1 semaine & 400 km en Citroën Ami ⚡️: le verdict

Pour la fin de notre road trip en Citroën Ami, notre destination finale est le zoo de Thoiry à 45 kilomètres de Paris, l’occasion de voir comment l’Ami se comporte sur une vraie route et de donner nos avis croisés après une semaine de conduite, avant de rencontrer un petit observateur venu avec une voiture de la France éternelle en clin d’oeil aux nouvelles petites Citroën.

Asnières, 8h.

Le Président tente de le rassurer sur la destination de ce road trip, qui après Montréal, le Japon,  New York et la Réunion semble plus aseptisé. Et pourtant, le défi que nous nous sommes lancés de faire découvrir à la gente hippopotame et éléphantesque les nouvelles Ami n’est pas des plus évidents. Alors, même si nous n’allons “que” à Thoiry à 46 kilomètres, ce road trip pourrait bien se terminer en eau de boudin quand on connaît la fiabilité légendaire des prédictions des ordinateurs de bord des voitures électriques sur les prétentions de leurs batteries. 

Notre arrêt en station nous permet de rencontrer des gens surpris par la voiture, notamment Paul,  qui envisage de l’offrir à sa fille de 19 ans qui d’après lui s “sera quiche toute sa vie avec un volant”.

Mach 45 km/h

Une fois lancés à Mach 45 km/h vers notre destination, nous en profitons pour vous livrer nos perceptions sur la voiture, après une semaine de conduite et plusieurs centaines de kilomètres parcourus à son volant

Ce 4 avis zoologique et écologique permet de confronter nos différents ressentis, notamment concernant le confort, qui suffit au Premier Ministre mais pas à Ronan qui souhaiterait une assise plus douillette, et au Président qui souhaiterait quelques équipements de sécurité supplémentaires et une radio pour faire profiter les jeunes paltoquets  de la suavité puissante de la voix de Demis Roussos.

Quant à Julien, son rêve serait d’avoir une demi-Ami pour pouvoir faire de l’interfile et doubler les vélos et autres trottinettes à vapeur. Mais  la promesse de l’Ami de créer une petite voiture sympathique raisonnable en coûts d’entretien et d’achat a convaincu le gouvernement car le Président envisage de l’acheter à trois, quand Julien regarde la location en free floating. 

55 km d’autonomie

Preuve de plus de la justesse de la proposition, les Ami arrivent finalement à Thoiry, avec 4 kilomètres d’autonomie restants. Le mode dégradé n’est pas trop contraignant et la voiture tient globalement la promesse des 50 kilomètres. La petite batterie permet des recharges relativement courtes, qui laissent néanmoins à Ronan le temps de commander des omelettes pour se restaurer après ce périple.

L’arrivée du petit observateur Gaël avec une Ami 8 familiale soutirée à sa belle grand-mère, permet de confronter l’Ami récente avec son illustre ancêtre. Avec ses commodos de SM et son bruit si caractéristique de bicylindre, c’est toute la France éternelle qu’on a logée sous un seul capot, avec le coq, le son du clocher, le béret et la baguette en prime.

L’occasion de lancer ces trois Ami à l’assaut des gnous et autres gazelles qui dépassent à la course nos trois Amis, pour une croisière jaune des temps modernes qui vient achever ce road trip en Ami autour de l’Ile de France, qui nous espérons vous a plu, chers petits observateurs.

 

L’avis des Petits Observateurs !

21 commentaires au sujet de « 1 semaine & 400 km en Citroën Ami ⚡️: le verdict »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    1. Neufcentdixespada

      Oh que oui! Même si la « trois chevaux «,  comme on la surnommait souvent à l’époque (surtout dans sa version break), n’était pas un parangon de beauté,j’imagine mal ces pauvres deplaçoirs traverser ,malgré toutes les attentions qu’on pourra leur prodiguer,traverser un demi-siècle sans tomber en capilotade complète… quand je vois l’état d’ex autolib qui finissent leur vie ne en sud Bretagne,et qui doivent à peine atteindre une décennie,ça donne à méditer

  1. John Steed

    Les faits : Parvenus A-MI chemin, vous avez pris une collation, le temps que les AMI-S rechargent et rencontré fortuitement le Petit Observateur Gael et son AMI-8.

    Pour le reste, nous ne pouvons nous en tenir qu’aux supputations :
    C’est l’esprit libéré et l’estomac apaisé à la Cantine de l’Explorateur que vous avez ensuite effectué à bord de vos AMI-S un Safari mémorable.
    Arrivés au niveau des éléphants les deux véhicules, pas assez chargés sans doutes, sont tombés en panne sèche.
    Heureusement, à deux pas de l’enclos des Hyènes, le bistro Brousse était encore ouvert. De là, vous avez pu joindre les secours.
    Une salade plus tard, vous voilà tous les cinq, de retour au bercail à bord de l’AMI-8 salvatrice qui ne flanchera point.

    Voilà, j’ai déroulé un fil, mais je ne sais pas si c’est le bon.

    Répondre
  2. Thierry

    J’ai encore toutes les sensations de l’Ami 8 de mon père au travers de cette vidéo, c’est très émouvant.
    Il y aura 30 ans bientôt, mon futur beau-père m’avait également prêté son Ami 8 break blanche, pour aller chercher un lot de chaises pliantes pour notre mariage.
    Arrivé devant l’hôtel avec mon oncle, qui n’avait eu que des Renault, il me dit à juste titre « ton père en a eu une en berline » j’attaque un créneau plutôt étroit, la voiture était encore de biais, quand en braquant complètement coté trottoir, l’avant comme par magie se remis en ligne avec la voiture de devant …… je crois que seuls les Citroënistes peuvent comprendre ce phénomène !

    Répondre
  3. Thierry Turbe-groizard

    Fait chier, tout me plais plutot dans cette petite ami, la bouille sympa, l’interieur pas si mal, l’autonomie de 60 kms me va aussi, sans parler du prix …. mais hélas, les 45 km/h c’est juste pas possible !
    Habitant à 20 Kms d’une grande ville (ou je travaille) ça serait l’enfer de créer un bouchon matin et soir sur une route limitée à 80 Km/h.
    Que Citroen fasse 2 versions de cette auto, l’une sans permis 45 km/h et une autre + puissante et débridée pour rouler au moins à 80 km/h.

    Tel quel, ça ne marchera jamais en province, alors que ça pourrait etre un veritable carton…

    Répondre
  4. Nabuchodonosor

    Çà y’est j’crois que je tiens le slogan de pub Président, j’ai un peu pompé dans la chicorée mais je vous laisse transmettre :

     » Le soleil vient de se lever,
    Encore une belle journée
    Il va bientôt arriver, l’Ami des beaux quartiers.
    il vient toujours au bon moment
    Avec son fil qui mendie le courant,
    L’Ami du jeun’ désolé,
    L’Ami déchargé.
    Il choisit toujours la bonne heure,
    Quand on n’passe pas l’aspirateur,
    L’ami de l’ado pas pressé,
    L’Ami super branché. »
    ♪♫♪

    Répondre
  5. CBi

    Pas sûr que la cohorte d’automobilistes obligés de suivre à 45km/h ait apprécié la balade ! Et bravo à Gael qui, quoi qu’en dise la vignette Crit’air, a sans doute le meilleur bilan carbone du trio.
    Une question me taraude: sans l’amabilité de ce responsable de parc animalier et ses rallonges, vous aviez prévu de rentrer comment?

    Répondre
    1. Michel

      Déjà en PL, on galère pour déboiter les cyclos, avec ce type de véhicules on risque de voir beaucoup de « bouchons » derrière

      Mon paternel a eu une AMI8 berline (avec le toit en pente) puis la même mais avec un moteur de GS, bagnole increvable mais pas vis à vis de la corrosion, elle a été remplacée par un CX 2200

  6. Pierre_

    Avantage/Inconvénient beaucoup de choses ont été dites pendant ces essais. C’était le boulot.
    On ne parle pas cependant de la chaleur étouffante qui règne à l’intérieur de la petite auto.
    Il y fait ‘la température du soleil’ sans aucun doute !
    Un reportage sur une autre chaîne yt note sévèrement la chose.
    L’étroitesse de la demie fenêtre et ce toit vitré sont à repenser très vite.

    Répondre
    1. Michel

      Avec une telle surface vitrée, on est étonné par l’absence d’un pare soleil, qui pourrait occulter partiellement la vitre supérieureet etre utile avec un soleil rasant en face

    2. CBi

      On comprend que la version de base n’en soit pas munie, mais puisque le mot d’ordre semble être l’accessoirisation, on aurait envie d’un toit ouvrant au moins sur la partie arrière du pavillon (genre webasto hollandia 100 = https://www.ebay.fr/i/173273393275? ), d’un store à enrouleur pour la partie arrière, et comme suggéré sur une autre des vidéos, d’un enrouleur à rappel pour le câble électrique. Si le succès est au rendez-vous, fort à parier que des vendeurs d’accessoires vont s’occuper d’enrichir l’offre , mais dans l’immédiat, au vu de l’épaisseur du plastique et de l’accès facile à la structure, ça semble possible pour un bricoleur pas trop manchot = on retrouve l’esprit 2CV.

  7. François P

    J’avoue que l’idée est bonne avec cette Ami, pour rayonner autour de chez soi ou sur son lieu de vacances cela paraît bien seduisant.
    Même sans crash test c’est beaucoup plus sécurisant que les vélo, vélo moteurs ou scooters qui ne sont en général pas plus qualitatifs. Mes petits enfants et leurs parents sont séduits et je ne serais pas surpris que l’on trouve des Ami dans la famille.
    Autre sujet: pourquoi Citroën a t il arrêté la Mehari ? Sur la côte sud du Finistère entre Pont Avenir et Audierne j’ai dénombré une vingtaine de Mehari multicolore et en plutot bon etat, nul doute qu’elle ferait un carton en véhicule secondaire si elle était encore dispo, Chose amusante, on demande souvent à leur propriétaire si elles sont à vendre…

    Répondre
    1. Phil Verce

      On peut trouver des Méhari reconditionnées et en parfait état. Je connais un petit garage dans le Lot qui s’est fait une spécialité de ce reconditionnement. Le problème c’est le coût très élevé; entre 20 et 25 000 €. A ce prix-là, les très belles occasions dans la plupart des marques ne manquent pas. Et avec un niveau de confort et d’équipement bien supérieur.

  8. Nabuchodonosor

    Pas certain que beaucoup de parents parviennent à mettre leurs jeunes au volant de cette boîte grisâtre en plastique. Elle fera en revanche les affaires de tous les délaissés de la société, les mis au bord de la route, dépossédés du permis ou seniors en mal de mobilité dans nos campagnes désertées de service public. Une chose certaine est que Citroën compromet sa réputation de constructeur de grandes séries en venant marcher sur la niche des quelques petits constructeurs français qui résistaient encore, ce faisant laissant croire à un véhicule abouti et sécure et jouant sur la fibre nationale alors qu’elle le produit à bas coûts à l’étranger participant ainsi la fuite des biens sociaux et des impôts du pays, s’émancipant de tous crash-tests et autres contrôles techniques, régressant sur des décennies de travaux sur la sécurité, risquant jusqu’à la propre vie de ses utilisateurs qui, au demeurant, n’en attendaient rien.
    A « Quatre Avis pour l’Ami » j’aurai préféré visionner un bon scénar’ « Quatre Amis pour la Vie ».

    En espérant que, étant maintenant devenus essayeurs VIP pour PSA, vous ayez la primeur de la nouvelle DS9.

    Enfin, merci au Petit Observateur Gael qui vient de ressusciter pour mon plus grand bonheur, l’AMI 8 Bleue Danube de grand-père… Que de souvenirs de gosse dans cette bagnole… Que je livrerai en exclusivité prochainement pour la rubrique SDA de notre bon Commandant.
    😉

    Répondre
    1. Mat Ador

      Évidemment si POA avait visité cette cible, c’aurait été moins vendeur.
      Les jeunes pour la vie, les animaux pour la nature et le Concorde pour la France éteeeernelle, ça fait plus raccord.
      🙂

    1. Mat Ador

      A leur décharge, ce n’est pas de leur faute :
      Bien que ce ne soit pas courant de voir ces animaux charger eux-aussi, l’atmosphère était ce jour là toute électrique, les gardiens ont préférés laissés nos amis en terrasse à charge pour eux de faire tourner la buvette…
      🙂