Découvrez les coulisses du documentaire « La Grande Aventure du France » 🇫🇷🚢

 

Thibaut Chatel, producteur de  « La Grande Aventure du France » répond aux questions de Renaud Roubaudi (POA) sur les coulisses de la fabrication de ce documentaire inédit.

Vous connaissez le Commandant Chatel, l’auteur des Souvenirs d’Auto chaque vendredi sur POA, mais saviez-vous que Thibaut Chatel est aussi producteur de télévision au sein de sa société Label Image ?

Les équipes de Label Image ont travaillé deux ans pour produire « La Grande Aventure du France » réalisé par Olivier Hennegrave, un formidable documentaire qui retrace l’histoire du paquebot France (diffusé jeudi 14 janvier sur France 5 à 20h50 et disponible en replay pendant deux mois sur le site France Télévision).

 De nombreuses images d’archives inédites, des interviews d’ingénieurs, des membres de l’équipage, d’associations qui préserve le patrimoine du France, une plongée dans le monde de la croisière moderne qui met en lumière l’héritage du France, viennent illustrer ce doc qui se regarde comme un bon film d’aventure.

 Connaissant bien Thibaut Chatel, POA ne pouvait résister à l’envie de l’interviewer pour qu’il nous dévoile les coulisses et les secrets de fabrication de ce film fantastique. 

Le France, comme le Concorde, le TGV ou la DS c’est une histoire de mobilité mais c’est aussi l’histoire de France. Merci Thibaut. 

La Grande Aventure du France réalisé par Olivier Hennegrave. Jeudi 14 janvier 2021 sur France 5 à 20h50 et disponible en replay sur le site France Télévision /France 5 

L’avis des Petits Observateurs !

37 commentaires au sujet de « Découvrez les coulisses du documentaire « La Grande Aventure du France » 🇫🇷🚢 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Alain L

    Merci Commandant Chatel,
    de nous rappeler que les enfants des années 50 que nous étions avaient l’espoir de vivre dans un monde enfin moderne avec la DS, cette bagnole si différente des autres, Telstar devenu aussi un tube que nous allions capter avec le Radôme de Plœumeur Bodou, Brasilia cette capitale magique construite en 1000 jours, notre Caravelle avec ses réacteurs arrières et le France bien sûr, tous pensés et construits par des Architectes, des Ingénieurs, des Artisans, merci d’avoir regardé une révolution technologique par le meilleur angle, celui de la conception et de ceux qui y participent…
    On attends les nouveaux chapitres avec impatience!
    Alain L

    Répondre
  2. Hubert

    Bonsoir Commandant Chatel,
    J’ai enfin pu voir votre documentaire ce weekend, Magnifique!
    Une erreur sur la soudure ais bon…
    Même ma compagne a apprécié, c’est pour dire!
    C’est l’histoire de la mobilité que POA avait évidemment le droit de promouvoir!
    Les documentaires sont rarement d »aussi bonne qualité! Images anciennes à gogo, techniques, ancien du France!
    Bravo sur toute la ligne!
    Hubert

    Répondre
  3. Henri

    M. le commandant Chatel,
    un immense merci et un immense bravo pour votre reportage sur le paquebot France. Le contenu technique donne une grande densité et j’ai appris mille choses !
    Vous avez évité le côté trop souvent larmoyant ou nostalgique même si l’histoire se finit mal. Vous montrez que France a été une référence pour les paquebots contemporains dans sa conception industrielle.
    Quelle machine ! Quelle histoire !
    Encore un grand merci, j’ai passé un moment délicieux.

    Répondre
  4. Orjebin Jean-Paul

    Bravo Commandant, j’ai vu votre documentaire avec beaucoup de plaisir et d’intérêt.
    J’ai appris beaucoup, je vis maintenant à Pornic et passe le pont de St Nazaire très souvent, donc je vois la vitesse avec laquelle sont construits les navires aujourd’hui. J’ai grâce a vous appris que le principe de construction par caisson date du France et que St Nazaire est toujours à la pointe en matière d’innovation.
    L’angle techno que vous avez adopté est certainement le meilleur choix.
    Notre passion automobile nous fait connaitre l’intérêt de la recherche Aero, j’ignorais l’étude sur la pénétration dans l’eau, les tests en bassin m’ont beaucoup intéressé. La qualité des films que vous avez retrouvés (merci le 35 mm) est remarquable.
    Les images de l’intérieur et en particulier de l’ameublement représentent bien cette époque charnière ou l’on cherche un style, un entre deux, on quitte la grande classe de l’Artdéco et nous ne sommes pas encore dans l’épure du meuble contemporain, déjà contraint par les normes sécuritaires.
    L’émotion est totale au moment où France quitte la cale pour pénétrer dans l’eau de l’estuaire, vous notez bien la différence avec la méthode utilisée aujourd’hui certes plus sure mais moins spectaculaire.
    Un seul petit regret, sauf perte d’attention de ma part, je n’ai pas entendu que le nom du commandant historique et emblématique de France, Georges Croisile soit cité, il est aperçu sur la passerelle, c’est pourtant votre confère.
    J’ai suggéré à un ami ex ingénieur des Chantiers Navals de St Nazaire de regarder votre doc, il a adoré.

    Répondre
  5. Raymond

    Bonsoir à tous,
    J’ai regardé avec intérêt le reportage sur France et découvre ce soir que c’est l’oeuvre du Commandant ! Bravo ! C’était très intéressant et l’angle technique/technologique du reportage permet d’apprendre de nouvelles choses bien laissées sous silence dans d’autres reportages.
    On en vient presque à regretter cette époque ou la France osait, innovait avec les moyens du bord mais surtout avec succès. Je pense que le reportage aurait pu être trois fois plus long, je n’aurais pas vu le temps passer.
    J’ai cependant été étonné de ne pas entendre la chanson de Michel Sardou sur le France.

    Bravo pour ce reportage sur France 5 et pour cette interview de POA

    Répondre
  6. Thierry L.

    En 1974, je n’avais que 7 ans, mais je cherchais à chaque fois à voir au milieu des tuyauteries des raffineries les 2 cheminées emblématiques, lorsque l’on prenait la route du pont de Tancarville depuis le Havre…
    J’ai eu aussi l’occasion de le voir au quai de l’oubli, et également à l’occasion d’un passage en cale seche.
    Ce majestueux paquebot abandonné, symbole parfait de la France éternelle, quel gâchis ….
    Je retrouve aujourd’hui ces petits morceaux d’enfance, au volant de ma Ds, ou encore mieux, de ma Sm.
    Mes compliments au Commandant pour ce reportage !
    Merci POA pour ces confidences

    Répondre
  7. ques

    Ce qui étonnant, c’est que les décideurs de l’époque n’aient pas anticipé que la vie d’un tel navire ne pouvait être que courte compte tenu du développement de l’aviation. Produit techniquement abouti mais commercialement non rentable, tellement évident avec du recul.

    Répondre
  8. Theodoric

    J’ai d’anciens élèves devenus chaudronniers (bac pro) qui travaillent désormais à St Nazaire sur les Chantiers de l’Atlantique, et sont très heureux d participer à cette histoire de la construction maritime. On devrait dans ce pays valoriser un peu plus ces professions dites manuelles, qui requièrent savoir-faire et engagement, dont nous avons besoin.

    Répondre
  9. Pierre_

    La confiance du pays en sa technologie. De l’argent et des moyens à disposition, des écoles pour toutes les professions. Aller de l’avant dans la décennie.
    Aéronautique, architecture, automobile, autoroute, communication, énergie, industrie… et j’en oublie.
    Confiance en la nation.
    Formidables années soixante !
    J’avais oublié la ligne si parfaite du navire, et je revois photos, posters et jouets d’alors.
    Merci Commandant de nous restituer ce moment d’histoire.

    Répondre
  10. François P

    Bravo et merci pour cet excellent documentaire sur cette légende du savoir faire français,
    On sent tout l’investissement et la passion des hommes et femmes qui ont participé à la naissance de ce geant des mers.
    Merveilleux travail commandant, sincères felicitations

    Répondre
  11. Assur

    Bravo Commandant Chatel .Merci pour le documentaire. Forcement le « politiquement correct » vous a obligé à passer sous silence le fait que le Queen Elizabeth II construit à Saint Nazaire navigue encore et est rentable ! Pourquoi? Parce que la CGT (Compagnie Generale Transatlantique) a été tué par la CGT ( Confédération Generale du Travail) qui a imposé des aberrations. Ainsi par exemple un equipage ne faisait qu’une traversée puis rentrait en avion et était remplacé au retour par l’autre equipage arrivée en avion. En fait c’était déjà à l’époque le Fret SNCF dont les locomotives ne  » travaillent » que 30 heures par semaine…
    Merci encore pour cette page d’Histoire

    Répondre
    1. Phil Verce

      La CGT a aussi coulé la SNCM. Même s’il n’est pas le seul responsable, le syndicalisme français n’est pas pour rien dans la désindustrialisation du pays dont nous nous mordons les doigts aujourd’hui.

  12. Pascal DeVillers

    Bonsoir Cdt CHATEL,
    Je regarderai demain avec grand intérêt votre documentaire consacré au paquebot FRANCE.
    Pour tout vous dire, je travaille dans une entreprise de tôlerie industrielle sous-traitante entre autre des Chantiers de l’Atlantique.
    Nous fabriquons pour ce client les toits et receveurs de douche des cabines pour les paquebots géants.
    Vos explications du concept de construction par bloc sont tout à fait vraies.
    Pour ce qui est des cabines par exemple , elles sont pré- assemblées complètement à part dans un bâtiment du chantier puis chargées sur le navire grâce au portique en particulier.
    Je regarderai aussi parce que pour moi ces transatlantiques,c’était l’âge d’or de la marine française.
    J’ai vu une vidéo montrant le FRANCE en attente de démantèlement dans la baie d’ALANG; c’est triste et pathétique de voir cette masse rouillée qui fut si élégante.
    Tout comme de voir le NORMANDIE, le plus beau de tous , couché sur le flanc dans le port de NEW-YORK et dont la forme de la coque inspira celle du FRANCE .
    Pascal.

    Répondre
    1. COMMANDANT CHATEL

      Cher Pascal,
      Vous me direz ce que vous avez pensé du film.
      Ça m’intéresse grandement.
      Amitiés.

    2. Pascal DeVillers

      Bonsoir Cdt CHATEL,
      Je viens de regarder le documentaire.
      Tout d’abord bravo, je ne me suis pas ennuyé un seul instant.
      La chronologie développant l’épopée du paquebot depuis le milieu des années à celui des années 70 ,mêlant les contextes et enjeux,politiques, économiques, sociaux ,industriels et technologiques permet de bien comprendre les différentes étapes de la vie du FRANCE jusqu’à sa fin.
      Je mesure la somme de travail et d’investigation qu’il a fallu à votre équipe de production pour rassembler les témoignages et documents d’époque.
      Ce documentaire c’est l’histoire du FRANCE et c’est aussi en quelque sorte un cours d’histoire de France.
      J’ai en particulier apprécié les parties scientifiques technologiques souvent absentes dans de tels ouvrages télévisuels.
      On comprends bien en particulier que l’avènement du FRANCE est le point de départ d’une nouvelle réflexion industrielle sur la construction des bateaux commerciaux modernes, en particulier par la contruction par assemblage de blocs préparés à part sur le chantier.
      On mesure également au travers du parallèle fait entre les bateaux récents et ceux de l’époque du FRANCE ,qu’il fallait aux ouvriers , techniciens et ingénieurs une sacrée dose de savoir et de maîtrise pour réaliser un tel bâtiment sans l’aide d’outils tel que CAO et moyens de modélisation numérique et je ne parle pas des outils de production .
      Encore félicitations pour ce remarquable travail.
      Pascal

    3. Nabuchodonosor

      En effet Pascal, le reportage était très enrichissant.
      Le travail des épures de tôles à même le sol m’a particulièrement frappé, toutes ces lignes qui se juxtaposent, se croisent, ces points qui en attendent de nouvelles, c’est remarquable.
      Tout comme les études de scenarii d’avaries… 6 pour 6 000 aujourd’hui…
      On ne remerciera jamais assez le Commandant de nous avoir embarqué dans ce voyage rétrospectif et introspectif à bord du paquebot France, qui fût nos fierté nationale…
      Mes respects mon Commandant !

  13. Pascal LIGER

    Tout comme son ainé NORMANDIE, le Paquebot FRANCE avait été conçu pour être une formidable vitrine? représentant tout ce que l’on pouvait faire de meilleur à cette époque.
    Je ne doute pas que cela sera un très bon moment, particulièrement à écouter tous ces hommes et femmes qui furent des acteurs à sa création , et à sa vie à bord.
    Comme souvent les histoires d’amour se terminent mal, de nombreux Français furent attristés par sa vente et sa déchéance sur le quai de l’oubli.
    Les Français ont été forts pour créer de beaux engins, mais furent souvent incapables de les gérer. Souvenez-vous du Paquebot ILE DE FRANCE, qui fût vendu à la M.G.M pour le couler avant qu’il finisse chez des ferrailleurs Japonais.
    Si vous allez en Californie, ne manquez-pas la visite du QUEEN MARY à Long Beach, amarré depuis 1971 et qui est aujourd’hui un hôtel flottant.
    De nombreuses scènes de  » L ‘aventure du Poséidon » y furent filmées. Ces paquebots sont fascinants.

    Répondre
  14. Sebring

    Passionnant. Vous avez tous les deux la simplicité des vrais pros. Un pur régal, on en redemande!
    Jeremy Clarkson a publié un recueil d’articles concernant des objets qui ont une âme…. ( « I know you got soul ») ça va du 747 au Riva Aquarama. Le France en fait évidemment partie. Ça serait un bon thème pour élargir le spectre des reportages de POA, vous ne trouvez pas?

    Répondre
  15. Josel

    Superbe documentaire surement! Une investigation passionnante sur ce fleuron de feu l’industrie Française, je vais regarder.

    Une autre idée pour un autre documentaire : Matra, une destiné, un age d’or, des innovations qui ont changées la face de l’automobile et une fin piteuse. Impeccable! 🙂

    Sinon Citroen et la DS c’est bien aussi, je valide

    Répondre
  16. jean-louis forest

    Serais-je le seul à m’étonner des propos du « Commandant » Chatel qui transforme l’eau en glace sous la pression des pompiers New Yorkais afin de faire « verser » le paquebot NORMANDIE ?
    Peut-être aurait-il pu pousser un peu plus loin l’ investigation dans ses recherches sur les sciences et techniques marines, et en particulier sur la théorie du navire !
    Il aurait ainsi découvert les effets désatreux que peut avoir sur un navire une carêne liquide, jus’qu’à le faire chavirer !

    Répondre
  17. Pierre_

    Interview dynamique et passionnant au sujet du travail d’enquête et de recherche pour la fabrication du documentaire. Un travail énorme à n’en pas douter.
    A la maison dans les années 60 mes parents nous parlaient beaucoup du France. Nous n’avions pas la télévision, et nous avons du sans doute écouter le lancement à la radio. Le poste radio sur la table de cuisine fonctionnait pendant tous les repas, mon père n’aurait pas manqué l’événement (.objet d’une prochaine discussion tiens !) .
    Il me semble aussi l’avoir eu en jouet plastique.

    J’ai hâte de voir le documentaire, et nous vous souhaitons Thibaut une grande audience ce jeudi soir.

    Répondre
    1. PhareOuest

      Pour alimenter les 160 000 chevaux, il fallait 600 tonnes de fuel par jour. La facture de mazout atteint 30 millions de Francs après le quadruplement du prix du pétrole. Quand la vitesse de croisière est ramenée à 16−18 nœuds la consommation est de 228 tonnes de mazout par jour.

  18. Nabuchodonosor

    En ces temps de disette, POA fait dans le lourd, le très lourd.
    Pour enrichir notre culture il nous ouvre les portes de la chaudronnerie, de la tôlerie, de la tuyauterie industrielle…
    Et en la matière notre Commandant s’est plutôt bien tuyauté.
    Pensez, le France, le meilleur ambassadeur des mers que l’on n’ait jamais eu.
    Il fût un temps pas si lointain où le New York Times titrait que la meilleure table du monde se trouvait à bord.
    Nos meilleurs ouvriers, artisans, designers, artistes y ont été invités. Parait même que Picasso y aurait trempé ses pinceaux.
    Vive la France et vivement demain.
    😉

    Répondre
  19. Jean-François Bertrand

    Autant faire une croisière à bord d’un de ces immeubles flottant ne m’intéresse absolument pas, autant faire cette traversée sur un liner pour se rendre dans la Big Apple m’a toujours fasciné. Il ne reste plus que la Cunard pour proposer celà malheureusement….
    Comme avec l’Orient Express, le Transsibérien ou en Ecosse le Royal Soctsman le voyage prend une autre dimension avec une relation au temps bien différente. Un peu comme prendre la nationale plutôt que l’autoroute, prendre le temps de s’arrêter dans un bourg y chercher un bon petit restau.
    Où le trajet n’est plus réduit à la simple notion d’aller d’un point A à un point B le plus vite possible.
    Le temps et surtout pouvoir le prendre n’est il pas le plus grand luxe de notre époque?
    Je prendrais biensûr tout mon temps pour me délecter de ce nouvel opus chatelien !

    PS: ce ne serait pas une Lancia Flavia 2000 GT (HF ?) au 1/43 ème qui traîne au premier plan… J’dis ça….

    Répondre
  20. PhareOuest

    C’est avec grand intérêt que je vais regarder ce documentaire. j’ai le souvenir impérissable de 1972, d’avoir vu et admiré le paquebot France à quai (malheureusement seulement de l’extérieur), alors que j’accompagnais mon père qui emmenait mon beau-frère marin à la CGM sur son cargo. Il partait alors pour 6 mois le canal de suez étant bien évidemment fermé.

    Répondre
  21. Mat Ador

    « J’étais un bateau gigantesque
    Capable de croiser mille ans
    J’étais un géant j’étais presque
    Presque aussi fort que l’océan…

    J’étais un bateau gigantesque
    J’emportais des milliers d’amants
    J’étais la France qu’est-ce qu’il en reste
    Un corps mort pour des cormorans…

    Ne m’a-ppe-lez-plus-jamais-FRAN-CE… »

    … Merde j’ai les larmes aux yeux, A vos ordres Commandant !

    Répondre
    1. Michel Sardou

      Fallait me voir, applaudi par les syndicalistes…
      🙂
      Content de monter à bord avec vous demain soir Commandant !
      Je suis pour.

  22. Chapman

    Ah tiens, je suis allé aux Amériques quand j’étais nourrisson à bord du tout nouveau France…. Et revenu deux ans après. Sans aucun souvenirs conscient bien sûr. Mon frère et ma sœur, bien plus âgés que moi souvent s’en souvenir. Il faudra que je leur pose la question.
    Je vais surement regarder ce documentaire. Merci Thibaut.

    Répondre