Alfa Romeo Spider 2000 Véloce (1974) 🇮🇹 Résisterez vous ?

Par Patrice Vergès. Né en 1966 sous le nom de Duetto, le Spider Alfa Romeo a été produit pendant presque trois décennies à plus de 126 000 unités. Nous vous invitons à descendre à bord d’un Véloce 2 litres de 1974.

 Ah, les 4 cylindres Busso à la sonorité grave si particulière et si émouvante !  J’ai reconnu, de loin, le timbre du Spider 2000 de Charles avant qu’il n’arrive devant la maison.  La succion gourmande des deux Weber va de concert avec le vrombissement de sa volumineuse sortie d’échappement tournée vers le sol.

Elle vient d’Italie

 On soulève le capot pour mieux admirer le volumineux double-arbre tout en aluminium de 1962 cm3. Contrairement à la précédente 1750, il   n’est plus traversé par le gros manchon du filtre à air qui a retrouvé sa place du coté des deux carburateurs. Ce bloc donnait la belle puissance de 131 ch DIN, supérieure à celle des 2 litres de série de ces années là.

« C’est une voiture achetée aux enchères qui vient d’Italie.  Elle date de 1974 et je sais que suis son 4eme propriétaire car j’ai son dossier historique complet et toutes ses factures. Elle a 125 000 km au compteur mais tout a été refait, autant au niveau carrosserie sans corrosion que de son moteur. Elle marche à merveille. Tu verras quand tu l’essaieras » explique Charles.   

Une console centrale habillait désormais le levier de vitesses émergeant toujours d’une poche.

Trois adorables petits manos centraux renseignent sur la vie du moteur. Sur la radio d’origine, se dessine un trèfle mais à 3 feuilles.  

Le double arbre en version 2 litres de 131 ch DIN. Les filtres à air sont plus légers et plus sonores que celui d’origine de forme cylindrique

 

Charles et moi, nous faisons le tour de la belle italienne qu’on regarde de haut puisque le Spider culmine à 1,29 m de haut pour 4,12 mètres de long seulement. Avant plongeant et aérodynamique avec ses phares sous globes transparents, arrière massif brusquement tronqué qui avait virilisé sa silhouette en la compactant de 13 cm.

Le Spider a encore fière allure. Si son arrière a changé, son avant plonge ant est resté fidèle à la première version née en 1966

Fin 1969, le Spider a vu son arrière redessiné, raccourci de 13 cm d’où son surnom de Cauda Tronca

Cauda tronca

Son Spider 1974 est ce qu’on appelle une cauda tronca par rapport à la cauda longa.  Dévoilé en mars 1966, remplaçant celui né en 1954, le Spider Alfa Romeo « Duetto » 1600 cm3 reçut un accueil plutôt froid. Sa silhouette fuselée dessinée par Pininfarina déconcerta, ce qui lui valut rapidement le surnom « d’osso di sépia » ou si vous préférez « os de seiche.  Sa silhouette ne faisant pas toujours l’unanimité, fin 1969, Alfa Romeo la modifia. Son arrière fut raccourci sous la forme d’une troncature, d’où son surnom, assorti à un dessin de capot différent et un pare-brise plus incliné. Sa silhouette plus râblée fit repartir ses ventes. 

En juin 1971, comme la berline et le coupé, le Spider Véloce fut proposé en 2 litres remplaçant la 1750 apparu en 1968.  Pour répondre à l’air du temps, en 1983, sous le nom « Aerodinamica » la 3eme Série vit son profil vitriolé par un spoiler et surtout un becquet arrière en caoutchouc souple assorti d’un lourd bas de caisse trois ans plus tard. Cette version aérodynamique longtemps vilipendée n’est plus honnie des Alfistes. Elle fut produite jusqu’en 1990 avant que la 4eme série délicieusement épurée vit le jour, fabriquée jusqu’à fin 1993. 

Né en 1966, le Duetto qui devait son nom à un concours se caractérisait par son arrière long qui lui a valut le surnom de « os de seiche »

Tout lui plait dans le Spider

Charles n’est pas avare d’éloges envers son Alfa.   » J’adore sa ligne évidemment, son bruit, son excellente position de conduite, son nom, sa boîte de vitesses, la façon dont elle se démarre en titillant 3 ou 4 fois la pédale d’accélérateur pour amorcer les deux carburateurs, et pour ses excellentes performances. » En effet, le Spider 2000 pointait son Scudeto à 195 km/h avec des accélérations encore actuelles en 2021 (31 s aux 1000 mètres) 

 Charles me laisse prendre le grand et fin volant. C’est la direction trop ferme et imprécise qui a le plus mal vieilli. C’était déjà son défaut en 1974 mais le reste est presque encore d’actualité. Le 2 litres qui ronronne fort, ravit l’oreille en avouant une souplesse formidable, le levier de vitesses tombe idéalement sous la paume, et les cinq rapports s’égrainent comme dans du velours, face à une magnifique planche de bord qui fait regretter que nos voitures contemporaines n’aient plus la même. 

 Charles est né l’année où le Spider a été arrêté et c’est donc une voiture qu’il connaissait mal malgré son penchant pour l’automobile. Elle l’a poussé à créer une association de passionnés nommée  » Rallye du Pyla » regroupant une cinquantaine d’amoureux de l’auto et qui organise des événements autour de celle-ci.  » C’est grâce à un des membres du club en possédant un que j’ai découvert le Spider. Tout me plait dans cette voiture ». Nous aussi.  

Passionné de voitures, Charles possède d’autres anciennes notamment un coupé Lancia Flavia 1800 de 1964

La 2 litres était équipée de bulles de phares que ne possédait pas la version 1300 Junior moins coûteuse 

Adorable dessin de la poignée de porte bien dans l’esprit de la silhouette originelle de la Duetto 

Si vous vous intéressez au Spider, une large pagination lui est consacrée dans ce livre publié par ETAI signé par votre serviteur 

L’avis des Petits Observateurs !

13 commentaires au sujet de « Alfa Romeo Spider 2000 Véloce (1974) 🇮🇹 Résisterez vous ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Henri REUDET

    Superbe voiture, que du bonheur à son volant, ligne, moteur, position de conduite, tableau de bord, loock etc ……j’ai acheté mon modèle de 1976 en 1981, vendu en 1984, puis racheté en2017, je ne m’en séparerai et lasserai jamais. Merci pour ce bel article.

    Répondre
  2. Olivier

    Sublime. J’en ai toujours rêvé mais il est très compliqué d’en trouver sans corrosion. Un modèle plus récent dite aérodynamique ne me déplairait pas même si sa planche de bord est moins belle

    Répondre
  3. alfadeder

    Désolé de dire à M. VERGES que quand un spider 2000 coda tronca de 1974 arrive, il entendra le bruit de succion de carburateurs Solex ou Dell’Orto, mais pas de Weber sauf modifications par un des propriétaires de l’auto ! Ceci dit, dans cette auto, tout est plaisir de conduite tant capoté qu’à ciel ouvert, tant le coude à la portière que le couteau entre les dents (si la chaussée n’est pas trop dégradée ….). Une voiture à vivre, et même à exulter, pas comme tous ces machins inodores, incolores, insipides que l’on nous sert aujourd’hui. Et pour avoir fait avec une telle auto (de 1971), dans la journée, le retour des 100 ans d’Alfa du lac de Côme à Nevers (700 km), majoritairement décapoté, je peux vous dire que la bête n’apporte que du plaisir (sauf dans le tunnel du Mont Blanc). Vivement que Carlos TAVARES (dont la 1ère auto a été une Alfa ……) remette cette superbe marque en avant.

    Répondre
  4. Chapman

    Je me souviens du Grand parking Alfa Roméo d’Ambérieu en Bugey dans les années 80/90 avec deux ou trois hectares d’Alfa de tous types qui attendaient parfois des mois, à tous les temps, aux intempéries comme aux forts soleils d’été, un acquéreur qui veuille bien signer un chèque pour une auto déjà d’un certain âge, d’un millésime parfois dépassé, la rouille déjà installée….
    Et les cabriolets subissaient le même sort.
    ;-(

    Répondre
  5. Mat Ador

    Le cul en os de seiche et le moulin de Giuseppe Busso, quelle recette !
    Vous reprendrez bien un peu de cet excellent Osso-Busso Milanèse ?
    🙂

    Répondre
  6. Huiledecannes

    Moi je n’ai pas résisté, j’en ai acheté un avant que la côte n’explose !
    J’ai le même avec la même maladie du tableau de bord fendu par le soleil est une qualité de plastique à faire passer une lada pour un haut de gamme.
    Mais bon, dès que l’on tourne la clé on oublie tout, le double arbre est magique, la ligne, les bulles de phares, la sonorité, les déflecteurs, la facilité déconcertante pour décapoter, cette auto est un mythe !
    J’ai eu aussi la série 4, plus facile, plus aboutie et avec une ligne subtilement actualisée par Pininfarina.
    Le seul regret, c’est que cette auto n’est jamais vraiment eu de descendance, la Fiat 124 devait être cette Alfa, mais finalement ce n’est pas plus mal que le clone de la Mimix soit badgé Fiat, une humiliation de moins….
    Mais svp, à quand un vrai cabrio Alfa ? C’est dans leur ADN, depuis la Brera plus rien, on se désespère…
    PS on écrit Coda Tronca, Coda Lunga n’est pas utilisé en Italie, seulement osso di seppia, ou Duetto.

    Répondre
    1. Pascal DeVillers

      Bonjour,
      Vous faite bien de parler de la BRERA Spider , le vilain petit canard moderne de chez Alfa .
      Même la marque elle même le boude ont dirait qu’ils en ont honte, je me demande bien pourquoi .
      Honte à tel point que dans son hall d’exposition retraçant l’histoire d’Alfa Roméo de ses origines à nos jours, la gamme 159 en est totalement absente et pourtant …la côte remonte doucement mais sûrement +6% en un an.
      Pascal

  7. Patrice Verges

    Michel, Busso c’est le nom de l’ingénieur Giueseppe Busso qui a dessiné le 4 cylindres et aussi le 6 cylindres en fin de carrière. On dit donc Busso pour tous les moteurs crées par cet ingénieur. Bialbero est un terme générique italien pour désigner tous les doubles arbres. On peut dire un bialbero Alfieri dans le cas de la Fiat 125

    Répondre
  8. Michel

    Sauf erreur, il me semble que le « Busso » c’est le 6 cylindres, le 4 est appelé « Balbero »
    Nous espérons tous, qu’avec Stellantis, Alfa retrouve des couleurs

    Répondre