Peugeot 508 PSE 🇫🇷🏁 « c’est un peu comme une Porsche !? » dixit Cédric

L’avis des Petits Observateurs !

11 commentaires au sujet de « Peugeot 508 PSE 🇫🇷🏁 « c’est un peu comme une Porsche !? » dixit Cédric »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Piston

    Beau reportage, comme toujours chez POA.
    Pour avoir aussi eu le plaisir d’essayer ces deux versions ( berline et break sur route et circuit) j’avoue toutefois ne pas partager votre enthousiasme. Peugeot sait toujours faire des chassis et c’est tant mieux. Pour l’ esthetique (pour moi un peu « too much ») et les plastiques mousses a coeur, je laisse chacun se faire son idee, mais pour la partie mecanique, c’est vraiment terne. La poussee reste timide et on se demande ou sont passes les 360 cv.
    C’est tristement lineaire, sans ame et dans un bruit de seche- linge, bref pas le moindre frisson.
    Et si le tranchant de la direction est reel, tout comme l’absence de eoulis, le nez elargit rapidement la trajectoire. Le poids se fait alors sentir et elle devient, a la limite, assez brouillonne. Et les freins sont vraiment trop peu endurants si l’on cherche a jouer un peu.
    Une bonne GT dans un survetement trompeur qui peu satisfaire le quidam un peu geek, pas du tout le pilote en herbe.
    Si il y a une satisfaction….l’absence de malus…
    Enfin, Michel Vaillant risquerait d’etre bien decu…

    Répondre
  2. Nabuchodonosor

    Michel Vaillant et Steve Warson se rendent au Mans à la poursuite des Geeks 2.0 du Team Leader (ex Team Gengis Khan) qui se sont emparés des toutes nouvelles Vaillantes à la Kryptonite, mises au point par le savant Lex Luthor pour Stellantis, pour les emporter dans la citadelle et les disséquer afin d’en dérober les secrets industriels et en faire profiter les lentes et faillibles automobiles du groupe Leader…

    Heureusement il reste deux Vaillantes encore inviolées dans les boxes. Harnaché de la tête aux pieds, en tenue de combat, Michel Vaillant sort du paddock dans l’une des Vaillantes, le voilà prêt à en découdre. Pendant ce temps, Steve Warson, courre encore à travers les stands à la recherche de la seconde Vaillante qu’il ne tardera pas à rejoindre.

    C’est parti mon kiki. Les deux compères filent maintenant sur la piste le pied au plancher à la poursuite de leurs ennemis. Ils viennent de déposer la voiture de sécurité sans même un regard approbateur. La courbe Dunlop est avalée plein gaz dans un bruit de jeux vidéo qui semble émaner des hauts parleurs. Qu’importe, la tension est à son comble, agrippé au volant, Michel se sort du pif-paf de la chicane en redressant de main de Maître la Vaillante, qui venait de lui envoyer un méchant coup de raquette. Derrière, Steve, l’œil injecté de sang, exulte, il s’amuse comme un gamin. Mais la joie ne sera que de courte durée. Menées à ce train d’enfer les deux Vaillantes ont tôt fait d’épuiser leurs réserves de batteries, il leur faut se rendre à l’évidence, bientôt ils ne disposeront que de la moitié de la puissance.

    C’était sans compter sur le génie de Lex Luthor et de la kryptonite qui prend alors le relais. Les trois cent soixante bourrins sont toujours là. Yehaah ! Le droite de La Chapelle n’est qu’une pure formalité. Et hop ! Le gauche du Musée est réglé à la corde dans un crissement de gommes étourdissant… « ça motrice de folie » s’exclame Michel sous sa cagoule. C’est sûr, à ce rythme ils ne tarderont plus à rejoindre les comparses de Bob Cramer, caché sous les traits du sémillant Olivier Pages.

    En transe, Steve pianote sur l’écran central à la recherche de la moindre appli qui lui permettrait de grappiller quelques précieuses secondes alors que Michel, en plein délire, se prend soudain pour un pilote de 911. Lex Luthor n’aura pas eu le temps de les prévenir. Ce sont sans doutes là les premiers effets indésirables de la kryptonite qui se font ressentir.

    Aux S bleus, tous gyrophares dehors, la voiture de sécurité est de nouveau là, devant eux, mettant ainsi fin à cette folle cavalcade… Mais diable où sont passés les autres ?
    Pour le savoir : Abonnez-vous à POA. La suite très très bientôt pour de nouvelles aventures… Bonne nuit les petits. Faites de beaux rêves…
    😉
    Nabu envoyé spécial sur le Bugatti

    Répondre
    1. Neufcentdixespada

      Vous étiez le scénariste caché de Jean Graton? Bon ,notre Juju en Steve Warson ?… va falloir sortir le coupe -chou et la teinture blonde!!! Ps ,les meilleurs albums de Michel Vaillant sont pour moi ceux où apparaît le charismatique méchant (le Leader) ,ses sbires(Bob Cramer et l’autre ) ses démoniaques autos rouges et sa belle descendante ,la sublime Ruth… rendez moi ma jeunesse s’il vous plaaait!!

  3. Philippe

    Merci Julien pour la petite demo batterie vide car on n a entendu tout et son contraire sur cette voiture.
    Je me doutais bien qu elle gardait du rab de batterie comme un hybride classique.
    Seulement batterie vide vous taperez pas un tour de circuit avec les 360ch car pas assee de recup d energie mais sur une journee de conduite normale vous utiliserez cette puissance que quelques minutes.
    Dommage d avoir limité le choix couleur (gris noir ou blanc) et aucun choix d interieur. Le cuir rouge est magnifique.

    Répondre
  4. François P

    Surtout bien rester derrière le leader…. Bon à cette vitesse la on ne peut pas tester grand chose… Reste la magie du Mans surtout avec le casque pour rajouter la petite touche qui va bien…
    C’était bien, bel amusement

    Répondre