Pourquoi j’aime Simca ? 🇫🇷 (confession d’un jeune de 25 ans)

Il n’y a pas que notre Patrice Vergès national qui aime Simca. Alexandre Untrau est un petit observateur de 25 ans,  ingénieur de formation, qui a confié à POA sa passion pour la marque Simca à travers cette lettre ouverte.

«  Je roule », une expression que l’on utilise presque plus aujourd’hui.  Régulateur de vitesse , allure stabilisée sur larges autoroutes, assistant vocal, téléphone connecté,… aujourd’hui on avale les kilomètres sans effort dans une position haute et c’est très agréable. Ok d’accord, mais y prenons nous vraiment du plaisir, est ce devenu ça la conduite ?

Quand on entend les récits de nos oncles en Simca 1000 rallye, ceux de nos grand parents qui descendaient jusqu’en Italie en Simca 1301, on a l’impression que c’était vraiment quelque chose ! On a tous un exemple en tête de Simca dans le cercle familial. Alors on se dit que ça devait être vachement sympa ces longs périples ! 

Quand on monte dans une SIMCA on est tout d’abord enchanté. Waouh !! Les coloris des garnitures sont aussi fun que ceux des carrosseries. Le tableau de bord est simple et élégant. On est bien loin du dépouillement d’une R4 ou d’une 2cv. Tout parait bien agencé, réfléchi et surtout utile. Tous les voyants que l’on ne voit plus aujourd’hui prennent place dans un joli ensemble (pression d’huile, température, charge). C’est cool, les sièges sont moelleux, c’est top !

Simca Ariane Simca 1301 Spécial

Un coup de starter et la mécanique se réveille. Un joli bruit qui peut dérouter tant le moteur semble proche. 1ere et c’est parti. On passe doucement les vitesses et à 50km/h on est déjà en 4éme. Les freins sont très doux comme la direction. On comprend alors que l’on peut oublier le domaine au dessus des 120Km/h et pourtant le compteur monte à  180 ! On revoit nos concepts, une petite route à 70km/h tranquille, on prend le temps de « rouler », on apprécie, on écoute le moteur. Les glaces non traitées UV nous force à ouvrir les fenêtres et ces curieux déflecteurs qui rafraichissent plutôt bien ! C’est une conduite que l’on ne connait pas et on comprend petit à petit le plaisir de nos aïeux à se lancer sur une N7 bondée à bord de ces engins.  

Simca Rallye 1

La conduite est aussi plus physique, ça fatigue ! On apprend à connaitre la voiture, un œil sur la température, un œil sur le retro, on est cool en SIMCA. Les suspensions sont un peu raides mais tout va bien. Une petite ballade suffit pour retrouver le sourire dans cette bulle lumineuse ou les camions semblent être des géants et les monospaces des camionnettes surélevées car on est bas en SIMCA.

Simca 1100 TI

 Quand on ouvre le capot on voit tout, un petit moteur, une batterie, un démarreur,…  Tous les organes sont visibles. « Intervalle de vidange : 10 000km », cela peut choquer aujourd’hui. Mais doucement on apprend, on démonte car c’est plus simple qu’une DS ou une berline teutonne une SIMCA ! On apprend à écouter/régler le carburateur, changer les rupteurs, faire un réglage de l’avance à l’allumage. On apprécie, on comprend mieux son véhicule, on commence à l’apprivoiser. On découvre que beaucoup d’opérations sont faisable « à domicile » moyennant peu d’outils. Une clé de 10 et de 17 et c’est parti. 

Certes les SIMCA rouillent et la découverte d’un point laisse toujours amer mais tous se répare, c’est de « la bonne tôle bien épaisse » ! On apprend à fouiller les sites à la recherche de la pièce qu’il nous faut : un allumeur SEV, des antibrouillards SIEM, un alternateur Ducellier,… Tant de marques disparues aujourd’hui et qui faisait la fierté presque patriotique ! On s’approprie ainsi sa SIMCA, son histoire, choses quasiment impossible avec les véhicules d’aujourd’hui.  L’articulation merveilleuse de toutes ces technologies simples, compréhensibles et  plus ou moins fiables nous laisse songeur quand à la complexité des véhicule actuels.

Simca 1500

Simca Bagheera

C’est donc ce mélange de choses entre simplicité et élégance, prudence technique et charme suranné qui rend les SIMCA si désirables pour les jeunes d’aujourd’hui. Au dessus de la rigueur des Peugeot ou des technologiques Citroën, les SIMCA  sont de formidables machines à remonter dans un temps pas si vieux. Des machines encore accessibles avec lesquelles on peut s’amuser, prendre son temps, apprendre. Etre léger mais toujours prudent ! C’est un formidable lien intergénérationnel qui permet de rouler «  à l’ancienne »  sans être trop rustique, fade ou trop compliqué. Alors « Bienvenue à Bord » comme lançait les publicités SIMCA !

Pour ceux qui s’intéressent à Simca, découvrez le livre de Patrice Vergès ( éditions ETAI) sur les plus belles Simca de1960 à 1980

Simca était le roi de la communication notamment avec cet autocollant apposé sur toutes leurs voitures

 

L’avis des Petits Observateurs !

23 commentaires au sujet de « Pourquoi j’aime Simca ? 🇫🇷 (confession d’un jeune de 25 ans) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Jean-Michel KAGAN

    Puisqu’on évoque les souvenirs, j’ai appris à « conduire » sur une Ariane 4, dans l’arrière pays varois pendant les vacances. J’étais debout derrière la banquette avant, mon père au volant qui me disait qu’il ne pouvait plus tourner le volant et que je devais l’aider.
    Alors sur la pointe des pieds, toujours debout derrière,je prenais le volant. Ben oui à 7 ans ce n’est pas évident.
    Je me souviens encore de sa plaque, 4402-HB-75.
    L’Ariane avait succéder à une belle Versailles bicolore, mais on avait perdu tous les accessoires luxueux et le V8 en changeant de modèle, seule et unique compensation une boîte à 4 rapports au lieu des 3 de la Versailles.
    Concernant la Versailles, je ne me rappelle que la 2ème partie de la plaque ….EA-75.

    Répondre
  2. Georges Piat

    SImca, ça évoque pour moi la fraîcheur et la joie. Le design plutôt aérien, surtout par rapport à ce qu’on voit maintenant, et les couleurs…

    Répondre
  3. John Steed

    Ne serait-ce pas la sublissime Sylvia Christelle, éternelle Emmanuelle qui pose là, dans la Bagheera ?
    A moins que mes souvenirs émoussés ne me jouent des tours…

    Répondre
    1. Emma Peel

      La plante je ne saurais vous dire John, mais la Bagheera est la version André Courrèges, grand promoteur de la mini jupe et du ticket de métro…

  4. Nabuchodonosor

    En toute humilité, je crois que ma première Simca fut ce taxi Aronde bicolore de 1954 dans lequel s’engouffra Tintin depuis l’hôtel Cornavin pour se rendre chez le Professeur Topolino à Nyon dans l’Affaire Tournesol page 20, lorsque, sous une pluie battante, une mystérieuse Citroën traction noire entreprit une queue de poisson suivi d’un bon coup de frein, surprenant le chauffeur et précipitant la Simca dans le lac sous l’oeil ébahit d’un cygne… Aïe… Aïe… Aïe !
    😉
    Nabu-Tintinophile

    Répondre
  5. Marc

    La voiture de mon enfance, simca 1000 premier voyage à l’étranger, simca 1301 avec grande banquette, voyage au Portugal en 1969 mon père que j’admirais au volant, simca 1100 que j’ai repris à mon père en 1976 et que malheureusement j’ai retourné, simca 1000 rallye 2 version 86cv, voiture de mes premiers rallyes, simca 1100 spéciale, toutes ces autos inoubliables Puis passage à Talbot Horizon S 2 fois et malheureusement ayant assez de la rouille passage à un véhicule allemand Mais jamais je n’oublierai les années Simca

    Répondre
    1. Mat Ador

      On voudrait bien que vous nous contiez aussi, ici-même, Label Image sympa de l’aventure Simca mon Commandant.
      On dit qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, mais je constate que cette année c’est la Covid qui nous en a privé, alors une histoire d’hirondelle suffirait à notre bonheur.
      D’avance merci mon Commandant.
      🙂

    2. Mat Ador

      Merci mon Commandant, mais quand je dis on voudrait, le on est collectif
      Ne pourrions nous pas tous profiter de ce documentaire ici même ?
      Cordialement.

    1. Pierre_

      La première que je connus fut la Simca 1000, vert foncé il me semble, de notre formidable animateur Christian Garcia, je le site, à la mjc du village. Nous fûmes d’ailleurs les premiers adhérents, tout môme dès 72.
      Souvenir très marqué de cette sympathique Auto reconnaissable d’entre toutes au bourg.

  6. LESIMPLE

    A 62 ans, il me reste de très bons souvenirs de 1976 avec des escapades à bord de la SIMCA 1000 Rallye 1 de mon cousin. Un jour, un copain de celui-ci a pris le volant pour l’essayer .
    Nous étions 5 dans le véhicule et roulions à 120 km/h dans une allée forestière limitée à 40 ! Le Bon Dieu était sûrement avec nous ainsi qu’avec n’importe quel être vivant qui aurait pu traverser à ce moment.
    Pour en revenir aux véhicules anciens en général, chaque marque avait son odeur d’habitacle, SIMCA avait la sienne. Aujourd’hui, tout ceci ainsi que les bruits de moteur me manquent…

    Répondre
  7. Chapman

    Les Simca étaient des voitures joyeuses et sympa à conduire. J’en ai possèdé plusieurs, Aronde Châtelaine, P60 Ranch,Simca 1500 Break, Simca 1100 Spécial…….berline…
    Mention spéciale à la 1100 si polyvalente et rigolote ( sous son air austère) et la 1500 avec sa banquette avant en skaï qui favorisait les rapprochements dans les virages serrés.
    Je suis heureux qu’un jeune homme puisse encore citer le nom de cette marque.

    Répondre
    1. Dubby Tatiff

      La manivelle de la vitre arrière du hayon rabattable de la 1500 Break ! Une des plus belles petites observations de l’histoire automobile de mon panthéon personnel.

  8. Neufcentdixespada

    Et comme disait mr Gallois(joué par Charles Denner) dans « Le Voyou » de Lelouch: »MERCI SIMCA !! »… film de 1970,année pendant laquelle je roulais moi aussi dans la 1000 ,première auto de mon père…tout en m’extasiant sur les Simca à l’américaine avec leur noms de châteaux.

    Répondre
  9. Nabuchodonosor

    Bienvenue Alexandre.
    Les Petits Observateurs se félicitent qu’un ingénieur qui plus est passionné vienne grossir leurs rangs.
    😉

    Répondre
    1. François P

      Dans les années 50/60 une partie de ma famille travaillait chez Simca, l’ autre chez Renault. Je vous laisse imaginer les réunions de famille quand inévitablement les discussions arrivaient sur le sujet automobile. J’écoutais les arguments des uns et des autres, tous teintés de beaucoup de passion. J’avais un petit penchant pour les Simca que je trouvais seduisantes avec leurs lignes simples, leurs belles couleurs et leurs intérieurs lumineux…meme si secrètement je devais d’avoir une DS

  10. San Francesco d'Assisi

    Dieu, Père plein de tendresse, a réconcilié le monde avec lui par la mort et la résurrection de son Fils.
    Il a envoyé l’Esprit Saint pour la rémission des péchés.
    Qu’il vous accorde, par le ministère de l’Église le pardon et la paix.
    Et moi je vous pardonne vos péchés Alexandre et soyez le bienvenu sans le monde des bagnolards, au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.
    Amen

    Répondre