Souvenirs d’Autos (296) : Une super 5 à 5 francs

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Merci à Frédéric pour ce magnifique souvenir… qui me fait dire : « Et pourquoi pas moi ?… »

J’ai 45 ans aujourd’hui et la voiture dont je vais vous parler est arrivée un peu par hasard dans la famille… À l’époque, j’ai 13 ans et mon père dispose depuis peu d’une voiture de société.

Mes parents ont eu leur permis sur base seulement d’un examen théorique et comme mon père conduit le plus souvent, ce n’était que très rarement que ma mère prenait le volant (avec une conduite, disons, très personnelle).

Cependant, il faut bien dire qu’étant adolescent, tout comme mon frère de 2 ans de moins de que moi, il y avait de plus en plus le besoin de nous véhiculer à diverses activités et mon père n’avait pas trop le temps ni l’envie de faire le taxi.

Un jour de l’année 1987, mon père rentre de son travail et dit à ma mère de s’assoir car il a une nouvelle importante à lui annoncer. Ma mère craint une catastrophe mais c’est tout le contraire car il lui annonce que notre grand-mère a gagné une voiture suite à sa participation à la tombola du journal « Le Soir » (nous sommes en Belgique).

C’est une Renault super 5 TC Flash.  Ma grand-mère n’a pas osé annoncer directement la nouvelle à sa fille et a préféré contacter mon père.

Elle a bien fait car ma mère est tout en affaire. Aussi, c’est ma grand-mère qui n’a pas de permis qui a gagné la voiture et les clefs doivent être remises à la personne qui a acheté le billet de tombola gagnant. Afin de pouvoir lui remettre les clefs, ma grand-mère vend son billet gagnant à mon père pour 5 francs belges.

Allant à l’école, je ne peux pas assister à la remise des clefs mais il y a une photo prise par le journal où l’on peut voir mes parents, accompagnés de ma grand-mère et ma petite sœur qui devait avoir 5 ans. Aujourd’hui, j’ai retrouvé cette photo, qui est exposée chez moi avec un modèle réduit de la voiture que j’ai acheté l’an passé.

Comme nous sommes en Belgique, la plaque d’immatriculation est en possession du propriétaire d’un véhicule et comme mon père n’a pas encore rendu sa plaque sa voiture précédente, c’est celle-ci qui va servir pour immatriculer la Renault Super 5, obtenue grâce au billet gagnant.

La voiture est d’un rouge vif et cette série spéciale Flash a des lignes autocollantes sur les côtés et des enjoliveurs spécifiques. Lors de la
réception chez le concessionnaire Renault, le vendeur (qui ne nous a rien vendu) nous explique que TC est en fait la finition avec le plus petit moteur, de 956cm³ pour 42 ch avec 4 vitesses. Je me souviens aussi que mon père avait un préjugé sur la marque Renault qu’il ne trouvait pas trop fiable. Il n’a d’ailleurs jamais acheté de Renault…

Pourtant, cette voiture a vécu dans la famille en faisant très peu de kilomètres car elle ne servait qu’en ville pour ma mère. La conduite de ma mère lui a tout le même valu des petits accrochages et arrivant vers mes 18 ans, j’avais vraiment envie de conduire.

Un peu avant ma majorité, je me souviens de mon père qui juste après un lavage de la voiture, me dit de m’installer au volant. Il me donne les clefs et s’installe à la place du passager.

Je suis très existé car je réalise que je vais être conducteur pour la première fois. C’est un week-end et le quartier dans lequel on vit est calme. Mon père avait aussi pris soin de mettre la voiture dans l’impasse en face. Il me dit simplement d’appuyer de maintenir la pédale d’embrayage enfoncée, d’appuyer sur l’accélérateur et puis de lâcher doucement la pédale d’embrayage. Visiblement, je n’ai pas compris « doucement » et en fait, j’appuie assez fort sur l’accélérateur et malgré son petit moteur, je fais crisser les pneus de la super 5. Cela me surprend et je lâche tout pour appuyer sur le frein… et la voiture cale.

C’était mon premier démarrage et comme toutes les premières, on s’en souvient !

Maintenant, cela s’est passé avant mon permis et je suis bien décidé à le passer. Je passe assez facilement la partie théorique et mon père choisis la filière libre qui consiste pour lui à nommer 2 guides afin de passer l’examen pratique 9 mois après. Les guides sont en fait mes parents. Très vite, cela me permet de conduire la voiture alors que ma mère est passagère guide… Dans les faits, je dirais que ça l’arrangeait d’avoir un chauffeur pour aller faire les courses avec elle.

Je me sens vite à l’aise au volant de la voiture, me permettant de rouler un peu plus vite que ce n’est autorisé… Un prof m’avait d’ailleurs vu et m’avait fait la remarque au cours. Je me souviens aussi avoir pu rattraper in extremis cette voiture lors d’un tournant, ce qui m’a fait prendre conscience de ses limites.

Vient après le jour de l’examen pratique qui se passe un jour de pluie. Lors des manœuvres, l’instructeur est dehors et j’ai du mal à le comprendre à cause des essuies glace qui font du bruit. Enfin, ça va et je peux passer la partie de l’examen sur la route. Là, après une sortie de voie rapide un peu trop rapide, l’instructeur me dit de faire attention et insiste sur le fait que je n’ai pas assez utilisé la bande de décélération. Je me dis que j’ai loupé le permis mais à ma grande surprise, il me l’accorde et je peux aller chercher le précieux document, que j’ai toujours d’ailleurs.

Un an après, en 1994, mon père hérite de la Ford Escort de son père. Puis, suite à un changement de boulot, il décide de s’acheter une Ford Mondeo qu’il va immatriculer avec la plaque qui était sur la super 5.

Cette immatriculation (RE.053) a d’ailleurs passée par 9 voitures de mon père entre 1967 et 2012…

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion.

On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps…

Et si possible, joignez à votre histoire des photos….

On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

10 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (296) : Une super 5 à 5 francs »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre_

    Une belle histoire de famille autour de cette petite Cinq. Une auto qui a fait le bonheur de beaucoup de foyers, y compris le mien.
    La photo est superbe, le Souvenir est bouclé.
    Merci Frédéric pour cette histoire.

    Répondre
  2. Alain

    Belle histoire de chanceux !

    Que sont devenues ces super 5 qui envahissaient nos rues et dont l’immense partie fut dévorée par les Balladurettes… Je suis certain que de très belles pièces rares et dans des états exceptionnels ont ainsi été « mangées » et compactées…

    Cette auto est très sympathique à conduire car légère comme un vélo mais avec un moteur et un toit. Donc mieux que la mobylette…

    Quand on voit que l’Etat veut créer des taxes au poids sur les autos, si tu fait une carte grise de Super 5, ils vont peut-être te donner de l’oseille… Et pour une 2Cv, tu gagnes au loto !

    Merci Frédéric

    Alain

    Répondre
    1. Frédéric Lion

      Etant l’auteur de cet article, c’est vrai que la législation imposant les équipements sécuritaires permettait de rouler avec des voitures légères et peu puissantes.
      Aujourd’hui, j’ai une Seat Leon de 110cv et c’est plus compliqué de faire crier les pneus au démarrage.
      La remarque sur la taxe au poids me faire sourire aussi, d’autant plus que j’ai touché 200€ car j’utilise maintenant un vélo électrique pour aller de chez moi à la gare.
      Merci pour le commentaire
      Frédéric

  3. Nabuchodonosor

    Chez nous non plus il n’y a plus de quinzaines commerciales et l’association des commerçants n’achète plus de voitures à offrir aux chalands.

    Aussi quelle ne fut pas ma surprise lorsque, il y a quelques années de cela, faisant escale à Doha, je vis parmi le bazar du Duty Free de l’aéroport, quelques spécimens rares qui trônaient çà et là entre les flacons de parfums et les boites de chocolat, promises aux heureux gagnants de la tombola. Me revient une magnifique Quattroporte flambant neuve qui me faisait de l’œil et que j’avais à portée de rêve pour une poignée de Riyals.

    Mais le sort en décida autrement et ce n’est qu’une fois à bord de l’avion qui me ramenait au pays que je me souvins de cette maxime de la FDJ lancée en pâture sur l’écran cathodique « 100% des gagnants ont tentés leur chance ! ».

    Merci Frédéric pour ce SDA qui fait Bingo dans nos âmes d’enfants.
    Et merci au Commandant pour ces vendredi où tout est perm’ -is !
    😉

    Répondre
    1. COMMANDANT CHATEL

      Il y a très longtemps (de 79 à 84), je travaillais à Radio-Monte-Carlo à Paris.
      Et, j’allais à Monaco une fois par semaine (en avion sur Air Inter).
      Le soir, je m’ennuyais un peu. Sur le toit de l’hôtel Lowe, il y avait une supercar à gagner…
      Il fallait glisser trois pièces de 5 francs dans une machine à sous et… roule !
      Je rêvais de gagner la Ferrari ou la Porsche ou la Maserati et de rentrer à Paris avec.. mais, ce n’est jamais arrivé !
      Et je flambais mon défraiemement toutes les semaines….
      Voilà, mon cher Nabu, moi aussi je peux faire du SDA sauvage !!
      😉

    2. Nabuchodonosor

      Bien évidemment la FDJ aurait pu ajouter l’euphémisme « 100% des perdants aussi », mais c’était moins vendeur…
      Nom de D’ju… Commandant, passerez m’voir au Nikki Beach !
      😉
      Nabu-sequedesbonneschoses

    1. Thierry

      Dans notre ville il y avait ce que l’on appelait une quinzaine commerciale, avec une bonne douzaine de voitures à gagner, offertes par l’association des commerçants ! Je vous rassure ça n’existe plus, autre époque.
      Cela m’a valu une bonne tranche de rire quand le voisin qui avait gagné une des toutes premières GS essayait de toutes ses forces d’ouvrir le coffre le pied droit bien en appui sur le pare-chocs, pour mieux forcer de tous les muscles de ses bras … quand on se souvient du système Citroën de l’époque !
      Sinon j’ai eu grâce à cette quinzaine l’occasion d’acheter ma première Mobylette orange neuve … car le gagnant n’avait plus l’âge et l’avait fait reprendre par le concessionnaire local MBK.
      Félicitations, mais cette R5 qui devait avoir le levier au volant non ? Était très très basic.

  4. Ludovic

    J’adore cette voiture, j’ai d’ailleurs fait l’acquisition durant le confinement d’une super 5 campus de 1990 équipe du moteur 1,1 48 ch. j’adore la conduire elle est tellement agréable !

    Répondre