Very Big Defender ! 🇬🇧

Par Patrice Vergès. Le nouveau Défender est face à moi : massif, épais, musclé, carré d’épaules et de fesses. Il me toise de son regard rond du haut de ses deux mètres. Pourtant, cette grosse brute épaisse n’est que douceur et tendresse à son volant. La brute, c’était avant…..  

Dire que le nouveau Defender est massif serait presque un euphémisme 

Sauf si on mesure 2 mètres, le Defender se voit généralement ainsi 

Devenu plus une légende sur 4 roues qu’un 4X4, l’ancien Défender avait fait son temps après 70 années d’existence. Le nouveau marque déjà une profonde rupture par son volume plus imposant, culminant à plus de 5 mètres de long en version 110 contre 2,10 m au bout des rétroviseurs et près de 2 m en hauteur.  Face à lui, on se sent tout petit et bien fragile !   Avec sa massive silhouette de blockhaus à quatre roues, ce nouveau Defender est une caricature de tout ce qui doit énerver un écologiste. C’est surtout en matière technologique qu’un pas a été franchi avec une transmission intégrale et 4 roues indépendantes.

Face à lui, on se sent tout petit et bien fragile !  

Sa carrosserie est formée en aluminium comme l’ancien avec nouveauté, la disparition du bon vieux châssis au profit d’une structure monocoque également tout en aluminium dont Land vante l’extrême rigidité. En fait, le nouveau Defender est aussi technologique que l’ancien ne l’était pas, avec une transmission intégrale, une suspension à 4 roues indépendante adaptative et une transmission automatique à 8 rapports qui n’exclue pas un réducteur pour l’escalade et le franchissement comme l’ancien. 

La version 110 4 portes dépasse les 5 mètres. La version 90 3 portes plus courte l’épaulera bientôt –

La planche de bord est d’une grande sobriété faisant appel à matériaux lavables mais d’un aspect quelconque 

Il est proposé avec plusieurs moteurs au choix essence ou diesel, mécaniques de la lignée Ingenium vu sur d’autres modèles du constructeur anglo-indien. Les puissances varient de 200 à 240 ch pour le 4 cylindres diesel selon s’il compte un ou deux turbocompresseurs ou en essence, 300 ch pour le 4 cylindres de 2 litres ou 400 chevaux pour le 6 cylindres en ligne turbo de 3 litres à faible hybridation.

Land Rover ne soigne pas la présentation de ses moteurs recouverts d’un mauvais plastique

2300 kilos quand même 

Pour ma part, je me suis contenté de la version diesel 240 ch accouplé à une boîte auto ZF 8 rapports dont la commande est fort bien placée sur la console centrale à coté du démarreur. Pour s’aider à monter à bord, une poignée est prévue à gauche de la planche de bord très sobre comme sa présentation intérieure d’ailleurs. Malgré une ouïe encore bonne, si je n’aurais pas imaginé conduire une version diesel, si on ne me l’avait pas précisé, tant son bruit est étouffé. Douce est sa conduite forte de ses suspensions pilotées, son fonctionnement se veut onctueux avec ses rapports qui s’égrainent tout seul, docile est sa direction à assistance variable avec un roulis fort maitrisé et son agilité est remarquable eu égard à son gabarit.   Cela dit, malgré toute la bienveillance de l’électronique, il faut se rappeler que les lois de la physique existent toujours puisque l’ensemble avoue plus de 2300 kilos. 

Rapidement du haut de son poste de pilote, on se sent prêt à dominer le monde car les 240 ch sont là et bien là (0 à 100 en 9 secondes) bousculé par les 500 Nm de couple.  Essayé sous la pluie, il a montré une adhérence sans faille des ses grosses roues de 20 pouces malgré quelques tentatives de ma part pour en venir à bout. En fait, il est plus proche du Range que de l’ancien Defender qui était un incroyable tape-cul.

La commande de boîte située sur la console autorise une 3eme place avant en…. option 

Phares à leds de forme ronde en clin d’œil à son ancêtre 

Un franchisseur aussi

Une grande routière qui n’a pas la crainte de se muer en franchisseur comme nous l’avons testé sur un petit parcours tout terrain que le constructeur avait mis à notre disposition. Impressionnant de voir ce gros bestiau se jouer des creux et des bosses grâce à ses nombreuses cameras qui aident à placer ses roues à condition qu’on ait surélevé sa suspension de 20 cm. Suspension que j’avais oublié d’abaisser et qui m’a rappelé à l’ordre quand j’ai failli me casser la figure en descendant.  

20 000 € de malus pour rouler en 4X4 de luxe

Reste le tarif préoccupant comparé à l’ancien.  Sur le papier, il semble honnête eu égard aux prestations, avec une gamme qui commence à 50 000 euros en version 90. Las, ses prix s’envolent vite. Par exemple, la version 110 240 ch en First Edition essayée coûtait près de 75 000 euros, somme à laquelle on peut ajouter une liste de packs et d’options impressionnantes (170 !) puisqu’il y a même une échelle pour monter sur le toit. Avec 236 grammes d’émissions de CO2, il faut ajouter l’infâme malus de 20 000 euros plus une carte grise de 15 chevaux fiscaux et une taxe annuelle de pollution. C’est aujourd’hui le prix à payer pour rouler dans un luxueux 4X4 aujourd’hui. 

La roue de secours extérieure rappelle l’ancien Land. Une protection est possible en…. option – Le Land reste un vrai franchisseur avec une garde au sol réglable et son réducteur et blocage de différentiel 

Que reste-t-il au Range ?

  Au sein de la vaste gamme land Rover, entre l’Évoque, le Velar, le Discovery voire le Range, je ne saisis pas exactement le positionnement du nouveau Defender.  J’imagine mal un possesseur de ce véhicule même avec le film de protection optionnel facturé 4 290 euros, l’emmener dans la boue, les ronces, les fossés, gués et les devers…. . 

Le grand rétroviseur compense la mauvaise visibilité du rétroviseur central masqué par la roue de secours 

La disparition du vrai Defender en 2017 a enfoncé dans un profond chagrin les aficionados du  » Land » qui s’obstinent à croire qu’on n’avait jamais rien fait de mieux. Pour étouffer leur chagrin un important consortium anglais  Ineos, vient de dévoiler  le Grenadier, un tout terrain qui reprend l’esprit et l’esthétique et la rusticité du bon vieux Defender  avec sous le capot un 6 cylindres BMW. Sa commercialisation est prévue pour fin 2021….

 Le Grenadier qui devrait voir le jour fin 2021 s’inspire beaucoup de l’ancien défendeur au plan esthétique 

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

20 commentaires au sujet de « Very Big Defender ! 🇬🇧 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Phil

    La version courte me tenterait bien, quelle gueule ce nouveau Defender, en revanche je rejoins pas mal de commentaires, quelle erreur de le faire en 2 m de hauteur, impossible de se garer dans les parkings sous-terrains, c’est éliminatoire pour moi, quelle galère en ville de chercher une place pour un bestiau de cette taille, sans parler des coups de pare-choc et des sympathiques rayures de clé sur les ailes… Comment rater des ventes, pourtant la tendance est aux 4×4 compacts.

    Répondre
  2. Frankreich

    La version PHEV vient d’être présentée, elle permettra sur une société d’éviter la TVS, pas de coût de carte grise, pas de malus
    En outre, ça promet des performances élevées et une consommation réduite tant qu’on peut la recharger
    Un gros « + » pour moi vs. les SUV habituels : sans doute le seul à proposer une vraie roue de secours
    Un gros « – » pour moi vs. les SUV habituels : 2m de haut = pas de parking souterrain, pas de péages Télépéages, risque d’oublier et de tout pêter

    Répondre
  3. Henri

    J’aurai aimé un Land Rover Defender bien plus modeste : en motorisation, en dimension et surtout en poids…
    Le génie des grands bretons a été de concevoir des automobiles qui justement alliaient, dans des formats finalement assez réduits, des qualités disparues en 2020.
    Regardez bien sur les premiers Land Rover, Austin, Mini, certaines Rover sans parler des MG, Triumph.
    Au moment où nous devons être tous mobilisés par la réduction de nos émissions de CO2, il est consternant de voir justement les émissions de ces nouvelles Land Rover : 230g/km… au minimum pour le 90, 234 g/km minimum pour le 110.
    Soyons clairs, je ne suis là pour vouloir la mort des 4×4 tout terrain, mais tout de même il y a de quoi être de mauvais poil quand on voit un tout nouveau modèle incapable de peser moins de 1800kg et d’émettre moins de 150g/km. La raison principale tient dans le manque d’innovation de Land Rover et aussi dans l’équipement pléthorique dès les modèles de base. Or, pour partir à l’aventure, point n’est besoin d’avoir une véhicule trop équipé. Malheureusement, Land Rover veut transformer ses anciens baroudeurs en geek trop souvent rivés sur leurs écrans et tablettes plutôt que d’apprécier, à travers le pare-brise, l’environnement dans lequel il se trouve… ils gouteraient sans aucun doute l’importance de se mobiliser individuellement pour sauvegarder notre planète. Huge topic!
    Cheers.

    Répondre
  4. John Steed

    Né pour le franchissement, le Defender voudrait t’il maintenant s’affranchir ?
    Le petit personnel est devenu exigeant.
    Le Range est tout de même beaucoup plus distingué, l’Honneur est sauf.

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Le brutalisme de la plastique de ce néo Defender me renvoie invariablement à un fourgon de transport de fonds.
    Sans doute a-t-il été pensé pour transporter des gens de valeurs.
    Alors que dans le fond, son valeureux prédécesseur bâti pour être increvable, s’affranchissait de ces considérations sans importances…
    😉

    Répondre
    1. Mat Ador

      Pas mal croqué.
      Pour ma part, et bien que patriote, je reste moins insensible au projet de Ratcliffe né d’une discussion autour d’une pinte de bière dans un pub Londonien. Sympathique les Anglishes. Je rappelle que les Grenadiers à pieds de la Vieille Garde Impériale seront refoulés à Waterloo.
      A propos qu’en est-il des projets de Robert Bollinger, vous vous rappelez ces géniales B1 et B2 électriques découvertes sur POA il y a 2 ou 3 ans ?
      https://www.petites-observations-automobile.com/2017/12/bollinger-b1.html

  6. Mathieu

    Defender vs Wrangler, l’un des 2 a sus évoluer dans l’esprit du modèle original, pas l’autre.
    Allez débarder du bois avec ce nouveau defender…

    Dans un esprit Wrangler, un essai du Mahindra Thar serait le bienvenue s’il venait à être importé

    Répondre
  7. Fabrice

    2300 kgs et bourré d’électronique…. ça va être bien dans les dunes du Grand Erg Oriental ou dans les caillasses du Hoggar! Aller, on va commencer par les trottoirs du faubourg St Honoré puis on tentera Courchevel cet hiver.

    Répondre
  8. GilR107

    Bonjour, ce Defendeur est très désirable et il est facilement compréhensible qu’il va séduire beaucoup de gens suffisamment argentés qui pourraient notamment s’acheter un Classe G avec lequel il ne feraient pas plus de tout-terrain dans la vraie vrie. Le G virant dans le bling-bling avec son intérieur boite de nuit comme le reste de la gamme du constructeur, le Defendeur pourrait bien satisfaire des clients sensibles à cette sobriété britannique.
    Le terme infâme malus me semble bien exagéré. Oui ça tape sérieux derrière les oreilles, mais remarquez bien que s’il n’y avait pas de malus, les constructeurs continueraient purement et simplement à resservir les mêmes recettes polluantes. C’est déjà bien surprenant que l’on puisse balancer sans plus d’effort technologique un 4 cylindres simple mazout dans une voiture si récente et moderne, en alu et à ce prix… Une copie qui sera sûrement revue et corrigée prochainement.

    Répondre
    1. Philippe

      Parce que vous croyez que les moteurs consomment moins. Regardez l essai de la Hyundai i10 plus haut. Ce sont des moteurs sous dimensionné pour passer les tests mais en réalité on est obligé de taper dedans pour que ça avance et ça consomme énormément.
      Il y a plein de modèle avec de gros v8 qui ont eu moins de malus au passage en wltp par rapport à l ancien nedc.

    2. GilR107

      Oui Philippe, sans rapport mais bien d’accord avec vous. Pas convaincu du tout des bienfaits du downsizing.
      A ce prix, je trouve le contenu sous le capot pauvre et banal. A minima en base un effort d’hybridation sur un 6 aurait permis de passer à côté d’un tel malus et d’être cohérent avec le produit.
      Même si rien n’est parfait dans l’absolu en matière de motorisation. C’est selon l’utilisation que l’on en fait.