Essai du Mercedes ACTROS 1845 🚚 Un camion bien plus évolué que nos autos (EP1)

Découvrez les subtilités de la conduite d’un camion tracteur (44  tonnes avec la remorque) en compagnie du petit observateur Sébastien, pilote instructeur chez Mercedes, qui nous présente son camion Tracteur Mercedes Actros 1845 (18 tonnes – 450 ch – 13 litres – 2021). A suivre vendredi la rencontre du Mercedes Truck Store qui entretien et re-conditionne des camions d’occasion.

L’avis des Petits Observateurs !

26 commentaires au sujet de « Essai du Mercedes ACTROS 1845 🚚 Un camion bien plus évolué que nos autos (EP1) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Thierry

    Quand j’ai passé mon permis « Lourd », c’était les cars, et le transport en commun vers qui toutes les innovations de confort se tournaient.
    Les temps ont bien changé c’est un plaisir que de voir ce type de véhicule et leurs équipements modernes.

    Répondre
  2. Stéphane CVS

    Merci pour ce reportage très intéressant. Cela permet d’appréhender quelque peu cette profession souvent décriée mais ô combien indispensable !!!! Je regrette les quelques commentaires de certains qui font preuve d’étroitesse d’esprit, si ce type de reportage ne leur convient pas, rien ne les oblige à regarder. Merci et go POA !!!!

    Répondre
  3. duFF

    Ça fait 20 ans que j’ai quitté l’industrie du PL et je suis impressionné par les aides à la conduite modernes dispo dans ces engins. Certes il y a 20 ans les routiers n’étaient déjà plus les forçats de la route des bons films des années 50 (revoir Gabin dans Gas-Oil ou Des gens sans importance) mais la technologie a depuis envahi les cabines. Autant les aides à la conduite sont souvent inutiles, mal comprises et parfois mal fichues sur les voitures de tourisme, autant là elles prennent tout leur sens. Sans parler des rétro caméras et énormes écrans intérieurs qui passent de gadgets sur Honda e ou Audi e-tron à vraie valeur ajoutée sur un PL (visibilité / sécurité et aéro / conso).

    Avoir ou non envie d’être chauffeur PL, peu importe, les « gros culs » font partie du monde des bagnolards. Merci à POA de nous faire partager aussi cet univers ; il aurait d’ailleurs été sympa de nous parler un peu plus de mécanique, de basculer la cabine… parce qu’un moteur de 13 litres c’est pas comme un 3 pattes daoune saïzé !

    Répondre
  4. Theodoric

    Pour une fois, on parle des formations en Lycée professionnel, des BAC Professionnels où les élèves ont une formation générale et spécialisée, 22 semaines de stage entreprise en 3 ans. Ce type de formation poids lourd existe dans toutes les régions, par exemple à Guer (près de rennes) pour les bretons.

    Répondre
  5. Jean-Michel KAGAN

    J’avoue je rêvais à 10 ans de devenir routier, super souvenir d’avoir été au volant d’un Stadair Berliet, mon copain du même âge dans un autre à côté à jouer à rouler, à l’arrêt, dans la cour de l’entreprise de son père.
    A quand l’essai du Semi Tesla ? A la fin de l’année ?Là, question techno et accélération, il faudra s’accrocher.
    Ravi de cette ballade en Mercedes.

    Répondre
  6. COMMANDANT CHATEL

    Bravo Sébastien et merci, les amis.
    Grâce à cet épisode une petite madeleine est revenue à ma mémoire.
    1978 ou 1979, un publi-reportage avec Max Meynier chez Volvo Trucks à Flins et…
    …je raconterai la suite dans Souvenirs d’Autos !

    Répondre
    1. Nabuchodonosor

      Vous m’ferez… Ah ouf j’ai cru que c’était parti pour un énième SDA Sauvage…
      Avec Max Meynier les Routiers sont Sympas !
      Meilleurs vœux mon Commandant !
      😉

  7. Bonnin Christophe

    Le métier de routier, c’est la liberté ? Vous êtes sûr ?
    Sinon, j’attendais le stationnement place Saint George ! Dommage.

    Répondre
  8. Dubby Tatiff

    Bonne idée. J’ai appris plein de choses. Je ferai à l’avenir (encore) plus attention aux camions en comprenant mieux leurs contraintes de circulation.
    10000 vues en 2 heures sur YT : On n’est pas à l’abri d’un succès historique !

    Répondre
  9. boxster.boy.paris

    Si l’un d’entre nous n’a jamais rêvé d’être chauffeur routier, qu’il le dise maintenant ou qu’il se taise à jamais !!!
    😉

    Répondre
    1. PhareOuest

      Je sais bien, mais ce n’est pas parce que c’est à la pointe de la tehcnologie PL ou agricole que c’est passionnant à regarder sur POAutomobile…déjà difficile avec les copiés collés des suv et autres parpaings de la production actuelle….. mais ce n’est que mon avis

  10. Chapman

    J’ai passé mon permis super lourd sur un Mercedes 1217. Donc en langage Mercos ça donne 12 tonnes de tracteur et 170cv de puissance. C’était un 38 tonnes deux essieux à l’époque. Mon souvenir c’était que quand on arrivait à 60kmh on ouvrait le champagne parce que c’était fastidieux.
    L’inspecteur qui m’a fait passer le permis m’a dit.
    -Ben dis donc, si tu livres du poisson, il ne va pas arriver bien frais.
    Il y a eu du progrès on va dire.
    🙂

    Répondre
  11. Mat Ador

    39 litres au cent ramené au litre de cylindrée cela ne fait plus que 3 litre au cent de conso ou 0,9 litres au cent par tonne déplacée…
    Sobre comme un chameau quoi, le truck !
    Merci à POA et à Sebastien de nous faire découvrir l’univers du P.L.
    🙂

    Répondre
    1. Fils de Pub

      C’est vrai que le rapport poids/puissance de 100 kg par cv (44 tonnes/450 cv) laisse pantois…
      A bien des égards ces poids-lourds semblent bcp plus efficients que nos bagnoles…

    2. Nabuchodonosor

      Mais ma parole… C’est l’champion de la ligne, le cador du volant…
      Pardon Mossieur, excusez ma curiosité, vous seriez t’y pas ensablé des fois ?
      Allez mon gars, en avant les pelles et les tôles. Faut aider son prochain. Beh qu’est-ce-que tu veux….
      C’est les misères de l’âge, hein…
      Faut faire semblant de s’apercevoir de rien… Le pauv’ Plouc, il a la vue qui baisse, alors y roule de plus en plus à côté de la piste…
      On l’récupère un peu partout… Des fois au Mozambique, des fois sur la Nationale 7, des fois comme c’est le cas dans l’Fech-Fech…
      Alors on le ramène en remorque pour pas qui perde sa place…
      Ben un vieux, faut bien qu’ça mange !
      😉