Souvenirs d’Auto (304)🇫🇷 Une 104 fermée de l’intérieur

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ce souvenir m’est envoyé par Christian Alméras. Un bien joli nom quand on aime l’automobile (même si c’est un homonyme). Ce souvenir me touche d’autant plus que j’ai eu, moi aussi, une 104 ZS ! Bienvenue dans cette rubrique, cher Christian.

En 1976, ma gentille grand-mère maternelle qui me considérait comme la huitième merveille du monde vivait dans la crainte que je fasse des bêtises avec ma Honda 500 Four.

Elle me proposa de revendre la moto et de mettre la différence pour m’acheter une voiture. Merci Mamie et banco, ce sera une 104 ZS « orange d’époque » agrémentée d’un autocollant Moto Journal en rappel de mon court passé motard.

Plus de 100.000 km en 4 ans, cette voiture m’a même conduit en Grèce en passant par la Yougoslavie lors d’un voyage de 8.000 km en trois semaines.

Infatigable, presque performante pour l’époque, tenant vraiment bien la route, sans pratiquement aucun ennui mécanique alors que je ne la ménageais pas, j’ai vraiment adoré cette petite auto.

Me voilà sur une plage proche de Saint-Malo un dimanche 13 juillet de 1977 vers 20h00. Avec mon amie qui est depuis bien longtemps mon épouse, nous faisons un petit arrêt pour profiter une dernière fois du paysage avant de rentrer à Paris.

Cette 104 avait la particularité de pouvoir être fermée sans clé ; il suffisait de tirer (ou de pousser je ne sais plus), la poignée intérieure d’une porte puis de la fermer en levant la poignée extérieure et c’était verrouillé.

Le problème, ce soir-là, est que j’avais laissé la clé sur le contact !

J’emprunte un tournevis à des Hollandais en camping-car histoire d’essayer d’ouvrir la serrure sans forcer mais cela ne marche pas. Avant de casser une glace, il me vient l’idée de faire du stop et d’essayer de trouver un garage ouvert… un dimanche 13 juillet au soir, il faut bien avoir 22 ans pour faire cela.

La première voiture passe sans s’arrêter, comme la deuxième. Quelques années avant, j’avais vu L’Emmerdeur, film dans lequel Lino Ventura se met au milieu de la route pour arrêter une Simca 1000 Rallye, alors je fais pareil ! 22 ans je vous ai dit.

Et cela marche ! La première voiture s’arrête et trois jeunes à peu près de mon âge sortent et me demandent ce qu’il se passe. Je leur explique rapidement et j’imagine qu’ils vont accepter de me conduire à Saint-Malo.

La suite a été bien différente car les trois se regardent, l’un va à sa voiture et en ressort souriant avec trois grands anneaux contenant chacun au moins une cinquantaine de clés. Je les conduits à ma voiture assez étonné mais au point où j’en étais…

Ils regardent la serrure, examinent minutieusement les clés sur leurs anneaux. Premier essai « non, c’est pas du tout ça », deuxième essai sur un autre anneau « on n’est pas loin », troisième essai… la serrure s’ouvre sans difficulté. J’ai dû avoir une telle expression d’étonnement et de totale incompréhension qu’ils ont franchement rigolé.

Ils sont immédiatement partis pendant que je bredouillais des remerciements.

Le retour à Paris s’est passé sans problème mais je n’arrivais, et je n’arrive toujours pas à savoir qui étaient ces jeunes gens sympathiques : des garagistes, des serruriers, des voleurs qui sait ?

Mais je mesure la chance que j’ai eue ce jour-là sans même tenir compte du jour, de l’heure et du lieu.

Qui sait, si ces personnes se reconnaissent, elles me diront peut-être qui elles étaient…

On te le souhaite, Christian !!

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

L’avis des Petits Observateurs !

28 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Auto (304)🇫🇷 Une 104 fermée de l’intérieur »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Steve

    Haha, j’ai connu le même problème avec une Talbot Samba GL, à la fin des années 90.

    Voiture verrouillée le soir (je la verrouillais systématiquement de cette manière…), clé sur le contact, autoradio allumé, le problème découvert le lendemain matin… Un garagiste sympa (il ne m’a rien fait payer) s’est déplacé et a ouvert la voiture en toute simplicité avec un simple fil de fer suffisamment rigide et recourbé passé entre la vitre et le joint-lèvre, en attrapant la tringlerie pour faire remonter le loquet…

    La mésaventure m’est arrivée une deuxième fois, mais du coup j’ai pu rouvrir moi-même ma voiture avec un simple cintre !

    Répondre
  2. Sté

    Ca c’est de l’annecdote !
    Ggeons que totu comme vous aviez vu L’Emmerdeur et imité Monsieur Milan, et vous avez arrêté un joyeux groupe qui avait vu Le Samouraï et voulaient imiter Jef Costello….

    Répondre
  3. Henri

    ah…. la 104 ZS ! J’ai conduit à ma mainte reprises celle d’un ami… Elle était noire, avec autocollants « 80hp » entre le passage de roue et la portière, jantes alliage et je crois bien me souvenir une boite 5 vitesses… un volant trois branche et de sièges assez enveloppants.
    Un voiture vraiment extra !

    Répondre
  4. Phil Verce

    Peut-être des voleurs qui se sont dit qu’ils devaient rendre service à un compère qui n’osait pas avouer qu’il avait l’intention de voler une 104 ?

    Il y a plus de 20 ans je possédais un Chrysler Voyager qui avait aussi dispositif de fermeture sans clé. La veille d’un départ en vacances, devant mon garage, je laisse les deux clés de contact à l’intérieur et je referme ! Touts vitres remontées, rein à faire pour renter à l’intérieur. Pas question de déformer le cadre de vitre hyper-costaud ou de casser une vitre avec un départ prévu le lendemain.
    Coupe de bol, une de deux clés était posée sur le tableau de bord. J’ai farfouillé dans les outils et j’ai trouvé une de ces clés extra-plate pour vélo en zamac qui faisait la même épaisseur que le clé du Voyager. J’ai pris une lime et j’ai entrepris de reproduire l’empreinte de ma clé qui était visible au tableau de bord. En quelques dizaines de minutes, j’avais reproduit une clé suffisamment ressemblante pour pouvoir ouvrir la portière sans difficulté.
    Je ne galèje pas, c’est exactement ce qui s’est passé. Bon, les serrures du Voyager n’étaient certainement pas ce qui se faisait de plus rigoureux.

    Répondre
  5. Chapman

    Je ne sais pas s’il n’y avait que les Peugeot qui offraient cette particularité mais la mésaventure est arrivée à mon père, alors heureux possesseur d’une 305 S5 couleur rouille métallisé…. Sur une aire d’autoroute de surcroît. Un débrouillard compatissant lui fit le coup du cintre glissé en forçant un peu sur le cadre de fenêtre de la portière arrière.
    Pour dire un petit mot de cette 104 ZS que je n’ai jamais eu le bonheur de posséder, j’ai eu malgré tout l’occasion d’en prendre le volant et j’en garde le souvenir d’un karting très confortable et performant.
    Merci de raviver nos mémoires par ces souvenirs délicieux.

    Répondre
  6. amadei

    Juillet 72, moi à l’époque je n’avais que 8 ans et nous avions une Peugeot 403, avec à peu près le même système de fermeture.
    Nous sommes à Carcassonne pour admirer le feu d’artifice, et comme un gros malin je me suis aperçu que mon père n’avait pas fermé les portes donc je me suis senti obligé de les fermer.
    Après le bouquet final retour à la voiture, première portière fermée, la deuxième…
    Je me suis endormi lorsque mon père passait par le coffre, je suis réveillé chez mes grands parents le lendemain et je me suis fait engueuler, les clefs étaient restées sur le contact, une autre époque.

    Répondre
  7. Pierre_

    Vous venez de me rappeller Christian, qu’en effet j’ai moi aussi verrouillé ma 104 GL par le jeu des poignées, et ensuite, couillon et bouche bée, apercevoir les clefs sur la tableau de bord. En déformant la portière il fallait alors avoir le bras très long pour tirer sur le petit loquet de déverrouillage, je crois me souvenir.
    Sur ma 305 je verrouillai l’Auto par la serrure côté conducteur, porte de coffre ouverte, je grimpai alors dans le coffre pour attraper je ne sais quoi, y laissait mes clefs et refermait la porte. Là nous dûmes casser une vitre.
    Nous étions quatre copains au marathon des neiges aux Saisies… et beaucoup de monde autour de nous.
    Un grand grand moment je l’assure !

    Répondre
  8. Nabuchodonosor

    Christian,
    J’ai un autre scénar à vous proposer :
    Ce soir-là vos trois sauveteurs roulaient à bord d’une voiture volée. Ils ont dû avoir la frayeur de leur vie en voyant un type au milieu de la route gesticuler et auraient très bien pu vous foncer dessus.
    Pris de remords, le pilote choisi au contraire de se soumettre à votre barrage inopiné.
    Quand les trois compères comprirent leur méprise, voyant qu’ils avaient affaire non pas à un agent en civil mais à un jeune corsaire malouin en mal de son premier braco, ils prirent pitié et vous montrèrent le tuto pour prendre la clé des champs…
    Je crois qu’ils exerçaient un mélange des trois métiers que vous citez, mais ce soir-là pour vous ils se firent encore éducateurs.
    Merci pour votre SDA qui m’en rappelle un dans le genre que j’avais déjà commis euh, sauvagement, si je ne m’abuse…
    Mes respects du vendredi mon Commandant.
    😉

    Répondre
    1. Bébel

      Mmh. Il devait y avoir un quatrième comparse.
      Fréour était sans doutes dans le coup, c’est lui qui avait conservé le quatrième anneau.

  9. Georges Piat

    C’est rare les Arsène Lupin en bande, ils naviguent plutôt seuls d’habitude…
    Allez, on va dire que c’était une équipe de professionnels !
    A ce moment là, j’avais la 350 Four.

    Répondre
  10. Alain

    La clé de sauvegarde ou comment ne pas cintrer les montants de portières !

    Je pense qu’avec le temps, tu as fait une grande histoire de pas grand chose : souvent, les apprentis qui travaillent dans les clés minutes emportent du travail à la maison… ET PI C’EST TOUT !

    C’est quand même fou la manière qu’ont les gens de tout rendre suspicieux en face de p’tits jeunes sympas et travailleurs….

    Alain

    Répondre
  11. Anonyme pour de bonnes raisons

    Bonjour,

    C’était moi avec mes 2 futurs associés qui vous avaient dépanné. Depuis on est passé à plus gros, dans le style banque. Je dis pas que je me referais pas la main sur des voitures, en sortant de tôle dans 10 ans. Pour cela je bénéficie de cours d’électronique, car la technique a évolué.

    @+

    Répondre
  12. Pascal

    Un beau morceau de vie, c’est sympa qu’il y a des bonnes périodes et que la voiture, surtout celles de nos débuts en font partie, et oui, à une époque que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, on aimait la bagnole.

    Répondre
    1. CHRISTIAN ALMERAS

      Les moins de 20 ans… et même un peu plus 😉 Toutes les interdictions, règlementations et limitations ont sauvé des vies mais font que l’on ne peut plus, je pense, aimer aujourd’hui la bagnole comme il y a 40 ou 50 ans.

  13. Thierry

    Je me souviens d’avoir fermé plusieurs fois la 205 de mon épouse par cette méthode. (Risquée !)
    Méthode connue puisqu’un jour l’oncle de ma femme se retrouve chez nous avec sa 205 fermée avec les clefs sur le contact un dimanche après-midi alors qu’il devait conduire son épouse au train de Paris !
    Angoissé à l’idée qu’elle rate son train, priant même … je compris rapidement l’état d’urgence à l’idée qu’elle reste auprès de lui en fait ! Je m’arme d’un cintre comme dans les films, et en tirant légèrement sur la porte arrière pour la faire bailler, la 205 sous le crochet du métal s’ouvrira en quelques secondes.

    Bon souvenir … mais depuis ma femme exigeât de rouler en VW aux portes plus résistantes.

    Répondre