Souvenirs d’Autos (314) 🚕 le Taxi Chloroforme de José Artur

Par le Commandant Chatel. C’est le grand Patrice Vergès qui m’a « dealé » cette histoire, découverte dans l’autobiographie de José Artur. Pour les plus jeunes, José Artur était l’animateur de France Inter qui doit avoir au compteur une des émissions les plus longues de l’histoire de la radio mondiale : 40 ans !!

 

Ce soir-là, José Artur sort de la Maison de la Radio à Paris et prend un taxi (une vieille 404).

José Artur s’amuse toujours à lancer les taxis sur le thème : « la sécurité ». Il ne le sait pas encore, mais il va être servi !!

Le taxi lui raconte qu’il a été agressé deux fois et qu’il a dû donner toute sa recette de la journée (dans les années 70, tout le monde payait en liquide).

Mais, on ne le reprendra plus, car il a tout prévu !

1/ Il dispose de quatre mini-rétroviseurs dissimulés autour des pare-soleil et ça lui permet d’épier ses passagers en toute discrétion.

2/ Grâce à son gendre étudiant en médecine, il a placé derrière la banquette quatre seringues remplies d’un « très puissant » soporifique qu’il peut déclencher grâce à une petite pédale cachée sous son sur-tapis en caoutchouc !

José Artur, toujours très rigolo commence à rire jaune. Il demande au chauffeur comment il sait que ce soporifique est si efficace ?

Et le chauffeur de lui raconter en fanfaronnant qu’il y a quelques jours, il a pris en charge deux touristes japonais, et que suite à un soubresaut il a déclenché sa « banquette à injection » et qu’il a dû laisser les deux malheureux sur un banc où ils ont dormi pendant 3 heures !! (il était repassé vérifier quand même…)

José Artur, la peur au ventre, demande au taxi de stopper « juste là » ! Il a oublié qu’il avait un rendez-vous urgent dans ce quartier.

Il prend ses jambes à son coup et file sans demander son reste !

Merci cher Patrice Vergès. Tu es un king !

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

7 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (314) 🚕 le Taxi Chloroforme de José Artur »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Georges Piat

    Elle est bien bonne celle-là, surtout quand on se souvient du côté un peu effronté de l’animateur ce qui donnait d’ailleurs tout le piquant du Pop !
    Petite pensée pour Pierre Lattès qui sélectionnait, avec si grand talent, les disques du moment.

    Répondre
  2. Chapman

    Super histoire, bravo. C’est vrai que les taxis peuvent raconter un paquet d’histoires extraordinaires sur leurs passagers mais nous pouvons également en dire long sur nos aventures parfois dantesques sur leurs banquettes arrières.
    Une courte, qui me revient d’il y a une quinzaine d’année. Vivant en province depuis longtemps je monte à la capitale une fois l’an pour visiter la famille et les amis. Je débarques gare de Lyon et monte dans le taxi qui m’est désigné par une sorte de régulateur. D’un naturel sensible et perceptif je ressent immédiatement la haine du chauffeur à mon égard. Je lui donne ma destination, place du Panthéon et la voiture démarre. Je tente une petite conversation anodine sur le temps….. Silence assourdissant.
    Je connais très bien Paris pour y avoir vécu et beaucoup circulé. Une fois le pont d’Austerlitz passé, deux options: le quai Saint Bernard ou la rue Buffon.
    Et mon chauffeur qui s’engage tranquillement boulevard de l’Hôpital.
    Un rien grinçant, je l’avoue, je lui dit que la place d’Italie pour rejoindre le Panthéon est un itinéraire très très touristique et que malgré mon air provincial, je connais bien le quartier.
    Furieux il s’arrête le long du trottoir et me crie que si je ne suis pas content je n’ai qu’à descendre. Je m’empresse d’obéir en lui précisant qu’il peut s’asseoir sur les sept ou huit euros déjà présents à son compteur. Il s’en fout « tire toi connard » et démarre en trombe. Décidant de finir à pied je traversais le jardin des plantes le nez au vent et remontais par les rues de mon enfance retrouver maman.
    M…de c’est trop long! Coupez mon commandant, coupez !

    Répondre
  3. Thierry

    José Arthur …. ça va que ce n’est pas YouTube et la cloche abonnés, car à vue de nez, on a perdu 90% des Petits Observateurs !

    En tout cas l’histoire est cocasse !

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Piqué là où ça fait mal l’animal !
    Et Pop, dans l’club…

    On aimerait toutefois connaître la suite mon Oncle, qu’en fût-il rendez-vous manqué, est-ce que José s’est fait appeler Arthur ??

    On savait que la 404 fût la première auto à injection commercialisée par Peugeot, on connait dorénavant le modus operandi et surtout que ça se passait derrière, enfin dans le derrière…

    Ceci dit dommage que la marque au Lion n’aie pas persévéré dans la technique, car pour vacciner des millions de français aujourd’hui, le Sinistre de la Santé aurait pu lancer une opération le genre remake des Taxis de la Marne.

    M’enfin, y’a pas de pétards dans tous les cas on l’a dans le cul…
    😉
    Mes respects du vendredi.
    Nabuducul

    Répondre