Alpine est sauvée ! 🇫🇷 merci Luca de Meo

Par Patrice Vergès.Après avoir essayé la nouvelle Alpine A110 il y a bientôt 3 ans, nous avons repris le (petit) volant cuir de la nouvelle version S plus puissante de 40 chevaux.

Dans le magazine Option Auto, j’ai longtemps commis une rubrique intitulée  » Il était une mauvaise foi » où je me montrais particulièrement de mauvaise foi, souvent en mal d’ailleurs, au sujet d’une voiture, rubrique qui provoquait parfois des réactions violentes de lecteurs.  Dans les lignes qui suivent, je ne vais pas être très objectif et certainement de mauvaise foi, car je suis sorti autant enthousiasmé par la version S qu’en son temps par la 252 ch en 2018. Vous êtes prévenus !

Alpine en F1

 Des vents mauvais ont circulé sur l’avenir d’Alpine ces derniers mois pas très apaisants liés à la baisse de la production de l’A110. Vents mauvais qui ont été soufflés il y a peu avec une annonce rassurante. Alpine répond qu’elle correspond aux cadences normales (9 par jour) alors que celles du départ (15) étaient gonflées par la production des 1955 voitures précommandées que la marque devait produire en plus. Cela dit, après plus de 9000 voitures produites depuis les débuts de la marque, la version S qui représente environ un tiers des ventes avec des reprises de Pure ou légende, exige quand même 6 à 7 mois de délai de livraison et l’engouement suscité autour d’elle n’est pas éteint, loin de là. Les premières A110 d’occasion se vendent généralement autour de 58 000 euros, soit sensiblement leur prix d’achat ce qui est rassurant. Ensuite, les deux heures où je suis resté dans le centre Alpine à échanger avec Laurent son responsable, j’ai pu  croiser de nombreux visiteurs venir rêver autour ou prendre RDV pour un essai. C’est rassurant pour l’avenir de la marque. 

Courte, basse, ramassée, l’A110 fait un clin d’œil esthétique fort réussi à son ancêtre la 1600 S 

Aucun artifice aérodynamique extérieur ne détruit une ligne pure 

S = 40 chevaux de plus

Pour survivre, Alpine doit élargir sa gamme sous la forme d’un SUV léger, de séries spéciales Color Edition et de versions plus musclées. Job de la S dont le 4 cylindres 1800 TCE délivre 292 ch grâce à un turbo qui souffle plus fort contre 252 pour les normales toujours au catalogue. Par la même occasion, sa suspension a été bien raidie et ses pneus ont été légèrement élargis d’un centimètre (245 à l’arrière). Elle adopte en série un paquet d’options comme les gros disques de frein de 320 mm, l’échappement sport, de remarquables sièges baquet Sabelt allégés, pédalier en alu plus d’autres bricoles tout en restant presque identique extérieurement sauf au niveau des jantes et logo. 

Déjà esthétiquement, je la trouve toujours aussi réussie très proche de l’esprit de l’ancienne même si certains puristes la jugent trop massive. Je ne sais pas si aujourd’hui, beaucoup d’acheteurs d’aujourd’hui aimeraient se tordre le cou pour se glisser dans une voiture aussi minuscule (1,13 m) que l’originale. Avec 1,25 m et ses portes qui s’ouvrent haut liées à des seuils étroits, l’A110 est facile d’accès même pour un grand gabarit. Silhouette pure et compacte sans artifice posée sur de superbes jantes gris foncé spécifiques de 18 pouces qui lui vont bien au teint. Au fait, contrairement à ce beaucoup imaginent, sa carrosserie est en aluminium et non en polyester !

Superbe sièges baquet allégés de série recouverts de cuir matelassé – Instrumentation digitale avec télémétrie embarquée 

Trois modes de conduite

Que dire de l’habitacle ? Tout me séduit avec la planche de bord qui fait un clin d’œil à l’ancienne malgré l’électronique et surtout où on retrouve une position de conduite parfaite, bien enserré dans les baquets, les mains posées sur le minuscule volant aux surpiqures  oranges sur la version de couleur blanche ( j’aime moyen) essayée. Les rangements latéraux qu’on nous avait promis lors de son lancement ne sont jamais arrivés et c’est pour moi, l’un de ses plus gros défauts avec une visibilité intérieure assez médiocre, il est vrai due à ses formes. Pas de levier de vitesses ni de frein à main mais 3 touches seulement noyées sur la console centrale, avant pour commander les 7 rapports de la boîte à double embrayage plus l’arrière et le point mort avec en prime une touche rouge sur le volant qui commande les 3 types conduite sectionnés ; normal, sport et piste. 

 J’ai lu ici ou là que la S était devenue furieusement inconfortable à cause de sa suspension durcie.  Certes, elle est plus ferme mais grâce à ses amortisseurs à butée hydraulique elle digère encore bien les ralentisseurs et les mauvaises routes mais reste assez bienveillante pour les reins. J’ai connu pire ailleurs. La direction est un petit chef d’œuvre de précision, les vitesses s’égrainement sans à-coups, le petit 4 cylindres gronde gentiment dans le dos. On peut prendre l’autoroute dans de bonnes conditions de confort autant physique qu’auditive. 

3 boutons seulement sur la console centrale ( carte de démarrage mains libres) – la petite touche rouge sur le volant permet de choisir ses 3 modes de conduite

 

Jubilatoire

 Si vous pressez la touche rouge sur mode sport, alors là, tout change. Le moteur adopte des tonalités plus graves qui imitent à merveille les deux gros carburateurs Weber de 45 de son ancêtre avec des claquements à la décélération et gargouillis à l’accélération. Le volant se fait plus ferme, l’accélération plus sèche, la suspension plus dure et la voiture encore bien plus excitante. 

Certes, les puristes ont regretté que ses 40 chevaux ne se perçoivent pas par une poussée plus vigoureuse à moyen régime à cause du couple situé plus haut et pas plus généreux limité par la résistance de la boîte de vitesses  

En fait, ils ne se perçoivent qu’à hauts régimes et pour être franc, je le suis, sur route ouverte où je l’ai conduite, je n’ai senti guère de différence avec l’ancienne. Qu’elle file à 260 km/h contre 252 et qu’elle avale le 0 à 100 en 4,4 s contre 4,7 ne change pas grand chose et on doit perdre aussi rapidement son permis avec l’une que l’autre. Il est absolument impossible de rouler à 80 km/h sur la route avec cette voiture tant est elle donne une impression de facilité, de légèreté (1110 kg) d’efficacité et surtout de plaisir. Un plaisir qui génère immédiatement de la frustration.  D’ailleurs, deux de mes relations ont vendu la leur par crainte de perdre leur permis.  C’est l’une des raisons qui se fait que je n’en ai pas achetée une lors de sa sortie. 

 Frein à main électrique reproché par certains puristes – Jantes spécifiques GT Race de 18 pouces qui laissent deviner les gros disques pincés par des étriers orange

Joueuse

Dans des conditions de circulations difficile, je n’ai pas pu trop tester son coté joueur mais je me suis surpris à commettre des choses indignes de mon âge. La gourmandise avec laquelle elle avale les virages, son agilité de conduite, son accélération, son freinage puissant, sa légère dérive de train arrière facile à contrôler, sa vivacité vous donnent l’illusion que vous êtes un grand pilote. 

  Ajoutez une consommation d’essence faible (réservoir trop petit de 45 litres), un malus presque raisonnable (1153 euros) comparé à celui d’une Porsche Cayman ou la fameuse Toyota Supra que je n’ai pas essayée, contre un tarif en théorie de près de 10 000 euros supérieurs à celui de la Pure (57 000 euros) retombe autour de 5000 euros si on additionne toutes les options de série. A 67 900 euros, son tarif est totalement justifié et en adéquation avec celui de l’époque puisque en 1970, une A110 1600 S coûtait 35 000 francs avec quelques options dont Alpine abusait. Soit le prix de deux Peugeot 504 !   Comme celle d’hier, l’A110 d’aujourd’hui est une voiture qui donne du bonheur.  

Le moteur manque un peu de glamour au plan esthétique mais il délivre 292 ch à 6 400 tr/mn 

Feux 100 % led

L’avis des Petits Observateurs !

17 commentaires au sujet de « Alpine est sauvée ! 🇫🇷 merci Luca de Meo »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. JM Ander

    Je ne suis pas inquiet quand un groupe automobile est dirigé par des passionnés d’autos et de sport auto comme Tavarès ou Di Méo, beaucoup plus quand ce sont des financiers aveugles comme Marchionne ou Ghosn !

    Répondre
  2. Frankreich

    Petit tuyau, Alpine (pour l’instant essentiellement à Boulogne et dans le sud) a lancé depuis une semaine une offre de location. Sur un WE du vendredi au lundi à 350€ me semble-t-il ce qui n’est pas excessif si on regarde le prix des locations de véhicules un peu « exotiques » chez Avis ou autres.
    La Legend et la S sont disponibles à la location

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      Oui. Mais rassurez-vous, je le fais sécher chaque soir (plus facile à écrire qu’à prononcer) avant de le remettre soigneusement roulé en boule dans ma poche le lendemain. Songez que j’ai ainsi le même masque depuis près de trois semaines et que personne ne s’en aperçoit dans mon entourage. Quelle économie !

  3. Fabrice

    Tant qu’il y aura des voitures comme cette Alpine, la passion existera. C’est une gageure dans un monde de SUV et d’électrification tout azimut. Je crains seulement que le virage SUV (même léger) d’Alpine ne vienne ternir l’image de cette marque “pure” et sans concession. Tu es notre dernier espoir, Forza Luca!

    Répondre
  4. Pascal M

    Merci Renaud pour cet article impeccablement rédigé et impartial. La comparaison avec les tarifs Porsche se révèle tout à fait exact. Si vous voulez essayer une a110 en condition de route de montagne contactez moi ! Un comparatif Porsche / alpine dans ces conditions n’ont jamais été faites .Cela serait tellement POA. Je suis sûr que dans ces conditions un tel comparatif serait à l’avantage de l’alpine . Pascal (le petit observateur de l’a110NG du mercredi )

    Répondre
  5. Nabuchodonosor

    Pour les fondus il existe aussi les versions compétition client, GT4, Cup ou la récente version Rallye qui s’échange contre près du triple de celle que vous venez d’essayer Oncle Pat’ et que j’ai pu découvrir le week-end dernier lors du Rallye du Mont-Blanc Morzine, où elle arrache un podium au scratch derrière 2 C3-R5 quatre roues motrices s’il vous plait.
    La légende est de retour.
    😉
    http://www.rallye-mont-blanc-morzine.com

    Répondre
    1. Ludovic

      la suspension ne se raidit pas en mode sport puisqu elle n est pas pilotée
      quand aux rangements latéraux ils sont bien disponibles en accessoires
      en fin pour le côté piège a permis je suis totalement d accord et je ne sors la mienne hors session circuit que pour les petites routes de campagne sinueuses à des heures où le trafic et la maréchaussée permettent d’en profiter car l utiliser autrement c est vraiment gâcher la marchandise !

    2. Gt Line 80

      Merci à Guigou et tous les ingénieurs qui nous ont fait une exceĺĺente voiture de rallye déjà au rallye du touquet avec DELECOUR