Essai de l’Audi RS7 Sportback 🇩🇪 en mode « pépère »

 

Après un royal essai de l’Audi A8 de la reine du Danemark, le Président semble prendre goût au luxe d’un voyage en limousine Audi, notamment en raison de ses pieds, lovés dans deux chaussettes de couleurs différentes -une question d’élégance selon le président- qui profitent d’un massage spécialement consacré à leur taille (petit 38 selon la version officielle du Président, L selon le jeune et impétueux Julien). A tel point que pour essayer la RS7, un V8 de 600 chevaux de char d’assaut logé dans une ligne de limousine coupé légèrement agressive comme seuls les Allemands savent en faire, il a décidé de délaisser les chicanes du circuit du Mans pour faire l’essai de la RS7 en mode pépère.

Et pour une fois, le Premier Ministre n’a même pas besoin de la vendre au Président pour qu’il l’adopte. D’une part parce qu’ayant révisé toute la soirée le Président connaît la fiche technique mieux qu’Audiman et son frère siamois Audiman + -vendeur Audi RS à la concession du Mans- réunis: il enchaîne le double turbo, les 600 chevaux, les 30 000 euros de carte grise pour payer les pistes à trottinette d’Anne Hidalgo et les menus sur l’écran pour activer l’option “voisinage qui gueule” sur l’échappement sans l’ombre d’une hésitation. Et malgré l’automne approchant, apportant chaque année outre ses amas de feuilles mortes le morceau d’ADN de Fangio se cachant dans les chaussettes du Président, l’essai se poursuit sur la route en mode pépère mais nous apporte un enseignement: cette RS7 se conduit aussi aisément que son design est… carbonisé. C’est à suivre sur POA, le road trip Audi n’est pas fini!

Texte Alban de Montchalin

 

L’avis des Petits Observateurs !

12 commentaires au sujet de « Essai de l’Audi RS7 Sportback 🇩🇪 en mode « pépère » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jean-nicolas

    « Mais vous savez c’est trop….. , non non mais tu as raison c’est un peu le dernier des mohicans…., quand même ces prix sont stratosphériques !!!…. , a quoi bon ce type de voitures que l’on exploitera jamais …. » et après toute cette glose qui hésite entre la bien pensance actuelle qui conspue ce type de véhicule et la réalité des choses…, a 6mn environ… le silence et dans le hurlement du V8 le rire de notre président qui a lui seul clos le débat .
    Oui ce type d’engin est totalement anachronique, inutile, dispendieux mais…. c’est ce qui en fait toute sa saveur.

    Répondre
    1. Thierry

      Le Président aurait eu le même sourire au démarrage d’une Mustang de 1970, le bruit est juste l’ami du bagnolard, le reste comme le dit si bien Julien est TROP …
      Cette voiture est un spot publicitaire pour vendre des Audi aux gens ordinaires, la marque des banlieues comme Adidas pour les baskets …
      Elle en deviendrait presque vulgaire, peut-être que Bigard roule en Audi qui sait . . .

  2. Mat Ador

    Carrera est à Porsche ce que Quattro est à Audi.
    Ça ne présume pas du passeport, c’est juste du marketing.
    Faut r’connaitre que c’est tout de même plus chantant en latin qu’allradantrieb…
    Ach.
    🙂

    Répondre
  3. François P

    Vraiment une très intéressante voiture pour un compte en Banque conséquent. Mais ce doit être frustrant de ne pouvoir utiliser tout le potentiel de ce modèle. Je rejoins Julien dans sa vision de l’auto. Parfois trop c’est trop et ça n’apporte rien au quotidien pas même le plaisir.
    Géniale vidéo en mode pervert pépère

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Je ne sais pas comment vous faites ça, mais il se trouve dans cette livrée Nardo Grey la RS7 Sportback est particulièrement désirable à mes yeux. Ses lignes tranchantes sont équilibrées et ses surfaces furtives finement proportionnées. Et puis ce museau qui renvoie immédiatement à l’Audi Quattro groupe B, l’arme absolue en son temps. Elle est vraiment très belle à voir évoluer, merci pour vos plans en mouvement. Je répète que je ne sais pas comment vous faites cela car voilà une quinzaine d’années que j’avais pourtant décroché avec la marque. Votre reportage est comme une renaissance pour moi ; Magique.

    Mention TB pour les alvéoles de la calandre singleframe et les prises d’air frontales dans ce pack noir brillant + carbone, par contre mauvais point à l’arrière ou de fausses alvéoles en vilain plastique gris mat ressurgissent en gros plan (13 :36). Le diable se cache souvent dans les détails.

    Un mot enfin pour son design intérieur qui est à parfaitement à l’avenant. Bien-sûr ses écrans, tous ses menus et sous-menus qui semblent bien de trop, et ce faisant tuent le désir primitif de démarrer en trombe et faire crisser les pneus. Tout comme pour les 600 chevaux que l’on ne parviendra à exploiter sur route ouverte, c’est peut-être une forme de luxe pour celui qui en a les moyens, de savoir qu’il n’en aura probablement jamais totalement fait le tour…

    Trente mille balles la carte grise, ça pique évidemment, mais après tout, cela ne fait que renforcer le privilège pour l’heureux élu de se savoir à bord de l’excellence et de l’exclusivité sur quatre roues.
    😉
    Nabu, sur le cul.

    Répondre
  5. Philippe

    « Audi est de plus en plus latin ». Celle là va me faire la semaine. Déjà ça veut sûrement dire que latin est mieux que ce qu’ ils faisaient avant sinon ils ne le deviendraient pas. Mais surtout latin c est avoir des défauts mais avoir un charme, une âme qui fait oublier tous ces défauts. Pour moi, une audi c est chiant et froid. C est tout au réglé au cordeau, ça en met plein la vue. Mettez une quattroporte a côté et vous verrez autre chose, bien que je trouve que le profil de la A7 est joli. La première a5 avait une ligne latine. Qu ils ont complètement détruit en la restylant. Mais non audi n est pas latin . Une a4 c est chiant à mourir. C est une voiture de collaborateur. Une a3 c est chiant. Même la rs3 allez voir la vidéo de vilebrequin a ce sujet. Après allez voir la vidéo de la M235.
    Belle concession audi par contre.
    Et bravo pour le reportage superbe encore.

    Répondre