Souvenirs d’Autos (285) : La Renault 8 🇫🇷 au toit magique 🤷🏻‍♂️

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Ah ! J’adore cette histoire envoyée par Gérald. Si vous suivez POA, il avait présenté à Renaud son coupé Alfa GTV à Aix en Provence (un véritable avion de chasse…)

Nous sommes en 1992.

Encore étudiant, j’habite Antibes depuis que ma mère a refait sa vie avec mon beau-père.

Un jour, mon voisin arrive avec une Renault 8 bleue que je trouve magnifique.

J’ai mon permis depuis deux ans, et je n’arrête pas de tourner autour de cette vieillerie que personne ne regarde.

Le voisin me demande si elle m’intéresse…

Un peu mon neveu !

Je suis depuis longtemps piqué par le virus du bagnolard et je n’ai pas encore de voiture.

Pour une somme modique, mon beau-père rachète la 8 et m’en fait cadeau !

Merci Pierre, grâce à toi j’ai eu mon permis et me voilà à 20 ans avec une voiture de collection.

Tout le monde est content ! Le voisin qui s’est débarrassé d’une vieillerie, mes parents à qui je ne vais plus emprunter leur voiture, et moi qui immatricule ma première caisse (c’est le mot) à mon nom !

Bon, elle est belle de loin, mais loin d’être belle, sa livrée bleue a été peinte au rouleau…

Un copain qui bosse chez son père au chantier de marine d’Antibes, me propose de la repeindre chez lui.

  • Tu n’as qu’a la préparer et notre peintre la passera au pistolet !

Je l’ai poncée pendant un mois en plein été…

 

Et comme j’allais de chez moi au chantier avec les vitres scotchées j’en ai eu des coups de chaud…

Bref, après un ponçage aux petits oignons, et un camouflage en règle, le meilleur peintre du chantier me repeint d’une main de maître la R8 dans un jaune éclatant !

Elle est magnifique et du coup c’est avec elle que nous sortons entre potos.

Côté mécanique elle chauffe, donc on s’arrête pour laisser refroidir en allant à Nice, c’est la pause clopes roulés, moi je ne fume pas mais la voiture fume pour moi…

À Nice, le soir on se gare sur le trottoir du quai des États-Unis, oui on pouvait encore se garer face à la mer, c’était toléré !

Nous sortons sur le cours Saleya, le pub « Les 3 diables » avec sa tournée à la roulette nous permet d’étancher notre soif à moindre frais,  après c’est resto, enfin plutôt sandwichs, et boite de nuit, la belle vie…

Au petit matin, après avoir épuisé toutes nos économies, c’est l’heure de rejoindre le carrosse…

Elle est là, désormais seule sur le trottoir vide, elle est resplendissante sous la lumière du réverbère.

Ce jaune claque tellement que malgré ses 25 ans, la 8 à un certain succès, peut-être trop d’ailleurs…

Mais bon sang, plus nous nous rapprochons et plus j’ai l’impression que le toit a disparu !

Non, c’est pas vrai ! un jeune a dû s’amuser à monter sur le toit de la voiture et il est complètement enfoncé !

Je suis désabusé, les bras m’en tombent, je monte dans la 8 et malgré ma petite taille mon crâne touche le plafond…

De désespoir je tends les bras au ciel et après un grand CLONG, le toit se remet en place !

Incroyable ! il n’y a pas une égratignure, le toit a repris parfaitement sa forme convexe et la peinture élastique a suivi le mouvement !

Sacrée peinture marine !!!

Merci Gérald !

J’ajoute que vous pouvez suivre notre ami sur Instagram.

https://www.instagram.com/huiledecannes/

Une vraie page de bagnolard passionné, vous pouvez me faire confiance.

 

L’avis des Petits Observateurs !

18 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (285) : La Renault 8 🇫🇷 au toit magique 🤷🏻‍♂️ »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Retromobile

    Cette histoire devrait vous rappeler qu’avant de sortir la 8 Gordini Renault avait imaginé une 8 au toit nettement rabaissé pour un meilleur CX ! Vue à Retromobile il y’a qcq années

    Répondre
  2. Mat Ador

    Ce toit à mémoire de forme, sans ciel moussé, intéressera sûrement tous bons percussionnistes, vu la grosse caisse de résonance qu’il y a dessous !
    :-):-) 🙂
    En tous cas bravo pour cet histoire (j’adore les SDA du Cdt. TC), et félicitations pour avoir su conserver toutes ces belles photos.

    Souvenir d’Autos du vendredi, du bonheur toute la vie !

    Répondre
  3. Docteur_Oliv

    Le Jaune c’est SUPER. La seule surprise c’est qu’il n’y a pas les 4 phares car il ne me semble pas en avoir vu une Jaune qui ne soit pas S ou G !
    Dommage que tu n’es pas pû la garder ! Quand aux jantes AV » élargies style Dauphine de Course de Cote », les Delta Mics façon R8G voire Alpine devaient couter un Bras et un Rein (en djeun d’aujourd’hui) à l’époque on disait la peau du cul…

    Répondre
  4. Pierre_

    Vous êtes bien entouré Gérald, la famille (un généreux beau papa), les copains, une auto et des aventures au bord de la mer. Quoi de mieux.
    Retrouver sa première auto vendalisée est insupportable,  »notre jeunesse en prend un coup »!. J’ai eu aussi des déboires (rien de grave) avec ma première auto, une 104 payée par mon père, un bonheur, c’était en 82.
    Les photos de la Renault sont top.
    Un superbe souvenir Gérald.

    Répondre
  5. Touringske

    La même mésaventure est arrivée à un de mes vieux amis, il y a quelques années à peine. Il avait longuement mûri l’idée de rendre sa jeunesse à l’adorable Fiat 850 qu’il possède depuis une vingtaine d’années. Sortie de chez le carrossier, elle était magnifique avec sa nouvelle peinture mais, peu après, il l’a retrouvée le toit défoncé. Il m’a raconté sa désillusion : « J’en pleurais. Je me suis dit : cette fois, c’est fini, elle est morte ! » Il a ouvert la portière, le ciel de toit qui s’était décollé pendait lamentablement. Il s’est glissé comme il a pu derrière le volant et a poussé avec le dos sur le toit enfoncé. Il a entendu un grand bruit, il est ressorti de la voiture et n’en croyait pas ses yeux : la tôle avait repris sa forme et même la peinture était intacte.
    Je l’ai rencontré quelques jours plus tard. Le ciel de toit devait encore être remis en place mais rien ne transparaissait à l’extérieur de cette mésaventure. La dernière heure de la vaillante petite 850 n’avait pas encore sonné. Aux dernières nouvelles, elle roule toujours.

    Répondre
  6. Chapman

    Merveilleux souvenir qui en fait revenir d’autres à la surface… Moi je cueillais les cerises perché sur le toit de ma Simca 1100 spécial. Un petit coup dans l’autre sens et Clong, ni vu, ni connu…. à part les rayures. Mais la voitures était déjà bien amortie et traversée par la rouille, pas question de gâcher une aussi belle peinture sur une bagnole qui n’était qu’une occasion en fin de vie.
    La R8 en 92, c’était déjà remarquable….. Jeunesse agitée donc…
    😉

    Répondre
  7. San Francesco d'Assisi

    Si je comprends le sens des mots de Gérald, ce ne peut être la tôle qui est revenue grâce à sa mémoire de forme, car de tôle après un mois de ponçage « aux petits oignons » sous le chaud soleil d’été du midi il ne devait plus y en rester des masses…
    Le grand Clong les bras tendus vers le ciel ne serait ma foi pas venu de là…
    Sacrée peinture marine !!!

    In Nomine Patris…

    Répondre
  8. Alain

    Bonjour Gérald, illustre inventeur du débosselage sans peinture ! Tu aurais du pousser plus en avant cette réussite et déposer un brevet et tu aurais pu acheter toutes les « Gord », « Major » et « S » du marché !

    Bref, cela met en lumière l’effet « mémoire de forme » comme l’indique John (pourrait-on dire « memory of form » 🙂 )… Et c’est bien cela le mystère du débosselage comme me l’a expliqué un artiste dans ce domaine (« tu sais quand il y a une déformation, l’acier est sous contrainte et il suffit de lui expliquer de revenir à sa forme d’origine et il sera tout content d’y aller tout seul »).

    Revenons à notre histoire : elle est très belle avec un très belle « bagnole ».

    Mais il subsiste LA grande question : qu’est-elle devenue cette R8 bouton d’or ?

    Alain

    Répondre
    1. Huiledecannes

      Ma mère m’a fait le plaisir de me laisser plus tard sa Giulietta, pour que je puisse voyager plus loin sereinement (pour elle aussi je pense).
      J’ai donné la 8 à un copain du lycée qui habitait dans le Var, il fallait refaire le radiateur mais rien de bien grave, le temps a passé, les téléphones on changés plus de nouvelles ni de Seb, ni de la 8…

  9. Jean-François BERTRAND

    Hello Gérald !
    Dommage que tu n’ai pas pu la conserver. Pour monter à Serranon, St Vallier ou se faire la route de Gréolieres avec le Devill qui sonne bien… Huuummm….
    Et puis celà aurait permis à Alexis de peaufiner ses connaissances et sa maîtrise du tout à l’arrière !
    Elle était mignonnette avec son jaune façon « S ».
    En tout cas sacré souvenir lié à ses moments d’insouciance entre potes (surtout aux 3 « D ou tout autours du Cours et dans ses environs … J’en ai quelques uns en stocks…J’dis ça… ) et sacré coup de chance pour le pavillon !
    A bientôt !

    Répondre
    1. Huiledecannes

      Salut Jeff,
      Elle avait la couleur d’une S, mais c’était une berline de base, mais on pouvait la mettre en travers dans tous les virages, une sacrée école de conduite !
      J’ai fait un tête à queue dans un S de la route du Trayas, quelques grosses frayeurs sous la pluie mais jamais de touchette ni d’accident, bien sûr j’avais lesté l’avant d’un bloc de béton de machine à laver…C’est certain que pour Alexisc ‘eût été plus facile pour les travers, mais bon il a commencé avec la 600, c’est à peu près pareil…

  10. Nabuchodonosor

    Quelle idée aussi d’aller en boîte de nuech, en boîte à palaia ?
    Mercés Gé’ pour ce maravilhous SDA. Zou, la badole fût vite redressée sans salades (niçoise) et sans se faire emboucaner par tous ces falabraques et ces empégués qui ne pensent qu’à faire des cagades et qui n’ont pas de maion. Issa Nissa !
    Avec mes respets du vendre au Maréchal Masséna.
    😉
    Nabu fada de SDA

    Répondre
  11. Thierry

    Elle est mignonne cette histoire … ma fille a eu le même soucis il y a dix ans, avec son AX, mais ….. le toit n’est jamais revenu ! Saletés d’étudiants 🙂

    Répondre