1000 km en Toyota Corolla 184 ch Hybrid 🇯🇵 et si c’était la solution ?

Pour POA, Julien a conduit plus de 1000 km et dans toute les conditions (nationales, ville, départementale, autoroute) la Toyota Corolla 184 ch Hybride. Julien nous livre son point de vue ↓🚗↓ éclairé sur cette Toyota Corolla et notamment le bilan de la motorisation hybride. Et si finalement c’était la solution face au tout électrique ou à l’hybride rechargeable ?

L’avis des Petits Observateurs !

27 commentaires au sujet de « 1000 km en Toyota Corolla 184 ch Hybrid 🇯🇵 et si c’était la solution ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. yaros78

    Bravo pour cette présentation. Ce que l’on apprécie, c’est son côté très concret et pratique, Julien a parfaitement identifié les attentes pratiques des utilisateurs d’une berline d’aujourd’hui, et son analyse est très juste et convaincante. Cela montre tout l’intérêt de l’hybridation classique par rapport à l’électrique et l’hybride rechargeable. L’ électrique n’a aujourd’hui vraiment de sens que lorsque l’on peut recharger chez soi et pour une utilisation urbaine ou péri-urbaine. Certes les Tesla montrent qu’on peut faire de la route en électrique, mais se limiter à des trajets sans escale de 300 km sur autoroute et faire des sauts de puce entre les superchargeurs en surveillant sa consommation comme du lait sur le feu n’est pas ce que l’on est en droit d’attendre d’une grande routière, aussi fascinante soit-elle. Les hybrides rechargeables sont utiles en ville, mais leur batterie ne leur sert à rien si ce n’est à les alourdir lorsque l’on fait de la route, et elles n’apportent alors aucun avantage en terne de consommation et donc de pollution.
    L’hybridation classique, dans sa version très aboutie façon Toyota, coche toutes les cases des enjeux actuels de l’automobile: pas de problèmes de bornes et de ravitaillement, pas de taxation exorbitante, accès non menacé aux centres-villes, une conduite silencieuse et économique…Il est dommage que Toyota est un quasi-monopole de l’hybridation classique, mais il faut les féliciter d’avoir persisté dans cette option réaliste.

    Répondre
  2. Dubby Tatiff

    Pardon par avance pour l’éventuelle candeur de mes propos car je roule au diesel depuis près de 30 ans (dans des véhicules qu’affectionne notre Premier Ministre un peu trop chahuté ces derniers temps) et donc je n’ai plus trop idée de la consommation des véhicules à essence.

    Si je m’en réfère aux chiffres de consommation des moteurs essence récents, communiqués sur le web, j’ai du mal à apprécier où se situe la performance amenée sur ce plan par cette motorisation hybride.

    Répondre
    1. Mat Ador

      La performance se situe selon moi dans l’accès au cœur des villes, du moins dans le prolongement possible de cette liberté ce pour quelques années supplémentaires rapport au diesel.
      En ce sens, l’hybride Toyota est celui qui pour le moment ne demande de faire aucune concession et permet de rouler partout comme dans l’ancien monde…
      Pour le reste, il n’est pas le meilleur partout où chaque église aura ses partisans comme ses détracteurs.

  3. Hondaman

    Nous venons d’acheter la nouvelle Jazz hybride et entièrement d’accord avec le ressenti de conduite de Julien. Après ce sont 2 voitures complétement différentes, donc je ne me lancerais pas dans les comparaisons, sauf sur le fait qu’actuellement, je ne sais pas pour l’avenir, mais aujourd’hui, cette formule hybride (full hybrid) me semble la plus cohérente pour celui qui veut pouvoir prendre sa voiture à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit, faire des longs trajets et consommer peu.
    Tout ça sans se faire de noeuds au cerveau et rester dans un budget raisonnable.
    D’ailleurs je lance une perche, c’est quand l’essai de la Jazz en vidéo 😉 ?

    Répondre
    1. Etienne

      La Jazz c est une proposition très intéressante dans ce segment, avec un look décalé. L interieur est très sympa en photo.

  4. Philippe

    Merci encore POA pour votre analyse décalée mais ô combien juste de l’automobile. Je possède une Lexus UX qui a la même motorisation. Je vous rejoins à 100 % sur tout ce que vous avez dit et sur ce point essentiel : l’hybride dit « autonome » est en cette période la solution la plus cohérente qui soit pour assurer la transition entre thermique et électrique.

    Répondre
  5. C'moi

    Bonjour
    Après plusieurs Passat break dsg tdi j’ai depuis 3 ans une Lexus is 300 h.
    Conso 6 litres, env 160km/jours avec beucoup d’autoroute.
    Aucun pbm, fiabilité superbe, juste les entretiens!
    La prochaine une 508 sw hybride j’espère être aussi satisfait.

    Répondre
  6. Etienne

    Merci POA pour cette vidéo car, chiffres à l appui,vous démontrez tout l interet de l hybride Toyota, sans aucune contrainte comparé à un hybride rechargeable.

    Je ne suis pas client Toy / Lexus mais totalement convaincu par leur technologie et je me tournerais certainement vers leurs produits si je devais avoir un véhicule pour un usage quotidien.

    Et leurs produits ne sont pas plus ennuyeux ou moins sexy que les autres constructeurs généralistes.

    Deux observations :

    – les hybrides Toyota n ont pas une boîte CVT stricto sensu. Il s agit d’une erreur fréquemment commise mais il n y a ni poulie ni courroie mais un train epicycloidal qui relie les trois moteurs. C est ce qui explique la douceur de fonctionnement que vous décrivez par rapport à celle de certains hybrides rechargeables. Etant précisé que vous ne relevez pas ce défaut quand vous essayez un hybride rechargeable même si on le voit lorsque vous mettez pleine charge sur le 3008 Hybride 4. Je n ai jamais compris ce reproche fait au HSD, le kick down d une boîte auto a convertisseur de couple fait également hurler le moteur avec un léger temps de latence même sur une excellente BVA.

    – vous parlez, je crois de générateur, mais je pense que le système HSD Toy est différent de celui utilisé par Honda sur le CRV que vous aviez essayé (et je crois sur la dernière Jazz).

    Au final on comprend que l hybride « classique » n a quasiment aucun défaut technique puisque même la consommation sur autoroute est presque maitrisée.

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    Si les Yaris et les Proace nous viennent d’Onnaing (F), il semblerait que les Corolla soient assemblées à Burnaston (GB), les moteurs étant produits à Deside (GB), Brexit inside et les transmissions à Walbrzych, désolé si j’écorche, en Pologne. C’est le moment d’acheter car le juste à temps Toyota et les tarifs risquent d’en prendre un coup dès que l’heure de la fin de la récré européenne aura sonné.
    Devant renouveler une partie de la flotte d’entreprise à l’endroit des itinérants, je dois dire que la Corolla hybrid 184 dans sa version Touring coche pas mal de cases, exceptée deux qui, comme pour l’élection américaine, congratulation Joe, peuvent encore tout faire basculer. Je veux parler de la garde au sol un peu juste et du design intérieur/extérieur qui demeurent tristounets et péjorent à mon sens la valorisation de l’image de l’entreprise (dont je me préoccupe). Heureusement dans la gamme il y a le CH-R made in Turkey, qui coche parfaitement les deux cases en question. Reste Recep Tayyip.
    😉

    Répondre
  8. Michaël

    J’ai une Corolla 184ch Hybrid depuis 3mois, c’est une formidable voiture qui associe confort, puissance et souplesse. On s’y sent bien et c’est aussi simple à conduire qu’une voiture de « golfe ». C’est surtout le silence qui est appreciable et question consommation c’est environ 5l/100km en périurbain, pour un moteur 2l essence c’est bien. On a surtout l’avantage de ne jamais dépendre d’une borne de recharge, on garde sa liberté comme en thermique. Un très bon compromis pour une hybride de ce prix, l’expérience Toyota fait la différence.

    Répondre
  9. Thierry

    Cette voiture n’est pas pour moi qui transpire tous les 6 mois quand je dois changer l’heure sur ma Suzuki …
    J’ai eu une IQ la logique de l’autoradio, puisque non physique juste des touches au volant rien sur le tableau de bord, affichage dans le compteur pour les stations était juste immonde !

    Répondre
    1. Thierry

      Ben pourtant cela reflète bien la mentalité complexe du constructeur ?
      Je constate que Julien est perdu dans les réglages … trop c’est trop ! Non.
      PS : Ou en est votre procès avec vos parents ? Dur à porter au quotidien PimPomme non ?

  10. Sebastien

    ma femme a la même, elle en est ravie, consommation, puissance, confort de conduite, équipements…
    Toyota à bien travaillé sur les finitions et gestion des moteurs en hybride par rapport au chr 2017 (véhicule précédent de mon épouse)
    Franchement aucun regret pour notre choix parmi tous les constructeurs du marché !

    Répondre
  11. Fred

    Merci pour ce reportage objectif. Oui, la technologie Toyota Hybride est super au point et nombre ne s’y trompent pas. La clé c’est de l’utiliser comme une hybride, et pas comme une voiture de sport, ce qu’elle n’est pas. Une fois que l’on à compris et adopté la conduite hybride c’est un pur bonheur. Je roule avec une Lexus CT200h, et j’oscille entre 4.8 et 5.1l/100 sur des cycles de pleins complets. C’est incroyable le temps que l’on passe en électrique si on gère correctement et la conception Toyota est juste très aboutie. Cerise sur le gateau, la Corolla comme la CT200 sont d’une fiabilité absolue, et ça fait du bien de pouvoir compter sur son véhicule! C’est un peu général aux gammes Toyota/Lexus qui ont une approche de conception/fabrication pas comme les autres.

    Alors c’est la mode et tout le monde s’y met, mais Toyota à une technologie ultra fiabilisée et améliorée, sur le marché depuis 20 ans …. les chauffeurs de taxi ne s’y trompent pas depuis bien longtemps!

    Bonne continuation

    Répondre
    1. Thierry

      Ça je suis dubitatif, quand on regarde le comportement de certains jeunes qui ne veulent plus monter dans un véhicule thermique comme ne plus avaler un steak ! Je crois que le mouvement est plus qu’en marche ! Zoë dans les 10 voitures les plus vendues en France actuellement qui aurait parié en 2015 ?

  12. Albin

    Propriétaire d’un rav 4 hybride (le vidéo de poa m’avait fortement intéressée…) depuis 16 mois je confirme l’intérêt pour ce type de véhicule pour peu que l’on accepte de changer son style de conduite ce qui se fait après quelques semaines.
    L’effet mobylette assez rare est largement compensé par de multiples séquences en électrique synonymes de silence et d’une consommation plus que maîtrisée. Dans les embouteillages parisiens c’est spectaculaire !
    De ce fait avec la fiabilité Toyota et la durabilité des pièces d’usure l’intérêt économique me parait évident.
    Reste une question d’image…

    Répondre
  13. Philippe

    Solution à la pollution de l etre humain ? Si vous le dites ?
    Solution à l ennui et au marasme actuel ?
    Carrement pas. Ces voitures m ennuient rien qu en les regardant. J ai conduit un crossover de la taille d un 2008 je me rappelle plus le nom, l interieur et l exterieur sont d un chiant. Et la conduite avec le moteur qui semblent mouliner. On a l impression de pas avancer alors que ca marche pas mal.
    Mais c est pourtant vers ce genre de produit que tout le marché se penche.
    La voiture de collection a de belles heures devant elle. Avant que les ecolo communiste nous demandent de les detruire.

    Répondre
    1. Théo

      Toyota a vraiment progressé avec la Corolla ts. L’intérieur de La Prius plus était pas terrible.mais la on a un bel intérieur. Les sièges sont bien dessinés.les matériaux agréables, planches et tableau de bord clair et modernes. Et surtout bien insonorisée.bien mieux que la Prius plus.

  14. Joe

    Euh je suis un peu étonné pour l’histoire d’absence de TVS pour une hybride simple . Je croyais que c’était en dessous de 60g de CO2 (et donc uniquement hybrides rechargeables).

    Répondre
    1. Mat Ador

      Hybrides < à 120 grammes de CO2 = Exonération 12 trimestres.
      Donc si LLD 3 ans, l'exonération est totale.

  15. Mat Ador

    Cela fait un bail que Toyota est au point avec sa technologie hybride et sûre de son bon choix.
    Après avoir convaincu deux décennies durant les chauffeurs de taxi de la planète par les différentes évolutions de la Prius, la marque fondée par Kiichiro déroule aujourd’hui son avance en se permettant d’offrir le juste prix quand d’autres en sont encore à devoir inclure un part de leur investissement récent et facturer au prix fort une technologie hybride rechargeable, forcément plus onéreuse.
    Plus simple, seule l’électrique pourra venir s’y frotter quand elle aura réglé ses problèmes de temps à la recharge, l’autonomie n’est qu’un faux problème qu’on agite pour masquer les carences, et sous réserves d’un volume de production suffisant. Musk l’a compris depuis longtemps.
    Quand enfin viendra l’heure d’une couverture massive de bornes et de stations d’hydrogènes à grands renfort d’endettement public (sic), Toyota sera de nouveau prêt à cueillir les fruits de son avance. Pour être exact, ils se tiennent déjà prêts.

    Répondre
  16. Chapman

    Toyota est un précurseur c’est incontestable. Nos yeux ont soufferts de leur design mais, soit nous nous sommes habitués, soit ils ont fait un pas vers nous. Peut être un peu des deux.
    A mes yeux c’est la marque la plus vertueuse puisque plutôt que de réagir et s’adapter à une législation, ils ont créé leur propre contrainte. Faire une auto ayant le plus faible impact écologique de sa conception à sa destruction finale en passant par son utilisation.
    Julien, vous voilà entrer dans l’âge de raison. Cette voiture coche un maximum de cases positive et incite à la conduite apaisée.

    Répondre