Souvenirs d’Autos (288) : la première voiture de mon père

Une rubrique pilotée par le Commandant Chatel. Notre ami Pascal Liger (l’homme à la Rolls) nous régale avec ce moment de vie magnifique et cette photo extraordinaire ! Merci Pascal. 

 

Papa a eu son permis en aout 1954, une époque où il fallait klaxonner à tous les croisements dans Paris !

C’est devenu terrible avec les années et cela fût interdit d’utiliser son avertisseur sonore (sauf en cas de danger) dans les villes à partir de 1960.

Bref, il passa son permis avec une Peugeot 301 d’avant-guerre, que mon grand-père avait acheté spécialement pour l’occasion, permettant ainsi à toute la famille de pouvoir se déplacer et notamment d’aller rendre visite à mon arrière-grand-mère (née en 1886 !) , qui vivait à Cellettes (Loir-et-Cher)

Autant vous dire que cela était une véritable expédition, particulièrement à l’automne/hiver, car le chauffage équipant les autos d’avant-guerre n’était pas très performant. Il fallait ne pas oublier de prendre des couvertures et des bouteilles Thermos pour se réchauffer pendant ce voyage de 181 kms.

Puis mon père fût appelé en Algérie. Mon grand-père a été obligé de passer son permis à plus de 50 ans, dans une auto-école du 14ème.

Mon père quitta l’Algérie malade en juillet 1956 pour cause de jaunisse !

Avant d’être rappelé, il travaillait déjà rue de l’Ingénieur Robert Keller (15ème) pour La Compagnie Internationale des Télécommunications (appelée plus tard  Alcatel) qui payait quand même les salaires des rappelés,  sur la base sur 40 heures par semaine,  au lieu des 48 heures effectuées à l’époque par tout le monde.

Papa a acheté cette Panhard au début 1957, avenue du Maine, dans le 14ème. Il a été la chercher à Vaugirard dans la grande concession Panhard-Levassor

La voiture était fabriquée dans l’usine située près de la porte d’Italie. (S.N.E.C.M.A. plus tard)

Cette photo, prise dans la cour de la maison de mon arrière-grand-mère, ressemble à un tableau, dans le style d’Auguste Renoir, où les femmes de la famille portent des fleurs ou/et des robes à fleurs (pour info, c’est ma mère aujourd’hui âgée de 84 ans, qui est complément sur la droite).

La dame âgée est mon arrière-grand-mère (1886/1980). C’est mon père qui fût l’instigateur de cette photo, mais je ne sais quels arguments, il dû faire preuve pour motiver tout ce petit monde, à cette occasion.

La petite fille est ma tante, petite sœur de mon père, qui elle aussi fût une sacrée bagnolarde, ayant fait de nombreux voyages tels deux voyages Paris-Kaboul en Citroën GS et Paris-Jérusalem en auto-stop, avec une histoire d’un bus Anglais qui faisait LONDRES/New-DELHI avec tout un tas de jeunes…

Ce récit sera l’occasion d’un futur souvenir d’autos.

Cette rubrique est aussi la vôtre !

Racontez vos anecdotes au Commandant Chatel par mail (thibautchatel@icloud.com), il se chargera de les publier. N’oubliez pas que pour « Souvenirs d’Autos » nous cherchons de l’anecdote, de l’humain, de l’humour, de l’émotion. On oublie un peu l’arbre à came et le Weber double-corps… Et si possible, joignez à votre histoire des photos…. On adore ça chez POA !

Merci.

 

 

L’avis des Petits Observateurs !

15 commentaires au sujet de « Souvenirs d’Autos (288) : la première voiture de mon père »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Pierre_

    Une saga familliale. Un Souvenir qui nous permet de faire connaissance avec Pascal et les siens.
    La photo est formidable, tout a été dit.
    On attend la prochaine histoire avec impatience.
    Merci Pascal.

    Répondre
  2. John steed

    Pascal : A mon humble avis cette photo a été prise à l’occasion des fiançailles de votre maman qui semble heureuse et vers laquelle tous les regards se portent. Espiègle en effet la Dyna Z, qui ne perd rien pour attendre, semble apprécier de son œil malicieux resté libre le jupon que votre grand-mère déploie et qui caresse sa joue gauche. En témoigne les essuie-glaces désarticulés prenant ici les traits de sourcils tout émus…
    Je ne sais pas si toutes ces femmes sont des bangolardes, mais la bagnole en tout cas se fait humaine.

    Répondre
  3. Pierre_

    Une saga familliale. Un Souvenir qui nous permet de faire connaissance avec Alain et les siens.
    La photo est formidable, tout a été dit.
    On attend la prochaine histoire avec impatience.
    Merci Alain.

    Répondre
  4. Alain

    Chez Pascal (et mes respects mon Commandant),

    Ah cette photo !!! Serais-ce la sensibilité qu’elle dégage ? Elle est touchante et tellement féminine que je n’ose pas parler de « bagnole »… J’ai plutôt envie de parler d’une automobile… Comme quoi… A sa vue, je me sens poète…
    Vraiment, je suis touché et admiratif de pouvoir ainsi présenter une photo de famille autour d’une auto et surtout dans votre cas, un moment de vie exclusivement féminin et représentant 3 générations ! Je n’ai pas cette chance mais ne suis pas jaloux car vous nous faites le plaisir de la partager et de l’expliquer.

    Un grand merci Pascal pour cet instant de paix au milieu de tout ce brouhaha…

    J’en ai presque oublié l’auto à qui je trouve, elle aussi, un aspect touchant et féminin avec son regard tellement particulier. Elle a un espace intérieur bluffant quand on voit le quasi format de poche extérieur et que dire de son coffre que bien des modernes devraient avoir. Il reste le moteur qui a toujours un côté agressif à mes oreilles mais dans le cas présent, on s’en fout…

    Alain

    Comment est-ce possible
    De ne pas être sensible
    D’un moment si attachant
    Qu’il en devient si touchant
    Avec une image si gentillette
    Je me sens devenir un poète…

    Répondre
  5. Chapman

    C’est une photo formidable. Toute ces générations de femmes réunies devant cette drôle de Dyna 54 et son phare cyclopéen. Tout alu si ma mémoire est bonne.
    Dites donc, Paris-Kaboul en GS!!…… autres temps, autres mœurs. Aujourd’hui il faudrait un blindé. Belle lignée de bagnolards la famille Ligier, transmise par les femmes. Quelle modernité !

    Répondre
    1. Chapman

      Au fait, elle était où cette concession Panhard rue de Vaugirard ? Je me souviens, petit garçon, d’un grand garage sur plusieurs niveaux à l’angle du boulevard Raspail, mais je n’arrive pas à me souvenir quelle était la marque représentée. Le collège Stanislas n’était pas loin….

  6. Mat Ador

    Extraordinaire cliché.
    Belle composition graphique et ce bouquet de couleurs à droite qui s’oppose à la grisaille de façade à gauche.
    De façade, parce qu’a gauche il y a l’espiègle Panhard noire aux yeux globuleux jaunes. On dirait qu’elle prend la pause et qu’elle sourit elle aussi !
    Une lignée de bagnolards et d’artistes les Liger…

    Répondre
  7. Nabuchodonosor

    De sacré Bagnolardes !
    On sait maintenant de qui vous tenez…

    Merci Pascal pour cet émouvant SDA et cette merveilleuse photo de femmes qui nous replongent jusqu’aux plus profondes radicelles de notre enfance.
    😉
    SDA le vendredi, Perm’ jusqu’au lundi.

    Répondre
  8. Georges Piat

    Mieux qu’une photo, on dirait une huile sur toile.
    Merci pour ce vrai morceau d’histoire.
    C’est un antibrouillard au centre de la calandre ?

    Répondre