Lada Niva 🇷🇺 Mieux qu’un Defender ?

Découvrez le petit observateur Paul qui nous présente son Lada Niva de 2001.

Si vous aussi vous avez une voiture moderne ou ancienne, que vous souhaitez venir présenter chez POA à Paris. Pour cela envoyez nous 3 photos de votre auto à et un bref descriptif vous concernant à petitesobservationsautomobiles@gmail.com

L’avis des Petits Observateurs !

27 commentaires au sujet de « Lada Niva 🇷🇺 Mieux qu’un Defender ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Ju44

    Pour avoir pu tester le Lada Niva et le Defender, je confirme que le Niva est largement plus confortable de suspensions et de conduite. Il n’y a même pas match… Le Defender garde pour lui son charme tout britannique et sa hauteur camionesque, même si le regard du Niva reste jovial et lui attire la sympathie!

    D’ailleurs sur le Niva la conduite est étonnement douce. la direction assistée est souple et se manie d’une main, le passage des vitesses et l’embrayage sont également très agréables… L’assise est tout à fait confortable, et l’espace est compté, même s’il reste correct.

    En fait elle m’a fait penser à une version modernisée et mieux motorisée de la 2cv. Une version qui aurait cependant gardé le niveau sonore magistralement élevé sur routes, lorsqu’on entend la mécanique de la boîte de vitesse siffler de plus en plus fort, au fur et à mesure que la vitesse de l’engin augmente.

    Pour les défauts du Niva, je crois que le système électrique, parsemé d’écrous et de contacts qui se désserrent au cours de la route, est son défaut principal. Cela occasionne la perte des éclairages, des voyants en mode sapin de Noël… Bref, une caractéristique qui pourrait être tirée de la belle anglaise dont elle s’inspire !

    Répondre
  2. Pascal DeVillers

    Bonsoir,
    Ce partenariat avec FIAT ne m’étonne pas , il me semble me souvenir dans les années 80 que la Fiat 124 avait servit de base à la LADA 1200,et en y regardant bien le NIVA ressemble à une grosse PANDA.
    Pascal

    Répondre
  3. FredG

    Comme aime à dire notre « camarade Président », l’Avtovaz Lada Niva est « juste dans sa promesse » : rustique, solide, passe partout.
    Elle a surtout (comme la Fiat Panda 4×4) démocratisé l’accès aux quat’ quât’, : les Toyota BJ40 et autres Land Rover Defender étaient bien plus chers. Puis vinrent les Suzuki Jimmy, (et Santana Vitara) Toyota Fun Cruiser…

    Répondre
  4. Mat Ador

    Au fil du jour, l’homme aux clefs d’Or, Monsieur Paul par-ci, Monsieur Paul par là.
    Mais bien-sûr chère Madame, Monsieur Paul va vous conduire en limousine à travers Paris pour votre shopping. Laissez vous aller à vos plus folles envies, Monsieur Paul s’occupera de tout. Laissez lui votre carte Gold, il règlera les formalités et portera vos paquets.
    Ou encore,
    Une sortie sportive pour Chantilly ? Aucun problème chère Madame, Monsieur Paul sortira la Porsche.
    Ou encore,
    Un Pique-Nique improvisé ? Mais bien-sûr chère Madame, Monsieur Paul va préparer le Grand California avec le set de table approprié.
    Ou encore,
    Un Safari pour voir les Hippos à Thoiry ? Aucun soucis chère Madame, Monsieur Paul à tout prévu, la Niva sera sur le Perron dans 1/4 d’heure.
    Ou encore,
    Une balade en 208 ? Ah, euhh, huum, je crois que cela ne va pas être possible chère Madame, Monsieur Paul est indisposé aujourd’hui, or il est le seul a convoyer notre clientèle prestigieuse en toute sécurité… Encore, toutes nos excuses chères Madame… Si Madame a un autre désir…

    Répondre
    1. Thierry

      Il est adorable ce type, et c’est vrai que maintenant quand je croise une 208 nouvelle version je la regarde différemment !

  5. Touringske

    C’est intéressant ! La voiture, bien sûr mais aussi l’approche de Monsieur Paul. Au premier abord, on serait tenté de conclure que ce n’est pas un « bagnolard ». Et puis, quand on l’écoute, on comprend que sa manière d’aborder l’automobile, avec pragmatisme, recul et sans fétichisme ne s’oppose en rien à un plaisir – voire un bonheur – de posséder et d’utiliser une voiture. Il y a donc autant de manière d’aimer un véhicule qu’il y a d’individus. POA a encore du grain à moudre pour pas mal de temps dans son exploration de la dimension humaine du sujet. Et ça tombe bien puisqu’on aime çà. Merci à tous.

    Répondre
  6. Lieutenant Columbo

    La Place Saint-Georges a bien changé, M’sieur Dames, elle est méconnaissable.
    On m’avait pourtant prévenu que le Maire de Paris mettait les bouchées doubles pour rendre Paris plus vert, mais je n’imaginais pas que ce pouvait être à ce point…
    Pffiuuuuu… Scootch, scroootch…

    Répondre
    1. regis

      c’est vrai que le confinement a eut du bon , la nature a repris ses droits … c’est donc la seine que le niva longe sur sa droite ?par contre je n’ai pas vu le pont de l’alma ….
      en tout cas , un vrai 4×4 bien rustique ça rend bien de services à la campagne ( je suis l’heureux possesseur d’un UMM depuis 1992 )

  7. Pascal DeVillers

    Bonjour,
    Moi j’attends toujours que Monsieur Paul nous présente sa Mercedes S280 quand il était chauffeur au RITZ vers la fin des années 90 .
    Patience , je crois qu’il y avait quelques travaux de carrosserie…
    Le Niva super j’adore la voiture à tout faire.
    Pascal

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Quelques travaux de carrosserie dites vous ???
      Paul, il s’agit de son prénom je présume ?
      Car le collègue du nom de Paul qui conduisait la Royale classe S dans ces mêmes années, à tragiquement terminé sa course sous le pont de l’Alma…

    2. Pascal DeVillers

      Bonsoir Lt Colombo,
      Ah bon vous m’en apprenez des choses…
      Quel fin limier !!!
      Franchement je savais pas tout ça…
      Heureusement qu’il y a encore des officiers comme vous dans la police , je suis rassuré.
      Qui est le coupable? Sabotage des freins ?
      Pascal

    3. Pascal DeVillers

      Au fait LT Columbo,
      Vous passerez dans mon bureau, c’est pour parler de votre avenir professionnel dans la brigade…
      J’ai pensé à vous… ; j’ai une place qui se libère à la circulation ; c’est bien la circulation vous savez…
      C’est pour faire des des contrôles de vitesses dans le tunel du pont de l’ALMA.
      Cpt Pascal

  8. Nabuchodonosor

    Confidences pour confidences ou plutôt SDA sauvage pour SDA sauvage, mon beauf’ aussi en possédait un. Je m’souviens qu’il était d’un orangé-rouquin-rouillure, prémonitoire… Le Niva passait partout en effet, mon beauf’ s’en servait l’hiver comme chasse-neige mais sans la lame, c’est vous dire.

    Cependant il lui fallait s’arrêter souvent au comptoir tellement le Russe était soiffard. Grosso merdo, le bon Samarien picolait volontiers ses 14-16 litres de super au cent. Mais son vaillant 1600 n’en engloutissait que les 3/5ème, la faute à un bouchon de réservoir, placé à droite et bien trop bas, qui régurgitait le surplus du précieux liquide balloté à chaque virage à gauche… Et fallait pas s’aviser à ajuster un plein si le réservoir n’était pas vide, car alors à chaque ouverture une bonne quantité de carburant sous pression (les vapeurs ne s’échappaient pas correctement) se déversait alors lamentablement par terre en vous arrosant copieusement… Un vrai alambic le truc !

    On peut dire que le Niva est, pour son côté couteau Suisse, ses aptitudes exceptionnelles et son penchant pour la boisson, tout à la fois le Bon, la Brute et le Truand.
    « Tu vois Blondin, le monde se divise en deux catégories, ceux qui boivent et ceux qui rincent ; Toi tu mets ta tournée ».
    😉
    Nabu-Eastwood

    Répondre
  9. Georges Piat

    Jolie et pas très chère à l’achat en 85.
    C’était le vrai 4×4 abordable et capable de franchissements impressionnants aux mains d’experts…

    Répondre
    1. Lieutenant Columbo

      Parait que pour développer en secret le Niva les Russes sont allé discrètement espionner la fabrication des Land 90 et 110 à Solihull.
      Ils appelèrent leur projet le Cas-GB. Ce faisant, préfigurant le fameux KGB de la guerre froide.
      Je ne peux pas m’empêcher de pouffer…

  10. Jean-François BERTRAND

    Sacré petit 4×4 qui finira 2eme avec André Trossat au Paris Dakar 83!
    J’ai toujours aimé le Niva. Parce que ma soeur et mon beau frère en avaient acheté dans ces années là? Beige sable, je le revois comme si c’était hier. Il était encore tout auréolé de son podium sur ce rallye raid.
    Je me souviens mon beau frère me raconter que le concessionnaire de Bourg en Bresse qui était venu leur faire la présentation de la bête, leur demander où est ce qu’il pourrait bien leur montrer dans les environs les capacités de l’engin. Ma sœur lui dit qu’il y a le moto cross… Circuit où, dans les année 70 se sont déroulées certaines manches du championnat du monde de side-car cross… pour bien le connaitre même à pieds il est impressionnant…. mais dans l’esprit de ma sœur c’était au bois des Brosses qui jouxte le circuit auquel elle pensait… Arrivé sur place, v’la-t-y pas que le vendeur enquille le circuit!
    « Euh, monsieur, ce ne serait pas plutôt mieux de l’essayer dans les bois d’abord?
    -Non non, ici c’est très bien!… »
    Les acheteurs potentiels tout éberlués n’en menait pas large… Et encore moins lorsqu’il passa le volant à mon beau frère en lui expliquant les rudiment de la conduite tout terrain… Et bien le petit Niva s’en est sorti haut la main, les difficultés du circuit ne lui ont pas fait peur.
    Par contre pour faire de la route… je me souviens de voyage Ambérieu Dijon pour aller passer quelque jours chez ma tante… Entre le bruit de roulement des pneus tout terrain et une insonorisation quasi inexistante… les deux cents kilomètres paraissaient bien long…
    En tout cas une voiture très attachante malgré ces petits soucis de fiabilité à cette époque (démarrage à chaud, carburation capricieuse).

    Répondre
    1. Chapman

      Ah mais dites moi Jean François, se pourrait-il qu’il s’agisse du même vendeur?? Moi il m’a fait une démo, dans de la neige profonde à plus de cent à l’heure sur le tracé de l’autoroute du contournement de Bourg en Bresse, à l’époque encore en travaux et a conclu en crapahutant sur les tas de gravier du chantier sur la plateforme de Saint Just!!
      J’en revenais pas…..même pas de pneus neige, juste les gros crampons d’origine.;
      Je ne me souviens plus de son nom. La concession était boulevard Saint Nicolas.

    2. Jean-François BERTRAND

      Mon cher Chapman, c’est exactement la question que je me suis posé à la lecture de votre prose!!!
      Les années 84, 85, le coté « a pas peur » du vendeur, modus operandi récurrent, beaucoup de détails concordent !…
      il est fort probable que nous soyons en présence du même « serial saler »…..
      Pour ce qui est de la concession c’est bien ça, je me souviens d’elle durant mes années « Carriat », pas très loin du carrefour de l’Europe si mes souvenirs sont bons.
      Comme je me souviens très bien de cet hiver 84 où nous avions eu force neige avec des températures sibériennes.
      Ma sœur et son époux, férus d’escalade et de spéléo (et dans le Bugey il y a de quoi faire…), ont beaucoup apprécié cet engin qui leur permettait d’atteindre des endroits improbables avec force chargement (cordes, baudriers, etc…) que ne leur aurait jamais permis leur R5 TL qu’ils possédaient avant l’acquisition du Niva.

    3. Jean-François BERTRAND

      Ouh là ! Chapman…
      Perception de la tenue de défilé….
      Convocation chez le Commandant…
      Pourvu qu’il ne me colle une suspension de ma qualif « Berlingo » si chèrement acquise !…

  11. Chapman

    Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis un connaisseur de la chose mais je dois avouer un petit faible pour la première version, au tableau de bord plus Fiat et aux compteurs écrits en Russe. Le coffre aussi était différent, s’ouvrant moins bas et possédant de ce fait un seul plus haut et moins pratique. Le moteur était un 1600cc à carburateur, gourmand et poussif.
    Cette auto se transfigure entre le chemin difficile et la route goudronnée. D’un côté il est parfait, pas si inconfortable et passe littéralement partout, de l’autre, c’est une vrai punition.
    En 1985 j’avais un ami qui était vendeur chez Lada qui profita de l’enneigement abondant pour en vendre en quantité. Son truc ; il sillonnait les routes difficiles du secteur avec un câble dans le coffre et il sortait les malheureux, ils étaient nombreux cette année là, qui avaient glisser dans le fossé. Vous n’imaginez pas le nombre de contrats qu’il a signé.
    Évidemment, au printemps, quand les acquéreurs trocquaient leurs confortables Renault 20 ou Peugeot 505 de l’époque contre cette pendule soviétique…. Ils dechantèrent un peu.
    Monsieur Paul a une fois de plus exposé la simple vérité dans un cadre bucolique qui fait envie.
    Serait-il agriculteur ?

    Répondre
  12. Pierre_

    Une auto qui donne le sourire, qui est juste, qui n’en rajoute pas.
    Paul la décrit très bien, son propos est sobre… juste quoi!
    Je pense immédiatement à la Panda de mon père partant à la pêche chaque semaine.
    Deux autos idéales pour le bricoleur ou le service à la campagne.
    J’aime bien.

    Répondre
    1. Db71

      Twist again à Moscou. Mr Paul a un petit air du maréchal Léonid Bassounov et Mr Roubadi d’Igor Tataïef.