Mitsubishi Space Star : une neuve au prix de l’occasion

Par Patrice Vergès. Il y a peu Mitsubishi a annoncé réduire le choix de ses modèles en Europe. Le Space Star devrait être vendu chez nous jusqu’en août 2021. Profitons-en car c’est une super affaire ! 

C’est plutôt la ville, son terrain de jeu où son faible rayon de braquage excelle 

En négociant un peu avec son concessionnaire Mitsubishi, il doit être possible d’acquérir un Space Star contre 10 000 euros seulement sans tomber dans l’aide à la conversion et autres remises où son prix peut chuter à 6990 euros. 10 000 balles pour une voiture neuve garantie 5 ans ! 

 A ce prix écrasé, n’attendez pas de miracle, il s’agit de la version de base 1000 cm3 de 71 ch  d’un modèle qui est loin d’être une nouveauté puisqu’il a vu le jour en 2013. Mais il a subit très récemment une cure de jeunesse esthétique liée à un équipement sécuritaire revu qui en font une offre très intéressante. D’ailleurs en Europe, c’est la voiture la plus vendue de la gamme Mitsu, ceci expliquant cela. 

Né en 2013, le Space-Star vient de bénéficier de son second restylage

Les boucliers adoptent un style plus agressif dans l’ADN de la marque au 3 diamants tandis qu’un becquet surmonte le toit 

Une grande petite

 Excepté la Fiat Panda et Peugeot 108 ou Citroën C1 basiques, il y a peu de voitures vendues une aussi petite somme aujourd’hui.  Surtout que par son volume, la japonaise semble être d’un segment supérieur puisqu’elle mesure près de 3,90 m pour 1,50 de haut. Effectivement, elle est plus habitable avec un bel espace intérieur autant à l’avant qu’à l’arrière, un bon accès à bord, place dont pâti le coffre modulable il est vrai, pas très grand avouant 209 litres. Il y a mieux. En revanche, son restylage est particulièrement réussi avec une face avant dans le style maison au bouclier agressif tandis que l’arrière n’a pas été oublié ni sa planche de bord revue. Esthétiquement, elle ne fait pas datée d’autant que son CX (0,27) est toujours actuel jouant certainement un rôle positif sur sa faible consommation tout comme son poids d’hier de 900 kilos seulement.

 La Space Star est motorisée par un petit 3 cylindres atmosphérique proposé en 999 cm3 de 71 ch ou 1200 cm3  de 80 ch. Malgré son absence de turbo, ce moteur joyeux et présent n’en fait pas une voiture sous motorisée en zone urbaine où il est vif sur les premiers rapports en chantant bien mais j’aime ca. Je ne dis pas que sur route, en 5eme qui tire long, il ne manque pas un peu de nerf mais ce ne n’est pas sa vocation. Il accélère gentiment à condition de jouer de la boîte de vitesses (de 0 à 100 en 15 secondes) sans dépasser une consommation moyenne de 6 à 7 litres aux 100.

 La planche de bord a été aussi rajeunie avec un système d’infotainment actuel  – Position surélevée, bonne visibilité mais le siège réglable en hauteur exige de passer à une version supérieure

 La CVT idéale en ville

J’ai essayé une version 1200 équipée d’une boîte CVT, c’est à dire à variateur, facturée 1000 euros dont j’encense l’agréable fonctionnement en ville à condition de ne jamais écraser l’accélérateur comme un sourd mais au contraire de lever le pied pour qu’elle enclenche des rapports plus longs. Une proposition intéressante à ce prix dont le défaut est d’être moins bien adapté à une utilisation routière ou elle devient désagréablement sonore. Mais en théorie, ce ne devrait pas être le terrain de jeux du Space Star même si ces 160 km/h lui permettent un usage autoroutier.

 Coté dynamique, c’est une traction avant plutôt légère de direction assistée électriquement évidemment mais pas très précise dont le gros mérite est d’offrir un rayon de braquage très court. Le confort est honnête sans plus, le freinage à disque à l’avant fait son boulot.  L’intérieur n’est pas d’une folle gaîté mais les plastiques ne sont pas si mal que cela, l’instrumentation est fort lisible et la visibilité excellente de même que la position de conduite légèrement dominante  tandis que les nombreux vide-poches offrent un volume conséquent. Une voiture facile à vivre au quotidien.  

Les plastiques ne sont pas de mauvaise qualité et les vide-poches de portière sont vastes 

Le coffre qui cube 209 litres n’est pas très grand 

Agréablement surpris

La gamme démarre avec la finition Inform pas si mal équipée avec des glaces et rétroviseurs électriques, capteur de pluie et allumage automatique des feux, radio, fermeture centralisée. Seul défaut à mes yeux avec des enjoliveurs de roues au dessin déprimant qui incitent à grimper à une finition supérieure Invite proposée seulement 1000 euros de plus et bien plus pimpante, chaussée de jantes en alliage de 14 pouces, chromes et effets carbone, volant et pommeau cuir, quatre vitres électriques. 1000 euros qui changent tout !  

Ses prix varient de 11990 euros à 15 990 euros selon les motorisations et degrés de finition assortie d’une garantie de 5 ans. Prix théoriques et à mon avis très négociables surtout en ce moment d’où notre titre mais c’est à voir avec le concessionnaire de la marque aux trois diamants. 

En essayant cette voiture au milieu de nombreuses nouveautés plus excitantes, je n’en attendais pas à autant pour être franc. Ce fut plutôt une bonne surprise car il s’agit  d’une voiture généreuse surtout pour son prix dont le volume intérieur peut rendre de grands services à une petite famille qui cherche à acheter un véhicule  au meilleur prix qui donne plus qu’il ne promet.  L’inverse existe. 

Sur routes, le petit 1000 cm3 de 71 ch montre vite ses limites victime de rapports très longs

 

La boîte de vitesses CVT conseillée en usage urbain n’est proposée que sur la version 1200 

 

L’avis des Petits Observateurs !

6 commentaires au sujet de « Mitsubishi Space Star : une neuve au prix de l’occasion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Neufcentdixespada

    Mon dieu ,qu’elle me semble , loin ma craquante Mitsu colt gti de 1995… 100 000 bornes en trois ans avec pour seul pépin un câble de lève vitre électrique qui a lâché( et quelques glissades façon savonnette sous la pluie,la faute a une monte pneumatique un peu juste?) . Petite bagnole,mais le vtt rentrait ,roues démontées pile dans ke coffre en enlevant le cache bagage ,sans rabattre les dossiers des sièges arrière. Quelle ciradine peu en dire autant aujourd’hui ?( il est vrai que les vtt ont grandi,le dernier en date ne rentre meme plus dabs la soute d’une 308 sw qui cube plus de 600 dm3)… bref,je m’égare,mais ,Mitsubishi ,qu’est tu devenu??

    Répondre
  2. Fils de Pub

    Ça sent l’opération »Liquidation totale » à plein blair…
    Que n’ai-je point entendu ici ou là le départ de Mitsubishi du marché européen ?
    M’enfin pour une patate, ça reste une bonne affaire…
    Merci du tuyau.

    Répondre
  3. aZ3man

    Merci beaucoup pour cet essai Patrice.
    Dans un univers ou l’inflation du prix des « petites » n’a ‘égal que leur volonté d’avoir tout d’une grande, en voilà une qui s’assume… La garantie 5 ans parachève l’intérêt manifeste.

    Répondre
  4. AZ3man

    Merci Patrice pour cet essai.
    Dans un paysage ou l’inflation du prix des « petites » voitures n’a égal que leur volonté d’avoir tout d’une grande, en voici une qui s’assume… La garantie 5 ans parachève l’intérêt manifeste.

    Répondre