Quel avenir pour les voitures de collection face aux restrictions de circulation ? La FFVE nous répond

Quel avenir pour les voitures de collection face à la mise en place progressive des ZFE (zones à faibles émissions) qui vont sans doute interdire l’accès de certaines villes aux véhicules les plus anciens ?  

Pour le savoir POA est allé à la rencontre de Jean Louis Blanc, président de la Fédération Française des Véhicules de Collection, qui nous éclaire  sur les enjeux des ZFE et la place du patrimoine des véhicules de collection en France ( Auto, moto, camion, char, tracteur, deux roues, ….). Jean Louis Blanc réponds aux questions de Renaud Roubaudi. 

La FFVE œuvre activement depuis  plus d’un an  à la création d’une dérogation  spécifique face aux restrictions de circulations pour les voitures immatriculées  en carte grise collection, c’est-à-dire un véhicule âgé de plus de 30 ans dans son état d’origine et réservé exclusivement à un usage de loisir. 

Chiffres et exemples à l’appui, la FFVE explique notamment le rôle mineur de la voiture de collection en termes de pollution de l’air et l’effet contre productif qu’aurait une telle décision de les bannir des villes. 

A ce jour rien n’a encore été décidé, les textes réglementaires devraient être votés courant 2021, mais la FFVE a bon espoir d’avoir été entendue par les maires, les départements, les régions et les parlementaires pour mettre en place une vignette spécifique aux véhicules de collection leur permettant de rouler en ville pour un usage de loisir. .

Obtenir une attestation pour le certificat d’immatriculation en collection

En regardant cette interview vous aurez la réponse aux questions suivantes

Qu’est ce qu’une ZFE précisément ? 

Quel est son objectif ?

Qui décide de mettre en place une ZFE et pourquoi ? 

Qui en définit les règles ?

Quel est le calendrier de mise en place ? 

Comment obtient-on une carte grise collection et quels en sont les avantages et les inconvénients ?

Quelle est la mission de la FFVE ?

Quel est le poids économique du marché de la voiture de collection ?

Quel avenir pour les voitures de collection  face aux ZFE ?

Comment cela se passe-t-il en Allemagne ?

Quel avenir pour les véhicules “normaux” de moins de 30 ans, notamment les youngtimer ?

Les diesels peuvent-ils être immatriculés en collection ?

et si oui  pourront-ils bénéficier de la dérogation envisagée ?

L’avis des Petits Observateurs !

33 commentaires au sujet de « Quel avenir pour les voitures de collection face aux restrictions de circulation ? La FFVE nous répond »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. CBi

    C’est pas gagné…
    Voici ce qu’a posté hier sur Twitter Mme Laurianne Rossi, députée des Hauts-de-Seine (si c’est votre circonscription, vous pouvez lui écrire), questeure de l’Assemblée Nationale et membre de la commission Développement Durable, en réaction à l’éventualité d’une tolérance pour les véhicules de collection dans les ZFE :
    « les automobilistes dont la voiture (essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001) ne peut plus circuler dans la #ZFE seront ravis… Ils n’auront plus qu’à racheter une voiture de plus de 30 ans (définition du véhicule de collection). Polluante, bruyante et… dispensée de contrôle technique. »

    Répondre
  2. FAB 22

    Lorsque Monsieur ou Madame tout le monde vend en tant que particulier un véhicule d’occasion, il n’y a pas de taxe en cas de plus-value. Bien entendu, ce genre de cas de figure n’arrive que très rarement, pour ne pas dire jamais. Sauf dans le cas des véhicules de collection. Mais ceux-ci font par contre l’objet d’une taxe sur les plus-values. Explications.

    Statut fiscal du véhicule de collection
    Contrairement aux voitures normales, les voitures anciennes avec plaques vintage sont considérées comme des objets de collection. Leur fiscalité est donc régie par les articles 150 VI à 150 VM du Code général des impôts. En cas de plus-value, elle est taxée.

    Définition d’une voiture de collection du point de vue du fisc
    La définition fiscale du véhicule de collection est assez large. Elle reprend les véhicules suivants :

    Les véhicules qui ont une carte grise de collection
    Les véhicules de plus de 30 ans qui ne sont plus produits et qui sont dans leur état d’origine
    Les véhicules d’exception (véhicules fabriqués pour la compétition et qui ont remporté des prix)
    Fiscalité voiture de collection : les taux d’imposition et exonérations
    Cela dit, la vente d’une voiture de collection avec plus-value ne débouche pas automatiquement sur le paiement d’impôts. 3 cas de figure débouchant sur une exonération permettent de céder son véhicule ancien sans payer un centime d’impôts :

    Lorsque le prix de cession de l’old timer est inférieur à 5.000 €
    Si c’est un musée qui acquiert le véhicule, peu importe le montant
    Si le propriétaire possède la voiture depuis plus de 22 ans, justificatif à l’appui

    Répondre
  3. duFF

    Merci Monsieur le Président pour cette interview tant attendue et menée de main de maître. Il y a des avantages et des inconvénients à passer en carte grise collection, et du coup des pour et des contre. Reconnaissons toutefois à monsieur Blanc qu’il semble bien connaitre son affaire, la clarté de ses propos et le dynamisme de son association. Je salue notamment ses efforts pour la formation professionnelle car comme le dit Renaud, avant de trouver une vieille auto il vaut mieux trouver celui qui l’entretiendra…

    L’effet de seuil des 30 ans (si je ne m’abuse autrefois de 25 ans) n’était jusqu’à récemment que de peu d’importance. Cela devient évidemment plus gênant aujourd’hui avec les ZCR puis ZFE qui veulent donc que des voitures « récentes » et d’autres assez « vieilles » aient le droit de circuler mais qu’un « entre deux » (qui du coup concerne les young timer) soit interdit. Avant d’avoir 30 ans tout objet (et toute personne…) doit nécessairement avoir eu 15, 20 ou 25 ans… Doit-on remiser ces autos avant de les ressortir quand elles seront suffisamment vieilles ?!
    Mais il fallait bien fixer une règle, une voiture ne peut être de collection en sortant du concessionnaire… et les seuils sont largement répandus dans nos vies quotidiennes, notamment dans le domaine des impôts… Je l’ai réalisé récemment à mes dépens en découvrant bêtement qu’un parking est considéré comme une dépendance de la résidence principale s’il est à moins d’un kilomètre de celle-ci. Tout content d’avoir trouvé un emplacement sympathique pour une de mes « anciennes » à seulement 900m de chez moi, je me vois donc assujetti à la taxe d’habitation pour 100 petits mètres de marche à pied gagnés…

    Juste une petite précision concernant le certificat de conformité de la FFVE : ce n’est évidemment pas gratuit, de l’ordre de 75 euros si ma mémoire est bonne. Et, pour le même prix, l’on n’est pas obligé de passer par eux, la plupart des grands constructeurs voulant protéger leur patrimoine ayant des services compétents pour délivrer ce certificat. La FFVE étant un peu « engorgée » en 2018 lors de l’acquisition d’une belle Citroën GS (je suis vert, j’aurais aimé l’amener place St Georges et je vois que je viens de me faire doubler !), j’ai fait appel à « L’Aventure Peugeot Citroën DS » qui contre quelques photos, numéros de châssis et moteur, m’a délivré le précieux certificat en quelques jours.

    Répondre
  4. Fabrice

    Bonjour attention un véhicule en carte grise de collection sera taxé au dessus de 5000 Euro d’une plus value en cas de vente . C’est à dire qu’une jaguar de 30000 euros sera taxé sur 25 000 Euro .
    Cette taxe de plus value disparaît au bout de 22 ans avec le même propriétaire. Je pense que c’est important de le dire .donc pour moi pas de carte grise de collection.
    Cordialement

    Répondre
    1. Michel80

      Soit, mais comme écrit plus haut, un véhicule est considéré « de collection » pour le fisc dès lors qu’il a plus de 30ans est n’est plus produit.
      Et ce quelque soit la CG…

  5. ALAIN VAUTCRANNE

    je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il faille rapidement juguler nos émissions polluantes, certes, mais cette réflexion mérite d’être posée au niveau planétaire et les solutions à venir également. Alors quand aurons-nous une vision réaliste des émissions polluantes par habitants et par pays….les gains immédiats et les plus rapides apparaitront naturellement…et quoiqu’on dise un des curseurs le plus efficace sera un jour, très prochain, de contrôler la croissance galopante de l’espèce humaine qui devient numériquement et intellectuellement de plus en plus déraisonnable. Je sais que ces propos impopulaires, pour l’instant, ne font pas l’unanimité mais mère nature trouvera la solution de régulation qu’elle applique déjà aux autres espèces de notre planète: conflits de territoires ou d’alimentation, prédations ou guerres, épidémies, dégénérescence de l’espèce….revenons à nous moutons, nos autos anciennes chéries, plutôt que de les censurer de nos routes pourquoi ne pas aider et conseiller leurs propriétaires pour les rendre plus vertueuses et plus « politiquement correctes ». En améliorant leur rendement, donc leur consommation, en améliorant leur entretien avec un réseau ou un label qui les orienterait vers des professionnels adaptés, en motivant des équipementiers, des pétroliers, des réseaux ou mêmes des constructeurs. Les intégristes du tout origine rechigneront peut-être un peu mais ce serait un moindre mal….

    Répondre
  6. Jean-François BERTRAND

    Il y a toujours quelque chose que je ne comprends pas dans les démarches actuelles de la FFVE quant aux véhicules de collection même si je les remercie et les admire pour l’énergie qu’ils dépensent à essayer de nous sortir de mauvais pas.
    Il y a des bagnoles qui ont à peine 10 ans et sont déjà des voiture de collection même en CGN, de part leur rareté ou tout autre chose.
    Dans la mesure où elles sont assurées en VEHICULE DE COLLECTION, elles subissent de facto les même restriction de circulation qu’une voiture dite de « Collection » de plus de 30ans c’est à dire non utilisation professionnelle ou pour les trajets travail sauf cas exceptionnel où votre daily est en panne mais en prévenant au préalable votre assureur et ce avec un nombre de jours maxi (6 jours? A vérifier). En ce qui me concerne je fais en moyenne à peine 1500 kms par an avec ma voiture de collection de 1997, donc en CGN, et qui est assurée en tant que telle depuis que je l’ai acheté c’est à dire il y a un peu plus de huit ans. Je l’utilise donc depuis tout ce temps avec les même restriction qu’une voitures de collection de plus de 30 ans.
    Pourquoi donc serait-ce la FFVE qui devrait via la CGC delivrerait cet Aussweis plutôt que les assureurs lorsque la voiture est assurée en COLLECTION étant donné que c’est ce contrat qui en définit l’utilisation donc les restrictions induites?????
    Celà résoudrait la question des yougtimers et permettrai aux propriétaires de quelques voitures que ce soit de toujours continuer à avoir le choix entre une CGC ou CGN.
    Et puis franchement on est typiquement dans le paradoxe administratif franco-français avec ce genre de truc: une voiture de 29 ans est 364 jours n’est pas une voiture de collection????
    C’est comme les vignette Crit’air, pour reprendre le modèle que je possède qui est de mars 97. Il est en tout point identique à celui produit au 31 décembre 1996. Ce dernier ne peut pas avoir de vignette, le miens est en Crit’air 3 avec au milligramme près les mêe niveau de pollution………….

    J’dis ça….

    Répondre
    1. CED

      Bonjour,
      A bien y réfléchir, si l’on considère que 50% des microparticules provient des pneus, des plaquettes et de la route.
      Si l’on considère les 10 a 18 tonnes de CO2 que coûte un véhicule neuf…
      Une conclusion s’impose = la ZFE est essentiellement au service des constructeurs automobiles. Merci le lobby pseudo ecolo qui manifestement ne comprends pas grand chose, Ni a l’écologie, ni a l’economie et que dire de la sociologie et du peu de cas du citoyen qui n’a qu’à s’écraser s’il ne peut pas s’offrir une Tesla,

  7. JM

    En quoi un véhicule en CGN serait plus polluant qu un véhicule en CGC.!
    Si ce sont les politiques qui vont statuer pour créer une vignette pour circuler, je ne vois pas pourquoi je passerai par la FFVE pour m en acquitter,en m’obligeant à passer en carte grise collection.
    Abus de pouvoir….

    Répondre
  8. Gégé

    Écologie, sachant qu’aucun constructeur ne parle du recyclage des batteries, de l’extraction de la matière première et dans quelle condition (Enfants). Les paquebot à quai en Normandie dans l’attente de pour polluer nos Océans à nouveau pour la simple bonne raison le Fric. Idem pour la voiture Électrique (recyclage et sachant que niveau consommation pour les Hybrides rien que du vent ) Bravo les Écologistes du Gouvernement.

    Répondre
  9. Dominique COUDRAY

    Je suis comme beaucoup choqué de la méfiance manifestée à l’encontre des vielles autos.
    Personne ne doit oublier que le niveau technologique des voitures d’aujourd’hui n’est que le fruit des améliorations faites sur les anciennes,
    Sans elles et les ingénieurs qui les ont conçues, où en serions nous ?
    Allez, messieurs les technocrates, soyez lucides et reconnaissants, les souvenirs d’hier génèrent ceux de demain.
    Dominique COUDRAY

    Répondre
  10. DUGOIS claude

    Bonjour
    Collectionneurs de motos mythiques cbx cb four et autos .
    A quoi sert d’allouer des budgets énormes pour les pyramides et autres fouilles de lhistoire de l humain pour ensuite interdire le passé auto moto. Comme disait Aznavour,la nostalgie, ce n’est pas de la mélancolie,c’est de la mémoire. Si l’on ne sait pas d’où l’on vient,on ne sait pas où l’on va.avec les mobil home a roulettes d’aujordhui en plastique;les indiana Jones du centre ville sont aveugles. .vive les crétins de demain.
    Claude technicien poids lourds, bus ,autos, motos ,pilote ,circuit,batteur.

    Répondre
    1. Touringske

      Effectivement, mais pourquoi justement comparer avec l’archéologie et la conservation du patrimoine architectural ? Il n’y a pas d’exclusive entre ces domaines et on peut très bien défendre l’un et l’autre. En plus, s’il y a bien des domaines sous-financés de manière scandaleuse, ce sont ceux-là. Il suffit de compter le nombre d’incendies causés par des circuits électriques vétustes, de cambriolages par manque de gardiennage, de dégâts des eaux pour toitures en ruines, … Choisissons plutôt l’union que la division et constatons en bloc que les témoignages du passé, sans exclusives (châteaux, bateaux, trains, voitures, outillage, vêtements, chaumières, vélos, églises, avions, …) sont systématiquement les parents pauvres de notre société quelque peu aveuglée par le strass qu’on lui vend à la place du progrès véritable et désorientée par les défis que nous avons à relever. Roulons, volons, marchons, extasions-nous … tant que cela reste possible.

  11. LUISETTI

    Ernestine
    Nous avons entre autre une 356 de 1959 avec CARTE GRISE NORMALE, contrôle technique RAS, si on suit votre raisonnement, pour continuer à rouler occasionnellement, nous devons obtenir une attestation FFVE pour avoir une carte grise collection, donc plus besoin de contrôle technique , car avant 1959.
    D’où cette voiture n’est plus considérée de collection sans la CGC, et de quel droit, elle ne pourrait plus circuler en CGNquand, la même en CGC va pouvoir le faire SANS CONTROLE TECHNIQUE OBLIGATOIRE
    Elle est où l’incohérence ?

    Répondre
  12. Totophe

    Comme vous tous ici , je pense , suis passionné je roule très occasionnellement avec mon renault goelette pour aller à la déchèterie, et ma ds le week-end, pour me faire aussi plaisir .
    Si c est pour les laisser plus tard dans le garage faute de tros de restrictions, autant ne plus garder ce patrimoine et de collectionner des miniatures .

    Répondre
  13. Bernard CHANDOR

    Possesseur de plusieurs véhicules de collection (30 à 60 ans d’age) en carte grise normale et devant effectuer un contrôle technique tous les deux ans, je suis étonné que l’on cherche à nous empêcher de les utiliser avec pour pretexte que ces derniers polluent. Ces véhicules qui représentent la trace de notre patrimoine technologique ont autant de valeurs qu’un vieux monument.
    Où est la pollution lorsque nous parcourons moins de 2000kms par an ?
    Un collectionneur qui s’interroge sur ces nouvelles restrictions…

    Répondre
  14. AGEDE

    Nous les européens faisons tout le nécessaire pour que la planète soit propre. Nouvelles mentalités, union mondiale des pays pour lutter contre les pollutions, déchetteries, désherbants, véhicules hybrides et électriques, éoliennes, avions et véhicules consommant moins et antipollution…
    À l’opposé, quelques pays industrialisés refusent de signer cette charte des pays propres; notre bateau France a été démantelé au Bengladèch par des ouvriers travaillant pieds nus dans les huiles des moteurs, l’Espagne qui produit des fruits et légumes  » biologiques  » dont les normes ne sont pas les mêmes que les nôtres, les pays d’Amérique du Sud vivant sans aucune norme, les pays d’Afrique vivant à l’âge de pierre traditionnellement…
    Et nous, nos véhicules achetés à prix d’or, jouets pour grands enfants, traces du passé, preuves de notre patrimoine, dont nous aurions la possibilité de les rendre propres bien sûr, comment vont ils être considérés.

    Répondre
  15. ques

    J’aime la liberté, j’aime pas la paperasse, j’ai une BX de 32 ans, elle est pas rutilante, le CT est ok quasi vierge, je vais parfois au travail avec, à la déchetterie ou au golf, j’y met mon vélo, je la passerai pas en collection, je la vendrai ou la mettrai à la casse quand on m’interdira de rouler avec. C’est quoi ce truc une voiture de plus de 30 ans on peut pas rouler au quotidien avec ? Enfin, Mr le président !

    Répondre
  16. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Interview très intéressante de Monsieur Jean Louis BLANC qui sans jeu de mot , enfin si quand même un peu, a été très clair dans son discours.
    En tant que possesseur d’une voiture non encore éligible au titre de véhicule de collection à cause de son âge et dont je prends grand soin, j’ai été sensible à l’esprit d’ouverture de la FFVC.
    J’avoue que j’avais un petit appriori sur cette organisation que je pensais plutôt sectaire. Elle est intéressante cette préoccupation des véhicules en devenir d’être éligibles à la carte grise collection.
    Il est vrai que toute voiture est potentiellement en devenir de collection , et il y peut être encore plus de mérite à enmener un véhicule hors collection jusqu’au graal de la lettre H plutôt que d’en adopté un déjà baptisé ancien.
    POA devrait recevoir le cordon de la légion d’honneur de la bagnole de la part FFVC.
    Pascal.

    Répondre
    1. Pascal DeVillers

      Correctif:
      Interview très intéressante de Monsieur Jean Louis BLANC qui sans jeu de mots , enfin si qu’en même un peu, a été très clair dans son discours.

  17. Nabuchodonosor

    1 – Sachant que le Chevalier Bagnolard est quelqu’un qui affectionne et bichonne sa voiture, juré, craché.
    2 – Que le Chevalier Bagnolard lui donnera ses bons soins chaque jour que Dieu fait, ce quelque-soit la météo ou l’humeur de sa belle-mère…
    2 – Qu’il se tiendra toujours prêt, au premier claquement de doigt du Gouvernement, à venir la présenter sous le Pierrot de la Place Saint Georges et passer à la postérité devant la France éternelle médusée par tant d’amour et de beauté.
    3 – Que s’il doit malheureusement par un jour funeste se séparer de son auto la mort dans l’âme, le Chevalier Bagnolard saura lui trouver successeur qui s’engage sur le champ a en être et lui prodiguer autant de soins que son prédécesseur ne lui aurait apporté lui-même.
    4 – Que le Chevalier Bagnolard ne se déplace jamais sans sa nénette rangée dans sa housse certes, mais toujours à portée de main prête à combattre à ses côtés le moindre grain de poussière rebelle.
    5 – Sachant enfin et surtout que le preux Chevalier Bagnolard est soit abonné Illoutioube, admirateur du Plastique Moussé, adorateur de Secret de Disa-igne, fanatique du Souvenir d’Auto, dingue du Ministre des autos de Collections, soit tout simplement fervent folle-au-vert de tout ce qui roule, du SUV au Jung-taillemeure sans distinction de race ou de sexe.

    Portant serment de ma main droite levée, l’autre main apposée sur les Saintes écritures des croisades poadiennes de Monseigneur Roubaudi 1er, moi Nabu petit observateur je requiers :

    1 – Qu’une plaque d’immatriculation spécifique portant en entête les trois initiales P.O.A en caractères gras soit frappée et distribuée en remplacement de l’autocollant idoine à chaque Chevalier Bagnolard digne de ce nom suivant la définition ci-dessus, ce pour chacune de ses autos cela va de soi.
    2 – Que cette plaque de police spécifique serve au Chevalier Bagnolard de laisser-passer, de sauf-conduit et lui permette évidemment de circuler sans restrictions aucunes sur la voie publique et d’y stationner gratis selon son bon vouloir et aussi longtemps qu’il lui plaira, y compris à Paname intramuros n’en déplaise à qui vous savez, Sainte-Anne priez pour nous.
    3 – Qu’enfin et surtout cet insigne inhibe les radars, les flashes et autres dispositifs pernicieux déployés par la maréchaussée, de sorte que le Chevalier Bagnolard puisse jouïr pleinement de sa liberté retrouvée et voler au secours au gré de son envie auprès de tout automobiliste, motard, routier méritant qui lui paraîtrait sympathique.

    Ainsi exposé il sera gravé dans le marbre au pied du Pierrot de la Place Saint-Georges au jour 1 de l’an 1 du nouveau monde de l’ordre de la confrérie des Chevaliers Bagnolards éternels, je lève mon verre et le porte au frontibus, au nasibus, au mentibus, au ventribus, au sexibus et glou et glou et glou…
    😉
    Nabu 1er Consul
    #GoPOA

    Répondre
  18. MF67

    Excellente interview !

    Je suis plutôt favorable aux ZFE, dans la mesure où la question de la qualité de l’air est inévitable aujourd’hui. Pourtant, à la fois grand amateur de voitures anciennes et citadin, je serais assez embêté si l’on ne peut plus rouler avec nos vieilles autos dans les grandes villes, même si cela reste un usage relativement limité. Sur ce sujet, le travail de la FFVE est assez formidable, et il faut le saluer.

    Souhaitons toutefois une règlementation nationale plutôt qu’une palette de réglementations spécifiques à chaque intercommunalité concernée, bien plus complexe.

    Répondre
    1. Sébastien

      Je suis d accord sur le sujets de la qualité de l air mais quand ont voit le reportage sur les énergies dite vertes ca fait vraiment peur car au final la pollution et juste masque en Europe et la pollution augmente ailleur pour extraite les matières premières. De plus que va ton faire pour le recyclage des batteries. Et que va devenir le réseau électrique en France ? Car des qu il fait un peut froid EDF nous demande de moins se chauffer alors comment ça va se passer quand il y aura un majorité de véhicules électriques?

    2. Massias Joël

      Bonsoir tous j essaie de me mettre en relation avec la ffve ,impossible de les avoir part mail ou part téléphone, si une personne a des renseignements pourriez vous me les communiqué jmassias@yahoo.com merci d’avance

  19. Mat Ador

    Excellent reportage Président. Un grand merci également à Monsieur Blanc de la FFVE pour sa disponibilité et son exercice de vulgarisation réussi haut la main.

    Toutefois, à la lumière de la foultitude galopante d’écueils subis par nos autos afin de les rendre inaptes à circuler dès leur naissance, j’ai le sentiment que le monde politique tourne quelque-part le dos à de vraies prétentions écologiques pourtant dûment arguées…

    C’est un euphémisme de dire que nos véhicules d’aujourd’hui roulent à grande vitesse vers leur caducité dès leur première immatriculation. Outre la vignette Crit’air, les zones ZCR, les nouvelles zones ZFE, les taxes et malus divers évolutifs suivant le taux de CO² et bientôt le surpoids, le Contrôle Technique à dates et j’en oublie sans doutes, l’environnement économique qui dépend de l’automobile (constructeurs, concessionnaires, assureurs, SAV…etc.) ne se préoccupent guère de l’obsolescence de leur produit car ils n’y ont bien évidemment aucun intérêt. Or, semble-t-il, la pollution se mesure aussi aux matières extraites et transformées ainsi qu’à l’énergie colossale mise en œuvre pour produire ces autos, les vendre, les recycler et finalement les détruire…

    Combien de temps ou combien de kilomètres ou le savant mélange des deux, un véhicule, certes moins efficient à neuf que sa descendance, demeurerait néanmoins mieux-disant en terme de pollution globale compte-tenu de son impact moindre durant la partie de son existence vécue en tant que non roulant ?

    Une réponse précise à cette question peut amener à réviser la définition actuelle de la notion de Collection.

    A vous lire.
    Cordialement.

    Répondre