Peugeot, l’avait fait évoluer, j’en aurais certainement acheté une autre ».

Philipe aime changer souvent de voitures et songe à revenir à une Porsche Boxster de 3eme génération, évidemment en motorisation 6 cylindres. « Le tarif du malus et des assurances me freinent un peu. Mais quand j’entends le flat-six chanter, l’envie prend le dessus. J’en connais une belle qui appartient à l’un de nos copains journalistes de la région Lyonnaise. J’aimerais bien lui racheter ». Michel, si tu nous lis !

Philippe, journaliste automobile, a possédé plus de 100 voitures dont plusieurs Porsche (photo Nicolas Delpierre)

Ceux qui s’intéressent à la RCZ, trouveront son histoire dans ce livre et 12 autres (de la 404 à la 604 en passant par le 206 CC et 406 coupé) qui sortira le 31 mars prochain

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « RCZ 🇫🇷 3 lettres qui rugissent encore chez Peugeot »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Phlac

    Super caisse, tellement bien dessinée. Un crime de lui mettre sous le capot un Diesel de chauffeur de taxi. Le 200 ch essence lui va parfaitement pour profiter de son châssis. Évidemment un témoin récalcitrant qui s’allumait inutilement a imposé un changement de faisceau électrique (800 €) et l’immobilisation de la voiture pour 2 mois, la succursales ne disposant pas de la pièces détachées. La voiture ayant 3 ans, pas de prise en charge pour ce vice caché, le service clientèle se dédouanant du mauvais fonctionnement de son électronique et renvoyant la faute sur le client. Honte au service clientèle qui a fini par offrir un bon de 400 € sur la prochaine panne du véhicule!!! La direction générale ayant été aussi solidaire de son service clientèle, j’ai préféré me séparer du RCZ (avec regret) et de Peugeot (avec soulagement, bien que le service Presse soit un modèle d’efficacité, de professionnalisme et de gentillesse) . On se rappelle aussi les problèmes électroniques insolubles rencontrés sur 1007 et maintenant c’est au tour des tableaux de bord tête haute de 2008 de jouer interlude. On sait pourquoi la garantie Peugeot n’excède pas 2 ans, alors que la concurrence est à 5, 7 et même 10 ans!

    Répondre
  2. Verbeck

    Bonsoir oui une voiture formidable que j’ai depuis 2010 , mais dommage qu’elle ne soit pas fiable et franchement je n’ ose plus faire avec de long parcours de peur de tomber en panne , et Peugeot qui refuse de reconnaître certains défauts pour une voiture de 39800 euros un scandale

    Répondre
  3. DEVILLE

    Une super auto qui m’a donné beaucoup de plaisir.
    Je la regrette, mais ne peut m’en prendre qu’à moi même ; en effet, une allemande est venue la remplacer…

    Répondre
  4. Brice

    J’avais proposé à notre cher président de venir présenter ma phase 2 mazout ! Tellement de chose à dire sur cette voiture atypique et cool au quotidien.

    Répondre
  5. Cédric

    Je possède la rcz 270cv depuis 1 an et demi aucun soucis,assez confortable si on laisse la pression des pneus les 2.3 bars devant et 2.1 derrière comme indiqué ,avec des pneus dunlop sport maxx tres bon et surtout pas de bruit contrairement aux goodyear .Que du bonheur. Consommation 9à 10 L en conduite sport .

    Répondre
  6. Claudeve

    Je possède une RCZ-R depuis 9 mois, un beau bébé qui m’apporte beaucoup de satisfaction.
    Économe si j’appuie pas sur l’accélérateur, une bombe quand elle monte brutalement dans les tours. Ca pousse de 1500 tours/mn à 6500 tours/mn sans faiblir. Attention aux radars si l’on veut garder son permis.
    Un intérieur chic et soigné une silhouettes qui ne passe pas inaperçue, un grand coffre.
    Je l’ai acheté après le premier confinement après avoir bien réfléchi pendant celui ci. Je me suis fait plaisir ça a été mon remède anti COVIT. UNE FOLIE QUE JE NE REGRETTE PAS.
    Une marque francaise c’est une voiture d’exception, que je pense garder longtemps.
    Entièrement satisfait de coupé de rêve….

    Répondre
  7. REBEYROL Jean-Francois

    J’ai acquis en 2019 une RCZ 163HDI affichant 30000km depuis que du bonheur cette « beauté me donne la banane » dès que je prend le volant et que dire du capital symphatie lorsque l’on descend ou croise d’autre auto »sympa ». Allez M. Peugeot refait nous une « voiture plaisir »

    Répondre
  8. Neufcentdixespada

    Je fis à son bord en juin 2016 quelques dizaines de kilomètres en compagnie d’une très jolie jeune femme qui me faisait visiter des maisons en vue d’un achat… le père Neufcentdixespada ,fraîchement divorcé, se dit: houlaaa si on voit le docteur dans le bourg dans une caisse pareille ,et si bien accompagné ,ça va jaser!! …je fus vite ramené a la réalité de ma cinquantaine approchante en montant (enfin en descendant) dans l’auto quand la conductrice me demanda si ma souplesse me permettait de m’inserer sans problème dans le cockpit…. bon on arrête les digressions, et le souvenir que j’ai gardé ,c’est surtout un effet tape -cul assez prononcé ,j’ai même eu très peur ,car j’étais en attente de la livraison de ma 308 gt ,dont la monte pneumatique était similaire (bon ,les réglages de suspensions n’avaient heureusement rien à voir avec celle du coupé). Une tres belle auto ,qui , a mon avis ,a mieux vieilli que la concurrente Audi TT produite à cette période

    Répondre
  9. Ramsès II

    J’ai possédé une RCZ 156 et 200, actuellement j’ai une R. La RCZ c’est une belle voiture ça attire le regard acuse de sa jolie ligne, elle a 10 ans mais ça démode pas , c’est un régal de rouler en voiture RCZ

    Répondre
  10. Pierre_

    Je l’ai vu enfin de près il y a 3 ans quand un collègue de boulot s’offrait le modèle 156ch.
    Blanche, elle est superbe.
    La boîte à vitesse lui causa un temps quelques ennuis.

    Répondre
  11. François P

    J »ai toujours bien aimé le RCE, très agréable à mener avec le thp200 qui lui va très bien, souple, élastique et rageur dans les tours. Le châssis est très homogène, vivant mais jamais piégeux.
    Un petit coupé très talentueux à la vie trop courte sacrifié sur l’autel de là rentabilité car l’avenir est pour les deplaçoires électriques sans âme produit en grande quantité. Reste de belles occasions pour prolonger le plaisir

    Répondre
  12. PhareOuest

    J’adore le Peugeot RCZ, sa ligne sculpturale et atypique caractérisée par son pavillon à double bosselage est sublime. Mais il n’y a pas que le plumage, le ramage est aussi de haut niveau chassis/moteur . Dommage qu’il est été sacrifié sur l’autel de la rentabilité…..

    Répondre
  13. Philippe

    J imagine la rcz avec la plateforme de la 308 actuelle. Waou. Ou alors une rcz avec une base nouvelle 308 2021.
    Dommage d avoir abandonner. C etait un vehicule image et ils ont depasse les objectifs de vente.

    Répondre
  14. Chapman

    Ah oui, j’avais beaucoup aimé cette RCZ et son trois quart arrière magnifique. Un peu déçu toutefois par la face avant trop grande série à mon goût et manquant de cohérence avec le reste.
    À part ça, je ne suis jamais monté dedans, ni en conducteur, ni en passager et je le regrette bien. Je n’ai connu personne qui en ai possédé une.

    Répondre
  15. Mat Ador

    Au risque de décevoir tous les afficionados du RCZ, j’ai toujours trouvé son dessin disgracieux.
    Le cockpit est trop avancé sur le moteur qu’il comprime pour ne pas dire qu’il écrase, qui rend cette impression que tout le poids se porte à l’avant, que l’auto va pivoter son seul train avant et qui, par voies de conséquences, allège démesurément le train arrière qui semble ne plus servir à rien… Une répartition des masses visuelles que ne renierait pas une propulsion à moteur central, mais qui ne sied pas en l’occurence à une traction. Inutile que j’y ajoute ces éléments de grande série repris à la 308, comme les feux, la planche de bord…etc.
    Mais ne vous froissez pas, il ne s’agit que de mon opinion.

    Répondre
    1. Chapman

      C’est drôle Mat, c’est justement ce forward cab qui m’avait séduit.
      😉
      Ce sont ces petites disgrâces qui font la personnalité d’une auto parfois.

    2. Mat Ador

      A propos, le cab forward est un terme qui je crois nous venait des locomotives à vapeur dont on avait inversé la cabine et la chaudière, celle-ci se trouvant alors derrière. Puis le terme fût utilisé pour les camions dont la cabine était placée sur le moteur (cas actuel en Europe). Appliqué à l’automobile, il fût ensuite galvaudé, ne désignant plus qu’un cockpit légèrement avancé dont le parebrise tombait sur le compartiment moteur…

    3. W@n@iR

      Opinion partagée! J’ai toujours eu l’impression que cette voiture avait été dessinée à moitié. Donc absolument pas fan du tout. Par contre, pour avoir conduit une THP 200 et avoir été passager d’une R 270ch, j’en garde un très bon souvenir. De nos jours elle garde pour elle son côté atypique et ses performances archi respectables!

    4. Nabuchodonosor

      Architecturalement parlant, je ne vais pas vous la faire à l’envers Mat, votre analyse est pertinente.
      Mais quand on voit le sourire de Philippe, qui a dû en essayer quelques unes dans sa carrière, on se dit que la lionne doit distiller un plaisir non feint.
      😉